L’expérience australienne sur le paquet de cigarettes neutre a été un échec 

CONTACT :
Yaël Ossowski
Directeur-adjoint
Consumer Choice Center
L’expérience australienne sur le paquet de cigarettes neutre a été un échec : Et en France ?
Paris, FR – Le 1 décembre 2012, l’Australie a mis en oeuvre la première législation de paquet neutre au monde. Cette loi interdit à n’importe quel producteur de tabac d’afficher sa marque sur ses produits et impose les images « choc » sur les paquets de cigarettes. Comme en France, le but est de dissuader les fumeurs.
Bien que l’initiative fût noble et bien intentionné, elle n’a pas réussi à produire des résultats désirés. Cela sert à avertir les autres pays, dont la France, qui souhaitent adopter des mesures similaires ou qui l’ont déjà mis en en oeuvre. Yaël Ossowski, directeur-adjoint du Consumer Choice Center (CCC), explique que ce cinquième l’anniversaire de cette législation australienne devrait provoquer des doutes auprès des législateurs à travers l’Europe.
« Réduire la consommation du tabac est un but noble, surtout pour les jeunes. Mais après cinq ans avec le paquet de cigarette neutre en Australie, ça ne peut être que nous constatons un échec. Depuis 2012, le taux de fumeurs quotidiens n’a pas bougé de 12 pourcent. Le fait que cette loi coûte $12.7 millions aux contribuables australiens et n’apporte aucune réduction dans le taux de fumeurs, démontre que ce n’est pas une bonne idée. »
Le 29. novembre, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a révélé que le paquet neutre en France n’avait pas le but de diminuer le nombre de fumeurs.
« Après des arbitrages au plus haut niveau, j’avais obtenu ce qui s’est appelé par la suite un programme national de réduction du tabagisme, soutenu par Marisol Touraine et dans lequel il avait été clairement choisi d’instaurer le paquet neutre plutôt que d’augmenter le prix du tabac. Or, celui-ci, nous le savons, ne permet pas aux fumeurs d’arrêter de fumer. Son seul intérêt est de « démarketiser » l’image du tabac auprès des jeunes qui commenceraient à fumer, ces derniers étant très sensibles aux marques et à l’image qu’elles véhiculent. »
« En outre, la part de marché du tabac illégal en Australie a augmenté de 30 % depuis 2012, car le tabac de contrebande est devenu une voie lucrative pour les contrebandiers potentiels. Selon le Sydney Morning Herald, cela a entraîné une perte de recettes fiscales de plus de 1,6 milliard de dollars (AUD). »
« Un précédent qui permet aux gouvernements d’interdire certaines marques et de nier leur propriété intellectuelle est en effet inquiétant, et pourrait bientôt affecter d’autres industries et entreprises qui vendent des produits visé par le législateur. »
« Ce que l’Australie nous a appris, c’est que la banalisation des emballages de produits du tabac ne réduit pas le tabagisme, décourage les alternatives et crée un commerce illégal robuste sur le marché noir. Nous allons attendre les résultats de la France », a déclaré Ossowski.
***Yaël Ossowski est disponible aux médias afin de commenter sur le paquet neutre, la réduction des méfaits et les choix des consommateurs. Veuillez envoyer vos questions ICI.***
Le Consumer Choice Center représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous suivons de près les tendances réglementaires à Paris, Washington, Bruxelles, Genève et dans d’autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. Pour en savoir plus, rendez-vous sur consumerchoicecenter.org.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to top