La taxation sur le sucre est inefficace et insultante

LA CHRONIQUE AGORA: L’OMS préconisait de taxer le sucre pour améliorer la santé publique mais elle est récemment revenue sur cette position.

Dans un nouveau rapport (1), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) revient sur sa position de taxation sur le sucre, afin de lutter contre les maladies non-transmissibles (MNT).

On peut lire en page 44 de ce rapport :

« Il y avait un large consensus sur la plupart des sujets, mais certains points de vue restaient en conflit sans compromis possible. Ainsi des recommandations telles que réduire la consommation de sucre par des taxes sur les boissons sucrées et la responsabilité du secteur privé ne pouvaient pas être endossées dans ce rapport, en dépit d’un large soutien de nombreux rapporteurs (2). »

Au cours des deux dernières années, l’organisme des Nations Unies préconisait d’augmenter les taxes sur le sucre, afin d’en réduire la consommation et donc améliorer la santé publique. Ce faisant, les défenseurs de cette thèse — soutenue notamment par le milliardaire Michael Bloomberg — ne sont pas seulement condescendants, ils ont aussi tort !

L’administration Trump semble d’ailleurs refuser cette taxe régressive et paternaliste.

Eric Hargan, secrétaire adjoint américain pour la santé et les services sociaux, a argumenté qu’il n’était pas clair que l’imposition de taxes sur les boissons sucrées comme les sodas et les jus de fruits améliorerait la santé publique. Les auto-proclamés « défenseurs de la santé publique » se sont indignés et dans leur vision du monde, tous ceux qui ne soutiennent pas leurs appels à des impôts plus élevés seraient financés par l’industrie du sucre.

La plupart des gouvernements poussent à limiter la consommation de sucre, que ce soit l’interdiction des fontaines de sodas en libre-service en France, ou des taxes sur les boissons gazeuses en Irlande. La France a introduit une taxe sur les boissons gazeuses en 2012, mais l’augmentation du taux d’obésité et l’absence d’études à long terme rendent son effet difficile à évaluer. Quantifier l’effet sur les taux d’obésité, à l’échelle de la population, d’une seule augmentation de taxe sur un produit particulier est une tâche ardue.

READ MORE: http://la-chronique-agora.com/taxation-sucre-insultante/

Scroll to top