La durabilité et l’innovation devraient aller de pair dans l’UE

Au cours des deux dernières décennies, l’Europe a décidé de suivre sa propre voie dans les politiques agricoles. Alors que l’Amérique du Nord et du Sud, ainsi que le Japon sont passés à une agriculture moderne encore plus axée sur la technologie, l’Europe a reculé et continue d’interdire de plus en plus de progrès et de méthodes scientifiquement prouvés dans l’agriculture. Lors de récentes négociations commerciales, les meilleurs diplomates américains se sont moqués à plusieurs reprises du cadre réglementaire de l’UE comme anachronique.

«Nous devons lever les obstacles à l’adoption de nouvelles approches et technologies innovantes, y compris des restrictions réglementaires excessivement lourdes et inutiles, et vouloir dire la vérité à nos citoyens sur la technologie, la productivité et la sécurité.»

Ce sont les mots du secrétaire américain à l’Agriculture Sonny Perdue dans un éditorial publié sur Euractiv en février. De façon un peu moins diplomatique, l’ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni, Woody Wilson, a inventé l’approche de l’UE « Museum of Agriculture » dans un éditorial pour The Telegraph en mars dernier.

Tant Perdue que Wilson soutiennent que les restrictions imposées par l’Union européenne aux technologies agricoles modernes ne sont pas durables et limitent gravement les futurs accords commerciaux.

Juger s’ils sont corrects ou non n’est pas lié à combien vous aimez ou détestez les États-Unis, mais à quel point vous aimez ou détestez la stabilité des prix des aliments. Nous, Européens, pouvons nous-mêmes en juger.

Évaluons la situation telle qu’elle est. L’agriculture conventionnelle et biologique traite des ravageurs dont ils doivent se débarrasser afin de ne pas compromettre la sécurité alimentaire et la stabilité des prix pour les consommateurs. Les deux nécessitent des produits chimiques dans le cadre de leurs outils de protection des cultures.

Comme le montre l’Afrique, les fléaux acridiens peuvent être dévastateurs pour la sécurité alimentaire, et la science du climat nous permet de détecter que certains ravageurs viendront de lieux éloignés sur nos côtes plus tôt que tard, rendant les insecticides nécessaires. Afin d’éviter les champignons et les mycotoxines mortelles, nous utilisons des fongicides.

Politiquement, ces outils chimiques de protection des cultures ne sont pas populaires, car des quantités croissantes d’écologistes poussent les politiciens à les interdire. Cela a laissé le spectre politique de gauche contre droite et est également réparti des deux côtés.

Malheureusement, la question de savoir si ces produits chimiques se sont révélés sûrs ou non par les autorités nationales et internationales de sécurité sanitaire des aliments – dans le contexte de la politique post-vérité moderne – très peu.

Ce qui semble avoir de l’importance, c’est que les outils modernes de protection des cultures sont étiquetés comme non durables. Cependant, la durabilité est insuffisamment définie et a donc servi d’excuse pour enhardir les idées fausses existantes sur l’agriculture.

Au contraire, la durabilité devrait être basée sur une agriculture moderne et innovante qui répond aux besoins de l’environnement, de la sécurité alimentaire, de la sécurité alimentaire et des prix compétitifs pour les consommateurs. Ces outils sont à notre disposition aujourd’hui.

Grâce au génie génétique, les scientifiques ont trouvé un moyen de réduire l’utilisation des produits traditionnels de protection des cultures, tout en augmentant le rendement des cultures. Encore une fois, une suspicion politique à l’égard de l’innovation agro-technologique empêche la voie à suivre, en l’occurrence à travers la directive OGM de 2001, qui interdit pratiquement tout génie génétique à des fins de cultures.

Le changement climatique modifie la façon dont nous produisons les aliments, que nous le voulions ou non. Les maladies rares et moins rares nous obligent à adapter notre offre alimentaire aux consommateurs qui en ont besoin. Des modifications génétiques spécifiques nous permettent de surmonter des mutations aléatoires du passé et de développer des changements précis dans le domaine de l’alimentation.

Les États-Unis, avec Israël, le Japon, l’Argentine et le Brésil, sont en tête du monde avec des règles permissives pour l’édition de gènes. Cette nouvelle technologie peut améliorer l’espérance de vie, la sécurité alimentaire et les prix des aliments pour tous les consommateurs. Les règles de l’UE, en comparaison, ont 20 ans et ne sont pas enracinées dans la science, comme l’expliquent de plus en plus de scientifiques.

Les Américains veulent-ils rivaliser avec les agriculteurs européens et vendre des quantités croissantes de nourriture sur ce continent?

Ce n’est pas seulement évidemment le cas, mais c’est aussi réciproque. Si nous investissions autant de temps que nous le faisons dans la diabolisation des produits américains ici pour promouvoir les produits européens à l’étranger, alors nos agriculteurs se développeraient massivement sur le marché américain avec des produits de qualité supérieure. Dans le scénario, les consommateurs conservent leurs choix d’aliments et les détaillants et les producteurs doivent être tenus d’étiqueter l’origine des aliments.

Surtout, la modification de nos règles en matière de nouvelles technologies de sélection (ou d’édition de gènes) doit se faire dans l’intérêt des consommateurs européens plus que dans celui des exportateurs américains. L’Europe devrait montrer la voie en matière d’innovation agricole et donner des leçons pour l’innovation, et non les prendre aux États-Unis. Dans l’intérêt des consommateurs européens, nous devons permettre l’innovation, puis devenir un leader mondial dans ce domaine.

Originally published here.


The Consumer Choice Center is the consumer advocacy group supporting lifestyle freedom, innovation, privacy, science, and consumer choice. The main policy areas we focus on are digital, mobility, lifestyle & consumer goods, and health & science.

The CCC represents consumers in over 100 countries across the globe. We closely monitor regulatory trends in Ottawa, Washington, Brussels, Geneva and other hotspots of regulation and inform and activate consumers to fight for #ConsumerChoice. Learn more at consumerchoicecenter.org

Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to top