fbpx

LE PLAFONNEMENT DU PRIX DU PÉTROLE NE FONCTIONNE PAS

Loyers, gel hydro, pétrole – le plafonnement des prix n’est pas économiquement viable. Cependant, les politiques retombent toujours dans le même piège. 

Tous les quelques mois, les gouvernements remettent au goût du jour un vieux sophisme économique qui a fait ses preuves depuis longtemps et le transforment en politique publique. L’inflation que nous connaissons actuellement a été causée par l’une des erreurs les plus dévastatrices de la politique monétaire : la croyance que l’on peut résoudre les difficultés économiques en imprimant plus de monnaie.

Avant d’examiner les raisons pour lesquelles le plafonnement des prix du pétrole ne fonctionnera pas, nous pouvons facilement déterminer que les plafonds de prix existants ou récents étaient tout aussi inefficaces, voire nuisibles. Prenons l’exemple du contrôle des loyers. Dans un effort pour réduire les prix des loyers, les gouvernements de toute l’Europe et du monde entier tentent de limiter le montant que vous êtes légalement autorisé à facturer pour la location d’une maison ou d’un appartement. Berlin en est un exemple frappant, où les prix des logements ont continué à augmenter en dépit de mesures strictes de contrôle des loyers : les zones où les loyers sont contrôlés connaissent une baisse de la construction de logements, tandis que les prix augmentent dans les zones qui n’appliquent pas cette politique.

Le contrôle des loyers est en fait une vieille erreur économique qui refuse de mourir. Même l’économiste de gauche Paul Krugman nous l’a dit il y a plus de 20 ans dans le New York Times : « L’analyse du contrôle des loyers est l’une des questions les mieux comprises de toute l’économie, et – parmi les économistes, en tout cas – l’une des moins controversées. » Lorsque l’État intervient dans l’équilibre de l’offre et de la demande, cela donne très rarement des résultats positifs, que ce soit à Paris ou à San Francisco. Et pourtant, les gouvernements essaient encore et encore.

En 2020, alors que la crise du COVID-19 venait de prendre son envol et que les gens se bousculaient pour se procurer des masques et des désinfectants pour les mains, le gouvernement français n’a pas été en mesure de fournir bon nombre des articles que nous pensions nécessaires à l’époque. Les désinfectants pour les mains étaient en quantité limitée et certains détaillants ajoutaient de fortes majorations de prix pour profiter du manque d’approvisionnement. “Je vous annonce que nous prendrons aujourd’hui le décret d’encadrement des prix des gels hydroalcooliques”, annoncait Bruno Le Maire. La mesure a-t-elle amélioré la disponibilité des désinfectants pour les mains ? Pas du tout, mais elle a satisfait le besoin d’une action de l’État par tant de personnes qui la soutiennent en France.

Alors maintenant que l’Europe est confrontée à une crise énergétique – parce que pendant des décennies nous avons paresseusement compté sur l’énergie bon marché d’autocraties peu fiables –  que nous suggère l’Union européenne ? Vous l’avez deviné : plafonner les prix. En vertu d’un nouvel accord, les pays du G7 interdiront à leurs compagnies d’assurance et de transport maritime de faciliter les expéditions de pétrole russe vers des pays tiers, si elles sont vendues au-dessus de 60 dollars le baril. Le système sera revu tous les deux mois, et l’objectif est de fixer le plafond à un niveau inférieur d’au moins 5 % au prix du marché du brut russe.

Le mouvement n’est pas très prévisible ; il n’est pas non plus sans précédent. La Hongrie a introduit un plafonnement du prix du pétrole et a rapidement vu les stations-service manquer de carburant. L’Associated Press nous explique: « Dans des centaines de stations-service en Hongrie, une mosaïque confuse de panneaux en papier est suspendue aux pompes pour indiquer aux clients ce qui est disponible – ou non – et à quel prix et en quelle quantité. Dans une station de Martonvasar, une ville située à 30 km au sud-ouest de Budapest, la capitale hongroise, un panneau informe les automobilistes qu’ils ne peuvent acheter que deux litres de carburant à un prix réduit fixé par le gouvernement il y a plus d’un an. Selon le propriétaire de la station, cette limite de quantité est dûe au fait que la compagnie énergétique publique MOL n’a pas effectué de livraison de carburant à son entreprise et à de nombreuses autres comme elle, au cours des trois dernières semaines. »

Alors, à quoi peut bien servir un plafonnement du prix du pétrole à l’échelle européenne ? Pour une fois, l’État russe a annoncé qu’il n’accepterait pas les limites de prix, mais certains pourraient faire valoir que la Russie n’a pas vraiment le choix, car l’Europe est un marché vital. La triste réalité est que seule la Russie sait si cela est vrai, et la Russie ne nous le dira certainement pas. Les pays d’Asie centrale achètent du pétrole russe, probablement avec plaisir à des prix supérieurs à ceux fixés par l’UE ; et l’Europe ne peut pas se permettre d’être du côté des perdants d’un tel pari.

En outre, les entreprises énergétiques européennes risquent d’être plus durement touchées par le plafonnement des prix que les producteurs d’origine. L’exemple d’Uniper vient à l’esprit : l’État allemand a dû injecter 15 milliardsd’euros dans l’entreprise pour éviter sa faillite. Ce n’est pas sans raison que la Pologne a longtemps bloqué le plafonnement du prix du pétrole, avant de finir par céder sous la pression politique. Le temps nous dira si nous ajoutons les pénuries de carburant aux pannes d’électricité cet hiver.

Originally published here

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll to top