Chers élus, laissez les trottinettes électriques rouler

Dans les grands centres urbains du monde entier, un petit nombre d’entreprises a déployé des technologies qui devraient être l’une des solutions les plus innovantes aux énormes problèmes de circulation et de mobilité qui affligent nos villes. Avec la nouvelle loi sur l’orientation de la mobilité (LOM), cet avantage pourrait être mis en danger. Par Yaël Ossowski, directeur-adjoint du Consumer Choice Center, et Bill Wirtz, analyste de politiques publiques pour le Consumer Choice Center.

Les trottinettes électriques sont des véhicules de mobilité intelligents qui proposent une révolution dans le traitement des problèmes de la circulation et du “last mile”, donc le problème de la proximité du moyen de transport de la destination désirée.

Comme l’a noté Jeffrey Philips, consultant en innovation, les trottinettes électriques ont fait leurs preuves là où le Segway, le transporteur à deux roues à équilibrage automatique développé en 2001, a échoué. Elles sont bon marché, petites, sans émissions, faciles à utiliser et omniprésentes. La génération précédente de Segways était l’un des outils préférés des plus fortunés, dont le prix était assez élevé pour bloquer le consommateur moyen, et trop grand pour être laissé dans les coins achalandés.

Il y a moins d’un an, cependant, la situation a changé lorsque les entrepreneurs de la Silicon Valley ont dévoilé des trottinettes électriques à prix modique pour en finir avec les embouteillages dans les grandes villes. Les principaux acteurs à ce jour sont Bird, LimeBike et Spin. Cette dernière a été achetée par Ford Motor Company plus tôt ce mois-ci pour près de 100 millions de dollars.

Appels en faveur d’une réglementation

Mais comme pour toute innovation dans le domaine des transports, les appels en faveur d’une réglementation ou d’une interdiction pure et simple ont freiné les perspectives prometteuses qu’offrent les trottinettes. Et ce n’est pas seulement la colère des consommateurs qui les utilisent le plus.

San Francisco, où pratiquement toutes les compagnies de trottinettes électriques sont basées, a interdit tous les trottinettes dans les rues en juin. Seules deux grandes sociétés ont obtenu l’autorisation de reprendre leurs activités à la fin du mois d’août. Seattle, l’une des pires villes en ce qui concerne la circulation, les a rapidement interdites cette année, malgré l’adoption de vélos sans port qui utilisent pratiquement la même technologie.

Tout comme les déploiements rapides d’Uber et d’autres comme Heetch, le déchargement rapide et furtif de centaines de trottinettes du jour au lendemain a incité de nombreuses villes à se battre pour réglementer davantage. Le projet de loi de la loi sur l’orientation de la mobilité (LOM) pose des question à ce sujet. Le document explicatif du gouvernement indique:

“L’article 18 donne aux autorités organisatrices la possibilité de réguler les nouveaux services de mobilité. Il s’agit d’accompagner le développement de nouveaux services (scooters électriques, vélos, trottinettes, voitures en libre-service par exemple) et de nouveaux modèles économiques tout en anticipant les impacts sur les autres modes de transport, la fluidité des déplacements et la gestion des espaces publics.”

Sécurité publique, ordre public, fiscalité

La sécurité publique, l’ordre public et la fiscalité (pas nécessairement dans cet ordre) ont été les principales motivations des organismes de réglementation. Le plus souvent, les villes ont affirmé qu’on ne leur demandait pas la permission. La mentalité ” réglementer d’abord, innover ensuite “ sera sans aucun doute un obstacle à la résolution des problèmes auxquels sont confrontées les villes à travers le pays.

Cela dit, des problèmes existent. Rouler à grande vitesse près des voitures et des piétons sans protection rend les utilisateurs vulnérables aux accidents et aux blessures. Le recours collectif intenté en Californie par des motocyclistes blessés en témoigne. Mais si les villes sont capables d’accueillir des vélos, pourquoi ne pourraient-elles pas en faire autant pour les trottinettes électriques ?

Une plainte souvent entendue est que les utilisateurs de trottinettes roulent sur le trottoir, ignorent les feux de circulation et les abandonnent dans les zones très fréquentées. Mais cela peut être résolu par une réglementation intelligente : permettre aux trottinettes d’utiliser les voies cyclables et de se garer dans les zones réservées aux vélos. Fournir des conseils clairs aux coureurs et aux entreprises.

Bird et LimeBike demandent aux utilisateurs de prendre une photo lorsqu’ils garent leur scooter, en s’assurant qu’il se trouve dans un endroit sûr et légal. Les contrevenants peuvent être exclus de la plate-forme. C’est une technologie qui assure la conformité plutôt qu’une règle bureaucratique.

Lorsque des applications de covoiturage comme Uber, Heetch, DriveNow et Car2go sont apparues dans la rue, les détracteurs ont utilisé des arguments similaires. Cependant, les villes qui ont adopté cette technologie ont réussi à retirer les voitures de la rue, à réduire la pollution et à offrir de nouvelles possibilités économiques. Les collectivités à faible revenu en ont tiré d’énormes avantages.

Aider la société dans son ensemble

Trop souvent, les études sur les effets du covoiturage examinent ce qu’ils visent à perturber : les navetteurs à voiture unique, les transports publics et les taxis. Plutôt que de nous demander s’ils affectent des industries spécifiques, nous devrions nous demander s’ils aident la société dans son ensemble. Et à tout point de vue objectif, ils le font.

Le plus souvent, les innovations qui résoudront des problèmes dans diverses parties de la société seront les initiatives d’entrepreneurs. Si les villes veulent adopter ce changement positif, elles devraient adopter une réglementation raisonnable et intelligente sur les trottinettes électriques.

Originally published at https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/chers-elus-laissez-les-trottinettes-electriques-rouler-799648.html

mm

About Yaël Ossowski

Yaël Ossowski is a journalist, activist, and writer. He's currently deputy director at the Consumer Choice Center, and senior development officer for Students For Liberty. He was previously a national investigative reporter and chief Spanish translator at Watchdog.org, and worked at newspapers and television stations across the country. He received a Master’s Degree in Philosophy, Politics, Economics (PPE) at the CEVRO Institute in Prague. Born in Québec and raised in the southern United States, he currently lives in Vienna, Austria.