fbpx

Jour : 12 septembre 2023

LES TÉLÉCOMS SONT EN GUERRE CONTRE LE STREAMING

Cette opposition ne nuira qu'aux consommateurs, alors que certains coûts contrôlés par les Etats pourraient tout aussi bien être réduits.

En mai dernier, le commissaire européen pour le Marché intérieur, Thierry Breton, a proposé de faire contribuer les plateformes au développement de l'infrastructure numérique, comme les réseaux 5G, ce qui a entraîné des réactions atténuées.

Certains acteurs du secteur des télécommunications estiment que les fournisseurs de contenu et les plateformes de diffusion en continu ne paient pas leur « juste part » pour l'utilisation des réseaux qui transmettent leur contenu. Ils mettent en avant le trafic élevé généré par les services de diffusion en continu, qui sollicitent leurs infrastructures et leurs ressources.

Sauf que ce n'est pas vrai. Et la mise en œuvre de ces règles de répartition équitable se traduirait surtout, au final, par une augmentation des coûts pour les consommateurs, car des sociétés comme Netflix, Disney, Sky – NowTV et la société italienne Mediaset Play seraient tenues de payer pour les réseaux et reporteraient cette augmentation sur les prix de leurs services.

Les infrastructures ne suivent pas

La bataille pour le partage équitable des contributions a révélé un problème majeur sur le marché européen de la connectivité : les fournisseurs de télécommunications sont censés construire les autoroutes de données de l'Europe, mais ils ne disposent pas des capitaux nécessaires pour le faire rapidement. Le manque d'argent place les économies européennes dans une position désavantageuse par rapport à la concurrence, et il faut faire quelque chose. Malheureusement, le commissaire Breton et ses alliés au sein de certaines entreprises de télécommunications historiques considèrent que le coupable est un groupe croissant de fournisseurs de contenu numérique.

L'argument selon lequel les fournisseurs de contenu ne veulent pas payer leur juste part pour l'utilisation du réseau ne résiste pas à l'examen. En effet, les fournisseurs d'accès à Internet, qui, dans de nombreux Etats membres, possèdent l'infrastructure, ne sont pas autorisés à bloquer les services ou le trafic, sauf pour des raisons de sécurité, grâce au règlement 2015/2120, dit « règlement sur l'Internet ouvert ».

L'application de l'idée du partage équitable aux services de diffusion irait à l'encontre de cette disposition, car elle obligerait certains fournisseurs à payer pour l'utilisation du réseau, leur accordant ainsi un traitement différent par rapport aux autres.

Les fournisseurs de télécommunications facturant aux consommateurs l'accès au réseau et aux données ; ils sont donc déjà rémunérés pour l'utilisation de leur infrastructure. Au lieu d'imposer des redevances injustes aux fournisseurs de contenu, l'UE pourrait collaborer avec les Etats membres pour réduire le coût des licences d'utilisation du spectre, c'est-à-dire les redevances que les entreprises de télécommunications payaient pour accéder au spectre de radiofréquences nécessaires à la transmission des signaux sans fil.

Vers un marché unique des télécoms ?

Dans de nombreux États membres, le coût de ces licences peut être exorbitant. Certains se souviennent peut-être encore que l'Allemagne a mis aux enchères le spectre 3G/UMTS pour un total de 50 Mds€ en 2000. Cela représentait 620 € par résident allemand, et les entreprises de télécommunications disposaient ainsi de moins d'argent pour construire l'infrastructure de données nécessaire.

En particulier, voire en supprimant totalement, ces redevances, les fournisseurs de télécommunications disposaient de plus de capitaux, ce qui leur permet d'investir dans les infrastructures et d'améliorer leurs services.

A l'heure actuelle, le spectre n'est généralement « donné » que pour deux décennies. Une propriété appropriée et des marchés secondaires du spectre fonctionnant dans toute l'UE apporteraient également plus de dynamisme à notre marché de la connectivité. Malgré la rhétorique selon laquelle la fin de l'itinérance intra-UE nous a conduits à un marché unique de la connectivité, l'Europe est encore loin d'un marché harmonisé des télécommunications.

La création d'un marché européen compétitif de la connectivité et des télécommunications pourrait s'avérer plus rentable que la tentative de Breton de taxer les plateformes de contenu principalement basées aux États-Unis. Cela profiterait aux consommateurs en améliorant la concurrence, en faisant baisser les prix et en améliorant la qualité des services de télécommunications.

Si la proposition de l'UE visant à faire contribuer les plateformes au développement de l'infrastructure numérique peut sembler raisonnable et facile à mettre en œuvre pour aider les opérateurs de télécommunications, elle créerait plus de problèmes qu'elle n'en résoudrait. Le fonds de recettes fiscales de certains Etats membres a considérablement réduit la connectivité de l'UE et les capitaux disponibles pour des investissements importants dans les infrastructures de réseau.

Les consommateurs paient encore aujourd'hui la facture des ventes aux enchères de fréquences par le biais des prix élevés des forfaits de téléphonie mobile en Allemagne et dans d'autres pays tels que le Royaume-Uni. En revanche, les Etats membres baltes ne paient leurs forfaits qu'entre 5 et 35 € par citoyen, ce qui laisse tout de même aux fournisseurs de réseaux les liquidités nécessaires à la construction d'infrastructures.

Pour surmonter les difficultés financières du secteur des télécommunications, il est préférable de réduire le coût des licences d'utilisation du spectre plutôt que d'imposer des redevances injustes aux fournisseurs de contenu. Une nouvelle approche du spectre profiterait aux consommateurs en renforçant la concurrence, en faisant baisser les prix et en améliorant la qualité des services de télécommunications.

La réforme agricole européenne échoue

Le commissaire de l'Union européenne chargé du Green Deal européen a quitté ses fonctions, un parti d'agriculteurs a pris le contrôle du Sénat néerlandais, le président français Emmanuel Macron a déclaré que les changements réglementaires ne devraient pas être précipités et le plus grand groupe politique de l'UE s'oppose ouvertement aux projets de réforme qui avaient été adoptés. cela fait des années qu'on se prépare. La réforme de la politique agricole promise par l’Union européenne ne s’annonce pas bien.

En Europe, soit la législation meurt tranquillement, soit elle est adoptée en grande pompe. La stratégie « De la ferme à l’assiette » de l’Union européenne est en passe d’atteindre ce dernier objectif. Sa proposition phare visant à réduire de moitié l’utilisation de pesticides d’ici 2030 et à réserver 10 pour cent des terres agricoles à la protection de la biodiversité s’est heurtée à un mur : l’Autriche, la Pologne et la Hongrie bloquent les négociations, les prolongeant peut-être jusqu’aux élections européennes de juin prochain. L'élément de réduction des pesticides des plans formulés dans le règlement sur l'utilisation durable des pesticides a rencontré une opposition pour des raisons pratiques et politiques.

Dès le début, les groupes d'agriculteurs se sont opposés à la loi parce qu'elle porterait atteinte à l'industrie alimentaire européenne. Lorsque le ministère américain de l'Agriculture a fait une évaluation de l'impact sur Farm to Fork, il a constaté que cela augmenterait considérablement les prix agricoles et même contracterait l’économie européenne. C’était avant que les effets économiques du COVID-19 ne se manifestent pleinement et avant le début de la guerre en Ukraine. Pourtant, la Commission européenne a tenu bon malgré la montagne de critiques ; Frans Timmermans, commissaire du Green Deal, a même déclaré : « Nous nous sommes habitués à ce que la nourriture soit trop bon marché. »

L'été dernier, les agriculteurs néerlandais ont renversé l'illusion des politiciens européens selon laquelle l'agriculture, en tant que domaine politique, pouvait simplement être balayée sous le tapis. Les protestations à grande échelle des agriculteurs ont porté sur la question des émissions d'azote, que le gouvernement néerlandais cherchait à réduire pour respecter les règles de l'UE. L’élevage, responsable en partie de ces émissions (tout comme la construction et l’aviation), a été explicitement ciblé par un programme de rachat visant à réduire de près d’un tiers le nombre d’élevages aux Pays-Bas. Malgré cela, dans leur colère, les agriculteurs ont brûlé des boules de foin et bloqué l'accès aux aéroports, l'opinion publique était de leur côté. Lors des récentes élections sénatoriales aux Pays-Bas, le Mouvement citoyen des agriculteurs est devenu le parti le plus puissant, désormais prêt à avoir son mot à dire dans l'élaboration des politiques du pays.

Les événements politiques aux Pays-Bas ont servi de sonnette d'alarme pour les partis politiques à travers l'Europe, en particulier ceux de centre-droit qui comptaient traditionnellement sur le soutien des agriculteurs et qui se voient désormais menacés par l'émergence de partis paysans à vocation unique aux Pays-Bas. élections. En plus de protester, les agriculteurs néerlandais ont montré qu’ils pouvaient s’engager dans une voie politique et que les agriculteurs, en tant que fournisseurs de produits alimentaires, avaient des normes publiques bien plus élevées que celles reconnues auparavant.

Timmermans quitte désormais son poste pour se présenter au poste de Premier ministre. Compte tenu de son bilan en matière de politique environnementale, il est difficile de dire si les électeurs néerlandais lui donneront une chance.

Les agriculteurs ne le feront certainement pas. 

Pendant ce temps, le Parti populaire européen de centre-droit se présente comme le parti des agriculteurs, avertissant même que la réduction des terres agricoles pourrait conduire à une « famine mondiale » et mettre « les agriculteurs à la faillite ».

Alors que les dernières élections européennes de 2019 ont donné plus de marge de manœuvre aux écologistes, qui ont tenté de mettre en œuvre des objectifs ambitieux, il semble que les réalités de la pandémie de COVID, les troubles économiques qui en ont découlé et la guerre en Ukraine les en empêcheront. de donner suite à leurs projets. Il est probable que nous assisterons à un glissement vers le centre et le centre-droit et, par conséquent, à une politique agricole différente.

Un changement positif qui a été annoncé et qui atterrira sur la table des négociations de la prochaine Commission européenne est l'autorisation des cultures génétiquement modifiées. Jusqu’à présent, la commercialisation de nouvelles techniques génomiques dans la production alimentaire était pratiquement impossible. Mais grâce à ces changements juridiques, l’Europe rattrapera enfin les réalités technologiques des États-Unis et du Canada.

Du point de vue de l’autonomie stratégique européenne, le fait que la stratégie de la ferme à la table risque d’échouer est une bonne nouvelle, car l’Europe ne peut pas se permettre une dépendance alimentaire accrue. Les importations d’aliments pour animaux et d’engrais provenaient d’Ukraine et de Russie jusqu’à ce que la guerre mette fin à la dépendance de l’Europe à l’égard de ces deux pays. Réduire l’impact environnemental de l’agriculture en réduisant la taille du secteur ne peut pas être une stratégie d’avenir pour l’Europe.

Publié à l'origine ici

L'interview de Viktor Orban avec Tucker Carlson montre pourquoi il ne mérite pas les éloges du GOP

Premier ministre hongrois Viktor Orban a donné une interview la semaine dernière à Tucker Carlson , qui est un invité de retour en Hongrie. (Le père de Carlson est directeur d'une société de lobbying à Washington. La Hongrie a contracté pour représenter ses intérêts.) L'entretien d'Orban avec Carlson visait à prouver aux Républicains qu'il est un homme politique avisé qui propose d'excellentes solutions à la foule conservatrice. Cependant, l’interview a prouvé qu’il est un opportuniste qui profite de toutes les occasions pour s’en prendre aux États-Unis, même si cela implique de répéter la propagande russe.

Si le Premier ministre hongrois a une nouvelle fois offert son soutien inconditionnel à l’ancien président Donald Trump, il a également fait des déclarations qui montrent qu’il n’est pas le leader conservateur que certains prétendent être.

Lors de son passage chez l’ancienne star de Fox News, Orban a affirmé que l’idée que l’Ukraine pourrait vaincre la Russie était un « mensonge » car les Russes sont « bien plus nombreux » et a ajouté que l’Ukraine ne serait jamais membre de l’OTAN. Selon lui, la Russie n’abandonnera jamais ses objectifs stratégiques en Ukraine, c’est pourquoi la stratégie de soutien à Kiev est « mauvaise ». Le sénateur Lindsey Graham (R-SC) n'a clairement pas reçu le mémo : il dit à Kyiv le 23 août, il a coûté aux États-Unis 31 TP3T de leur budget annuel de défense pour « détruire la moitié de l’armée russe ».

Le dirigeant hongrois a également souligné qu’il avait averti les États-Unis à chaque sommet de l’OTAN que l’envoi d’un seul soldat de l’OTAN en Ukraine déclencherait la Troisième Guerre mondiale. Pourtant, les Américains pompeux ne l’écoutent jamais. Il s’agit d’une falsification évidente : le président Joe Biden n’envoyait manifestement pas de troupes américaines en Ukraine pour participer au conflit lorsque celui-ci a débuté le 24 février 2022. 

Ces discours diffusés par le Premier ministre hongrois et le parti au pouvoir, le Fidesz, nuisent non seulement à l'image du Parti démocrate en Hongrie, mais aussi à celle de l'ensemble des États-Unis, que le Fidesz utilise pour transformer la population hongroise. contre l'un de ses principaux alliés. Les Hongrois moyens ne feront pas de différence entre les États-Unis de Biden et ceux de Trump. Ils ne verront que les États-Unis. négativement pour être prétendument « responsables » de la guerre en Ukraine, qui, comme on leur dit, est à l’origine des difficultés économiques qu’ils connaissent. Et aucun républicain sensé ne peut se réjouir qu’un chef de gouvernement allié répande de la désinformation directement venue de Russie. la propagandeprises électriques.

Le Premier ministre hongrois a ajouté que la présidence de Trump mettrait rapidement fin à la guerre si Trump arrêtait les flux financiers vers l'Ukraine. Et tandis que Trump et  quelques autres républicains Bien que certains aient joué avec cette idée, d’autres, comme le leader de la minorité sénatoriale Mitch McConnell (R-KY), fervent partisan de l’aide, n’ont visiblement pas été informés de cette solution « facile » pour ramener la paix. Le gouvernement hongrois n’a jamais mentionné la voie la plus simple vers la paix : retirer immédiatement toutes les forces russes des territoires ukrainiens. Il est très curieux que les dirigeants hongrois, en tant que voix autoproclamées de la paix, fassent une telle omission. 

Le Premier ministre affirme que toute l’analyse de la guerre entre l’Ukraine et la Russie repose sur son excellente connaissance de la Russie, que les Américains ne possèdent pas. Cela mérite également d’être examiné de près : en 2008, Orban, alors dans l’opposition, a déclaré : L'attaque de la Russie en Géorgie était une « agression militaire », ajoutant qu’une politique pro-russe ne servait pas les intérêts hongrois. La même année, l'actuel ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto fustigé contre les actions russes en Géorgie lors d'une manifestation devant l'ambassade de Russie, ajoutant que les Russes ont « géré » l'invasion de la Géorgie de la même manière qu'ils l'avaient fait avec la Hongrie en 1956. 

Depuis ce jour, le président russe Vladimir Poutine a décerné à Szijjarto l'Ordre de l'amitié, et le ministère hongrois des Affaires étrangères n'a pu offrir qu'un faible réponse à un livre d'histoire russe commandé par l'État décrivant la révolution hongroise de 1956 comme une révolution « fasciste ». Ainsi, si le Premier ministre et le ministre hongrois des Affaires étrangères comprenaient les méthodes russes en 2008 mais pensent maintenant exactement le contraire, la connaissance de la Russie par Orban et le Fidesz peut être remise en question. 

En fait, ce n’est pas cette excellente compréhension qui oriente la politique russe d’Orban, mais plutôt un simple opportunisme politique. La Hongrie, comme Szijjarto l'a souligné à juste titre en 2008, sait précisément ce qu'implique l'occupation russe, et ses dirigeants ignorent malgré tout l'invasion de l'Ukraine par la Russie, par simple calcul politique.

Finalement, le réclamations Le fait que l’administration Biden ait soutenu l’opposition hongroise lors des élections générales de 2022 doit être abordé. Premièrement, il n’existe, à ce jour, aucune preuve solide qu’une institution américaine ait financé l’opposition hongroise avec « une somme énorme » pour vaincre le Fidesz.

Cependant, l’interview ne mentionne jamais qu’une fondation semi-étatique hongroise, le Centre des droits fondamentaux, a reçu environ un million d’euros pour organiser une « conférence internationale », ce qui implique la CPAC qui se tiendra à Budapest en mai 2022. Ces fonds provenaient des contribuables hongrois. C'était aussi pas mentionné que les conservateurs américains tels que Rod Dreher sont payés par des organisations dans lesquelles le gouvernement hongrois a investi des milliards pour construire un réseau conservateur, améliorant ainsi l'image du Fidesz dans le monde. La source des « investissements » ? Le contribuable hongrois, dont salaire médian net en février, il s'élevait à 295 600 HUF, soit environ $846.

Outre son politiques économiques de gauche , Orban ne devrait pas être considéré comme un modèle pour les républicains en raison de son incompréhension fondamentale ou de son déni délibéré des intérêts occidentaux, de la répétition des récits de propagande russe qui affectent la façon dont les Hongrois perçoivent les États-Unis et de l'utilisation de l'argent des contribuables hongrois pour restaurer l'image de son pays. gouvernement à l’échelle mondiale plutôt que d’améliorer l’économie.

Publié à l'origine ici

La vanité écologiste sur la gestion forestière de base apportera encore plus de dévastation

Quand nous voyons les milliers de personnes touchées par les flammes qui ont ravagé les forêts et les maisons à Hawaï, ou dans les vastes étendues sauvages de l’ouest du Canada et de la Californie, il est facile d’être à la fois choqué et en colère.

Les forêts vierges, les maisons et les villages entiers n’existent plus comme autrefois. À Lahaina, la région la plus touchée par les incendies de forêt à Maui, au moins 115 vies ont été perdues et plus de 1,4 milliard de dollars de biens ont été détruits.

Même si les causes sous-jacentes de cette dévastation continuent d'être examinées – qu'il s'agisse de la négligence des services d'électricité, de la politique de l'eau ou du changement climatique – il n'en reste pas moins que les méthodes éprouvées de prévention des incendies n'ont pas suffi. Ou peut-être que, dans la poursuite d’objectifs plus nobles, nous avons été trompés par des groupes d’activistes malavisés qui ont mis de côté des connaissances éprouvées.

Un tel exemple, les brûlages dirigés, est considéré la méthode la plus efficace de prévention des incendies, tant pour les forêts que pour la végétation. Dans le but de réduire la végétation sèche et le bois, des incendies sont délibérément allumés dans les forêts et les terres agricoles de manière contrôlée, à la fois surveillée et réglementée.

Cette pratique est pratiquée par les producteurs de canne à sucre de Floride, les entreprises forestières de toute la côte ouest et les autorités forestières de tout le pays. Ces brûlures contrôlées sont sans controverse dans la gestion forestière et dans la majeure partie de l'agriculture, et constituent une partie nécessaire du cycle de gestion des forêts et des terres qui seraient autrement vulnérables aux incendies.

Mais pour beaucoup groupes environnementaux et certains régulateurs étatiques et fédéraux, les incendies contrôlés par l'industrie et les agences publiques posent des risques importants aux ambitions climatiques et aux préoccupations environnementales plus larges qui devraient l’emporter sur leur utilisation.

La récente mise à jour du Clean Air Act par l'Environmental Protection Agency, par exemple, impose règles sanitaires en matière de qualité de l'air qui limitent efficacement les brûlages dirigés dans les communautés locales, un point sur lequel plusieurs membres du Congrès californien ont insisté. exhorté l’agence doit reconsidérer sa décision.

Tout au long de la pandémie, le US Forest Service arrêt des brûlages dirigés dans l’Oregon, l’État de Washington et la Californie, craignaient que la fumée n’exacerbe les effets du virus respiratoire.

En Californie, l'administration du gouverneur Gavin Newson a fixer un objectif de brûler jusqu'à 400 000 acres par an dans des « feux bénéfiques » des réglementations lourdes et les retards dans l'obtention des autorisations ont entravé les efforts déployés par les entreprises privées et les autorités locales pour recourir aux brûlages.

Les groupes écologistes à travers le continent ont également déployé leurs efforts pour mettre fin aux brûlages dirigés, tant dans la foresterie que dans l'agriculture, en utilisant des poursuites judiciaires et des dispositions constitutionnelles pour plaider en faveur de normes environnementales visant à restreindre leur utilisation.

Au cours de la dernière décennie en Floride, le Sierra Club et d'autres groupes ont lancé plusieurs poursuites judiciaires liées à la santé contre les producteurs de sucre, dans l'espoir de mettre un terme au brûlage avant la récolte dans les champs de canne à sucre, qui est utilisé pour séparer la précieuse récolte de canne à sucre des herbes inflammables qui l'entourent. Un recours collectif très médiatisé a d'abord été rejeté par le juge faute de preuves, puis plus tard. volontairement abandonné, au grand dam des militants.

Des efforts similaires ont toutefois été couronnés de succès à Hawaï, où un amendement constitutionnel garantissant un « environnement propre et sain » a été récemment adopté. interprété par la Cour suprême de l'État pour confirmer le refus de permis d'une centrale à biomasse qui prévoyait d'utiliser des brûlages contrôlés.

Cependant, les écologistes forestiers ont clairement indiqué que davantage de brûlages dirigés auraient évité une grande partie des incendies dévastateurs à Hawaï. Selon le Washington Post, l'exode des producteurs de canne à sucre et d'ananas au fil des décennies a laissé des milliers d'acres de prairies hautement inflammables à Maui. non géré, fournissant le carburant nécessaire pour alimenter l'incendie probablement déclenché par une ligne électrique tombée en panne.

Pour un État soucieux d’une gestion responsable de l’environnement, mais désormais ravagé par les récents incendies de forêt, les efforts visant à mettre un terme à la gestion responsable des forêts et des terres nous laissent avec plus de questions que de réponses.

Les agents publics et l’industrie privée seront-ils toujours autorisés et encouragés à utiliser des brûlages dirigés et à éviter ce type de catastrophes ? Ou les craintes des militants écologistes face à de futures crises climatiques limiteront-elles leur utilisation ?

La priorité pour nous tous doit être des stratégies écologiquement durables, fondées sur des données probantes, qui peuvent aider à équilibrer toutes ces préoccupations. Pour l’instant, cela signifie que la gestion des forêts et des terres doit rester une solution.

Publié à l'origine ici

Le choix du consommateur reste le meilleur moyen de gouverner les marchés

L'une des questions qu'on m'a posées au cours des années où j'ai travaillé au Consumer Choice Center est de savoir ce que signifie précisément défendre le choix du consommateur – la base sur laquelle il repose. On pourrait dire que l’indice réside dans le nom, mais le choix du consommateur s’accompagne d’un ensemble de conditions préalables qui nécessitent le bon fonctionnement d’une économie de marché.

En un mot, le choix du consommateur décrit l’idée selon laquelle les consommateurs devraient pouvoir choisir librement d’acheter ou non un produit ou un service, sur la seule base de leur propre jugement et en fonction des désirs et des besoins qu’ils se sont eux-mêmes fixés. Les réglementations gouvernementales du monde entier nient de nombreux aspects de ce principe.

Par exemple, certaines réglementations vous obligent à acheter certains services, comme une assurance, même si vous vous sentez peut-être plus à l’aise de vous assurer vous-même ou d’acheter le service sur la base d’un abonnement.

D’un autre côté, le gouvernement dispose également d’une liste de produits et de services que vous n’êtes pas autorisé à acheter et fixe même des règles concernant le moment et le lieu pendant lesquels vous êtes autorisé à les acheter. Citons par exemple les restrictions sur les délais de vente de l'alcool, les interdictions sur les produits de vapotage ou les réglementations telles que la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) qui empêchent de nombreux expatriés américains d'accéder à des comptes bancaires à l'étranger.

L’ennemi du choix du consommateur est le plus souvent la réglementation gouvernementale, mais cela ne signifie pas que tous les moyens réglementaires sont automatiquement contraires au choix du consommateur. Les substances qui pourraient être nocives pour les mineurs devraient leur être inaccessibles. En outre, en cas de promesses frauduleuses de la part des producteurs ou de préjudice causé par des produits défectueux, les consommateurs devraient pouvoir demander réparation devant les tribunaux.

Un reproche courant à ces principes est que même s'il existe un marché ouvert, les consommateurs n'ont pas accès à une variété de fournisseurs de services. Cela vient souvent d’une mauvaise compréhension des règles qui régissent actuellement le marché. Sur le marché de l’assurance maladie ou dans le secteur bancaire, l’absence d’un nombre suffisant de prestataires de services vient des lourdes barrières à l’entrée sur le marché qui empêchent les entrepreneurs d’accéder au marché.

Ou pensez au covoiturage : alors qu’Uber ou Lyft ont perturbé le marché des taxis, nous retombons malheureusement dans le piège des lobbies des taxis dans les villes qui tentent agressivement de réglementer l’économie du partage. Le malentendu ne réside pas nécessairement dans l’influence du gouvernement sur l’ouverture du marché, mais aussi dans ce qui constitue une concentration excessive du marché.

Prenons l'exemple d'Amazon, actuellement ciblé par la FTC car il consolide et propose probablement trop de produits et services différents via son offre groupée Amazon Prime. Malgré ses succès, Amazon est loin de représenter un monopole sur le marché : l'activité de commerce électronique d'Amazon représente moins de 40% de la part de marché du commerce électronique, et étant donné que le commerce électronique ne représente que 15% de l'ensemble du commerce de détail aux États-Unis, cela fait d'Amazon un curieux monopole avec une part de marché remarquable de… 6%.

Nous devons définir les termes et fournir un contexte, et nous assurer que les conditions du choix des consommateurs sont remplies : nous avons besoin d'un marché ouvert et libre qui permette aux entreprises de rivaliser pour attirer les consommateurs, et non l'inverse. Lorsque le consommateur a le choix, nous constatons les effets d’entraînement de la créativité et de l’innovation.

Le choix du consommateur est également une approche neutre et sans jugement pour visualiser les habitudes d'achat. Ceux qui souhaitent soutenir l’agriculture biologique peuvent faire leurs achats chez Whole Foods et sur les marchés de producteurs biologiques, tandis que d’autres peuvent faire leurs achats à moindre coût (et de qualité égale) dans d’autres magasins.

Ceux qui croient que le succès entrepreneurial et les services d’Amazon méritent d’être admirés peuvent utiliser ses services, tandis que ceux qui croient que cela représente la décadence morale du capitalisme avancé sont libres d’acheter d’occasion et localement. Avec le choix du consommateur, les consommateurs peuvent boycotter les produits parce qu'ils pensent que le PDG a dit quelque chose d'insensible, et d'autres peuvent acheter les produits parce qu'ils soutiennent les déclarations (ou les produits) faites.

Les entreprises dépensent des milliards de dollars en agences d’études de marché, en questions publicitaires et en analyses basées sur l’IA pour déterminer ce que veulent les consommateurs – car le seul vote qui compte pour elles est celui de la confiance du consommateur. Cependant, lorsque le marché est limité à quelques entreprises et/ou produits par la réglementation, les consommateurs sont privés de ce droit de vote.

Le choix du consommateur est le seul moyen productif de gouverner notre système de marché : il garantit l’individualité et la liberté d’expression pour tous.

Publié à l'origine ici

Pourquoi l'agriculture n'est-elle pas un sujet dans les débats présidentiels ?

Dans 2016 et 2020 , les agriculteurs ont massivement soutenu Donald Trump pour président. Les antécédents de son administration justifient ce choix, puisque Trump a nommé des directeurs d’agence qui ont annulé les réglementations inutilement strictes de l’ère Obama sur les produits chimiques de protection des cultures, essentiels à la lutte contre les parasites et à la préservation des rendements. 

Maintenant, avec le président Joe Biden approche de la fin de son mandat et après avoir remonté une grande partie des années Obama où l'Agence de Protection de l'Environnement ouvrait les vannes de la réglementation des pesticides tout en injectant d'importantes mesures de relance verte dans le secteur agricole, où agriculture comme un enjeu dans le débat national ?

Une grande partie des débats présidentiels consistent à ressasser des points des deux derniers mandats présidentiels. Le droit aux armes à feu, l’immigration et la conduite de Trump pendant son mandat sont certes des sujets importants, mais l’impact de la politique agricole sur les consommateurs ne peut être sous-estimé. Ces dernières années, des sujets tels que incendies répétés dans les élevages (qui a tué un demi-million d’animaux de ferme en 2022), le augmentation des ravageurs agricoles en raison du changement climatique, des pénuries d'approvisionnement et des coûts plus élevés dus à ouragans , la pénurie d'herbicides à l'échelle nationale , et 5% inflation des prix alimentaires Les conséquences sur les consommateurs ont toutes contribué à rendre le système agricole et alimentaire moins résilient aux États-Unis.

Pendant ce temps, les débats sur le Farm Bill 2023 reprennent se concentrer principalement sur les avantages SNAP et l’éligibilité , laissant de côté une conversation beaucoup plus opportune sur la productivité et l’indépendance du système agricole. Quelles sont les solutions pratiques à la pénurie d’engrais en période de sanctions contre la Russie ? Quel rôle le gouvernement devrait-il jouer dans la conservation ou l’agriculture biologique à travers des subventions agricoles ? Est-il raisonnable que les États-Unis poursuivent une longue série de batailles judiciaires sur les pesticides alors que les décisions sur les autorisations devraient plutôt être prises au Congrès après l'avis d'organismes scientifiques ? Ce sont des questions qui ne sont pas posées aux candidats à la présidentielle, même si une fois au pouvoir, le président a un impact clé sur ces questions à travers ses nominations à l'agence.

Il est vrai que les agriculteurs ne sont pas considérés comme un bloc électoral suffisamment important lors des élections. Emplois directs à la ferme représentés un peu plus de 1% d’emploi total en 2023. Cela dit, lorsque l’on prend en compte l’ensemble des secteurs agricoles et alimentaires, cela fait un bon 10% de la main d’œuvre totale, qui prend une importance exponentielle, notamment dans les swing states clés. 

Il se peut également que les agriculteurs aient été victimes du sentiment d’être considérés comme allant de soi. Alors qu’ils soutiennent massivement les candidats républicains, les démocrates estiment qu’il leur est plus facile de présenter l’agriculture comme un problème environnemental plutôt que d’aborder les subtilités et les défis de l’agriculture moderne et les véritables difficultés auxquelles les professionnels sont confrontés. C’est pourquoi les représentants des agriculteurs auraient intérêt à aligner leurs intérêts sur ceux des consommateurs.

Les consommateurs ignorent souvent le travail éreintant consacré à leur approvisionnement alimentaire et l’impact des changements réglementaires sur les prix qu’ils voient dans les supermarchés. Lorsque les appels à une administration sont lancés non seulement pour protéger les intérêts des agriculteurs mais aussi de ceux qui achètent leurs produits, c’est là que la base électorale gonfle.

Présenter l’agriculture non seulement comme une question politique de niche, mais comme une question qui affecte le pouvoir d’achat et le bien-être des consommateurs peut aider à mieux comprendre les opinions des candidats à la présidentielle et peut sortir l’agriculture de son obscurité et la placer sous le feu des projecteurs qu’elle mérite.

Publié à l'origine ici

Les loueurs de piscines privées doivent cesser d’exploiter les « piscines publiques »

Des piscines d'arrière-cour à travers le Triangle sont disponibles à la location, annoncées sur l'application Swimply comme « Joyau caché », « Oasis privée » et « Retraite tropicale ».

Cependant, certains hôtes du site sont repoussés par les autorités locales. On demande aux hôtes de cesser de fonctionner comme un « pool public » sous peine de subir les conséquences.

Il n’existe pas de loi en Caroline du Nord régissant spécifiquement la location de piscines extérieures ; mais les directives du ministère de la Santé et des Services sociaux indiquent que si vous louez la piscine de votre jardin, la piscine est considérée comme publique.

Le comté d'Orange a déclaré qu'il suivait ces directives lorsqu'il a envoyé une lettre à Chris Paolucci lui disant de cesser d'exploiter la piscine de son jardin en tant que piscine publique.

Paolucci est un hôte Swimply et loue sa piscine à d'autres personnes qui n'ont peut-être pas accès à la piscine.

"Cela donne cette opportunité aux personnes qui n'en ont pas, et cela nous donne la possibilité de couvrir nos coûts", a déclaré Paolucci à 5 On Your Side.

Swimply fonctionne comme les autres applications de partage Airbnb et Vrbo, mais c'est uniquement pour les piscines et les visiteurs peuvent louer à l'heure.

"En général, c'est comme si 2 à 5 personnes venaient, de petites familles", a expliqué Paolucci à propos de son expérience d'hébergement sur Swimply.

Paolucci a déclaré qu'il était confus lorsqu'il a reçu la lettre du comté d'Orange. La lettre indiquait que Paolucci avait besoin d'un examen du plan de piscine publique, d'une piscine de qualité commerciale et d'un permis d'exploitation du comté pour continuer à fonctionner en tant que piscine publique.

Lire le texte complet ici

Pentingnya Menjaga Hak Kekayaan Intelektual pour Pembangunan Berkelanjutan

Persoalan mengenai kerusakan lingkungan and pemanasan global saat ini merupakan masalah global yang menjadi fokus berbagai negara and an organisasi di seluruh dunia. Banyaknya lingkungan yang tercemar, and an juga temperatur yang semakin meningkat, telah mendatangkan berbagai bencana yang menimpa banyak orang di seluruh dunia, mulai dari erosi, banjir besar, krisis air bersih, hinggal gelombang panas.

Seiring dengan perkembangan teknologi, pemakaian energi yang kita gunakan juga semakin meningkat. Tidak bisa dipungkiri bahwa, les technologies telles que membawa banyak manfaat bagi kehidupan miliaran orang di seluruh dunia. Berkat perkembangan teknologi, kita bisa menikmati lampu di malam hari, bepergian dengan jauh secara lebih cepat, and an mengakses informasi secara lebih luas.

Tetapi di sisi lain, pemakaian yang semakin besar juga membawa Damak yang negatif, seperti pemanasan global dan juga kerusakan lingkungan yang disebabkan oleh berbagai hal, mulai dari polusi udara, sampah yang semakin menumpuk karena konsumsi yang semakin meningkat, and lain sebagainya. Cependant, je vous ai dit qu'il fallait que vous mémorisiez la technologie de pointe pour vous aider à trouver le meilleur de Mustahil.

Pour cela, vous devez vous assurer que vous êtes à la recherche d'un moyen efficace et que vous avez une idée de ce qui se passe à l'échelle mondiale. Il s'agit tout d'abord d'un programme qui vous permettra d'atteindre le but ultime, votre nom étant « Pembangunan Berkelanjutan » pour le développement durable.

Pembangunan berkelanjutan, atau Sustainable development, sendiri, dimaknai sebagai pembangunan yang dapat memenuhi kebutuhan kita saat ini, tetapi pada saat yang sama juga tidak mengorbankan kemampuan dari generasi mendatang untuk memenuhi kebutuhannya. Secara konsep, ada banyak cara pour vous interpréter et memahami pembangunan berkelanjutan. Tetapi, pour l'instant, bagaimana kita bisa menyeimbangkan kebutuhan kita dengan condisi serta batas-batas lingkungan, condisi ekonomi, and condisi sosial yang kita hadapi saat ini di dalam masyarakat di seluruh dunia (un.org, 13/3/2023).

Dengan demikian, dimensi dari pembangunan berkelanjutan ini tidak hanya pada isu lingkungan saja, tetapi juga isu ekonomi dan sosial, seperti memastikan penyediaan layanan kesehatan, pangan yang tercukupi, et juga akses air bersih bagi semua orang, serta agar seluruh anak-anak usia sekol ah bisa mendapatkan pendidikan. Pour vous guider dans le court métrage, tentez de vous exprimer en toute simplicité jusqu'à ce que vous appreniez.

Pour cela, inovasi et juga perkembangan teknologi merupakan sesuatu yang sangat penting pour mewujudkan adanya berbagai hal penting laconique. Pour que vous puissiez vous familiariser avec la science et la technologie, vous apprendrez des technologies innovatrices et vous vous souviendrez de l'essentiel de votre expérience.

Selain itu, agar semua orang mendapatkan pangan and nutrisi yang tercukupi misalnya, dibutuhkan kemajuan teknologi untuk memastikan bahan pangan bisa dipanen and diproduksi secara lebih cepat and produktif. Terkait di bidang kesehatan misalnya, inovasi and kemajuan teknologi tentu merupakan hal yang sangat penting, agar berbagai penyakit kronis dapat segera disembuhkan an diatasi.

Aujourd'hui, vous êtes innovateur en technologie, pour vous aider à faire le plein d'idées, en vous aidant de tout ce que vous avez à faire. Agar fasilitas kesehatan and sarana pendidikan bisa dibangun and diakses oleh seluruh lapisan masyarakat misalnya, dibutuhkan dana yang besar pour menyediakan berbagai sarana dan fasilitas concis.

Afin de vous aider à développer votre entreprise, vous serez en mesure d'innover en matière de technologie et de pertubation économique pour vous aider à réaliser des tâches ménagères. Salah a joué un rôle important dans la compréhension de l'importance de la compréhension intellectuelle du yang kuat.

Melalui perlindungan a kekayaan intelektual yang kuat, maka perusahaan and inovator akan memiliki insentif yang semakin besar pour berkarya yang berinovasi (financierworldwide.com, octobre 2021). Kita tidak bisa memungkiri bahwa, peran perusahaan and dunia usaha dalam rangka pembangunan berkelanjutan sangat penting. Terkait dengan polusi udara dan kerusakan lingkungan misalnya, bisa kita lihat saat ini berbagai perusahaan teknologi berlomba-lomba membuat kendaraan pribadi berbasis listrik sebagai salah satu solusi untuk mengurangi polusi udara, khususnya yang berasal dari kendaraan bermotor.

Bila semakin banyak sarana transportasi yang melakukan migrasi bahan bakar dari yang menggunakan bahan bakar fosil menjadi menggunakan listrik, hal ini tentu merupakan sesuatu yang sangat positif. Dengan demikian, polusi udara bisa semakin berkurang, and akan semakin banyak penduduk yang bisa menikmati udara bersih and segar.

Di bidang lainnya, seperti pangan misalnya, peternakan sapi merupakan salah satu sumber emisi gas rumah kaca terbesar (epa.gov, 28/4/2023). Hal ini karena gas metana yang dikeluarkan oleh sapi. Pour vous aider à trouver un aperçu de la technologie, vous devez vous familiariser avec les produits de synthèse des produits de base pour les tissus de sel et les tissus de laboratoire.

Bila hal tersebut sudah bisa kita lakukan secara masif, berarti kita sudah bisa menyelesaikan salah satu sumber utama produsen gas rumah kaca. Tidak hanya itu, lahan-lahan luas yang sebelumnya digunakan untuk peternakan sapi kini bisa dikembalikan kepada alam melalui programme reboisasi untuk menumbuhkan kembali hutan-hutan yang hilang karena pembangunan peternakan.

Sebagai penutup, perlindungan hak kekayaan intelektual yang kuat merupakan salah satu facteur yang penting pour tuk menunjang pembangunan berkelanjutan. Melalui perlindungan a kekayaan intelektual yang kuat, maka insentif bagi para inovator to berinvoasi juga akan semakin meningkat, and akan akan berbagai berbagai product yang bermanfaat bagi public. Dengan demikian, ekonomi juga semakin berkembang, et akan semakin banyak pemasukan negara yang didapatkan melalui pajak pour membiayai berbagai programme social yang penting bagi masyarakat.

Publié à l'origine ici

proche
fr_FRFR