fbpx

Mois : juin

Entidade de defesa do consumidor critica aéreas por demora nos reembolsos

De acordo com dados da Iata, as empresas aéreas no mundo têm US$ 35 bilhões em reembolsos de passagens aéreas

O Consumer Choice Center (CCC), organização internacional de defesa do consumer com atuação em mais de cem países, divulgou uma carta aberta aos presidentes das empresas aéreas, criticalando práticas de reembolso adotadas por companhias aéreas durante a pandemia de covid-19.

A carta tambem foi endereçada à Associação Internacional de Transporte Aéreo (Iata, na sigla em inglês) et à Organização da Aviação Civil Internacional (OACI). De acordo com dados da Iata, as empresas aéreas no mundo têm US$ 35 bilhões em reembolsos de passagens aéreas, de voos canceladose durante a pandemia de covid-19.

No documento, assinado por Fred Roeder, director geral do CCC, a entidade afirma que "muitos agentes do setor não se importam com contratos, leis e promessas feitas a seus clientes".

De acordo com a entidade, consumidores têm gastado horas com o atendimento de companhias aéreas para tentar recuperar o dinheiro gasto em voos cancelados. Mas, frequentemente, as empresas tentam forçar os clientes a aceitar cupons para viagens futuras.

"Dar a um consumidor a opção de um cupom é bom. Mas negar o reembolso, como muitos de vocês ainda fazem, não é apenas contra a lei, mas também irrita os consumidores. Como sabemos se teremos condição de decolar no próximo ano para fazer a longa viagem que planejamos para este ano ? Como sabemos se sua companhia aérea ainda estará no mercado?”, questiona o CCC na carta.

Une entidade ainda acrescenta que "centenas de milhões de contribuintes em todo o mundo já estão ajudando vocês através de pacotes de socorro degovernmentos". “Queremos ajudá-los a permanecer no negócio, mas vocês tambem precisam respeitar as regras existentes e reembolsar os clientes”, conclui o CCC na carta.

Fabio Fernandes, gerente global de comunicação e relação com a mídia do CCC, disse que diversas empresas aéreas não estão cumprindo suas políticas de reembolso e desrespeitam as leis. Il s'agit des domaines RyanAir, AirEuropa, Air Canada, EasyJet et Alitalia. De acordo com Fernandes, a pior companhia é a RyanAir, qu'ainda não reembolsou 8 de cada 10 passageiros britânicos com viagens canceladas.

"Na Europa, a legislação estabelece o reembolso integral em caso de voos cancelados, e não apenas um voucher para ser usado na próxima viagem. Existe pressão em Bruxelas dos países membros da União Europeia para uma interpretação diferente dessa regra, porém os esclarecimentos da Comissão Europeia de 18 de março reafirmam o reembolso da tarifa do bilhete para voos cancelados, mesmo no caso do covid-19 », afirmou Fernandes.

Fernandes disse que espera que a Iata, como representante das empresas aéreas, sugira aos seus membros que façam o reembolso immediato dos voos cancelados.

Procurada, a Iata informou em nota qu'a política de reembolso "é uma decisão comercial de cada companhia aérea". E acrescentou qu'a Iata "não tem condições de aconselhar sobre as exigências legais de cada país".

Conteúdo publicado originalmente no Valor PRO, serviço de notícias em tempo real do Valor


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Entidade de defesa do consumidor critica aéreas por demora nos reembolsos

De acordo com dados da Iata, as empresas aéreas no mundo têm US$ 35 bilhões em reembolsos de passagens aéreas

O Consumer Choice Center (CCC), organização internacional de defesa do consumer com atuação em mais de cem países, divulgou uma carta aberta aos presidentes das empresas aéreas, criticalando práticas de reembolso adotadas por companhias aéreas durante a pandemia de covid-19.

A carta tambem foi endereçada à Associação Internacional de Transporte Aéreo (Iata, na sigla em inglês) et à Organização da Aviação Civil Internacional (OACI). De acordo com dados da Iata, as empresas aéreas no mundo têm US$ 35 bilhões em reembolsos de passagens aéreas, de voos canceladose durante a pandemia de covid-19.

No documento, assinado por Fred Roeder, director geral do CCC, a entidade afirma que "muitos agentes do setor não se importam com contratos, leis e promessas feitas a seus clientes".

De acordo com a entidade, consumidores têm gastado horas com o atendimento de companhias aéreas para tentar recuperar o dinheiro gasto em voos cancelados. Mas, frequentemente, as empresas tentam forçar os clientes a aceitar cupons para viagens futuras.

"Dar a um consumidor a opção de um cupom é bom. Mas negar o reembolso, como muitos de vocês ainda fazem, não é apenas contra a lei, mas também irrita os consumidores. Como sabemos se teremos condição de decolar no próximo ano para fazer a longa viagem que planejamos para este ano ? Como sabemos se sua companhia aérea ainda estará no mercado?”, questiona o CCC na carta.

Une entidade ainda acrescenta que "centenas de milhões de contribuintes em todo o mundo já estão ajudando vocês através de pacotes de socorro degovernmentos". “Queremos ajudá-los a permanecer no negócio, mas vocês tambem precisam respeitar as regras existentes e reembolsar os clientes”, conclui o CCC na carta.

Fabio Fernandes, gerente global de comunicação e relação com a mídia do CCC, disse que diversas empresas aéreas não estão cumprindo suas políticas de reembolso e desrespeitam as leis. Il s'agit des domaines RyanAir, AirEuropa, Air Canada, EasyJet et Alitalia. De acordo com Fernandes, a pior companhia é a RyanAir, qu'ainda não reembolsou 8 de cada 10 passageiros britânicos com viagens canceladas.

"Na Europa, a legislação estabelece o reembolso integral em caso de voos cancelados, e não apenas um voucher para ser usado na próxima viagem. Existe pressão em Bruxelas dos países membros da União Europeia para uma interpretação diferente dessa regra, porém os esclarecimentos da Comissão Europeia de 18 de março reafirmam o reembolso da tarifa do bilhete para voos cancelados, mesmo no caso do covid-19 », afirmou Fernandes.

Fernandes disse que espera que a Iata, como representante das empresas aéreas, sugira aos seus membros que façam o reembolso immediato dos voos cancelados.

Procurada, a Iata informou em nota qu'a política de reembolso "é uma decisão comercial de cada companhia aérea". E acrescentou qu'a Iata "não tem condições de aconselhar sobre as exigências legais de cada país".

Conteúdo publicado originalmente no Valor PRO, serviço de notícias em tempo real do Valor


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Lettre ouverte aux PDG des compagnies aériennes

Aux PDG des compagnies aériennes

CC : OACI, IATA

Lettre ouverte aux PDG des compagnies aériennes : nous, les consommateurs, voulons vous aider, mais vous devez respecter la loi et permettre des remboursements faciles.

Chers PDG des compagnies aériennes du monde,

En tant que groupe international de consommateurs et consommateurs qui aiment la connectivité mondiale, nous connaissons très bien l'impact dévastateur que Covid-19 a eu sur l'industrie du transport aérien. 2020 a été une année difficile pour nous tous, et nos pensées vont aux employés des compagnies aériennes qui ont été licenciés, licenciés ou qui pourraient encore perdre leur emploi à cause de la pandémie.

Pour nous, consommateurs, il est extrêmement important d'avoir une industrie aérienne saine qui nous permet de nous reconnecter au monde et de nous ramener dans les airs afin que nous puissions rendre visite à nos amis et à notre famille à travers le monde.

Les années qui ont précédé le COVID-19 ont vu de nombreuses nouvelles réglementations et taxes qui ont rendu plus difficile le fonctionnement des compagnies aériennes. Même avant la pandémie, un nombre record de compagnies aériennes ont échoué. Alors que la consolidation de l'industrie est quelque chose de naturel et parfois même de bon pour les consommateurs, des tendances telles que des taxes plus élevées et des sentiments anti-vol, comme le flight shaming, peuvent être attribuées à la situation financière plus faible de l'industrie. Et puis est venu le COVID…

Nous nous battons depuis des années contre l'augmentation des taxes sur les billets d'avion et avons salué l'industrie du transport aérien comme un grand catalyseur du choix des consommateurs et de la mondialisation. Mais alors que 2020 nous présente tous des défis allant de la santé mentale à la sécurité d'emploi, nous avons également dû apprendre à nos dépens que de nombreux acteurs de votre secteur ne se soucient pas des contrats, de la loi et des promesses faites à leurs clients.

Nous avons tous passé trop d'heures avec vos centres d'appels ce printemps à essayer de récupérer l'argent que nous avons dépensé pour les vols annulés. Le plus souvent, les compagnies aériennes ont tenté de forcer les consommateurs à accepter des bons pour de futurs voyages.

Donner à un consommateur une option pour un bon est bien. Nous inciter à le prendre au lieu du remboursement en espèces en ajoutant une valeur supplémentaire de 10-20% au bon est encore mieux. Nous voulons vous garder à flot et de telles offres sont un moyen d'obtenir notre adhésion. MAIS nous refuser les remboursements, comme beaucoup d'entre vous le font encore, n'est pas seulement contraire à la loi, mais met également les consommateurs en colère. Comment savoir si nous sommes même capables de décoller l'année prochaine pour faire ce long voyage que nous avons prévu pour cette année ? Comment savons-nous que votre compagnie aérienne sera toujours en activité ? Puis-je faire assurer ce bon de la même manière que mon billet original était assuré contre votre faillite ?

Nous voulons être dans les airs avec vous dès que possible, mais s'il vous plaît faites votre part et respectez l'état de droit et ne nous forcez pas à vous traduire en justice. Des centaines de millions de contribuables à travers le monde vous aident déjà par le biais de renflouements gouvernementaux. Nous faisons notre part pour plaider en faveur d'une réduction des prélèvements et des taxes payés sur les tarifs aériens et contre les interdictions stupides de vols intérieurs, comme l'interdiction actuellement en discussion en France. Cela rendra le secteur plus compétitif et nous permettra, à nous consommateurs, de voler davantage avec vous.

Nous voulons vous aider à rester en affaires, mais vous devez également respecter les règles existantes et rembourser les clients. Bâtir la confiance n'est pas une voie à sens unique et nous avons besoin de voir des actions fortes de votre part à tous. Laissons derrière nous les frustrations que nous avons eues avec vos équipes de service client, remboursons-nous (ou au moins le choix de nous faire rembourser), et conquérons le ciel ensemble une fois de plus.


Sincèrement,

Fred Roder
Directeur général
Centre de choix des consommateurs


Publié à l'origine ici.

Carta abierta a los CEOs de las aerolineas

Carta abierta a los CEO de aerolíneas : Nosotros, los consumidores, queremos ayudarlo, pero usted debe cumplir con la ley y permitir reembolsos fáciles.

-Carta abierta a los CEO de las aerolíneas-

Estimados PDG du monde des compagnies aériennes,

Nosotros, como grupo de consumidores internacionales, y consumidores que amamos la conectividad global, conocemos muy bien el devastador impacto que Covid-19 ha tenido in la industria de las aerolineas. 2020 ha sido un año difícil para todos nosotros, y nuestros pensamientos están con los empleados de la aerolínea que han sido despedidos, despedidos o que aún pueden perder su trabajo como resultado de la pandemia.

Para nosotros, los consumidores, es extremadamente importante tener una industria aérea saludable que nos permita volver a conectarnos con el mundo y llevarnos de vuelta al cielo para que podamos visitar a amigos y familiares en todo el mundo.

Los años previos a COVID-19 vieron muchas nouvelles regulaciones e impuestos que dificultaron la operación de las aerolíneas. Incluso en tiempos previos a la pandemia, fracasaron números record de aerolíneas. Si bien la consolidation de la industria es algo natural y, a veces, incluso buena para los consumidores, las tendencias como los impuestos más altos y los sentimientos antiaéreos, como la vergüenza de vuelo, se pueden atribuir a la posición financiera más débil de la industrie. Y luego vino COVID …

Hemos estado luchando contra impuestos más altos en los boletos de avión durante años y elogiamos a la industria de las aerolíneas como un gran facilitador para la elección del consumidor y la globalización. Pero mientras que 2020 nos presenta a todos desafíos desde la salud mental hasta la seguridad laboral, también tuvimos qu'aprender de la manera difícil que muchos jugadores en su industria no se preocupan por los contratos, la ley y las promesas hechas a sus clientes.

Todos hemos pasado demasiadas horas con sus centros de llamadas esta primavera tratando de recuperar el dinero que gastamos en vuelos cancelados. La mayoría de las veces, las aerolíneas han tratado de obligar a los consumidores a aceptar cupones para futuros viajes.

Darle a un consumer una opción para un cupón está bien. Incentivarnos a tomarlo en lugar del reembolso en efectivo agregando un valor adicional del 10-20% al cupón es aún mejor. Queremos mantenerlo a flote y tales ofertas son una forma de obtener nuestra aceptación. PERO negarnos los reembolsos, como muchos de ustedes todavía lo hacen, no solo es ilegal, sino que también enoja a los consumidores. ¿Cómo sabemos si incluso podemos despegar el próximo año para emprender ese largo viaje que planeamos para este año ? ¿Cómo sabemos que su aerolinea seguirá operando? ¿Puedo asegurar ese comprobante de la misma manera que tenía mi boleto original asegurado contra su quiebra ?

Queremos estar en el aire con usted lo antes posible, pero haga su parte y comprométase con el estado de derecho y no nos obligue a llevarlo a los tribunales. Cientos de millones de contribuyentes en todo el mundo ya lo están ayudando a través de rescates gubernamentales. Hacemos nuestra parte para abogar por menos impuestos e impuestos pagados en las tarifs aéreas y en contra de las prohibiciones tontas de vuelos nacionales, como la prohibición que se está discutiendo en Francia en este momento. Esto hará que el sector sea más competitivo y nos permitirá a nosotros, los consumidores, volar más con usted.

Queremos ayudarlo a mantenerse en el negocio, pero también debe cumplir con las normas existentes y reembolsar a los clientes. Crear confianza no es una calle de sentido único y necesitamos ver acciones firmes de todos ustedes. Dejemos atrás las frustraciones que teníamos con sus equipos de servicio al cliente, devuélvanos nuestro dinero (o al menos la opción de obtener un reembolso) y conquiste los cielos una vez más.

Cordialement,

Fred Roder
Directeur général
Centre d'élection du consommateur


Publié ici.

Interdire les dons de sang rémunérés ne nous oblige qu'à payer pour les dons étrangers

David Clement explique pourquoi la Voluntary Blood Donations Repeal Act permettra à l'Alberta de cesser de payer pour les dons rémunérés des États-Unis.

Le Parti conservateur uni de l'Alberta propose une nouvelle façon d'aider à approvisionner les hôpitaux en thérapies au plasma sanguin dont ils ont tant besoin, et cela signifierait que les Albertains reçoivent de l'argent pour leurs dons.

Le député provincial Tany Yao présentera un projet de loi qui abrogerait la loi sur les dons de sang volontaires de l'ancien gouvernement. Cela permettrait aux donneurs de plasma sanguin en Alberta d'être indemnisés pour leurs dons, que le NPD avait auparavant rendus illégaux. Bien que cela puisse sembler une politique obscure pour la plupart, il est extrêmement important que l'Alberta continue dans cette voie et légalise la rémunération des donneurs de plasma.

Le plasma sanguin est une ressource précieuse utilisée pour créer des médicaments qui traitent les brûlures, aident les personnes souffrant de déficiences immunitaires, de troubles de la coagulation et de maladies respiratoires. Malheureusement, le Canada ne recueille pas suffisamment de plasma pour répondre à nos besoins nationaux en thérapies au plasma. C'est pourquoi, depuis des années, nous importons ces médicaments des États-Unis. Plus de 80 % de ces thérapies proviennent du sud de la frontière, où les donneurs de plasma sont rémunérés pour leurs dons.

Ce seul fait fait de la Loi sur les dons de sang volontaires du NPD une farce qui mérite d'être abrogée.

Les détracteurs du plasma rémunéré soutiennent que la compensation des donneurs augmente les risques et est moins sûre que les dons volontaires. Nous savons que ce n'est pas vrai, et ne peut pas être vrai, parce que le Canada compte sur des donneurs de plasma rémunérés pour leurs médicaments – il se trouve qu'ils sont simplement américains au lieu de canadiens. Si l'indemnisation des donneurs était vraiment dangereuse et risquée, nous ne serions pas si à l'aise d'importer ces médicaments de nos amis américains. Il n'y a pas non plus de données pour étayer l'affirmation selon laquelle le plasma payant est risqué. Il n'y a pas eu un seul cas de transmission virale ou bactérienne à partir de produits plasmatiques depuis la mise en œuvre des pratiques de traitement modernes il y a plus de 25 ans. C'est exactement pourquoi le PDG de la Société canadienne du sang, Graham Sher a dit ce qui suit sur l'existence d'une filière plasma payante.

"Je dois certainement être très clair sur le fait que nous ne pensons pas que l'existence d'un secteur du plasma payant constitue une menace pour la sécurité des produits ou des patients et je ne pense pas qu'il existe de données ou de preuves à l'appui de cela."

Les critiques affirment également que compenser les donneurs pour leur temps est de l'exploitation et que les « courtiers de sang » prieront pour les citoyens vulnérables. Cela ne passe pas non plus le test de l'odeur, car si c'était vrai, des critiques tels que le NPD, Bloodwatch et leurs partenaires syndicaux du secteur public feraient pression pour une interdiction de l'importation de thérapies au plasma fabriquées aux États-Unis. Ils ne font pas cela, et ne l'ont pas fait, parce qu'ils savent qu'une telle décision serait dévastatrice pour les patients qui dépendent de ces thérapies. Rémunérer les donateurs pour leur temps reconnaît simplement la réalité que l'altruisme pur n'est pas toujours suffisant. Il n'y a rien d'exploitable à ce que des adultes informés, médicalement sélectionnés et en bonne santé soient indemnisés pour leurs dons de plasma afin de faciliter le processus de fabrication de thérapies au plasma indispensables pour les patients.

Si l'UCP réussit à légaliser la collecte de plasma payante en Alberta, on peut s'attendre à ce que la collecte de plasma augmente dans la province, comme elle l'a fait dans d'autres juridictions. La Tchéquie par exemple (anciennement connue sous le nom de République tchèque) a légalisé la compensation et a vu les dons augmenter de 700 %. Grâce à cette décision, la Tchéquie est désormais entièrement autosuffisante en matière de collecte de plasma sanguin et n'a plus du tout besoin d'importations. En fait, les seuls pays qui sont autosuffisants pour la collecte de plasma sont les États-Unis, l'Allemagne, l'Autriche et la Tchéquie, et ils permettent tous d'indemniser les donneurs. Les organisations anti-plasma payées comme Bloodwatch demandent depuis longtemps au Canada de devenir autosuffisant en matière de collecte de plasma, mais rejettent la solution évidente. C'est un triste fait qu'ils aient combattu activement et avec succès le seul outil éprouvé pour augmenter l'offre intérieure.

Le besoin de plasma payant devient encore plus nécessaire en ces temps incertains. Juste en avril, le président Donald Trump habilité La FEMA empêchera l'expédition de produits médicaux essentiels au Canada en réponse à Covid-19. Et si Trump interdisait l'exportation de thérapies au plasma au Canada ? Des choses plus étranges se sont produites. Notre système public entièrement volontaire, qui représente moins de 20 % de l'approvisionnement dont nous avons besoin, serait-il en mesure de couvrir la différence? Notre pays serait frappé par de graves pénuries médicales et le système public ne serait pas en mesure de combler l'écart. Dire que cela serait dévastateur pour les patients serait un euphémisme.

Heureusement, il existe un moyen d'éviter ce scénario cauchemardesque. L'Alberta devrait donner suite à son plan de légalisation du plasma payant, et les autres provinces devraient emboîter le pas. Cela mettrait les patients au-dessus de la politique, et c'est quelque chose qui mérite certainement d'être célébré.

Publié à l'origine ici.


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Tallinn, l'Estonie, est en tête de l'indice mondial de l'économie du partage

Tallinn est l'une des villes les plus favorables à l'économie de partage. Son faible niveau de réglementation des services de covoiturage et de colocation, ainsi que son ouverture aux scooters électriques et son innovation exceptionnelle dans l'espace numérique l'ont propulsé au premier rang. L'Estonie est bien connue pour son état numérique en plein essor, Centre de choix des consommateurs rapports.

L'économie du partage a transformé nos vies de diverses manières. Réserver un logement de vacances via des plateformes de colocation et saisir notre téléphone pour commander un covoiturage lorsque nous sommes en retard à une réunion est une habitude que beaucoup d'entre nous partagent. Le caractère innovant de l'économie du partage a conduit à son indéniable succès. Mais aujourd'hui, ces avantages pour les consommateurs sont souvent compromis par une réglementation et une fiscalité excessives. La pandémie actuelle de COVID-19 a montré à la fois à quel point l'économie du partage aidait les consommateurs à accéder aux biens et services essentiels, tout en révélant les restrictions et réglementations bien réelles qui les minent.

L'indice d'économie de partage du Consumer Choice Center cherche à classer certaines des villes les plus dynamiques du monde et à fournir un guide précieux aux consommateurs sur les services d'économie de partage qui leur sont disponibles.

Publié à l'origine ici.


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Les législateurs approuvent la taxe sur le vapotage et augmentent l'âge des produits du tabac à 21 ans

The Senate Finance Committee on Friday passed a measure to raise the tobacco tax in Georgia from 37 cents per pack to $1.35.

Le dernier jour de la session législative, les législateurs ont adopté un projet de loi taxant pour la première fois les produits de vapotage et portant l'âge d'achat de produits du tabac à 21 ans.

Le déménagement, une fois signé par le gouverneur Brian Kemp, signifie environ $9,6 millions et $14,5 millions de revenus supplémentaires pour l'État. Cependant, c'est bien moins que les $600 millions qui restaient sur la table en n'augmentant pas la taxe de vente sur les cigarettes, selon le Georgia Budget and Policy Institute, ou GBPI.

La Géorgie se classe 48e sur 50 pour la taxe sur les cigarettes la plus basse du pays.

"Si nous évaluions juste ces frais de $1.80 sur le vapotage et les cigarettes, cela rapporterait $600 millions par an et nous ferait juste la moyenne dans le pays", a déclaré l'analyste GBPI Danny Kanso.

C'est parce qu'un projet de loi visant à augmenter la taxe sur le tabac en Géorgie de 37 cents par paquet à $1.35 est au point mort même après son adoption par la commission des finances du Sénat vendredi dernier.

Le sénateur Chuck Hufstetler, qui préside le comité des finances, a parlé des coupes avec Bill Nigut du GPB sur Rembobinage politique le jeudi matin.

« Ce n'est pas seulement de l'argent, c'est aussi des soins de santé », a-t-il dit. "Et je ne comprends tout simplement pas pourquoi notre État n'avance pas dans ce domaine."

Les opposants à la taxe sur le vapotage ont déclaré que les communautés de couleur et les Géorgiens à faible revenu seraient les plus touchés.

Yaël Ossowski, directrice adjointe du Consumer Choice Center, a déclaré qu'une telle taxe sur le vapotage se ferait au détriment des consommateurs pauvres et pourrait repousser les fumeurs de tout l'État vers les produits combustibles.

Mais les centres de contrôle et de prévention des maladies et les organisations de santé publique du pays enquêtent sur les maladies liées au vapotage depuis l'année dernière. Au moins six Géorgiens sont morts d'une grave maladie pulmonaire due au vapotage, selon la Direction de la Santé Publique.

Le Dr Saranya Selvaraj a déclaré qu'elle n'oublierait jamais comment les enfants d'âge scolaire ont vu le cancer du poumon de leur mère se métastaser dans son cerveau avant sa mort. La femme n'avait que la cinquantaine.

« Vous passez par la chimio. Vous êtes à l'hôpital. Vous êtes sous oxygène. Vous êtes dans un hospice, et c'est un processus très long et laborieux qui implique beaucoup de douleur », a déclaré Selvaraj. "Et puis, finalement, vous êtes juste séparé de votre famille par la mort."

Elle a déclaré que des milliers de décès similaires sont tout à fait évitables.

Le médecin, qui traite des patients dans la région métropolitaine d'Atlanta, a déclaré qu'environ 80 à 90% de cas de maladie pulmonaire obstructive chronique sont directement liés aux produits du tabac. Si les gens arrêtaient de fumer, ils verraient des avantages pour la santé et des économies à long terme, a déclaré Selvaraj.

« À long terme, si nous sommes en mesure d'utiliser l'argent de la taxe sur le tabac pour aider à financer des programmes d'abandon du tabac (et) des programmes de prévention du tabagisme, nous allons aider les gens de ces communautés à vivre plus longtemps et en meilleure santé. et économiser de l'argent », a-t-elle déclaré.

Publié à l'origine ici.


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Helyettesíthető-e minden helyi termékkel ?

A civil szervezet szerint az Európai Parlament Kereskedelmi és Fejlesztési Bizottságának véleménye tudománytalan mezőgazdasági elméleteket vezet be.

A Consumer Choice Center (CCC, Fogyasztói Választás Központja) fogyasztóvédő szervezet közleménye bemutatja, hogy az Európai Parlament Nemzetközi Kereskedelmi és Fejlesztési Bizottságának nemrégiben közzétett véleményébe a parlamenti képviselők beillesztették a következő 21. bekezdést (teljes másolatban):”Hangsúlyozza azt a tényt, hogy a COVID-19 által kiváltott zavarok előtérbe helyezték a globális élelmiszerrendszer sebezhetőségét ; rámutat továbbá, hogy a mezőgazdasági piacok liberalizálása tovább erősíti az exportorientált mezőgazdaság ipari modelljét, amely jelentősen hozzájárul az éghajlatváltozáshoz, elősegíti az élőhelyek elvesztését és megteremti a vírusok kialakulásának és terjedésének feltételeit; úgy véli, hogy a rövid ellátási láncok és más helyi kezdeményezések ezzel szemben nagy lehetőségeket rejtenek az élelmiszer-rendszer jelenlegi hiányosságainak kezelésére azáltal, hogy javítják a friss élelmiszerekhez való hozzáférést , biztosítja, hogy a gazdálkodók nagyobb értéket szerezzenek, és csökkenti a nemzetközi piacok zavarait és sérülékenységét ; ezért sürgeti a Bizottságot, hogy dolgozzon ki stratégiát a kereskedelemorientált agrárpolitikától a helyi és regionális piacok felé való fokozatos eltolódás érdekében ; "

„A legmegdöbbentőbb irónia az, hogy a Nemzetközi Kereskedelmi Bizottság azt mondja nekünk, hogy csökkentenünk kell a nemzetközi kereskedelmet és helyi termékeket kell vásárolnunk. Egyrészt az Európai Unió az Egyesült Államok után protekcionizmust követ, másrészt azt mondják nekünk, hogy ha az egységes piacról vásárolunk zöldséget, az sérülékennyé tesz a világjárványokra. Milyen felelőtlen dolog ezt írni ! – Monja Wirtz.

„Egyáltalán nincs bizonyíték arra, hogy a COVID-19 valamilyen módon kapcsolódik a „mezőgazdasági piacok liberalizációjához”. Valójában az az ország, amelyből az új koronavírus származott, nevezetesen Kína, kollektivista gazdálkodást folytat, és nincs jelentős élelmiszerkereskedelme. Kicsinyes összeesküvés-elméletekkel foglalkozni nem méltó az Európai Parlamenthez. Ezt mondják, aztán szerencsére észreveszem, hogy az PPE és az ID képviselői, menthe például Gianna Gancia (Olaszország) és Anna Michelle Asimakopoulou (PPE) a vélemény ellen szavaztak. Én luxemburgi állampolgár vagyok, és szeretek a helyi gazdáktól vásárolni. De ettől még a banántermesztés Luxemburgban meglehetősen eredménytelen és erőforrás-pazarló lenne.

Annak ellenére, hogy : az európai kereskedelem kétségtelenül az európaiak megértésének, versenyképességének és a mezőgazdasági ágazat fejlesztésének legfontosabb tényezője. Nem szabad azonban protekcionizmushoz fordulnunk, sem a nemzeti felsőbbrendűség nevében, sem az összeesküvés-elméletek mentségében « - zárja be Wirtz .


Le Consumer Choice Center est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Rimuovere i bagagli a mano è una scelta insensata

"Ajouter une volte à l'Italie a décidé une ligne qui n'est pas concédée à l'autre État européen, et qui provochera en solo les services et les problèmes des viaggiatori. Per quanto lo scopo del provvedimento sia nobile, chiediamo un intervento del governmento e degli organi competenti, affinché sia revocato il più presto possibile e venga invece presa una decisione a livello continentale sul modo migliore per gestire i bagagli a mano, promuovendo una linea comune tra gli stati membri dell'Unione Europea” Conclut Bertoletti. 

la source http://meltwater.pressify.io/publication/5ef612a4fc36420004da1470/5aa837df2542970e001981f6

Rimuovere i bagagli a mano è una scelta insensata

"Ajouter une volte à l'Italie a décidé une ligne qui n'est pas concédée à l'autre État européen, et qui provochera en solo les services et les problèmes des viaggiatori. Per quanto lo scopo del provvedimento sia nobile, chiediamo un intervento del governmento e degli organi competenti, affinché sia revocato il più presto possibile e venga invece presa una decisione a livello continentale sul modo migliore per gestire i bagagli a mano, promuovendo una linea comune tra gli stati membri dell'Unione Europea” Conclut Bertoletti. 

du Centre de choix des consommateurs https://ift.tt/2BbaMA0

proche