fbpx

Les arguments des consommateurs en faveur d’une politique ferroviaire réinventée et innovante

Introduction

Dans la tradition américaine, les trains et les chemins de fer ont toujours été porteurs d’une sorte de romantisme. Depuis la colonisation de l’Ouest américain jusqu’à l’industrialisation des grands centres de population de la côte Est et du Midwest, la technologie des locomotives a été un facteur clé dans le développement économique de la zone continentale des États-Unis.

Alors que le transport de passagers en train a diminué face à la concurrence des véhicules personnels, le transport ferroviaire de marchandises est resté robuste, réparti sur 140 000 milles de voies ferrées, le plus grand réseau au monde.

Au 21ème siècle, les chemins de fer restent une partie intégrante de l'économie de consommation nationale, se déplaçant 1,6 milliard de tonnes des matières premières et des marchandises entre les ports, les usines et les entrepôts. Alors que les porte-conteneurs peuvent transporter des matières premières et des produits vers les ports, le rail de fret est utilisé pour transporter ces articles vers des centres de camionnage ou des centres de distribution avant qu'ils n'effectuent leur trajectoire finale.

Ces « kilomètres intermédiaires » pour les matières premières et les produits finis que nous achetons en ligne et en magasin signifient que des millions de consommateurs américains dépendent d’une industrie ferroviaire de fret hautement compétitive, efficace et productive pour acheminer leurs produits dans nos foyers et nos entreprises.

Alors que la concurrence pour le transport des produits bruts et finis est intense – que ce soit par camion, par train ou par avion – les restrictions existantes et les exigences bureaucratiques imposées aux entreprises ferroviaires de fret ont soumis l'industrie et ceux qui en dépendent à une réglementation imprévisible. le régime et l’application s’apparentent davantage à une planification centrale qu’à un système solide de libre entreprise. Comme nous l’apprendrons, c’est une leçon que nous avons déjà dû apprendre dans l’histoire de la réglementation ferroviaire.

À propos de la recherche

Dans cette introduction politique, nous examinerons l'évolution de la réglementation sur le transport ferroviaire de marchandises et comment les nouvelles règles et idéologies d'application adoptées par le régulateur de l'industrie, le Surface Transportation Board (STB), menacent de nuire aux consommateurs en augmentant artificiellement les prix des produits dont nous dépendons. .

Nous discutons de l'obligation de transporteur public imposée aux transporteurs ferroviaires de marchandises par le gouvernement fédéral par l'intermédiaire du STB, de la manière dont il intervient inutilement dans la libre circulation des marchandises et des contrats privés, ainsi que de quelques suggestions politiques qui amélioreraient le statu quo au nom des consommateurs.

Questions politiques modernes

Alors que le transport commercial des matières premières et des produits finis au XXIe siècle est extrêmement compétitif – par voie terrestre, aérienne et maritime – de nombreuses propositions ont été faites ces dernières années pour tenter de limiter l’influence de la commercialisation, en particulier dans le secteur ferroviaire.

Dans une économie hautement réglementée, il n’est pas surprenant que des milliers d’industries et d’entreprises privées doivent se conformer aux procédures légales et à la correspondance avec les représentants du gouvernement pour fournir des services. Le rôle plus activiste du régulateur en chef des chemins de fer semble toutefois aller au-delà des intentions fixées par le Congrès au cours des décennies passées.  

Les litiges sur les prix, le nombre de wagons disponibles ou même le calendrier d'une livraison sont des sujets que le Surface Transportation Board considère comme relevant de sa compétence. Dans n’importe quelle autre industrie ou avec n’importe quel autre régulateur, nous trouverions cela non seulement lourd, mais inutilement interventionniste, au point d’un contrôle purement exogène.

Alors que de plus en plus d'industries comptent sur le rail pour expédier leurs produits de manière opportune et économique – qu'il s'agisse de charbon, de produits chimiques ou de produits agricoles – le pouvoir du STB d'arbitrer entre ces intérêts n'a fait que croître. Les frustrations concernant les politiques maritimes ont créé des conflits entre diverses industries et compagnies ferroviaires que le STB a utilisé comme prétexte pour davantage d'intervention.

Comme nous l'avons résumé ici, les premières réglementations sur les entreprises ferroviaires sont nées de préoccupations liées au pouvoir de marché et aux prix imposés aux expéditeurs et aux consommateurs finaux. Mais aujourd’hui, la dynamique s’est déplacée vers des questions de service ferroviaire spécifique, que nous examinerons dans les trois parties ci-dessous.

Commutation réciproque

Le STB surveille de près les aiguillages ferroviaires complexes, ce qui prend souvent plusieurs jours. Ils ont proposé un changement réciproque en 2016, qui réapparaîtra en 2023, mais cela reste controversé en raison des préoccupations concernant la fixation des prix, les limites de la concurrence et la hausse des prix à la consommation.

Exigence de service

Le STB se concentre désormais sur les problèmes de service entre les entreprises ferroviaires et les expéditeurs, déclenchés par un décret de 2022 du président Biden. Une affaire en cours impliquant Navajo Energy et BNSF illustre ce changement, où le STB a forcé des wagons supplémentaires. Cette affaire, lancée fin 2022, pourrait créer un précédent en faveur d’une implication accrue du STB, élargissant ainsi les obligations des transporteurs publics.

Expansion du transporteur public

En 2023, les législateurs fédéraux proposent la Reliable Rail Service Act pour donner au STB davantage de pouvoir de surveillance. S'il est adopté, il élargit les critères des transporteurs publics, y compris des facteurs tels que l'horaire, la durée du service et l'utilisation de l'équipement. Les critiques craignent une planification centralisée, des litiges juridiques, des hausses de coûts, une réduction de la concurrence et des prix de transport plus élevés pour les consommateurs.

Propositions politiques

Pour réinventer et permettre l’innovation dans la politique ferroviaire aux États-Unis, des propositions simples devraient être adoptées. Ces propositions visent à accroître la concurrence, à générer des investissements et à garantir que la baisse des coûts puisse être répercutée sur les consommateurs qui dépendent du rail pour leur domicile et leur entreprise. Pour y parvenir, il faudra une définition juridique plus simple et plus uniforme des obligations des transporteurs publics – voire une réforme totale – et un mandat actualisé pour le Surface Transportation Board afin qu’il ne constitue pas une menace réglementaire pour les entreprises compétitives.

Promouvoir l’innovation et la concurrence

Pour promouvoir l'innovation et la concurrence dans l'industrie ferroviaire américaine, une proposition politique cruciale consiste à s'opposer au Loi sur la fiabilité des services ferroviaires (S2071). Cette loi, telle qu'elle est actuellement proposée, pourrait conduire par inadvertance à une réglementation excessive et à une planification centrale accrue. Les décideurs politiques devraient plutôt se concentrer sur des cadres réglementaires qui encouragent l’efficacité et la concurrence sans imposer aux compagnies ferroviaires des mandats excessifs qui pourraient en fin de compte nuire à l’industrie et aux consommateurs.

Réformer l’obligation du transporteur public

Une proposition de réforme importante consiste à limiter, voire à supprimer, l'obligation de transport public pour les compagnies ferroviaires. En simplifiant ou en supprimant cette exigence, les compagnies ferroviaires pourraient bénéficier d'une plus grande flexibilité dans leurs opérations, ce qui entraînerait une efficacité accrue et potentiellement une réduction des coûts. Ce changement de politique permettrait aux compagnies ferroviaires de s'adapter aux demandes du marché, d'investir dans la modernisation et de rivaliser plus efficacement avec les autres modes de transport, ce qui bénéficierait en fin de compte aux consommateurs et à l'économie dans son ensemble.

Modifier le cadre réglementaire

Pour garantir que le Surface Transportation Board (STB) n’entrave pas l’innovation et la concurrence, le Congrès devrait envisager de modifier le Loi sur la réautorisation du STB. Cet amendement redéfinirait le rôle du STB en tant qu'agence de redressement, axée sur la résolution des différends et la promotion d'un environnement concurrentiel plutôt que sur la création de ses propres politiques. Ce changement créerait un cadre réglementaire qui soutiendrait un équilibre sain entre la surveillance gouvernementale et l'innovation du secteur privé, conduisant à de meilleurs résultats pour les consommateurs, les entreprises et l'industrie ferroviaire.

Conclusion

Bien que l’obligation de transporteur public pour les chemins de fer ait pu être nécessaire à un moment donné de l’histoire américaine, son interprétation moderne entraîne des coûts et des charges plus élevés qui pèsent sur les consommateurs qui dépendent de ces marchandises. Le rôle activiste du STB l’a amené à devenir davantage un organisme de direction qu’un organisme chargé de réglementer de manière saine et juste. 

Si nous voulons que les consommateurs bénéficient d’un environnement compétitif avec des prix plus bas et moins d’obstacles réglementaires, cela nécessitera de réinventer la politique ferroviaire et la manière dont la réglementation des transporteurs publics fournit des orientations pour le commerce et le transport. Plutôt que d’utiliser les agences fédérales comme un bélier pour une industrie plutôt qu’une autre, nous devons favoriser un environnement concurrentiel qui offrira plus d’innovation, d’investissement et de choix aux entreprises qui expédient des produits et aux consommateurs qui les reçoivent.

Le 21e siècle a engendré une nouvelle ère économique de concurrence dans le secteur des transports. Nous devons nous assurer que nos pratiques réglementaires évoluent avec eux en même temps.

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS SUR LA POLITIQUE FERROVIAIRE ?

Lire le document politique complet

Partager sur les réseaux sociaux

La politique ferroviaire dans les médias

Auteur

Yaël Ossowski

Yaël Ossowski

Directeur adjoint

Inscrivez-vous aujourd'hui

De temps à autre, nous vous tiendrons au courant des réglementations nouvelles et gênantes dans votre pays et des moyens que vous pouvez utiliser pour les combattre. Ne vous inquiétez pas, être membre est toujours gratuit !

Rejoignez le mouvement

Vous pourriez aussi être intéressé par

proche
fr_FRFR