fbpx

Auteur : Fred Roeder

Commentaire du CCC sur la consultation de l'Union européenne sur l'avenir du secteur des communications électroniques et de son infrastructure

Le 26 avril 2023, le Consumer Choice Center a soumis des commentaires à la consultation exploratoire de la Commission européenne sur l'avenir du secteur des communications électroniques. Cela inclut des commentaires et des réflexions sur la proposition de « partage équitable » diffusée par certains États membres de l’UE.

Les commentaires peuvent être lus ici dans complet ici.

Pandemievertrag : Geistiges Eigentum muss einbezogen werden

Die Weltgesundheitsorganisation (WHO) wird in Kürze Verhandlungen über einen so genannten Pandemievertrag aufnehmen, der im Rahmen der Verfassung der Weltgesundheitsorganisation die Pandemieprävention, -vorsorge und -reaktion stärken soll. Der Generaldirektor der WHO, Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, sieht die Entscheidung der Weltgesundheitsversammlung historisch, von entscheidender Bedeutung für ihren Auftrag und als einmalige einmalige Gelegenheit, die globale Gesundheitsarchitektur zu stärken, um das Wohl Menschen zu schützen allerdern und zu fördern.

"Die COVID-19-Pandemie hat die vielen Schwachstellen im globalen Pandemieschutzsystem aufgezeigt : die am stärksten gefährdeten Menschen werden nicht geimpft, das Gesundheitspersonal hat nicht die nötige Ausrüstung, um seine lebensrettende Arbeit zu verrichten, und der "Ich zuerst" -Ansatz verhindert die globale Solidarität, die zur Bewältigung einer Pandemie erforderlich ist », ainsi le Dr Tedros.

Zu seinen Ansichten kommt, dass einige ONG und WHO-Mitgliedsländer der Meinung sind, dass Patente in diesem Vertrag nicht berücksichtigt werden sollen. Sie sind der Auffassung, dass das Recht das geistigen Eigentums die Zugänglichkeit von Medikamenten und lebenswichtigen Impfstoffen beeinträchtigen.

Das Rennen zu einer wirksamen COVID-Impfung hat einen privaten Wettbewerb zwischen den Impfstoffherstellern in einem noch nie dagewesenen Ausmaß und mit einer bisher ungesehenen Schnelligkeit ausgeöst. Obwohl alle Impfstoffe medizinische Bezeichnungen haben, kennt der normale Patient sie eher unter dem Namen eines Pharmaunternehmens ; so weit geht die Assoziierung. Die Tatsache, dass zwei deutsche Wissenschaftler, Dr. Uğur Şahin und Dr. Özlem Türeci, maßgeblich an der Entwicklung des Pfizerimpfstoffs beteiligt waren, sollte Deutschland stolz auf seine Leistungen bei medizinischen Innovationen machen. 

Bei der pharmazeutischen Forschung und der Entwicklung von Impfstoffen spielen die Leidenschaft von Wissenschaftlern und die bürgerliche Pflicht von Unternehmen eine wichtige Rolle. Tatsächlich sollten wir diesen Effekt nicht schmälern, denn die meisten Pharmaunternehmen haben jahrzehntelang lebenswichtige Medikamente zum Selbstkostenpreis an Entwicklungsländer abgegeben. Allerdings müssen wir auch verstehen, dass Investoren und Unternehmensvorstände die Chance auf eine Rendite sehen müssen, um die immensen Kosten der medizinischen Forschung zu decken. Patente erfüllen diese Erwartung, indem sie einen rechtlichen Rahmen schaffen, der es Unternehmen ermöglicht, medizinische Innovationen zu schaffen, in der Gewissheit, dass diese nicht gestohlen werden können.

Während der Entwicklung der Impfstoffe gegen COVID-19 haben Pharmaunternehmen wichtige patentierte Informationen mit Wettbewerbern ausgetauscht, um schnellere Ergebnisse zu erzielen – ein Informationsaustausch, der durch einen umfassenden Rechtsschutz ermöglicht und organisiert wird. Ohne diesen Schutz würden die Unternehmen zögern, mit Konkurrenten zusammenzuarbeiten. Patente ermöglichten auch die Zusammenarbeit zwischen Regulierungsbehörden, einschließlich Vereinbarungen über den Vorabkauf, die sich als entscheidend für die Pandemievorsorge erwiesen haben.

Die den Gegnern von Patenten zugrunde liegende Annahme, dass diese die Geschwindigkeit der Entwicklung und Verbreitung von Arzneimitteln verringern, ist falsch. Langsame Lieferketten und regulatorische Hürden sind ein unnötiger und tödlicher Aspekt der Impfstoffverteilung. Wir brauchen ein harmonisiertes Regulierungssystem für die Zulassung und den Vertrieb von Impfstoffen sowie einen deutlichen Abbau von Handelsschranken. Wenn sich die Unternehmen neben der komplexen Entwicklung von Impfstoffen auch noch durch den Regulierungsdschungel von 51 Notfallzulassungswegen in 24 Ländern kämpfen müssen (zu normalen Zeiten wären es 190 verschiedene Zulassungsverfahren gewesen), dann könnten viele Entwickler zu dem Schluss kommen, dass es sich einfach nicht lohnt , die Kosten für die Einhaltung der Vorschriften zu tragen, um eine medizinische Lösung zu finden. 

Spricht sich die WHO für die Notwendigkeit einer stärkeren globalen Zusammenarbeit zur Verbesserung der Pandemiebereitschaft aus? Auf jeden Chute. Bedeutet meurt, dass die Länder das Konzept des geistigen Eigentums aufgeben sollten? Ganz et gar nicht. Die Schaffung einer Zukunft der medizinischen Innovation erfordert Garantien und Regeln, die gleichermaßen gelten. Die COVID-19-Pandemie hat gezeigt, dass die Forschung und Innovation vieler privater Akteure uns geholfen hat, die Krise zu überstehen. Alors sollte es auch bleiben.

Reisender entdeckt Edeka-Ausschank für lau : „Une bonne chose à propos de l'Allemagne“

Deutschland hat Touristen viel zu bieten, etwa die tollen Berglandschaften und klare Seen. Einem Reisenden blieb nur eines positiv im Kopf : Edeka.

Berlin – Verallgemeinerungen greifen meist zu kurz. So gelten die Deutschen zwar als besonders pünktlich, doch wer einmal mit der Deutschen Bahn gefahren ist, wird eines Besseren belehrt. Andererseits hat Deutschland auch einiges zu bieten, über 50 Unesco-Welterbestätten etwa oder idyllische Natur. Ein Reisender begeistert sich allerdings eher für eine andere Entdeckung: Gratis Alkohol im Édeka-Mark.

Gratis Weinprobe bei Edeka überzeugt: „Eine gute Sache an Deutschland“

In einem ellenlangen Twitter-Thread erzählt ein deutscher Reisender von seinen Abenteuern in der Bundesrepublik. Als Fahrgast in der Deutschen Bahn, beim Taxifahren, in einer Begegnung mit dem Deutschen Zoll oder beim Zahlen per Karte in Deutschland. Aus Sicht des Nutzers läuft einiges zwar schief. Doch er findet auch etwas Positifs : Gratis Alkohol um 9 Uhr morgens im Edeka zum Beispiel.

Lire le texte complet ici

La pénurie imminente de médecins généralistes est réelle - plusieurs prescriptions pour le même problème

Lorsque quelque chose vous fait mal ou que vous vous sentez mal, le premier endroit où aller ou appeler est le médecin généraliste (GP). Le NHS a conçu les médecins généralistes comme point d'entrée pour la plupart des problèmes liés à la santé. L'objectif de ce système est triple : (1) permettre au patient d'accéder rapidement à un médecin proche de lui, (2) faire évaluer le problème par le médecin généraliste et soit traiter le patient sur place, soit l'orienter vers un spécialiste, et (3) pour optimiser le temps des spécialistes plus coûteux en ne voyant que les patients qui ont besoin de voir un médecin plus avancé.

Jusqu'ici tout va bien. Mais une étude récente de la Health Foundation suggère que d'ici la fin de cette décennie, environ un quart des médecins généralistes nécessaires auront quitté le marché du travail sans être remplacés. La pénurie de médecins généralistes du NHS doit être prise au sérieux : si cela se produit, les parties les plus spécialisées du NHS pourraient être dépassées par les patients et un effet domino pourrait se produire, entraînant la chute de l'ensemble du système de soins en Angleterre.

Mais le simple fait de recruter 10 000 médecins généralistes supplémentaires sans modifier le système actuel du NHS GP pourrait être difficile à réaliser. Voyons donc les raisons de la pénurie qui s'annonce et les incitatifs qui pourraient nous sortir de cette situation.

Un système massivement centralisé tel que le NHS rencontrera encore et encore des pénuries de capacités, de ressources humaines et de médicaments compte tenu de sa structure de financement descendante. Le facteur de rémunération prédominant pour les médecins généralistes est le nombre de patients inscrits dans leur pratique - la morbidité, la qualité des soins et l'efficacité des soins ne jouent que des rôles mineurs.

Un système de soins ambulatoires beaucoup plus décentralisé qui défend les cliniques privées et les assurances privées à des tarifs concurrents sera bien mieux adapté pour réagir rapidement aux pénuries qui se profilent en ajustant individuellement la rémunération du personnel et la rémunération des cliniques. Les patients pourraient vouloir payer plus pour obtenir des soins à proximité ou payer un supplément pour des rendez-vous le jour même.

L'un des problèmes fondamentaux des systèmes hautement centralisés et politisés est que les patients doivent souvent déterminer quel cabinet peut encore accepter des patients. Dans un système plus agile, l'argent doit suivre le patient et non le patient l'argent (les ressources allouées dans le système).

Le NHS ne fait pas l'envie du monde, peu importe la fréquence à laquelle les politiciens anglais répètent cette phrase. Même les démocraties sociales telles que l'Allemagne s'appuient beaucoup plus sur des éléments privés dans leurs systèmes de santé primaires que le Royaume-Uni - la Suisse et les Pays-Bas en sont deux excellents exemples. Les patients devraient être beaucoup plus responsables de décider comment et où leurs contributions à la santé doivent être dépensées.

Une idée pour rendre plus attrayant pour les étudiants en médecine de choisir une carrière de médecin généraliste consiste à créer des bons de soins de santé qui couvrent le forfait de base du NHS pour les médecins généralistes (environ 160 GBP / an et patient) mais permettent aux patients d'échanger leurs bons dans des pratiques non NHS et payer la différence de sa poche si celles-ci sont plus chères ou se faire rembourser la différence par une assurance complémentaire. Cela permettrait aux médecins généralistes d'augmenter leurs profits tout en permettant aux patients de transférer les ressources allouées au sein du NHS vers un cabinet de leur choix.

L'ouverture de l'enseignement médical aux universités privées afin d'augmenter le nombre annuel de diplômés des facultés de médecine devrait également être un moteur pour davantage de médecins disponibles. L'éducation, comme les soins de santé, est trop centralisée et les goulots d'étranglement sont donc inévitables.

Dans le même temps, nous devons permettre aux professionnels de la santé d'autres pays (pays de l'UE et hors UE) de migrer facilement vers le Royaume-Uni et de travailler rapidement (peut-être même immédiatement) comme médecins généralistes ou spécialistes. J'ai personnellement entendu des médecins qui ont émigré au Royaume-Uni quelle épreuve bureaucratique et de certification ils ont dû traverser pour exercer en Angleterre.

Gardons à l'esprit que le pipeline de talents, depuis l'admission d'un étudiant dans une faculté de médecine jusqu'à la nomination d'un médecin généraliste, dure à peu près une décennie. Un changement rapide de l'approche des soins primaires en Angleterre est nécessaire si ce problème doit être résolu avec succès.

Publié à l'origine ici

L'ANDS organise le premier sommet virtuel sur la "protection de la jeunesse" dans la région MENA

Dubaï, Emirats Arabes Unis; 08 juin 2022 : ETS, une entreprise leader dans les solutions de distribution électronique de nicotine et la technologie du tabac chauffé, a organisé son tout premier sommet virtuel pour lancer une initiative unique, le 'Programme Sentinelle', représentant sa vision de la protection de la jeunesse. 

Le programme propose des solutions pour le vapotage chez les jeunes et fournit le point de vue d'ANDS sur la protection des mineurs et des non-fumeurs contre l'exposition aux solutions d'administration de nicotine. L'initiative comprend des étapes sur la conformité des produits, l'emballage, les pratiques de commercialisation, jusqu'aux pratiques commerciales et de vente au détail.

Lire la suite ici

La dérogation ADPIC nous coûtera des décennies de progrès

En supprimant la protection par brevet, des incitations cruciales à développer de nouvelles innovations révolutionnaires seront perdues.

La pandémie de COVID-19, les perturbations économiques, la guerre en Ukraine, la faim dans le monde et maintenant la variole du singe… Avec toutes ces crises, on pourrait dire que l'avenir de l'humanité s'annonce sombre. Ce serait probablement vrai si nous n'avions pas de droits d'innovation et de propriété intellectuelle.

Il ne faut pas un diplôme en histoire pour comprendre que, malgré de nombreux défis, le monde s'améliore. Le traitement du VIH et du SIDA a évité des millions de décès prématurés. Les taux de survie au cancer ont amélioré de près de 20 % depuis 1986. Les vaccins COVID-19, développés presque du jour au lendemain, sauvent déjà des milliers de vies en Europe et au-delà.

Nous avons fait des progrès significatifs dans l'amélioration de l'accessibilité des vaccins. AstraZeneca vend ses vaccins aux pays en développement au prix coûtant, et de nombreux pays développés ont fait don de leurs vaccins à ceux qui en avaient besoin. Même si beaucoup plus pourrait être fait pour accroître l'accès aux vaccins COVID-19, la renonciation aux brevets n'est pas une solution que nous pouvons nous permettre.

À l'heure actuelle, les États membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) discutent d'un projet d'accord sur la flexibilité des ADPIC (aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce) pour renoncer aux protections de la propriété intellectuelle. L'Afrique du Sud et l'Inde ont lancé la dérogation ADPIC en 2020. Malgré la résistance initiale de l'UE et des États-Unis, le faire des compromis semble maintenant en vue.

S'il est adopté, l'accord légaliserait les licences obligatoires, une pratique qui permet au gouvernement d'accorder le droit de produire des vaccins COVID-19 sans le consentement du titulaire du brevet. Sur le papier, permettre la production de masse de vaccins semble être un objectif noble, mais les conséquences d'une telle politique sont tout sauf prometteuses. Le résultat à court terme de l'érosion des droits de propriété intellectuelle serait un accès accru aux innovations. À long terme, il n'y aurait pas d'innovation.

Alors que les pourparlers actuels sur la dérogation à l'Accord sur les ADPIC concernent principalement les vaccins COVID-19, on craint que ces flexibilités ne deviennent une norme ou ne soient utilisées à mauvais escient une fois adoptées. C'était, par exemple, le cas en Thaïlande, où les licences obligatoires étaient introduit pour traiter les maladies chroniques non infectieuses.

Le déménagement ne s'est pas bien terminé pour la Thaïlande. Abbott, l'un des fabricants dont les médicaments étaient visés par la dérogation à la propriété intellectuelle, a retiré tous ses brevets de Thaïlande. Après une série de négociations, Abbott convenu pour accroître l'accès à ses médicaments en échange de la protection de la propriété intellectuelle. À l'époque, le commissaire européen au commerce, Peter Mandelson, avait averti la Thaïlande que l'octroi de licences obligatoires entraver innovations pharmaceutiques. Maintenant, il semble que l'UE, en particulier la gauche, ait oublié cette leçon.

"Bien que la dérogation ADPIC semble être une solution rapide, les conséquences d'une telle décision seront désastreuses"

L'innovation demande du temps et des efforts, et surtout, des investissements. Le développement pharmaceutique implique généralement des recherches biologiques, chimiques et cliniques et peut prendre jusqu'à 15 ans. Seule une infime fraction de ces efforts conduit à la création d'un traitement révolutionnaire. Il est moral et juste que ces entreprises s'attendent à ce que leur prise de risque et leur investissement rapportent grâce aux brevets. En compromettant la protection de la propriété intellectuelle, la dérogation à l'Accord sur les ADPIC supprimerait ces incitations et mettrait en danger la sécurité des médicaments. Sans brevets, les fournisseurs tiers fabriqueront des injections de vaccins basées sur des formules et des procédés brevetés. Pourtant, sans spécialisation, cela augmentera le risque de produire de mauvais vaccins inactifs qui saperont la vaccination en général.

Bien que la dérogation ADPIC semble être une solution rapide, les conséquences d'une telle décision seront désastreuses. Nous avons trop de défis à relever et des millions de personnes en Europe et au-delà attendent toujours un traitement vital pour la maladie d'Alzheimer, la fibrose kystique, le diabète ou le VIH/sida. Si nous supprimons la protection des brevets maintenant, tous les progrès que nous avons réalisés en tant que société et les innombrables opportunités d'améliorer le monde seront perdus.

Publié à l'origine ici

Patente sind unabdingbar im Kampf gegen die nächste Pandemie

Die Weltgesundheitsorganisation (WHO) befindet sich im Anfangsstadium der Diskussion über ein so genanntes Pandemiepräventions-, -vorbereitungs- und -reaktionsinstrument (PPR). Dieses Instrument soll die Frage klären, wie die internationale Gemeinschaft mit künftigen Pandemien, wie wir sie derzeit erleben, umgehen wird. 

Die COVID-19-Pandemie veranschaulicht auf faszinierende Weise, was viele von uns schon seit Jahrzehnten wissen: Der Staat ist oft langsam und ineffizient, während sich die Privatindustrie den Herausforderungen unserer Zeit erfolgreich stellt. Als die Pandemie von der WHO ausgerufen wurde, war Chaos vorprogrammiert. Von Drohnen, die Jogger beim Sport verfolgten, bis hin zu Parkbänken, die entfernt oder abgeklebt wurden – die Reaktionen der Staaten waren bürgerrechtlich fraglich und schlecht durchdacht. Es war jedoch von Anfang an allen klar, dass ein Impfstoff die einzige Möglichkeit war, einen realistischen und schnellen Weg zu einer dauerhaften Ausweg aus den Lockdowns zu finden. Der Haken an der Sache : Die Entwicklungzeit eines Impfstoffs wurde zu Anfang auf viele Jahre geschätzt.

Warum haben wir es heute mit einer kontrollierten COVID-19-Krise zu tun und mit Infektionen, die für die Erkrankten wesentlich weniger schwerwiegende Folgen haben ?

Der private Wettbewerb zwischen den Impfstoffherstellern hat in einem noch nie dagewesenen Ausmaß und mit einer ungesehenden Schnelligkeit stattgefunden. Obwohl alle Impfstoffe medizinische Bezeichnungen haben, kennt der normale Patient sie eher unter dem Namen eines Pharmaunternehmens.

Es ist wahr, dass bei der pharmazeutischen Forschung und der Entwicklung von Impfstoffen die Leidenschaft von Wissenschaftlern und die bürgerliche Pflicht von Unternehmen eine Rolle spielen. Tatsächlich sollten wir diesen Effekt nicht schmälern, denn die meisten Pharmaunternehmen haben jahrzehntelang lebenswichtige Medikamente zum Selbstkostenpreis in Entwicklungsländern verkauft. Allerdings müssen wir auch verstehen, dass Investoren und Unternehmensvorstände die Chance auf eine Rendite sehen müssen, um die immensen Kosten der medizinischen Forschung zu decken. Die Rechte an geistigem Eigentum erfüllen diese Erwartung, indem sie einen rechtlichen Rahmen schaffen, der es Unternehmen ermöglicht, medizinische Innovationen zu schaffen, in der Gewissheit, dass diese nicht gestohlen werden können.

Während der Entwicklung der Impfstoffe gegen COVID-19 haben Pharmaunternehmen wichtige patentierte Informationen mit Wettbewerbern ausgetauscht, um schnellere Ergebnisse zu erzielen – ein Informationsaustausch, der durch einen umfassenden Rechtsschutz ermöglicht und organisiert wird. Ohne diesen Schutz würden die Unternehmen zögern, mit konkurrierenden Unternehmen zusammen zu arbeiten. Die Rechte des geistigen Eigentums ermöglichten auch die Zusammenarbeit zwischen den Regulierungsbehörden, einschließlich Vereinbarungen über den Vorabkauf, die sich als entscheidend für die Pandemievorsorge erwiesen haben.

Leider wird diese Tatsache von den Kritikern des geistigen Eigentums nicht anerkannt. Eine beträchtliche Anzahl von Gesetzgebern ist der Meinung, dass der PRP-Mechanismus nicht auf der Prämisse der Rechte des geistigen Eigentums beruhen sollte. 

Sie begehen einen schweren Fehler, wenn sie das geistige Eigentum für die langsame Verbreitung verantwortlich machen, da der Gegenteil der Fall ist. Allerdings können diese Kritiker die Staaten für etwas anderes verantwortlich machen : Langsame Lieferketten und regulatorische Hürden sind in der Tat ein unnötiger und tödlicher Aspekt der Impfstoffverteilung. Wir brauchen ein harmonisiertes Regulierungssystem für die Zulassung und den Vertrieb von Impfstoffen sowie einen deutlichen Abbau der Handelsschranken. Wenn sich die Unternehmen neben der komplexen Entwicklung von Impfstoffen auch noch durch den Regulierungsdschungel von 51 Notfallzulassungswegen in 24 Ländern kämpfen müssen (zu normalen Zeiten wären es 190 verschiedene Regulierungsverfahren gewesen), dann könnten viele Entwickler zu dem Schluss kommen, dass es sich einfach nicht lohnt , die Kosten für die Einhaltung der Vorschriften zu tragen, um eine medizinische Lösung zu finden. Darüber hinaus müssen wir die Handelsströme zwischen den Ländern digitalisieren und nach einem System gegenseitig anerkannter medizinischer Standards arbeiten. Welchen Sinn hat es, dass das Vereinigte Königreich und die Europäische Union bei der Zulassung von Impfstoffen nicht nach dem Prinzip des gegenseitigen Vertrauens arbeiten ?

Versuche, einen Impfstoff außerhalb des Systems des geistigen Eigentums zu entwickeln, sind gescheitert. Bekannte Versuche von Krankenhäusern und Universitäten, nichtkommerzielle Grundlagen für einen COVID-19-Impfstoff zu schaffen, haben keine Details über präklinische Versuche geliefert. Die Impfstofflösungen einzelner abgelegener Autokratien, wie z. B. Kuba, geben Anlass zu großer Skepsis : Trotz der selbst behaupteten Erfolge haben die kubanischen Wissenschaftler keine Daten über die Wirksamkeit des Impfstoffs veröffentlicht.

Im Interesse der medizinischen Innovation sollten die internationalen Gesundheitsorganisationen keine Maßnahmen in Erwägung ziehen, die die Rechte am geistigen Eigentum untergraben würden. Gerade die COVID-19-Pandemie hat gezeigt, dass Forscher und Hersteller einen Anreiz haben, ihr Wissen zu teilen und so ihr Innovationspotenzial freizusetzen, wenn ihre Erfolge patentiert und kommerziell vermarktet werden können.

Les sanctions économiques fonctionnent-elles ? | Marchés & Moralité

Depuis l'agression russe contre l'Ukraine, les pays occidentaux ont imposé un large éventail de sanctions économiques au régime et aux individus qui lui sont liés.

Quelle est l'efficacité de ces sanctions et qui sont-elles censées viser ?

Adam Bartha a accueilli Jessica Miller, la fondatrice de Strela Advisory et Fred Roeder, le fondateur du Consumer Choice Center pour débattre de la question. Fred a souligné que les actions européennes tardives contre la Russie sont nécessaires pour empêcher la Russie d'infliger davantage de souffrances à ses voisins, même si cela a des coûts économiques élevés pour les pays de l'UE. Jessica s'est prononcée contre les sanctions économiques à grande échelle mises en œuvre pour les individus, car elle estime qu'elles sont inefficaces pour changer l'avis de Poutine et détériorer l'État de droit dans les pays européens.

Réponse à la récente couverture médiatique du travail de réduction des méfaits du CCC :

Une nouvelle année signifie de nouvelles allégations de soi-disant journalistes qui ne peuvent pas vivre avec le fait que le CCC se bat pour les consommateurs et est transparent sur son travail et ses partisans. Cette fois, c'est un article dans The Daily Beast aux États-Unis, et ça ressemble un peu à Groundhog Day. Mais nous en profitons pour souligner encore une fois notre fonctionnement :

 

Le CCC n'a pas de "soutiens secrets" !

CCC est transparent sur le fait qu'il reçoit des fonds d'entreprises à but lucratif, et cela est clairement indiqué sur notre site Web. Cela inclut le fait que le CCC reçoit des fonds de British American Tobacco, ainsi que de nombreuses autres entreprises, individus et groupes. Ce n'est pas un secret. Nous sommes heureux de recevoir des dons d'entreprises et de particuliers qui soutiennent notre mission et respectent notre indépendance, et nous n'en avons pas honte. 

 

Le CCC fonctionne en toute indépendance vis-à-vis de ses donateurs !

Le CCC accueille le financement des entreprises à but lucratif, des fondations et des individus qui partagent notre mission. CCC fonctionne en toute indépendance vis-à-vis de ses donateurs, et tous nos donateurs respectent cela. La suggestion que n'importe quel donateur 'dirigeait le show', ou dirigeait n'importe laquelle de nos activités est complètement et manifestement fausse. Nous n'avons jamais rencontré ni même entendu parler de la personne nommée dans l'article, et ni lui ni personne d'autre en dehors de CCC n'exerce de direction sur nos activités. 


Les réclamations anonymes d'anciens sous-traitants mécontents ne sont pas des faits !

L'une de nos agences a engagé un sous-traitant pour nous aider à atteindre la communauté mondiale du vapotage sur les réseaux sociaux. C'est un moyen essentiel pour nous d'atteindre les vapoteurs qui veulent se lever et se battre pour les droits des consommateurs. Ce sous-traitant savait que son client était le Consumer Choice Center, et non une autre entreprise ou donateur de CCC. Ils ont échoué dans leur mission et ont été licenciés il y a plus d'un an. Leurs commentaires anonymes suggèrent une incompréhension complète et une fausse représentation de la situation, et on ne sait pas pourquoi. Étant donné à quel point ils étaient mauvais dans leur travail, ce n'est peut-être pas une surprise qu'ils ne se souviennent pas de qui était leur client. 

La CCC a lancé la WVA pour lutter pour les vapoteurs !

Chez CCC, nous sommes très fiers de notre travail pour sauver des vies en réduisant les méfaits du tabagisme. C'est pourquoi nous avons créé la WVA. Vous pouvez trouver une lecture plus longue sur les raisons pour lesquelles nous avons lancé la WVA ici : https://consumerchoicecenter.org/why-we-launched-the-world-vapers-alliance/ 

 

Le CCC est fiscalement conforme et indépendant !

CCC est une entité totalement indépendante en pleine conformité avec tous les codes fiscaux pertinents. Tout le reste est une fausse déclaration. Vous pouvez en savoir plus ici : https://consumerchoicecenter.org/about-us/

 

Protéger les consommateurs d'une éventuelle montée du marché noir

De plus grands efforts d'application de la part des autorités et une solide campagne d'éducation des consommateurs sont essentiels pour endiguer l'augmentation attendue des produits du marché noir résultant de l'augmentation du coût des biens essentiels et de la crise des revenus auxquels sont confrontés les Malaisiens.

Cela fait suite à de récentes informations selon lesquelles les exploitants de cafés ont été contraints d'augmenter leurs prix parallèlement à l'augmentation des prix de produits essentiels comme le lait concentré et évaporé, le sucre et les sacs en plastique, ce qui a finalement entraîné une augmentation de leurs coûts d'exploitation.

"La flambée des prix des articles essentiels peut être le signe d'une inflation généralisée en raison du régime de taux d'intérêt bas", a commenté le directeur général du Consumer Choice Center (CCC), Fred Roeder.

Cela peut être problématique car les revenus des ménages ne se sont pas remis de l'impact de la crise du COVID-19 et les consommateurs aux ressources limitées se tourneront naturellement vers des alternatives moins chères pour leurs biens et services quotidiens.

"Nous pensons que les syndicats criminels saisiront cette opportunité pour renforcer l'offre de produits du marché noir sur le marché malaisien, et ils seraient activés par l'ouverture des frontières entre les États et très bientôt, les pays", a déclaré Roeder.

Lisez entièrement l'article ici

proche
fr_FRFR