fbpx

Auteur : Bill Wirtz

Comment le Green New Deal a connu sa disparition en Europe

Dans un bouleversement stupéfiant, le Parlement européen a voté contre le projet de loi « Utilisation durable des pesticides », qui constituait la pierre angulaire du Green Deal européen et de la stratégie dite « de la ferme à l’assiette ». En 2020, l'Union européenne a prévu une réforme fondamentale du secteur agricole du bloc, réduisant l'utilisation de pesticides, réduisant l'utilisation d'engrais et stimulant l'agriculture biologique. Et même si certaines propositions restent en suspens, les législateurs sont pratiquement revenus sur les points de vue qu'ils avaient il y a trois ans, et ce pour de bonnes raisons.

Lorsque l’UE a initialement dévoilé ses plans de réformes, la COVID en était à ses premières phases, on pensait qu’elle avait été vaincue par les confinements stricts, et l’Ukraine n’avait pas encore été envahie par la Russie. Les taux d'intérêt étaient proches d'être négatifs, donc, au sein de la chambre d'écho qu'est l'exécutif européen, il semblait opportun de renverser l'ensemble du système alimentaire et agricole.

Après quelques réticences politiques initiales, plutôt modérées, les commissaires de l’UE ont persisté. C'est pour le bien de l'environnement, disent-ils. Cependant, il est vite devenu évident que ces projets allaient coûter très cher, selon l'USDA, avec une production agricole en baisse de sept à douze pour cent, et un impact significatif sur le PIB global du continent. Pourtant, la Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, a persisté : les pesticides chimiques, même s’ils étaient approuvés par le régulateur indépendant, devraient être réduits.

Des fissures ont commencé à apparaître dans la sincérité de l'exécutif européen lorsque le président français Emmanuel Macron, puis d'autres chefs d'État européens, j'ai commencé à douter si la mise en œuvre de ces règles était même possible. Les représentants des agriculteurs ont indiqué qu'ils rejetaient les objectifs des stratégies de l'UE. 

Les élections provinciales néerlandaises, remportées par un parti paysan qui faisait campagne contre la politique gouvernementale visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre conformément à la législation européenne, ont marqué le début de la fin. Le BoerBurgerBeweging (BBB), également connu sous le nom de Mouvement paysan-citoyen, a remporté une victoire significative aux élections provinciales aux Pays-Bas ; avec un nombre impressionnant de 15 sièges sur 75 au Sénat, il occupe désormais la position de parti le plus influent à la chambre haute du pays. Le BBB a été créé en 2019, mais il a obtenu un large soutien suite à la décision du gouvernement de réduire les émissions d'azote en fermant environ un tiers des exploitations agricoles néerlandaises.

Il s’est avéré que la réduction des terres agricoles européennes, tout en privant les agriculteurs du droit de prévenir de manière adéquate la propagation des parasites, n’a pas eu un bon succès auprès des électeurs. Depuis lors, le Parti populaire européen (PPE), le plus grand parti au Parlement européen – et qui devrait rester en place après les prochaines élections – s'est désormais présenté comme le parti paysan, a renversé morceau après morceau le projet de loi européen. Pacte vert. Beaucoup de ses composants restants ne seront probablement pas votés avant les élections européennes de juin de l’année prochaine.

Par ailleurs, Frans Timmermans, l’architecte néerlandais du Green Deal européen, a déjà quitté son poste pour tenter de devenir Premier ministre dans son pays d’origine, un pari qui ne s’est pas encore concrétisé après les récentes élections.

En seulement trois ans, l’Union européenne est passée de l’affirmation selon laquelle elle était sur le point de mettre en œuvre une réforme sans précédent en matière de changement climatique à la destruction de ses propres ambitions.

Ce brusque revirement de la position de l'Union européenne sur la réforme agricole constitue un avertissement pour les États-Unis, soulignant l'équilibre délicat entre les ambitions environnementales et les réalités économiques auxquelles sont confrontés les agriculteurs. Les projets ambitieux de l'UE, visant à réduire considérablement l'utilisation de pesticides et d'engrais tout en promouvant l'agriculture biologique, semblaient au départ être une étape audacieuse vers un avenir plus durable. Cependant, les implications pratiques de ces propositions, en particulier leurs impacts négatifs potentiels sur la production agricole et le PIB, ont entraîné une réaction rapide et décisive.

Pour les États-Unis, qui sont également confrontés au défi d’équilibrer la conservation de l’environnement et la productivité agricole, l’expérience de l’UE rappelle que les politiques bien intentionnées doivent être soigneusement élaborées et évaluées minutieusement pour éviter des conséquences inattendues. L'influence de l'opinion publique, comme le démontre le succès du BBB, souligne la nécessité de processus décisionnels inclusifs qui prennent en compte les intérêts de toutes les parties prenantes. Alors que les États-Unis explorent leurs propres politiques agricoles et environnementales, ils devraient se tourner vers l’Europe et ne pas répéter leurs erreurs.

Publié à l'origine ici

L’Europe a essayé le vert et a échoué

Près de 300 voix contre, seulement 207 pour : tels sont les résultats définitifs d'un vote au Parlement européen sur la directive « Utilisation durable des pesticides », la législation phare du l'Union européenneréformes agricoles. Ces plans auraient réduit l'utilisation de pesticides et d'engrais, et auraient réorienté l'utilisation d'une grande partie des terres agricoles européennes vers l'agriculture biologique. Aujourd’hui, ces projets sont pratiquement morts, l’architecte du Green Deal européen a démissionné et les élections européennes de l’année prochaine annoncent un abandon du écologistedes idées.

Le nom « Pacte vert pour l'Europe » s'inspire de celui de la représentante Alexandria Ocasio-Cortez (Démocrate de New York). Nouvelle donne verte, et il promet des réductions des émissions de gaz à effet de serre et des modes de vie plus sains pour les consommateurs. Mais cela entraîne des dépenses considérables pour les contribuables et l’économie. Avec un coût de mise en œuvre de $285 milliards, l’UE n’a pas pris en compte les effets d’entraînement de cette politique, ignorant ses évaluations d’impact.

Dans la majorité des modèles présentés dans l’évaluation, il est prévu une contraction du PIB. Cette contraction est étroitement liée à la baisse de l'emploi, de la consommation et des exportations. L’impact sur les pays fortement dépendants des industries d’exportation sera particulièrement grave, dans la mesure où ces industries emploient des personnes qui ont des possibilités limitées de réemploi. Même si les secteurs de services tels que le secteur financier subiront moins d’impact, cela se traduira par une disparité croissante des opportunités sur le marché du travail.

Un autre poids qui pèsera sur les inégalités existantes sera la hausse des prix de l’énergie pour les consommateurs. Comme le Changement énergétique allemand Comme nous l’avons déjà montré, un passage rapide aux sources d’énergie renouvelables, obtenu grâce à des programmes de subventions, augmente fortement les prix de l’énergie à la consommation. Les prix de l’énergie, du logement et de l’eau devraient tous augmenter. Certaines sources d'énergie pourraient connaître des hausses de prix supérieures à 70%. L'emploi dans les secteurs énergétiques clés, notamment le gaz et le charbon, pourrait chuter de plus de 15%, affectant des centaines de milliers d'emplois.

Alors que la réduction des émissions de gaz à effet de serre est devenue obligatoire, le gouvernement néerlandais a cherché à racheter les éleveurs de leur profession, provoquant le désormais célèbre Manifestations des agriculteurs néerlandais l'année dernière. Ces manifestations ont non seulement permis à un parti paysan de remporter les élections sénatoriales aux Pays-Bas, mais elles ont également contribué à la démission du gouvernement cette année. La réaction contre les politiques vertes de Bruxelles fait craindre à de nombreux parlementaires leur réélection lors du vote du Parlement européen de l'année prochaine en juin 2024. Dans l'ensemble, les sondages montrent que le corps législatif de l'UE devrait un virage à droite, avec des pertes pour les sociaux-démocrates et les écologistes.

L’architecte du Green Deal européen, l’homme politique néerlandais Frans Timmermans, a récemment démissionné pour tenter sa chance en politique nationale ; Le président français Emmanuel Macron estime que la réforme agricole ne devrait pas être sur la table alors que la guerre se poursuit en Ukraine ; et les pays d'Europe centrale et orientale considèrent bon nombre des réformes prévues comme une politique de bien-être discriminatoire au nom de la bonne conscience de l'Occident. 

Les réformes vertes de l'UE ont été poussées dans le fossé parce que les électeurs ont pris conscience de la réalité de la diminution du pouvoir d'achat et des coûts réels des politiques vertes, qui semblaient meilleurs sur papier qu'en pratique.

Publié à l'origine ici

 L'Europe cède un avantage à la Chine

Les décideurs politiques de tous bords devraient adopter une approche basée sur les risques pour la réglementation des PFAS.

La Commission européenne s'est engagée à éliminer progressivement les substances chimiques artificielles appelées substances per- et polyfluoroalkyles, également connues sous le nom de PFAS.

De l'autre côté de l'Atlantique, le Congrès américain et des législateurs au niveau des Etats individuels tentent d'atteindre des objectifs similaires par le biais du PFAS Action Act, qui attend maintenant un vote final au Sénat. Sans surprise, l'interdiction a été réclamée par les groupes écologistes, qui ont tendance à confondre danger et risque, et ont retenu l'approche cohérente à « tout interdire ».

Les PFAS se récupèrent, entre autres, dans les articles ménagers et autres produits de consommation, les équipements médicaux, les emballages alimentaires et les mousses anti-incendie. Leur popularité s'explique par leurs qualités uniques, telles que leur résistance chimique et leur capacité à réduire la tension superficielle. L'efficacité des PFAS a rendu leur remplacement difficile et coûteux.

Dans le même temps, l'utilisation des PFAS a été associée à divers effets néfastes, tels que l'infertilité, les maladies de la thyroïde et du foie, lorsqu'ils sont déversés de manière inappropriée dans l'approvisionnement en eau. Ces préoccupations sont justifiées et ne doivent pas être sous-estimées ou déformées. Cependant, comme pour presque tout, c'est le degré d'exposition qui compte dans une évaluation basée sur le risque, par opposition à l'évitement total du danger. Étant donné que plus de 4 700 produits chimiques appartiennent au groupe des PFAS et qu'ils présentent tous des niveaux de risque et de danger différents, nous devons veiller à ne pas les mettre tous dans le même panier.

L'Union européenne vise à diviser ces produits chimiques en deux groupes : les produits essentiels et les produits non essentiels, mais à terme, tous devraient être interdits. Cela dit, les PFAS ont déjà été en grande partie retirés de la circulation lorsqu'ils ne sont pas nécessaires. Un profil toxicologique des perfluoroalkyles publié en 2018 par l'Agency for Toxic Substances & Disease Registry indique que « les rejets industriels ont diminué depuis que les entreprises ont commencé à éliminer progressivement la production et l'utilisation de plusieurs perfluoroalkyles au début des années 2000 ».

Rien ne garantit que l'élimination progressive des PFAS nous rendra plus sûrs. L'UE et les Etats-Unis ont tous deux interdit le bisphénol A (BPA), une substance chimique présente dans les plastiques, dans les biberons, au motif qu'il présente des risques pour la santé des enfants. Cependant, le BPS et le BPF, qui sont généralement utilisés comme substituts, se sont révélés tout sauf inoffensifs. En fait, même une faible exposition au BPS a eu un impact significatif sur le développement des embryons.

Une interdiction totale de l'utilisation des PFAS ne signifie pas que ces substances chimiques artificielles cesseront d'être produites, mais simplement que d'autres pays, comme la Chine, augmenteront probablement leur production. Et compte tenu de la nécessité des PFAS pour les équipements médicaux et les biens de consommation, une interdiction de l'UE ou des Etats-Unis serait très problématique.

Pour les semi-conducteurs, ceci est un problème considérable. D'où les fabricants de puces européens importent-ils les PFAS, si la production européenne cesse ? Ironiquement, ils devraient importer la majeure partie de ce déficit de la Chine, ce qui va complètement à l'encontre de l'objectif de relocalisation de la production en Europe. Cela s'est déjà produit lorsque l'usine belge de 3M a été temporairement fermée. Les principaux producteurs coréens de puces, comme Samsung et SK Hynix, ont acheté des PFAS à des fournisseurs chinois pour éviter les pénuries de production.

Certains de ces composés chimiques des PFAS sont essentiels pour les blouses et les draps résistants à la contamination, les dispositifs médicaux implantables, les endoprothèses, les patchs cardiaques, les filtres pour conteneurs stériles, les systèmes de récupération des aiguilles, les trachéotomies, les fils guides de cathéter pour la laparoscopie et les revêtements de boîtes d'inhalation. Déclarer tous ces composés chimiques dangereux, sans évaluation du risque associé à chaque utilisation, met en péril les technologies médicales qui sauvent des vies et la sécurité des patients.

Du côté des produits de consommation, comme les téléphones portables et la technologie 5G continuant de se développer et exigeant des vitesses plus rapides dans des tailles plus petites, ces composés sont impliqués dans tout, de la production de semi-conducteurs à l'aide au refroidissement des centres de données pour l'informatique en nuage (Cloud computing). Le retrait forcé de ces produits chimiques du processus de production, en particulier parce qu'ils présentent très peu de risques pour l'homme, perturbera considérablement les chaînes d'approvisionnement et augmentera les coûts pour les 472 millions d'Européens qui utilisent actuellement un téléphone intelligent.

Les décideurs politiques de tous bords devraient adopter une approche basée sur les risques pour la réglementation des PFAS, plutôt que de se laisser piéger par les appels des activistes écologistes à les éviter complètement. Bien que certains de ces produits chimiques doivent être interdits ou limités, les interdits tous pourraient nous laisser avec des alternatives encore pires qui pourraient avoir un impact plus important sur notre santé et notre bien-être. Ces produits chimiques imposent une approche réglementaire très rigide et détaillée, pas une approche « taille unique ».

Remédier au manque de nourriture grâce au marché libre

Légaliser le génie génétique est une bonne nouvelle pour tout le monde.

L'Union européenne prépare la légalisation du génie génétique pour l'utilisation dans l'agriculture. Dans un rapport datant de 2021, la Commission européenne a conclu que la législation actuelle sur les OGM n'était pas adaptée à l'édition de gènes et qu'elle freinait le développement de cultures innovantes. Les analyses commentent cette décision a été prise et ce qu'elle signifie pour les agriculteurs et les consommateurs.

Les règles existantes en matière de génie génétique dans l'agriculture remontent à 2001, avec la « directive OGM » de l'Union européenne. Bien qu'elle ne soit pas totalement interdite, cette législation a eu pour effet que, dans la pratique, presque aucun OGM (OGM n'est pas un terme scientifique mais, pour les besoins du débat public, c'est celui que nous utiliserons ici) n'est cultivé en Europe. En fait, seuls deux pays, l'Espagne et le Portugal, cultivant du maïs BT, un vieil OGM répulsif pour les insectes.

Lorsque le génie génétique est devenu disponible, la question s'est posée de savoir si cette nouvelle technologie était la même que celle utilisée pour créer les OGM. La réponse n'est pas : le génie génétique est utilisé pour apporter des modifications au matériel génétique natif. Contrairement aux OGM, qui introduisent de nouvelles configurations de matériel génétique généralement dérivées d'autres organismes, le génie génétique modifie le matériel génétique existant de manière à obtenir des résultats bénéfiques.

Toutefois, ce n'est pas l'interprétation que la Cour européenne de justice a autorisée. Dans un arrêt rendu en 2018, la CJUE a estimé que les OGM et les cultures génétiquement modifiées constituaient une seule et même chose et devaient donc être réglementées de la même manière. Cela signifie que les cultures génétiquement modifiées au moyen des technologies CRISPR-Cas9 – une technologie co-développée par la scientifique française Emmanuelle Charpentier, lauréate du prix Nobel – ne sont toujours pas disponibles en Europe, même si elles ont été utilisées en toute sécurité aux Etats-Unis, au Canada et au Brésil.

Pourquoi cela est-il important ? Tout d'abord, il convient de s'interroger sur le principe de ce règlement. Les scientifiques ont mis au point une technologie dont l'utilisation est sans danger et qui est souhaitée par les producteurs ; il est donc difficile de comprendre en vertu de quel droit les régulateurs empêchent son autorisation.

Mais surtout, le génie génétique est une technologie passionnante et nécessaire. Il permet de réduire l'utilisation de ressources telles que les engrais ou l'eau, il peut résister aux parasites, ce qui réduit les besoins en pesticides, et il peut tenir compte des allergies des consommateurs. Des chercheurs européens ont déjà mis au point du blé et des noix sans gluten qui ne provoquent pas de réactions allergiques chez les personnes allergiques aux noix.

L'un des effets très positifs de cette technologie, également lié à la réduction de l'utilisation des ressources, est la nécessité d'utiliser moins de terres pour atteindre la même quantité de production. Très souvent, les défenseurs de l'environnement affirment que ce n'est pas la quantité de nourriture que nous produisons qui pose problème, mais sa distribution. Ils ont partiellement raison, l'Europe n'a pas de problème de manque de nourriture, alors que l'Afrique a un problème de disponibilité et d'accessibilité de la nourriture. Cela dit, étant donné que la population mondiale ne cesse d'augmenter, nous devons également réfléchir à la manière d'augmenter notre production alimentaire globale.

La réduction de la superficie des terres nécessaires à la production alimentaire a un autre effet positif : elle stimule la biodiversité. L'abattage des forêts pour produire de la nourriture a des effets négatifs évidents sur notre écosystème. C'est ainsi que l'humanité a malheureusement menacé certaines espèces et que des pays comme le Brésil diminuent la taille de la forêt amazonienne pour accroître ses capacités agricoles. Avec le développement du génie génétique, nous verrons également une réduction des terres nécessaires, ce qui signifie que nous n'aurons pas d'utiliser plus de terres besoin pour nourrir plus de gens. Telle est, en substance, la caractéristique fascinante du marché libre : faire plus avec moins et, ce faisant, améliorer le niveau de vie de chacun.

A titre de référence, des chercheurs de l'université de Stanford ont découvert que si nous pratiquons la même agriculture qu'il y a 60 ans, il devrait défricher une superficie égale à la totalité de la Russie, soit trois fois la taille de l' Amazonie et quatre fois celle de l'Union européenne, pour y installer des forêts et des habitats naturels et les transformer en production agricole. En outre, l'agriculture à haut rendement a permis d'éviter 161 gigatonnes de dioxyde de carbone depuis 1961, tandis que des recherches menées au Royaume-Uni ont montré que le passage de l'ensemble de l'agriculture actuelle à l'agriculture biologique entraînerait une augmentation des émissions de gaz à effet de serre pouvant aller jusqu'à 70%.

Cela montre que les militants qui s'opposent au génie génétique au motif que notre système agricole était le meilleur dans le passé se trompent tout simplement.

La proposition présentée par la Commission européenne n'est pas parfaite. Davantage de variétés devraient être mises à disposition et les agriculteurs du secteur bio devraient également avoir accès aux nouvelles techniques de sélection. Cela dit, il s'agit d'un pas important vers la prise en compte par Bruxelles des réalités scientifiques de ce siècle.

Méfiez-vous de la police amusante

En juin dernier, le président français avait célébré la victoire dans les vestiaires de l'équipe vainqueur de la finale du championnat national de rugby en buvant une bouteille de bière d'un seul coup. Dix-sept secondes, c'est ce qu'il a fallu à Emmanuel Macron pour vider la bouteille, sous les encouragements des joueurs.

La controverse qu’il a suscitée ne portait pas seulement sur la question de savoir s’il s’agissait d’un moment sincère ou d’un coup publicitaire, mais plutôt sur le fait que Macron consommait de l’alcool. "Il banalise les situations qui incitent à la consommation d'alcool", Bernard Basset de l'Association Addictions France a déclaré à BFMTV après coup.

La diffamation de l’alcool prend une ampleur croissante, tout comme la diffamation de tout ce qui est considéré comme des « péchés » ou des « vices ». Jeux d’argent, boissons sucrées, tabac ou vapotage, aliments gras ; il existe une longue liste de plaisirs auxquels les gens s'adonnent et une liste encore plus longue de personnes qui cherchent à les interdire. Ceux qui se disent préoccupés par la « santé publique » ressemblent de plus en plus au mouvement de tempérance des XIXe et XXe siècles. Les militants de la tempérance pensaient également que fumer, boire et jouer étaient mauvais, même si leur argument reposait plutôt sur la moralité publique et non sur la santé publique. Leur erreur est cependant la même : l’hypothèse selon laquelle l’interdiction est un bien moral parce qu’elle protège l’individu de lui-même. Alors que le lobby de la tempérance cherchait à instaurer la prohibition par le biais de paniques morales, le lobby de la santé publique fait de même en déformant les faits.

Prenons l’exemple du vapotage. Depuis plusieurs décennies maintenant, les gouvernements du monde entier reconnaissent les effets néfastes du tabagisme et explorent différentes manières d’aider les gens à arrêter de fumer. Souvent, cela s’est fait par le biais d’une élaboration de politiques restrictives et invasives. Fumer est devenu considérablement plus coûteux à cause de la fiscalité et, en raison des interdictions, il a pratiquement disparu dans les lieux publics intérieurs. Malgré une baisse significative des taux de tabagisme, les régulateurs et les législateurs tentent d'écraser les réfractaires, alors que 20% des adultes de l'Union européenne continuent de fumer.

Les dispositifs alternatifs d’administration de nicotine – tels que les cigarettes électroniques ou les appareils sans combustion – n’ont pas seulement fait leurs preuves. nettement plus sûr que les cigarettes mais aussi à être des outils efficaces pour arrêter de fumer. Un grand nombre de consommateurs de tabac abandonnent cette habitude à cause du vapotage, et pourtant certains éléments militants demandent au gouvernement de traiter le vapotage, l'outil de réduction des méfaits, exactement de la même manière qu'il traite le tabac. Ce n’est pas seulement parce qu’ils ignorent la science, mais parce qu’ils ne sont pas là pour réduire les dommages mais pour éliminer tous les vices disponibles. Tout comme le mouvement Temperance, ou les gens qui s'accrochent à l'idée de maintenir le cannabis illégal, leur slogan non officiel est « Just Say No » de Nancy Reagan.

Ce prohibitionnisme moderne, ou néo-prohibitionnisme, est prolifique et influent. Malgré tous leurs discours sur les géants du tabac, de l’alcool et du jeu, il semble que ces industries détiennent très peu de pouvoir par rapport aux militants de la santé publique. Les faits parlent d’eux-mêmes : année après année, accéder à ces simples plaisirs de la vie devient de plus en plus difficile. Les pays les rendent plus chers et moins accessibles, interdisent leur publicité ou limitent leurs délais de vente. Supposons que les gouvernements européens soient en fait redevables à ces grandes industries. Dans ce cas, nous verrions un paysage très différent – mais au lieu d’un épisode de Mad Men, nous envisageons une élaboration politique de plus en plus puritaine.

Le gouvernement britannique réfléchit actuellement à une interdiction générationnelle du tabac, ce qui signifierait que toute personne née après le 1er janvier 2009 ne serait légalement pas autorisée à acquérir des produits du tabac. En substance, cela signifie que le Royaume-Uni met en œuvre une interdiction – une politique qui a échoué et continue d’échouer de manière constante. Qu’il s’agisse de l’interdiction de l’alcool aux États-Unis dans les années 1920 ou de l’interdiction des cigarettes au Bhoutan en 2020, l’interdiction pure et simple de ces produits dynamise le marché noir. Les fournisseurs de produits et de services illicites tels que l'alcool, les cigarettes, les jeux de hasard, etc. ne se soucient pas des contrôles de qualité ou des restrictions d'âge et financent d'autres opérations criminelles avec leurs ventes.

Ce qui est frustrant dans le débat sur la prohibition, c’est que ses conséquences négatives ne sont pas du tout inconnues. On sait que la prohibition de l’alcool a créé le chef mafieux Al Capone. Nous savons que les auteurs du terrorisme international génèrent des liquidités grâce au commerce illicite du tabac. Plus important encore, nous savons que la guerre contre les drogues, comme le cannabis, a été contre-productive et a emprisonné des millions de délinquants non violents pendant d’innombrables années. Pourquoi essayerions-nous de suivre un modèle qui est objectivement peu judicieux alors que nous pourrions plutôt introduire la notion d’utilisation responsable, de réduction des méfaits et de responsabilité individuelle ?

La police amusante, les néo-prohibitionnistes, les nounous staters, quel que soit le nom que nous leur donnons, ont pour objectif de rendre la prohibition à nouveau socialement acceptable. Tout comme toute police qui outrepasse son autorité, nous devons les arrêter.

Publié à l'origine ici

Pour la défense de l'indépendance de l'EPA  

Dans un récent article d'opinion pour The Hill, (maintenant) candidat indépendant à la présidentielle Robert F. Kennedy Jr. a présenté les arguments en faveur de sa candidature. Parmi ses griefs, il cite l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) comme l'une des victimes de la captation des entreprises par des intérêts commerciaux.  

En tant qu'avocat en responsabilité délictuelle et militant environnemental, Kennedy a longtemps considéré l'EPA comme une épine dans son pied. En effet, l’agence a approuvé de nombreux pesticides auxquels RFK Jr. s’oppose dans son plaidoyer, parmi lesquels l’herbicide glyphosate. C'est l'un des le plus couramment utilisé produits chimiques de protection des cultures dans l'agriculture américaine, essentiels pour que les agriculteurs protègent leurs cultures des mauvaises herbes. Le composé glyphosate, que l’on peut trouver dans une variété de produits, agit en bloquant une enzyme nécessaire à la croissance des plantes.  

Dans un monde sans herbicides, les agriculteurs devraient augmenter le travail du sol, ce qui perturbe le sol et libère davantage d'émissions de dioxyde de carbone dans l'atmosphère – ce qui, par exemple, pourrait normalement intéresser un environnementaliste. 

RFK est depuis longtemps sur le sentier de la guerre contre le glyphosate, motivé par son croyance erronée que le composé est lié au lymphome non hodgkinien. En tant qu'avocat, il a pu extraire des millions du géant agrochimique Monsanto par le biais d'un procès. Cependant, convaincre un jury est un jeu différent que convaincre un organisme scientifique tel que l'EPA, qui soutient qu'« il n'y a aucun risque préoccupant pour la santé humaine lorsque le glyphosate est utilisé conformément à son étiquette actuelle » et qu'« il est peu probable que le glyphosate soit cancérigène pour l'homme ». 

La suggestion de Kennedy selon laquelle l'EPA est redevable envers l'industrie simplement parce qu'elle approuve un produit chimique à l'égard duquel il est sceptique est une caractérisation injuste et trompeuse. Les organismes de réglementation fondent leurs décisions d'approbation sur leurs propres évaluations des risques, ainsi que sur celles de chercheurs indépendants. 

Les administrateurs de l’EPA sont nommés par le président, ce qui constitue sans doute le seul élément de parti pris que la politique introduit au sein de l’agence. (RFK lui-même avait autrefois été envisagé pour diriger l'EPA par le président Obama, mais son point de vue selon lequel les sceptiques face au changement climatique devraient être considérés comme des « traîtres » l’a finalement rendu trop controversé.) 

De manière perverse, c’est l’élément que Kennedy veut utiliser pour nommer des « activistes », comme il l’écrit dans son éditorial. Les personnes qu’il nommerait président seraient sans aucun doute des militants issus du mouvement anti-pesticides. L’agence deviendrait encore plus politisée et biaisée, ne servant plus les intérêts du peuple américain ni les processus scientifiques.  

Contrairement à la croyance populaire, le fait que les agences de régulation soient en contact avec les fabricants de produits chimiques ne constitue pas un comportement suspect. Au contraire, il est essentiel pour le processus d’approbation, un peu comme la façon dont la Food and Drug Administration communique avec les sociétés pharmaceutiques pour partager des données et des informations sur un nouveau médicament.  

En lisant sur un blog qui Bill Gates essaie de rendre les grenouilles gays ne constitue pas une bonne action pour une réunion de l'EPA, contrairement à ce que pourrait croire RFK. Des produits innovants pour le bien des producteurs et des consommateurs, c'est là que les fabricants et les régulateurs interviennent et jouent un rôle essentiel.

La manière dont les agences de régulation fonctionnent ne repose pas sur l’idée que les politiciens fixent les règles de base en matière d’approbation, mais sur le fait que les agences prennent des décisions en matière de sécurité indépendamment des législatures. L’Europe subit actuellement les inconvénients d’un système qui demande l’approbation finale des élus. Le glyphosate est en attente de réapprobation dans l'Union européenne et a déjà reçu le feu vert par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Pourtant, les chefs de gouvernement au Conseil européen, à peu près l’équivalent du Sénat américain, sont je réfléchis toujours s'ils continueront à autoriser l'utilisation du glyphosate sur le sol européen.  

Une fois que les agences ont passé des mois ou des années à analyser la littérature et les recherches scientifiques pour déterminer si un produit chimique phytosanitaire est sûr, devrait-il vraiment appartenir aux élus de décider si le produit doit être approuvé ou non ?  

Robert F. Kennedy Jr., contrairement aux scientifiques de l’EPA qu’il attaque si régulièrement, n’a aucune autorité scientifique. Mis à part ses actions délictuelles au profit de ses clients, ses folles théories du complot sur tout, des vaccins, qu'il a suggéré pourrait être lié à l'épidémie de grippe espagnole, au Wi-Fi, qu'il pense que cela peut causer le cancer et son « cerveau qui fuit » le rendent inapte à prendre des décisions impartiales sur des sujets scientifiques complexes tels que la politique agricole.  

En tant que président, il ferait des choix de nominations qui nuiraient à l’efficacité et à l’indépendance de ces agences et en feraient de simples bras étendus de la Maison Blanche. 

Garantir l’indépendance d’agences telles que l’EPA est essentiel. Cela ne veut pas dire que les agences ne peuvent pas se tromper : elles le peuvent et elles le font. Mais jeter ces corps sous le bus d’une grande conspiration imaginaire du grand business ne rend pas service à la conversation. 

Publié à l'origine ici

Le projet de loi de New York sur la protection des abeilles piquerait les agriculteurs

Protéger les oiseaux et les abeilles, tel est l'objectif d'un projet de loi adopté par la législature de New York en juin. Le projet de loi interdirait l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes (connus sous le nom de néonics) – une mesure chère au cœur des militants anti-pesticides, mais qui nuirait gravement aux agriculteurs et aux consommateurs.

La prémisse de leur argument est que les produits chimiques de ce groupe d'insecticides affectent gravement la santé des pollinisateurs et qu'une interdiction protégerait donc l'écosystème de l'État – mais ils ont tort.

Comme je l'ai souligné dans un article pour Newsmax L’année dernière, une myriade de faussetés sur la santé des abeilles ont été utilisées pour les causes d’activistes dont l’objectif déclaré est l’interdiction de tous les pesticides. La version courte est la suivante : malgré les avertissements d’une « Beepocalypse », les populations d’abeilles sont en fait en augmentation. Le déclin régional des abeilles se produit à cause de l’urbanisation, de la réduction de la demande du marché pour les colonies gérées et de l’apparition de virus naturels.

Comme la plupart des mauvaises politiques publiques, la loi sur la protection des oiseaux et des abeilles repose sur des prémisses erronées et un nom réconfortant. Les statistiques sur le déclin des pollinisateurs et l’effondrement des colonies ont longtemps été faussement associées à l’utilisation d’insecticides. En fait, avant que les insecticides ne soient accusés de « tuer les abeilles », c’étaient les aliments issus de la bio-ingénierie qui étaient dans la ligne de mire des militants.

Cette hypothèse n'a jamais été étayée par des preuves, et les administrations des deux côtés de l'allée en sont venues à reconnaître les incroyables opportunités d'atténuation et d'efficacité climatiques associées aux aliments génétiquement modifiés.

Dans l'Union européenne, un certain nombre de pays ont mis en place des exemptions à l'interdiction des néonicotinoïdes en raison de la impact néfaste ils avaient sur les agriculteurs locaux. Cette politique d'exemption suscite non seulement de l'anxiété chez toutes les parties concernées, mais ne fournit également aucune certitude aux agriculteurs pour l'avenir.

La loi sur la protection des oiseaux et des abeilles adopte une approche différente en interdisant complètement l'utilisation de ces produits, contournant ainsi les agences de réglementation. Cependant, cette approche nécessite ensuite que ces agences se soumettent à de longues évaluations pour déterminer une utilisation d'urgence appropriée. Ce processus est à la fois fastidieux et injuste pour les agriculteurs.

L’élimination des agences de régulation du processus décisionnel est la principale raison pour laquelle le gouverneur démocrate de Californie, Gavin Newsom, a opposé son veto un projet de loi de l'année dernière visant à interdire les néonics à des fins non agricoles.

Les défenseurs des pollinisateurs ont peut-être de bonnes intentions, mais leur manque de compréhension de l’agriculture est évident. La mise en œuvre de l’interdiction des néonics en Europe a conduit les agriculteurs à recourir à des produits chimiques alternatifs pour protéger leurs cultures. Toutefois, l'utilisation de produits de substitution a été montré pour diminuer le rendement des cultures et augmenter la résistance des insectes, conduisant finalement à des impacts négatifs sur l’environnement et la biodiversité.

Il n’est pas envisageable de suggérer aux agriculteurs d’acquérir davantage de terres pour compenser les pertes de récoltes ou d’utiliser des produits qui ne sont pas équipés pour assurer une protection adéquate de leurs champs.

Les conséquences potentielles de telles mesures sont désastreuses, en particulier pour les plus de 25 000 ouvriers agricoles de l’État de New York qui comptent sur des rendements stables et des méthodes fiables pour protéger leurs exploitations contre les espèces envahissantes. L'absence de rendements garantis pourrait entraîner une hausse des prix dans le secteur des productions végétales, comme cela a été observé en France.

Pour les New-Yorkais déjà aux prises avec le fardeau d’une inflation rapide, de telles réglementations agricoles ne sont pas responsables. Une loi de cette nature devrait exiger plus qu’un simple nom à consonance noble et de bonnes intentions pour devenir une loi, et la Loi sur la protection des oiseaux et des abeilles ne suffit pas à cet égard.

Publié à l'origine ici

Faut-il détruire Amazon ?

La concurrence est le moteur de l'innovation pour les consommateurs. Est-ce légitime de vouloir la réglementer ?

Aux Etats-Unis, les régulateurs de l'État tentent de détruire le prétendu monopole d'Amazon – une inspiration aussi pour les Européens à Bruxelles. Mais à quel point Amazon représente-t-il un danger ?

Pour les consommateurs, les entités Amazon, Amazon Prime et Amazon Web Services (AWS) sont omniprésentes et synonymes. L'activité globale du groupe comprend la vente au détail en ligne, les magasins physiques, les services d'abonnement, les services de publicité, l'informatique en nuage, la logistique et les services de vendeurs tiers. Chaque composante soutient et sert les autres, ce qui se traduit par une efficacité incroyable, des coûts d'exploitation réduits et, par conséquent, des baisses de prix importantes pour les consommateurs.

Il n'est donc pas étonnant qu'Amazon jouisse d'une approbation et d'une confiance du public presque aussi élevée que celles de l'armée américaine, avec 72% d'opinions favorables, selon un sondage Harvard-Harris réalisé en 2021. Il s'agit d'une statistique étonnante compte tenu de la tendance générale à la méfiance des institutions, à notre époque.

La Commission fédérale du commerce (FTC) de Joe Biden estime que les consommateurs doivent prendre leur part du gâteau lorsqu'il s'agit de sacrifier les économies de temps et d'argent réalisées par Amazon. La vision de Mme Khan de ce qui constitue un monopole n'est pas celle que la plupart des gens, ou la loi, détiennent. Fils cadre antitrust – déclaration de l'ancien sénateur Orrin Hatch comme un « hipster antitrust » – considère les prix prédateurs, les escroqueries des consommateurs et le manque de concurrence comme une façon démodée de penser l'antitrust.

Tout cela est bien résumé dans un article de 2018 dans The Atlantic, où Lina Khan observe avec dédain les prix plus bas des avocats dans un Whole Foods appartenant à Amazon. Les consommateurs et leurs préférences révélées sont le problème que la FTC cherche réellement à résoudre dans son attaque à venir contre Amazon.

Pour la plupart des Américains, Amazon n'est plus seulement une entreprise ; elle fait partie du paysage dans lequel ils vivent. Des camionnettes Amazon sont présentes dans chaque quartier, et une boîte portant le logo Prime pourrait arriver sur le pas de votre porte d'une minute à l'autre. C'est ce qui arrive lorsque 200 millions de consommateurs dans le monde sont abonnés à un service qui leur facilite la vie.

Peut-être êtes-vous quelqu'un qui n'aime pas le monde que j'ai décrit ; peut-être voyez-vous l’omniprésence d’Amazon comme une dystopie. Vous avez le droit d'avoir cette opinion, mais ce n'est pas la raison d'être des régulateurs, que de se battre dans ces conditions.

Même si vous n'êtes pas un client fidèle d'Amazon, nous connaissons tous quelqu'un qui a trouvé un emploi dans l'entreprise, qui a acheté un meilleur téléviseur à un meilleur prix lors du Prime Day ou qui a utilisé les services d'AWS, qui alimentent des millions de sites web pour des entreprises dans le monde entier.

Certaines des pratiques d'Amazon peuvent sembler lourdes ou privilégiées aux yeux des régulateurs, mais elles ne constituent en rien un préjudice pour le consommateur – critère sur lequel se fonde la doctrine antitrust depuis un siècle. Il n'y a pas de cartels, pas de barons voleurs et pas d'accords secrets qui augmentent les prix pour les consommateurs. Au contraire, le système d'incitation d'Amazon pour les vendeurs de sa plateforme semble idéalement conçu pour répondre à l' »obsession » du fondateur Jeff Bezos pour les consommateurs, comme il se décrit lui-même.

Toute cette notion de monopole Amazon est aussi à analyser. Le commerce électronique d'Amazon moins représente de 40% de la part de marché du commerce électronique, et étant donné que le commerce électronique ne représente que 15% de l'ensemble du commerce de détail aux Etats-Unis, cela fait d'Amazon un curieux monopole avec une part de marché remarquable de… 6%. Ou prenez Prime Video, qui représente la concurrence du câble, soit seulement 7% de l'ensemble de la consommation de télévision.

Il est vrai que le monde se déplace en ligne – le commerce électronique et la diffusion en continue vont tous deux connaître une croissance considérable au cours des prochaines années.

Cependant, à mesure que les services se déplacent en ligne, le terrain va devenir plus encombré. Dans les services de diffusion diffusion, les chaînes de télévision optent de plus en plus pour le contenu en ligne sur un modèle d'abonnement et sont susceptibles de créer des alliances pour gagner des parts de marché. Prenons l'exemple de Disney, dont l'abonnement Disney+ regroupe le sport avec ESPN et les documentaires avec National Geographic – deux services qui s'adaptent à une présence en ligne.

Dans le monde des affaires, il s'agit souvent d'être le premier, mais être le premier ne garantit pas un modèle d'entreprise performant pour l'éternité. Le premier smartphone a été commercialisé par IBM, le premier ordinateur portable par Toshiba. La première plateforme de médias sociaux à succès MySpace a longtemps été considérée comme une sorte de monopole naturel.

Les consommateurs peuvent choisir de ne pas utiliser les services d'Amazon ; en fait, pour beaucoup, c'est une question de principe que de faire leurs achats chez des concurrents de petite taille, comme c'est leur droit. Ce qui semble étrange, c'est que les Etats cherchent à s'approprier la réussite d'Amazon au seul motif que ses concurrents n'ont pas été assez rapides pour s'adapter.

Il suffit de comparer le mode de fonctionnement d'Amazon à celui d'autres marchés pour s'apercevoir qu'il est réalisable. Dans des pays comme les Pays-Bas ou la Turquie, où le commerce électronique d'Amazon est un nouveau venu, les plateformes locales ont la mainmise.

L'offre groupée de services d'Amazon n'est pas unique, il s'agit en fait d'une version plutôt légère de ce que l'on peut observer à l'échelle internationale. Il reste à voir si Amazon Prime peut atteindre ce niveau de fournisseur de services complets, mais même si c'était le cas, il est très probable que Walmart ou Target auront également développé leurs propres offres groupées concurrentes, ou que les concurrents étrangers deviendront plus forts sur le marché américain.

En fait, la concurrence est le moteur de l'innovation pour les consommateurs, alors au lieu d'essayer de la réglementer, laissez les concurrents se battre en eux.

Publié à l'origine ici

La dangereuse transition énergétique envisagée en Suisse

La Suisse pourrait risquer une hausse dévastatrice des prix de l’énergie, que l’Allemagne a connue à la suite de sa sortie du nucléaire.

La prospérité de la Suisse est notamment due à son impressionnante capacité à produire, importer et fournir de l'énergie aux entreprises et aux ménages. Le pays possède le système électrique le plus propre parmi les 31 pays membres de l'Agence internationale de l'énergie, émettant la plus faible quantité de dioxyde de carbone pour chaque kilowatt produit. Malgré une population croissante, la Suisse a réussi à réduire ses émissions de carbone de 18,3% depuis 1990, tout en connaissant une croissance économique continue.

Une énergie peu coûteuse et suffisante est une condition sine qua non de la compétitivité industrielle et permet aux consommateurs de dépenser leur argent pour d'autres biens. L'indice semestriel « Indice des pays Entreprises familiales » (en allemand) a attribué à la Suisse la quatrième place en matière de compétitivité énergétique en 2008, mais seulement la quinzième en 2022. Durant la même période, l'Allemagne a chuté de la 11e à la 18e place.

Cependant, le pays est confronté à des défis liés à l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie sur le marché suisse de l'énergie et aux exigences croissantes en matière de changement climatique. Pour faire face à ces problèmes, le gouvernement suisse prévoit d'adopter une stratégie énergétique visant à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Parmi les politiques incluses dans le plan figurent de fortes subventions pour les énergies renouvelables et la fermeture des centrales nucléaires. Une erreur déjà commise par l'Allemagne.

Sortie du nucléaire

Jusqu'à présent, la logique des autorités de régulation suisses s'est appuyée sur le modèle standard du monopole naturel, dans lequel un fournisseur unique fournit de l'électricité à un coût décroissant, une fois les frais initiaux d'installation des lignes électriques et de construction des groupes électrogènes payés. L'industrie suisse de l'énergie est très majoritairement (90%) détenue par l'État et présente des barrières élevées à l'entrée ainsi qu'un nombre important de consommateurs captifs, tout en bénéficiant d'importantes subventions.

Le résultat de la votation du 18 juin dernier ouvre la voie à une politique énergétique prescriptive imposante des échéances pour la neutralisation des émissions de carbone dans certains secteurs de l'économie.

L'ES 2050 (le plan de transition énergétique suisse) préconise une sortie progressive de l'énergie nucléaire au profit d'autres sources d'énergie neutre en carbone, sachant que l'énergie éolienne, solaire ou hydroélectrique ne peut, au mieux, que partiellement remplacer le nucléaire.

Les combustibles fossiles étrangers sont indispensables pour couvrir les besoins énergétiques de la Suisse. Le pays consomme au total environ 225 térawattheures d'énergie. Les dérivés du pétrole utilisés pour le transport et le chauffage représentent la plus grande partie de la consommation totale finale, avec 95,81 térawattheures, soit 42% de la consommation totale. A titre de comparaison, le gaz ne représente que 33,97 térawattheures, soit 15% de la consommation totale. Depuis 2022, le gaz suisse est importé via les plateformes de l'UE.

Ces mêmes sources d'énergie jouent un rôle essentiel dans les transitions énergétiques. Selon les données de l'Etat, la Suisse est déjà passée d'un exportateur net d'électricité en été à un importateur net d'électricité en hiver tout au long de sa transition vers l'objectif ES 2050, avec des importations nettes de 5,7 milliards de kilowattheures aux premier et quatrième trimestres.

Inefficacité de la production

Le gouvernement est même prêt à introduire des centrales à cycle combinés au gaz ou au pétrole (qui représentent actuellement 9% de la production d'énergie, mais qui devraient progresser à défaut d'autres options). Malgré les ambitions élevées d'« énergie propre » de l'ES 2050, au moins un rapport de l'AIE prévoit que la Suisse importera davantage de combustibles fossiles, et non moins, en raison de ses objectifs climatiques.

Ainsi, tout plan d'autosuffisance est d'emblée voué à l'échec. La production nationale de tous les besoins devrait combler l'important déficit énergétique de 95,81 térawattheures, ce qui coûterait aux consommateurs ordinaires des dizaines de milliards de francs suisses rien que pour produire de l'inefficacité énergétique et plus polluante plutôt que d'acheter à l'étranger une énergie plus abordable et de meilleure qualité. Le reste de l'énergie totale consommée provient de la production intérieure : 56,8% de la production nationale d'énergie électrique provient des 682 centrales hydroélectriques et des 220 barrages du pays (la Suisse détient la plus forte densité de barrages au monde), l'énergie nucléaire comptant pour 34%.

Il convient de rappeler que la consommation énergétique suisse est déjà découplée de la population et de la croissance économique, écartant l'idée que la croissance économique est indirectement liée à plus de pollution (et réfutent les affirmations empiriques des partisans de la décroissance). Bien que la population du pays ait augmenté de 15% et que l'économie a connu une croissance du PIB de près de 32% mesurée en parité de pouvoir d'achat depuis 2000, les émissions totales de carbone de la Suisse ont diminué de 18,3% entre 1990 et 2020.

Cependant, des complications à long terme ternissent ce résultat. D'une part, les exigences en matière de lutte contre le changement climatique n'ont fait que croître au fil du temps. Le gouvernement fédéral suisse avait déjà adopté des objectifs dans le cadre du protocole de Kyoto et des contributions déterminées au niveau national dans le cadre de l'accord de Paris, s'engageant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d 'ici 2020 et de 50% d'ici 2030, afin de revenir aux niveaux observés pour la dernière fois en 1990.

La Suisse doit se ressaisir et éviter la hausse dévastatrice des prix de l'énergie que l'Allemagne a connue à la suite de sa sortie du nucléaire.

Publié à l'origine ici

Démasquer la police amusante

On a déjà beaucoup discuté du rapport du Centre sur l'usage et la toxicomanie (CCLT) qui recommande des changements drastiques aux lignes directrices en matière de santé concernant l'alcool.1 Les experts du Forum scientifique international sur la recherche sur l’alcool (ISFAR) l’ont qualifié de « fusion pseudo-scientifique d’études sélectionnées de faible validité scientifique qui correspondent à leurs notions préconçues » et plus récemment Seize éminents experts, professeurs et chercheurs québécois en matière de réduction des méfaits ont déclaré que le rapport du CCLT induit les consommateurs en erreur avec des affirmations telles que « même à petites doses, l'alcool a des conséquences pour tout le monde ».

Mais au-delà des critiques que le CCSA a reçues de la part de ceux qui travaillent dans le domaine de la recherche sur l’alcool, il existe un lien autrefois obscur entre les chercheurs qui militent régulièrement en faveur d’un changement de politique en matière de néo-tempérance et les organisations internationales de tempérance comme Movendi.

Movendi est un groupe international de tempérance qui prône une approche de consommation zéro d'alcool. Movendi a été fondée dans les années 1800 sous le nom de « L'Ordre des Bons Templiers », mais s'est rebaptisée en 2020, peut-être parce que son ancien nom ressemblait à celui d'un roman de Dan Brown. 

Assez drôle, Movendi finance son lobbying néo-tempérant dans le monde entier en organisant une loterie en Suède. Or, il n’y a rien de mal moralement à organiser une loterie, ou à jouer d’ailleurs, mais à organiser une loterie qui a été poursuivi par l'Agence suédoise de protection des consommateurs pour avoir utilisé des tactiques de marketing trompeuses et fraudé les consommateurs est certainement suspect et mérite d'être critiqué. Sans parler du fait qu’ils financent leur guerre puritaine contre un « péché » avec les profits d’un autre. 

Movendi joue un rôle important dans le débat sur la politique en matière d'alcool au niveau international, car ils sont officiellement partenaires de l'Organisation mondiale de la santé, mais également au niveau national, car leurs chercheurs affiliés sont les véritables auteurs du rapport du CCSA qui a fait l'objet de tant de critiques. 

Oui, les auteurs du rapport du CCLT sur l'alcool, financé par vos impôts via Santé Canada, sont ouvertement affiliés à une organisation internationale anti-alcool dont l'objectif principal est de créer un avenir sans alcool.

Comment le savons nous? Eh bien, les auteurs du rapport du CCSA, Tim Stockwell, Timothy Naimi et Adam Sherk, ont des liens ouverts avec Movendi qui sont évidents pour tous. Par exemple, deux jours seulement après la publication du rapport du CCSA, un résumé interactif du rapport a été publié sur le site Web de Movendi. site Internet, rédigé par le même groupe d’auteurs. 

En fait, ces chercheurs du CSSA citent sur leur propre page sur les conflits d'intérêts qu'ils sommes affilié à Movendi International. Et bien que leur divulgation indique qu'ils sont des membres bénévoles de Movendi, selon les révélations, ils ont voyagé aux frais de Movendi pour assister à des événements Movendi en Suède et sont présentés sur Movendi. podcast, dédié à la sensibilisation aux dangers de l’alcool. 

Et à quel point ces lobbyistes anti-alcool et l’organisation à laquelle ils sont liés sont-ils véhéments ? Eh bien, encore une fois, selon Movendi site Internet, leurs membres s'engagent à déclarer qu'ils « doivent mener une vie sans consommation d'alcool et d'autres drogues intoxicantes ».

Il n’y a rien de mal à choisir de s’abstenir de l’alcool et d’autres drogues intoxicantes. À chacun le sien. Mais prendre son point de vue personnel et le faire passer pour scientifique, aux frais des contribuables, et en retour faire pression sur le gouvernement fédéral pour un changement de politique, est une autre chose. Les contribuables ont-ils demandé que leur argent serve à financer le lobbying anti-alcool ? Certainement pas.

Imaginez si le gouvernement du Canada commandait une étude sur le niveau approprié de consommation de viande et découvrait que les auteurs de l'étude, après être parvenus à ce qui est évidemment une conclusion prédéterminée, sont des végétaliens véhéments affiliés à des organisations anti-viande comme Personnes pour un traitement éthique des animaux (PETA) ? L’indignation s’ensuivrait naturellement et les résultats seraient considérés comme rien de plus que de la pseudoscience idéologiquement motivée. 

Eh bien, la bonne nouvelle pour les Canadiens qui boivent, c'est que malgré les gros titres sur le rapport du CCSA, il semblerait que le gouvernement fédéral aborde le rapport et la comptabilité floue du CCSA avec prudence. À l'heure actuelle, les programmes à faible risque du Canada des lignes directrices restent à deux verres par jour pour les femmes et à trois verres pour les hommes – comme ils devraient l'être, compte tenu de la situation même. petitchangements dans le risque sanitaire absolu qui existe à ce niveau de consommation. 

En fin de compte, ces militants anti-alcool ne sont que des gens qui veulent taxer, interdire et réglementer autant que possible votre vie. Ils ne sont rien de plus que la Fun Police.  

Publié à l'origine ici

proche
fr_FRFR