fbpx

Mois : PMseptembre

Loi Apple russe : une guerre froide avec un géant américain de la tech ?

Moscou, Russie - Fedot Tumusov, membre de la Douma d'État russe, a proposé une loi qui obligerait Apple à réduire les frais de commission de l'App Store de 30% à 20%. La loi exigerait qu'un tiers de la commission de l'App Store soit versé au gouvernement russe dans le cadre d'un fonds destiné à former des informaticiens.

la source http://meltwater.pressify.io/publication/5f4fafd8d1b2be0004703567/5aa837df2542970e001981f6

Copenhague possède l'un des aéroports les plus accueillants pour les passagers d'Europe

L'aéroport de Copenhague ne connaît pas les meilleurs moments en ce moment en raison des turbulences continues de la crise du coronavirus.

Mais voici un peu pour se réjouir de suivre un programme d'été rempli de restrictions de voyage, de vols cloués au sol et de licenciements d'employés.

Selon l'indice européen des aéroports des consommateurs 2020, l'aéroport de Copenhague est l'un des aéroports européens les plus accueillants pour les passagers.

Copenhague s'est classée troisième après les leaders Zurich et Düsseldorf, tandis que Manchester et Bruxelles ont terminé dans les cinq premiers.

« Si vous allez voyager cet été, vous pouvez envisager de commencer ou de terminer votre voyage dans des aéroports bien conçus comme Zurich, Düsseldorf ou Copenhague », a déclaré Fred Roeder, responsable du Consumer Choice Center (CCC), l'organisation à l'origine du placement.

Lire la suite ici

Copenhague possède l'un des aéroports les plus accueillants pour les passagers d'Europe

L'aéroport CPH classé troisième sur l'indice européen des aéroports des consommateurs 2020

L'aéroport de Copenhague ne profite pas des meilleurs moments en ce moment en raison des turbulences continues de la crise du coronavirus.

Mais voici un petit quelque chose pour se réjouir après un programme d'été débordant de restrictions de voyage, d'avions cloués au sol et de licenciements d'employés.

Selon l'indice européen des aéroports des consommateurs 2020, l'aéroport de Copenhague est l'un des aéroports européens les plus accueillants pour les passagers.

Lire la suite ici

Classement des aéroports : Zurich est le meilleur aéroport d'Europe

« Cette année a été l'une des plus difficiles pour l'industrie mondiale du voyage. De nombreux aéroports ont été fermés pendant des semaines voire des mois. Alors que les voyages reprennent lentement, nous souhaitons informer les consommateurs des aéroports les plus pratiques pour voyager depuis et vers l'Europe. Les aéroports avec plus d'espace par passager se classent plus haut dans notre analyse. Ceci est utile à savoir pour les voyageurs qui essaient de se tenir à distance des autres. Si vous devez voyager cet été, vous voudrez peut-être envisager de commencer ou de terminer votre voyage dans des aéroports bien conçus tels que Zurich, Düsseldorf ou Copenhague.

du Consumer Choice Center https://ift.tt/3jDjkjY

Classement des aéroports : Zurich est le meilleur aéroport d'Europe

« Cette année a été l'une des plus difficiles pour l'industrie mondiale du voyage. De nombreux aéroports ont été fermés pendant des semaines voire des mois. Alors que les voyages reprennent lentement, nous souhaitons informer les consommateurs des aéroports les plus pratiques pour voyager depuis et vers l'Europe. Les aéroports avec plus d'espace par passager se classent plus haut dans notre analyse. Ceci est utile à savoir pour les voyageurs qui essaient de se tenir à distance des autres. Si vous devez voyager cet été, vous voudrez peut-être envisager de commencer ou de terminer votre voyage dans des aéroports bien conçus tels que Zurich, Düsseldorf ou Copenhague.

la source http://meltwater.pressify.io/publication/5f4f67bc320adf0004990e62/5aa837df2542970e001981f6

D'abord un déjeuner gratuit, puis un déjeuner libre

Si nous voulons inciter les gens à retourner au restaurant, rendons à nouveau l'industrie de la restauration amusante

Selon une etude recente des restaurateurs, plus de 29 % des exploitants de services alimentaires ne peuvent pas réaliser de profit dans le cadre des restrictions actuelles de distanciation sociale, tandis que 60 % ont déclaré que si les choses continuent, ils devront fermer définitivement après 90 jours.

Dans des conditions normales, l'industrie de la restauration emploie 1,2 million de Canadiens, ce qui rend ce scénario apocalyptique vraiment effrayant. Les faillites de restaurants de masse à court terme auraient certainement des conséquences néfastes, mais l'impact à long terme serait également dévastateur. À un moment ou à un autre, la plupart des jeunes comptent sur l'industrie de la restauration pour leur entrée sur le marché du travail. Il offre également un travail flexible à de nombreux Canadiens âgés. L'impact de l'élimination de ces opportunités d'emploi serait difficile à mesurer mais ne serait manifestement pas bon.

David Clement : d'abord un déjeuner gratuit, puis un déjeuner libre

Que peuvent faire les décideurs pour que les Canadiens mangent à nouveau au restaurant ? Nous pourrions, comme certains l'ont suggéré, suivre l'exemple du Royaume-Uni Manger au restaurant pour aider campagne. Pour le mois d'août, le gouvernement britannique a accordé une réduction de 50%, dans la limite de 10 £ par dîner, sur la nourriture et les boissons non alcoolisées tous les lundis, mardis et mercredis aux clients des restaurants qui mangeaient sur place.

L'objectif était de donner un léger coup de pouce aux consommateurs pour apaiser leurs inquiétudes concernant la consommation au restaurant et de donner aux restaurants participants une augmentation de leurs revenus. Le take-up a été impressionnant, avec plus de 64 millions de repas réclamé au cours des trois premières semaines. En plus de cela, certaines grandes chaînes ont déclaré qu'elles honoreraient la remise de 50% du lundi au mercredi à l'avenir, sans aide gouvernementale, en en supportant elles-mêmes le coût.

Pourrait-il fonctionner au Canada? C'est possible, mais cela dépend en grande partie de ce vers quoi nous « poussons » les consommateurs. Certains d'entre nous ne sont pas particulièrement enthousiastes à l'idée de revenir aux pintes de bière générique $9 et aux cheeseburgers $17. Ce n'est pas un affront à l'industrie canadienne des services alimentaires; c'est une déclaration sur l'environnement contraint que les législateurs, à tous les niveaux, ont créé via une réglementation excessive.

Si nous voulons inciter les gens à retourner au restaurant, rendons à nouveau l'industrie de la restauration amusante. De simples changements dans la politique gouvernementale pourraient grandement contribuer à créer un environnement beaucoup plus dynamique et finalement amusant pour les consommateurs, ce qui contribuera à rendre ces entreprises à nouveau rentables.

En commençant par l'alcool, les provinces canadiennes devraient supprimer les prix minimums sur les boissons alcoolisées et permettre aux restaurants de commander directement auprès des producteurs, plutôt que d'être obligés de commander par l'intermédiaire des régies provinciales des alcools. L'ouverture du modèle de tarification permettrait une plus grande concurrence - et peut-être même des marges plus élevées sur l'alcool une fois que la bureaucratie pourra être évitée - tout en servant mieux les consommateurs. La suppression de la régie des alcools en tant qu'intermédiaire aiderait à lutter contre les prix gonflés et à réduire considérablement les coûts des restaurants.

Les provinces devraient également abroger leurs lois sur les contenants ouverts et autoriser la consommation d'alcool à l'extérieur, ce qui est courant dans toute l'Europe. Ce changement permettrait aux restaurants titulaires d'un permis de vendre des boissons à emporter à ceux qui profitent de ce qui reste de nos mois d'été. Dois-je pouvoir déguster une bière en me promenant dans un parc ? Bien sûr. Un restaurant ou un bar titulaire d'un permis devrait-il être autorisé à me vendre cette bière? Pourquoi diable pas ?

Au-delà de l'alcool, les restaurants et les bars devraient être autorisés à incorporer des produits de cannabis non fumables dans leurs menus. Si je peux commander une bière dans un bar, je devrais pouvoir commander une boisson au cannabis. Donner aux consommateurs de cannabis un cadre commercial légal dans lequel consommer des boissons ou des produits comestibles donne à ces consommateurs quelque chose qui n'a jamais été possible auparavant, tout en ouvrant les restaurants à une toute nouvelle clientèle. De nouvelles offres de produits de boissons et de produits comestibles au cannabis seraient faciles à mettre en œuvre. Tout ce que les autorités provinciales auraient à faire serait d'intégrer ces produits dans les licences de serveur existantes telles que Smart Serve. Si nous pouvons faire confiance aux serveurs pour servir de l'alcool, nous pouvons leur faire confiance pour servir des produits à base de cannabis.

Pour les aliments, l'élimination de la gestion de l'offre serait une aide majeure à long terme pour les restaurants et les consommateurs. Le système de quotas et de tarifs qui restreint le marché du poulet, des produits laitiers, des œufs et de la dinde gonfle artificiellement les coûts des restaurants et se répercute sur les consommateurs via des prix plus élevés. Nous savons que la gestion de l'offre est une politique rétrograde qui pousse les gens sous le seuil de pauvreté en gonflant les factures d'épicerie jusqu'à $500 par an et par famille. Permettre la concurrence pour ces produits contribuerait grandement à réduire les coûts de l'industrie de la restauration.

Avec la fin de l'été à nos portes et des températures plus froides à l'horizon, le temps presse pour que les décideurs politiques redonnent vie au secteur de la restauration. Si nous voulons inciter les gens à revenir aux restaurants, rendons les restaurants amusants et abordables à nouveau. De simples changements pourraient grandement contribuer à éviter les faillites massives de restaurants.

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Ο Δρανδάκης, η Beat και η ειρηνική επανάσταση στην καθημερινότητα

«Oι ιδρυτές των πετυχημένων Startups, και πολλ enfer στελέχη τους, πολύ συχνά φεύγουν από την αρχική ετατ m'en γί λίγα χρρι. . Ξεκινούν νέα επιχείρηση, δική τους, και είναι πάλι αφεντικά. Προσλαμβάνουν συνεργάτες, που μπορεί να προέρχονται κι αυτοί από startups που πέτυχαν ή απέτυχαν. Έτσι μεγαλώνει και ωριμάζει το οικοσύστημα. Με εταιρείες εγχώριες, και με θυγατρικές πολυεθνικών. Με επενδυτές που θα επενδύσουν ξανά τα κέρδη. Με μεγαλύτερους και μικρότερους παίκτες.

Ένα κοινό στοιχείο έχουν όλοι αυτοί: ότι ζουν στον κόσμο της τεχνολογίας, που Δεν περιορίζεται εjou εθιι ύύν¬e. Ο Δρανδάκης και οι συνεργάτες του έδειξαν ότι μπορούν ομάδες Ελλήνων να χτίσουν καινοτόμες επιχειρήσεις με διεθνή εμβέλεια και να κερδίσουν».

Το απόσπασμα αυτό ανήκει σε ένα παλαιότερο άρθρο του Αρίστου Δοξιάδη (υπό τον τίτλο «Είναι καλό που πουλήθηκε η Taxibeat;», δημοσιεύθηκε στην εφημερίδα Η Καθημερινή στις 19.02.2017). Ο Δοξιάδης, αντιπρόεδρος του Εθνικού Συμβουλίου Έρευνας, Τεχνολογίας και Καινοτομίας (ΕΣΕΤΕΚ) και partner στην εταιρεία Big Pi Ventures, ήταν από τους ιδρυτές του Openfund που ήταν από τους αρχικούς χρηματοδότες του Taxibeat.

Θυμήθηκα το άρθρο διαβάζοντας την είδηση για την «έξοδο» του ιδρυτή Νίκου Δρανδάκη από την εταιρεία που ο ίδιος ίδρυσε και ανέπτυξε με τους συνεργάτες του. Στην επίσημη ανακοίνωση της Beat στα media διαβάζω μεταξύ άλλων τα εξής: «Ο Νίκος Δρανδάκης, Διευθύνων Σύμβουλος της Beat και η διοίκηση του ομίλου FREE NOW, μητρικής εταιρείας της Beat, αποφάσισαν να ολοκληρώσουν την επιτυχημένη συνεργασία τους. Ο Νίκος Δρανδάκης αποχωρεί από τη θέση του στο τέλος Αυγούστου. «Ο νίκος έχει Διαδραματίσει ζωτικό ρόλο Δημιουργώντας και κάνοντας το bat ατό που είναι σήμερα. Είμαστε ευγνώμονες για την προσήλωσή του στην ανάπτυξη της εταιρείας όλα τα τελευταία χρόνια και του ευχόμαστε κάθε επιτυχία στα μελλοντικά του σχέδια”, δήλωσε ο Marc Berg, Διευθύνων Σύμβουλος της FREE NOW».

Το Beat – που ενσωματώνει τη κληρονομιά που αφήνει πίσω του ο Νίκος Δρανδάκης- ήταν και συνεχίζει να είναι μια μικρή ειρηνική επανάσταση στο επίπεδο της καθημερινής ζωής των πολιτών αλλά και στη καθημερινή λειτουργία της πόλης. Όπως επισημαίνουν οι εκπρόσωποι της εταιρείας «είναι μια δωρεάν εφαρμογή για έξυπνα κινητά τηλέφωνα και δημιουργεί μια νέα εμπειρία μετακίνησης, συνδέοντας χιλιάδες επιβάτες με διαθέσιμους επαγγελματίες οδηγούς», αλλά «δεν είναι απλά μια εφαρμογή που σε πάει από το ένα μέρος στο άλλο». Αποστολή του Beat, σύμφωνα πάντα με τις επισημάνσεις των στελεχών του, βρίσκεται εδώ για «να γίνει κομμάτι της ζωής των ανθρώπων, κάνοντας τις καθημερινές τους μετακινήσεις μέσα στην πόλη πιο προσιτές, ασφαλείς και γρήγορες». 

Η εταιρεία beat (πρώην TaxiBeat) ιδρύθηκε το 2011 και είναι μέρος του gred maintenant groupe, της κοινοπραξίας των bmw groupe και daimpler για τις αστιέ κέ μορέtér μiné .vé Εκτός από την Ελλάδα, η Βeat εφαρμογή είναι διαθέσιμη σε Περού, Χιλή, Κολομβία, Μεξικό, Αργεντινή και στόχος της εταιρείας είναι η άμεση επέκτασή της σε περισσότερα σημεία της Λατινικής Αμερικής. Η εταιρεία απασχολεί σήμερα 800 εργαζομένους κι εξυπηρετεί πάνω από 15 εκατομμύρια επιβετες στιela χώρες όπου λειο.

Η επιτυχία

Χτες Δευτέρα 31 αυγούστου 2020 Διάβασα μια ανάρτηση του φίλου νίκου λυσιγάκη, directeur des affaires publiques στη bat, την οποία προσυπογρά en état, την οπtir.

Το περιεχόμενο της ανάρτησης : « Ο Ν. Δρανδάκης είναι από εκείνους που με μια χούφτα μερικούς ακόμα ανέδειξαν το ελληνικό οικοσύστημα καινοτομίας, έπεισε ανθρώπους να τον εμπιστευθούν και έβαλε skin in the game.

Δημιούργησε τη Beat. Συγκρούστηκε και νίκησε καθεστώτα με τα οποία Δειλιάζουν ακόμα κυβερνήσεις να τα βάλουν.

Έπεισε ένα γερμανικό κολοσσό να αγοράσει το Δημιούργημα του και να τον κρατήσει στο τιμόνι της επιχείρης.

Ως CEO από την εξαγορά και μετά, έκανε τη bat yat την ταχύτερα αναπτυσσόμενη εφαρμογή ralenti στη λατιήκή αμερική. Κι 'όλα αυτά, αναπτύσσοντας τεχνολογία από το κέντρο της αθήνας, η οποία γνΩρρίζει επιοase. Άσχετα που οι έλληνες δε μπορούν να την απολαύσουν, λόγω ατολμίας κ έλειψης νομοθετικού πλαισίου.

Αποχωρεί από το τιμόνι της επιχείρησης που ο ίδιος δημιούργησε μετά από 9+ χρόνια, αφήνοντας παρακαταθήκη όχι μόνο 300 εργαζομένους στην Αθήνα, αλλά ένα συνολικό disruption στη αντίληψη για τις αστικές μετακινήσεις στην χώρα. Πέτυχε μάλιστα απτά αποτελέσματα, μειώνοντας το κόστος προς όφελος των καταναλωτών.

Πριν τη Beat για παράδειγμα, το κόστος κλήσης ραδιοταξί ήταν 2 ευρώ στην Αν. Με την επιτυχία της Beat, το κόστος αυτό εξαλήφθηκε κ συνεχίζει να ισχύει σήμερα μόνο στις πόλειorte που Δεν επιι.

Η σημερινή αποχώρηση του ανοίγει ένα νέο κύκλο, σε ένα τομέα που η Ελλάδα πρωταγωνιστεί διεθνώς, αλλά η ίδια αρνείται πεισματικά να εξελίξει την αντίληψη της για το μέλλον των μετακινήσεων εντός των συνόρων της».

Αλλ enfer, για να θυμηθούμε μαζί ορισμένες στιγμές της παρουσίας του νίκου Δρανδάκη όπου χρεζμςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςςς. Κύniversaire.

  • To Νοέμβριο του 2018, η προσπάθεια του πρώην Υπουργού Μεταφορών Χρ.Σπίρτζη να αλιεύσει τις ψήφους των ιδιοκτητών ταξί με αμφιλεγόμενες νομοθετικές διατάξεις, είχε προκαλέσει σφοδρή αντιπαράθεση στη Βουλή. Από την πλευρά της ΝΔ αρκετοί βουλευτές – Υπουργοί της σημερινοί Κυβέρνησης, κατακεραύνωσαν το «δώρο» του τέως Υπουργού Μεταφορών, ζητώντας να αποσυρθούν οι διατάξεις και να υπάρχει το δικαίωμα της επιλογής στην ελεύθερη αγορά. Το θέμα είχε κατακλύσει τα μμε και τα Médias sociaux, φθάνοντας μέχρι το επίπεδο των πολιτ quandών αρχηγών.
  • Ο Κ.Μητσοτάκης μάλιστα είχε κάνει λόγο σε δήλωση του για προσπάθεια να εγκλωβιστεί η Beat στο καθεστώς της μεταφορικής εταιρίας και όχι να αναγνωρίζεται ως εταιρία τεχνολογίας – διαμεσολάβησης υπηρεσιών μετακινήσεων όπως συμβαίνει διεθνώς, σημειώνοντας πως η προηγούμενη Κυβέρνηση «απεχθάνεται την αξιολόγηση, τις ελεύθερες επιλογές , ταυτίζεται με στενά συντεχνιακά συμφέροντα μιας μειοψηφίας συνδικαλιστών που μας γυρνούν στο χθ ς ». Προσθέτοντας επιπλέον, πως «(εμείς) είμαστε με το Δικαίωμα των πολώ στην ασφ culture κα και την ποιότητα». https://www.youtube.com/watch?v=dPuB-ZCNRiE
  • Παρ' όλα αυτά, ο ΣΥΡΙΖΑ προχώρησε στην ψήφιση του ν. 4530, με τον οποίο η Beat απαγορεύεται να κάνει οποιαδήποτε προσφορά προς τους επιβάτες, αλλά και ούτε να έχει το δικαίωμα της να ορίσει την ποιότητα των υπηρεσιών που προσφέρει.
  • Στις αρχές του καλοκαιριού η Beat, κατέθεσε υπόμνημα στην Επιτροπή Ανταγωνισμού, με το οποίο ζητά την αυτεπάγγελτη έρευνα της για συνθήκες ανελεύθερου ανταγωνισμού, επικαλούμενη ευρωπαϊκή νομολογία, υπογραμμίζοντας πως το μοναδικό αποτέλεσμα που έχουν οι παρούσες νομοθετικές διατάξεις είναι ο καταναλωτής να στερείται φθηνότερες τιμές και καλύτερες υπηρεσίες. Επιπλέον, τον περασμένο Ιούνιο το Πολυμελές Πρωτοδικείο Αθηνών δικαίωσε την Βeat στην αγωγή είχε καταθέσει κατά του Θύμιου Λυμπερόπουλου (πρώην πρόεδρος του ΣΑΤΑ) τον Φεβρουάριο του 2018 και εκδικάστηκε το Νοέμβριο του ίδιου έτους. Συγκεκριμένα,το δικαστήριο απεφάνθη ότι ο τέως πρόεδρος του ΣΑΤΑ τέλεσε σε βάρος της τα αδικήματα της συκοφαντικής δυσφήμισης και της εξυβρίσεως, με σκοπό να βλάψει την εμπορική πίστη και φήμη της. Η απόφαση ήταν μια ξεχωριστή δικαίωση για τον ιδρυτή της εταιρείας που αντιστάθηκε στις κομματικές μεθοδεύσεις και σκοπιμότητες του ΣΥΡΙΖΑ.

Ας μου επιτμtér

  • Σο Δείκτη της Οικονομίας Διαμοιρασμού που δημιούργησε το Consumer Choice Center, η Αθήνα κατατάσσεται τελευταία μεταξύ των 48 μεγάλων πόλεων του κόσμου που είναι φιλικές προς την υιοθέτηση εφαρμογών της λεγόμενης «οικονομίας διαμοιρασμού». Αυτό είναι το αποτέλεσμα του αναχρονιστικού θεσμικού πλαισίου που η σημερινή Κυβέρνηση καλείται να διορθώσει, διότι ουσία εξελίσσεται σε ανάχωμα για περαιτέρω τεχνολογική ανάπτυξη σε μια εποχή που το εγχώριο οικοσύστημα των startups δείχνει να ανθίζει.
  • Η πρόκληση εκσυγχρονισμού του τοπίου φαντάζει ως μια σημαντική ευκαιρία για τα συναρμόδια Υπουργεία να αυξήσουν τα δημόσια έσοδα περιορίζοντας τη φοροδιαφυγή και παράλληλα να προσφέρουν νέες ποιοτικές υπηρεσίες στους καταναλωτές. Κι' από την άλλη, είναι μια μοναδική ευκαιρία για την αντιπολίτευση να διορθώσει έγκαιρα τη στάση της απέναντι σε ένα κλάδο, που θα τη φέρει περισσότερο κοντά στο σοβαρό ακροατήριο που διακαώς επιθυμεί.
  • Η ανάγκη για αποφυγή των Μέσων Μαζικής Μεταφοράς έχει καταστήσει την ασφαλή μετακίνηση με ταξί κάτι παραπάνω από αναγκαία, παρ' όλα αυτά, η αγορά των μετακινήσεων στην Ελλάδα δέχθηκε βαρύ πλήγμα. Οι απώλειες υπολογίζονται στο 85% του τζίρου. Κι' όλα αυτά, σε μια περίοδο που οι οδηγοί επιβαρύνονται με μια σειρά από επιπλέον κόστη όπως διαχωριστικά καμπίνας, αντισηπτικά, μάσκες και απολυμάνσεις.
  • Η Beat αποτέλεσε το πρώτο success story του εγχώριου οικοσυστήματος νεοφυών επιχειρήσεων, είναι δημιούργημα του Ν.Δρανδράκη και αποτελεί σήμερα μέρος του FREE NOW Group, μιας σύμπραξης στο χώρο των «μετακινήσεων του αύριο», των δύο γερμανικών κολοσσών Daimler AG και BMW. Πρόκειται για την ταχύτερα αναπτυσσόμενη εταιρεία του κλάδου σε Ευρώπη και Λατινική Αμερική, η οποία στην Ελλάδα συνεργάζεται με περισσότερους από 8,000 οδηγούς ταξί σε Αθήνα και Θεσσαλονίκη, με το συνολικό αριθμό των εγγεγραμμένων επιβατών να ξεπερνά τα 1.6 εκατομμύρια στο κλείσιμο του 2019.

Τέλος, θα ήθελα να «μιλήσω» για ένα παράδοξο: Να αναπτύσσουν οι Έλληνες μηχανικοί της εταιρίας νέες καινοτόμες υπηρεσίες μετακινήσεων που κάνουν θραύση σε άλλα μέρη του κόσμου, τις οποίες όμως δε μπορεί να απολαύσει ο Έλληνας καταναλωτής, επειδή το νομοθετικό πλαίσιο, παραμένει αναχρονιστικό .

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Fortschrittsfeindliche EU-Agrarpolitik

Auch im Interesse der Verbraucher sollte die EU ihre Haltung zur Gentechnik überprüfen.

In den vergangenen zwei Jahrzehnten hat Europa beschlossen, in der Agrarpolitik seinen eigenen Weg zu gehen. Während sowohl Nord- und Südamerika als auch Japan zu einer noch stärker technologiegetriebenen modernen Landwirtschaft übergegangen sind, ist Europa rückwärts gegangen und verbietet immer mehr wissenschaftlich erwiesene Fortschritte in der Landwirtschaft. Bei den jüngsten Handelsgesprächen haben amerikanische Spitzendiplomaten den ordnungspolitischen Rahmen in der EU wiederholt als anachronistisch verspottet.

„Wir müssen Beschränkungen für innovateur Ansätze und Technologien beseitigen (…) und den Willen haben, unseren Bürgern die Wahrheit über Technologie, Produktivität und Sicherheit zu sagen.“Das sind die Worte des amerikanischen Landwirtschaftsministers Sonny Perdue. Er argumentiert, dass die Beschränkungen der Europäischen Union für moderne Agrartechnologie nicht nachhaltig sind und künftige Handelsabkommen stark einschränken. Ob er nun recht hat oder nicht, hängt nicht davon ab, wie sehr man die Vereinigten Staaten liebt oder hasst, sondern davon, wie sehr man günstige Lebensmitteln wertschätzt.

Betrachten wir die Situation : Sowohl die konventionelle als auch die ökologische Landwirtschaft kämpfen mit Schädlingen. Diese muss man loswerden, um Ernährungssicherheit und Preisstabilität für die Verbraucher nicht zu gefährden. Beide benötigen Chemikalien als Teil ihrer Pflanzenschutzmittel, auch wenn Käufer von Bio-Produkten das sicher anders einschätzen würden. Wie Afrika zeigt, können Heuschreckenplagen verheerende Auswirkungen auf die Ernährungssicherheit haben und die Klimawissenschaft ermöglicht es uns, zu erkennen, dass bestimmte Schädlinge von weit entfernten Orten früher als später auf unsere Felder kommen wertizide, was Insforder wertizide. Um Pilze und tödliche Mykotoxine zu vermeiden, setzen wir Fungizide ein.

Politisch gesehen sind diese chemischen Pflanzenschutzmittel nicht populär, da immer mehr Umweltschützer Politiker dazu drängen, sie zu verbieten. Dies hat das politische Spektrum von links gegen rechts verlassen und ist auf beiden Seiten gleich verteilt. Leider spielt in der Debatte nur eine untergeordnete Rolle, ob diese Chemikalien von nationalen und internationalen Behörden für Lebensmittelsicherheit als sicher eingestuft wurden oder nicht.

Entscheidend scheint zu sein, dass moderne Pflanzenschutzmittel als nicht nachhaltig bezeichnet werden. Nachhaltigkeit ist jedoch unzureichend definiert und dient daher als Vorwand, um bestehende Missverständnisse über die Landwirtschaft zu bestärken. Wenn überhaupt, dann sollte Nachhaltigkeit auf einer modernen und innovaten Landwirtschaft beruhen, die den Bedürfnissen der Umwelt, der Lebensmittelsicherheit und wettbewerbsfähigen Preisen für Verbraucher gerecht wird.

Mit Hilfe der Gentechnik haben Wissenschaftler einen Weg gefunden, den Einsatz traditioneller Pflanzenschutzmittel zu reduzieren und gleichzeitig Ernteerträge zu steigern. Wieder einmal versperrt politisches Misstrauen gegenüber agrotechnischen Innovationen den Weg in die Zukunft. In diesem Fall durch die GVO-Richtlinie von 2001, die praktisch die gesamte Gentechnik für die Zwecke der Nutzpflanzen verbietet.

Der Klimawandel verändert die Lebensmittelproduktion, ob wir es wollen oder nicht. Spezifische genetische Veränderungen ermöglichen es uns, präzise Veränderungen im Lebensmittelbereich zu entwickeln. Die Vereinigten Staaten sind zusammen mit Israel, Japan, Argentinien und Brasilien führend in der Welt mit freizügigen Regeln für Genmanipulationen. Diese neuartige Technologie kann Lebensmittelsicherheit und Lebensmittelpreise für alle Verbraucher verbessern.

Die Regeln der EU sind im Vergleich dazu 20 Jahre alt und nicht in der Wissenschaft verwurzelt, wie eine wachsende Zahl von Forschern jetzt erklärt. Die Nationale Akademie der Wissenschaften Leopoldina, die Union der Deutschen Akademien der Wissenschaften und die Deutsche Forschungsgemeinschaft schreiben beispielsweise folgendes zur Anwendung des Vorsorgeprinzips in der EU: „Allerdings gehen (wir) davon aus, dass die verfahrenstechnischen Fortschritte der molekularen Züchtung nach wissenschaftlichem Erkenntnisstand keinen Vorsorgeanlass darstellen können, insbesondere da sich der ursprüngliche Risikoverdacht des EU-Gesetzgebers von 1990 selbst bei der klassischen Gentechnik nicht bewahrheitet hat und weiterhin nur hypothetische Risiken diskutiert werden.“

Eine Änderung unserer Regeln für neue Züchtungstechnologien sollte im Interesse der europäischen Verbraucher erfolgen. Europa sollte bei der landwirtschaftlichen Innovation eine Vorreiterrolle übernehmen und nicht Lehren von denVereinigten Staaten erteilt bekommen. Wir sollten Innovation zulassen und dann weltweit führend in ihr sein.

Frederik Roeder est Geschäftsführer des Consumer Choice Centers, einer privat finanzierten weltweiten Verbraucherorgani- sation mit Sitz à Washington DC, die für Wahlfreiheit, Innovation, Datenschutz und Wissenschaft einsteht.

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Goût amer de l'interdiction de l'alcool

Goût amer de l'interdiction de l'alcool

Fitch Solutions s'attend à ce que l'industrie sud-africaine de l'alcool contracte plus de 5% après des mois sur l'interdiction de vente d'alcool pendant les réglementations de verrouillage du COVID-19.

Fitch a déclaré que ses prévisions révisées de consommation de boissons alcoolisées pour 2020 tiennent compte de l'impact des mesures COVID-19 à la fois sur l'offre et la demande afin de mieux comprendre les habitudes de consommation.

«Nous prévoyons désormais que la consommation totale de boissons alcoolisées se contractera de -5,4% en glissement annuel en 2020, en baisse par rapport à notre prévision pré-COVID-19 de 0,7% en glissement annuel. Cette attente découle du fait que la catégorie de bière plus abordable sera attrayante pour les consommateurs alors que l'impact économique du COVID-19 frappe les ménages, avec des réductions de salaire et l'incertitude autour de la sécurité de l'emploi comme résultat probable de la pandémie », a déclaré le cabinet de conseil dans un rapport. .

"En outre, nous nous attendons à ce que les consommateurs achètent une plus grande proportion de leurs boissons alcoolisées via le canal de vente au détail de masse et les tavernes pour la consommation à domicile en raison de la peur résiduelle de contracter le virus dans les espaces publics."

Le gouvernement a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'il lève l'interdiction de la vente d'alcool avec des limitations alors que le pays est entré au niveau deux du verrouillage national à partir du 18 août. Les nouvelles mesures font suite à la décision du gouvernement d'interdire la vente d'alcool à la fois sur -commerce et off-commerce les établissements le 13 juillet.

Une première interdiction de vente de boissons alcoolisées a été mise en place le 27 mars. David Clement du Consumer Choice Center a déclaré que l'interdiction par le gouvernement de vendre de l'alcool et des produits du tabac était un désastre.

"Alors que l'expérience d'interdiction ratée de l'Afrique du Sud est terminée, il est important que les consommateurs sud-africains exhortent le gouvernement à s'abstenir d'appliquer une autre interdiction si une deuxième vague de COVID-19 se produit", a déclaré Clement. « La pandémie a été terrible pour des millions de Sud-Africains et pour l'économie dans son ensemble. Recréer l'interdiction dans le processus n'a fait qu'aggraver la situation.

SAB a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'à la suite de l'interdiction de vente de boissons alcoolisées de 12 semaines par le gouvernement, la société annule l'investissement de 2,5 milliards de rands qui avait été prévu pour cette année et qu'elle réexamine également 2,5 milliards de rands supplémentaires. - milliards de plans d'investissement pour l'année prochaine.

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Méfiez-vous de ceux qui viennent après vos applications de livraison

on-demand-food-app-fb

La pandémie nous a, pour le meilleur ou pour le pire, obligés de vivre en ligne. Cela a fait de la vente au détail sur Internet, des services numériques et des applications de livraison une aubaine pour des millions d'entre nous séquestrés à la maison.

Ce secteur entièrement nouveau de l'économie nous a permis d'acheter et de profiter en toute sécurité sans risque de coronavirus. En appuyant sur un bouton, vos plats et boissons préférés sont livrés comme par magie à votre porte.

Mais alors que vous mordez dans votre repas livré par Grubhub, Uber Eats ou DoorDash, il y a un mouvement en cours pour rendre cela encore plus difficile.

S'interposer entre vous et votre livraison de nourriture est une coalition de groupes de défense travaillant dans tout le pays pour réglementer, limiter et restreindre sévèrement les entreprises qui proposent la livraison via des applications.

Se doublant »Protégez nos restaurants», cette coalition de groupes de justice sociale basée à Washington appelle les États et les gouvernements locaux à plafonner les commissions sur les applications de services de livraison.

Ils ont déjà réussi dans le district de Columbia, Seattle et San Francisco, où les taux de commission pour les livraisons de nourriture sont désormais plafonnés à 15 %. Et il y a une foule d'autres conseils municipaux qui font la queue pour les rejoindre, certains voulaient un encore plus bas plafond à 5 %.

Ils affirment que les entreprises de livraison, les mêmes qui ont responsabilisé les consommateurs, donné de vastes nouvelles capacités aux restaurants et fourni de bons revenus aux coursiers, «exploitent» chacun de ces groupes à la poursuite du tout-puissant dollar.

L'industrie hôtelière est déjà sur sa dernière étape en raison des fermetures imposées par l'État. Pourquoi se mettre entre vous et votre prochain repas chaud serait-il le nouvel enjeu de la justice économique et sociale ?

En juillet, il a été projeté par le groupe NPD que les livraisons de restaurants représentaient jusqu'à 7% des commandes de nourriture, 50% de plus qu'avant la pandémie. Ce nombre est sous-estimé, mais cela prouve que la ruée n'est pas encore terminée.

Cela signifie que de plus en plus de clients utilisent des applications de livraison de nourriture pour mettre des repas sur la table, goûtant des restaurants et des cuisines si désespérés pour le revenu. Et ce service a un prix.

Pour les commandes passées via une application de livraison à un restaurant, l'application facture des frais fixes ou basés sur un pourcentage en tant que commission, qui finance la logistique, le salaire du coursier et les coûts de marketing. Ce montant varie entre 13,5% et 40%, selon les options qu'un restaurant accepte lors de son inscription.

C'est cet écart dans les taux de commission qui fait tellement enrager les militants dans cet espace. De nombreuses anecdotes ont envahi les médias sociaux avertissant des frais élevés pour la conduite d'entreprises via les applications.

Et bien que ces plafonds de commission soient bien intentionnés, ils sont contre-productifs.

Cela signifiera moins de volumes de commandes pouvant être traités, moins d'argent sera disponible pour les coursiers qui s'inscrivent pour livrer pour l'application, et les applications devront limiter les entreprises qu'elles acceptent. Cela nuirait aux restaurants, aux coursiers et aux consommateurs qui dépendent de ces services.

Cela finirait par blesser plus de gens qu'il ne prétend en aider. Ce serait à la fois anti-consommateur et anti-innovation du même coup, ce qui semble dingue plusieurs mois après le début d'une pandémie.

L'autre plainte déposée concerne des préoccupations antitrust, similaires aux audiences du Congrès contre Apple, Amazon, Facebook et Google plus tôt ce mois-ci. Les militants veulent utiliser les armes de la Federal Trade Commission pour briser le « pouvoir de monopole » des services de livraison.

La plupart de ces entreprises, cependant, sont de véritables réussites américaines. Ils existent depuis moins de 10 ans, ont pivoté plusieurs fois, élargi leurs services et trouvé un bon créneau permettant aux restaurants d'acheminer rapidement et de manière fiable leur nourriture aux clients de livraison.

Des milliers de livreurs ont un travail rapide et facile, offrant un revenu indispensable aux étudiants, à ceux qui sont entre deux emplois et aux personnes qui veulent un revenu supplémentaire. Ils passent souvent des contrats avec plusieurs services, en fonction de celui qui offre la commission la plus élevée par livraison, à l'instar des chauffeurs de covoiturage.

Les avantages pour les restaurants sont également clairs : moins d'argent est dépensé pour l'embauche d'un chauffeur-livreur ou d'un véhicule, les commissions facturées sont transparentes et le partenariat avec une application bien connue permet d'attirer plus de clients qui, autrement, ne commanderaient jamais dans ce restaurant spécifique. La plupart de ces restaurants n'ont probablement jamais été livrés avant de s'inscrire à ces applications. Ce n'est guère un cas de trustbusting.

Si ceux qui visent à réglementer les entreprises de livraison de nourriture et y parviennent, ils mettront en place un paradoxe de leur cru : les seules entreprises qui pourront se conformer aux réglementations et aux plafonds seront les entreprises les plus capitalistiques et Ressources. Cela bloquerait toute nouvelle concurrence potentielle et ferait plus pour restreindre le choix des consommateurs que pour l'améliorer.

Les derniers mois ont fourni à chaque consommateur beaucoup d'incertitude. Pouvoir commander des produits directement à notre porte, cependant, a été une bénédiction.

Intervenir sur le marché pour saper le choix des consommateurs et les contrats commerciaux avec les restaurants rendrait ce processus sans doute pire, et non meilleur.

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

proche
fr_FRFR