fbpx

Libérez le potentiel du vapotage : le manque de connaissances sur le vapotage freine l'arrêt du tabac

Le Consumer Choice Center, en collaboration avec World Vapers' Alliance, a récemment présenté un nouveau enquête menée auprès de 30 médecins généralistes et plus de 800 fumeurs en Allemagne et en France – avec une première bonne nouvelle : plus de la moitié des sondés veulent arrêter de fumer !

La prise de conscience des effets du tabac sur la santé a augmenté de façon exponentielle au cours des dernières décennies, incitant les décideurs politiques à établir des règles pour en limiter l'usage. Cependant, comme tout vice qui comporte des risques, les mesures prohibitives et strictes n'ont pas donné les résultats escomptés.

La thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) standard est reconnue, observée et prise en charge par les systèmes de sécurité sociale, bien qu'elle montre des effets très limités dans les efforts pour aider ceux qui choisissent d'arrêter de fumer. Le vapotage a offert aux consommateurs la possibilité de satisfaire le besoin de nicotine, tout en posant une fraction des dommages. Le vapotage est 95% moins nocif que d'utiliser des cigarettes conventionnelles, et est simultanément le outil de sevrage tabagique le plus efficace.

Sachant tout cela, nous pouvons dire que le vapotage est à l'usage de la nicotine ce que les ceintures de sécurité sont à la conduite automobile ou ce que les préservatifs sont aux relations sexuelles : s'il peut être plus sûr de ne pas utiliser de nicotine du tout, de ne pas conduire de voiture ou de ne pas avoir de relations sexuelles, il est crucial pour appliquer la réduction des risques. Depuis l'invention de la première cigarette électronique en 2003, le vapotage a parcouru un long chemin en offrant un choix aux fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer, et ce, avec beaucoup moins de risques que les cigarettes.

Malheureusement, il est parfois difficile de trouver des rapports précis sur le vapotage. De nombreux lecteurs se souviendront peut-être de la flambée des cas d'EVALI (E-cigarette, ou Vaping Product, Use Associated Lung Injury) aux États-Unis en 2019, qui a été imputée au vapotage. À ce jour, ces cas ont dissuadé les fumeurs de changer, même si cela a été montréque les utilisateurs concernés avaient consommé des e-liquides contenant du THC provenant du marché illicite. À l'insu des acheteurs de l'époque, de l'acétate de vitamine E avait été ajouté à ces liquides, avec des conséquences fatales pour ceux qui les consommaient. Tout ce que l'histoire a vraiment fait, c'est souligner l'importance d'un marché réglementé et légal pour les produits de vapotage, ce qui empêche de laisser le marché aux contrebandiers.

Lorsqu'elles plaident pour la réduction des méfaits, les organisations comme la nôtre ne se contentent pas de tomber sur des histoires alarmantes dans les médias, mais aussi sur des idées fausses largement répandues. L'enquête CCC/WVA a montré que 33% de fumeurs en France et 43% en Allemagne pensent que le vapotage est aussi nocif ou plus nocif que la cigarette. Les croyances erronées sur la nicotine vont encore plus loin : 69% de fumeurs en France et 74% de fumeurs en Allemagne pensent que la nicotine provoque le cancer, ce qui est très éloigné des preuves scientifiques. Les experts de la nicotine le savent depuis longtemps, mais l'information n'a pas imprégné le public, les politiciens ou les médecins généralistes.

Les médecins sont des acteurs essentiels du changement en ce qui concerne les habitudes malsaines de leurs patients. Cependant, notre enquête a montré que trop de médecins partagent des opinions mal informées sur la nicotine, ou ne sont même pas conscients du concept de réduction des méfaits. Par conséquent, la plupart des médecins ne recommandent pas le vapotage comme outil de sevrage tabagique. Leur point de vue sur la nicotine (ils croient souvent qu'elle cause des lésions pulmonaires) est également fondamentalement incohérent : si la nicotine devait causer des lésions pulmonaires, pourquoi les médecins recommanderaient-ils des TRN, qui contiennent tous de la nicotine ?

La réduction des méfaits du tabac a encore un long chemin à parcourir avant d'atteindre les objectifs ambitieux d'un sevrage tabagique à grande échelle. L'information est donc cruciale : la diabolisation de l'outil de réduction des risques le plus efficace doit cesser, tout comme les règles et réglementations punitives. Le vapotage devrait être au cœur de tout changement politique à venir visant à réduire la consommation de tabac, au lieu d'être la cible d'une surtaxation.

Publié à l'origine ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche