fbpx

Le secteur énergétique n'est pas le seul concerné par la guerre en Ukraine, les sanzioni qui l'ont suivie, et des problèmes d'approvisionnement en ressources essentielles. La stratégie de l'UE semble en revanche faite pour aggraver la situation…

In Europa, tutti i consensi politici degli ultimi anni e dei decenni sono spariti dalla finestra. Le pacifisme allemand, la convinzione di Macron che l'Otan sia « en mort cérébrale » et, maintenant, toute la stratégie de durabilité du continent en matière d'agriculture sont remis en question.

Le Parti populaire européen (PPE), le plus grand groupe parlementaire du Parlement européen, demande en effet que la strategia « Dal campo alla tavola » soit annulée.

Une stratégie remise en cause… depuis le début

Per rappel, questa strategia della Commissione europea vise à réduire de 50% l'utilisation de pesticidi et de 20% celle des engrais, anche qu'à consacrer 25% des terres agricoles à l'agriculture biologique. Criticata in un premier temps dai rappresentanti del mondo agricolo, poi confrontata con uno studio dell'USDA che mostrava che questa politica causava una considerevole riduzione della produzione agricola, la Commissione europea a néanmoins poursuivi il processus législatif.

Nonostante ciò, mantenne la battaglia in Ucraina e le sanzioni contro la Russia mettendo l'approvvigionamento alimentare europeo sui margini più le étroites que jamais, una conclusione dell'USDA a causa di grandi inquiétudes a Bruxelles. In effetti, solo questo studio americano, seguito dall'applicazione di questa strategia, les prix agricoles s'envoleraient de 20 à 53%. Cette étude prédit aussi une baisse de la produzione agricola in Europa comprende tra 7 e 12%.

Parallelamente, la baisse du PIB de l'UE rappresenta 76% de la baisse du PIB mondial. Et la situazione de la sécurité alimentaire et des prix des produits alimentaires de base se détériorerait considérablement, dans le quadro d'un scénario d'adoption mondiale, comme l'ont constaté les chercheurs de l'USDA.

Maintenant, les politiciens du PPE, comme l'italien Herbert Dorfmann, dissent que la Commission européenne «devrait éviter de présenter d'autres propositions qui ont des impacts negatifs sur la sécurité alimentaire européenne». Le fait que l'une des plus fortes influences politiques de l'UE déclare que nous devrons oublier la réforme agricole la plus importante depuis des décennies « pour le moment » devrait soulever des questions.

Se un nuovo sistema alimentare è intrinsecamente vulnerabile ai cambiamenti geopolitici, cela ne le squalifica-t-il pas sur le long terme plutôt que sur le court terme ?

Et ce principe n'est pas attaqué qu'au niveau européen. Emmanuel Macron a rajouté son grain de sel, spiegando che « [les] objectifs [de la stratégie] doivent être revus car l'Europe ne peut en aucun cas se permettre de produire moins », avant de mettre en garde contro una « crisi alimentare profonde » qui pourrait sopravviver dans les mois à venir.

L'Ucraina rappresenta 30% des échanges mondiaux de blé et d'orge, 17% du maïs et plus de la moitié de l'huile et des graines de tournesol (88% pour l'Europe). È inoltre il principale partner commerciale dell'UE per la soja non OGM, utilizzato per l'alimentazione animale, oltre che per 41% di colza e 26% di miele.

Les prix du blé et du mais se sont déjà envolé depuis le début de la guerre. Mantenendo l'Ucraina allo stesso tempo interdetta a tutte le esportazioni di denrées alimentaris essenziali verso l'Europa affinchè garantiscano il proprio approvisionnement, il Vieux Continent si trova di fronte a una situazione catastrofica per il settore agricolo.

Que peut faire l'Europe?

L'UE potrebbe riattivare le antiche armi a disposizione per la protezione delle culture, autorizzare il genio genetico moderno e sicuro, e ridurre i diritti d'importazione nei paesi che potrebbero fornire a questo continente i beni che non ce l'hanno. .

Ce n'est vraiment pas le moment de faire un discours de vertu sur le fait que l'Europe possède les normes alimentaires imaginaires les plus élevées, qui n'ont ni protégé l'environnement ni fourni une alimentation plus saine aux citoyens. Ce n'est pas non plus le moment de miser sur les aliments biologiques, qui nécessitent plus d'eau et de terres agricoles, tout en esigenant une abondance de pesticidi.

Malheureusement, de nombreux ecologistes voient dans cette crise une raison de revoir leurs ambitions à la hausse, et non de revoir leurs promesses. Per l'istante, l'Unione europea a Bruxelles è interessata all'obiettivo di riduzione del 50% dei pesticidi, malgrado le avvertenze dei rappresentanti degli agricoltori sulla base dei pagamenti.

Tout récemment, l'UE a cependant publié un document qui appelle les Etats membres à faire avantage pour raggiungere les objectifs fixés : au lieu de la réduction de 25% convenue précédemment, l'UE vise désormais 40 % des terres agricoles dédiés au bio. Et peu importe que de nombreux Etats membres soient aux prises avec des problèmes de chaîne d'approvisionnement causati da Covid-19, un tasso di inflazione record et la guerre in Ucraina...

Nous devons supponiamo che, comme elle le fait si souvent, Bruxelles estime que la nourriture est tout simplement trop bon marché actuellement.

Quel fenomeno strano che, in questa crisi, Emmanuel Macron se soit révélé être l'une des voix les plus raisonnables: construction de centrales nucléaires, soppression des règles de durabilité prévues. C'est presque comme si le président français avait tiré des leçons du mouvement des gilets jaunes. Semble que face à la crise en Ukraine, qui se résume à l'ideologie contre la réalité, Macron a fait son choix.

Tuttavia, poiché la politica dell'UE è réellement affectée, non è sufficiente che Macron soit de la partie. Certe decisioni agricole relative a questi ultimi anni non possono essere annullate se i dirigenti non sono pronti a vedere gli errori dei loro metodi.

L'UE deve remettre en question son approche de la durabilité et envisager sérieusement la sécurité alimentaire dans les mois à venir. Tout devrait être sur la table, d'une réévaluation plus rapide des règles parents au génie génétique à un moratoire sur les nouvelles réglementations agricoles. Questo rapporto servira d'avertissement à ceux qui cherchent à modificare radicalmente la réglementation des systèmes alimentaires mondiaux et nationaux.

Originariamente pubblicato qui

Condividere

Seguire:

Altri post

Iscriviti alla nostra Newsletter

Descrizione