fbpx

Jour : 13 mai 2022

L'interdiction générationnelle du tabac en Nouvelle-Zélande est une folie

Crédits de l'image en vedette : la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern lors d'une conférence de presse en décembre à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Photo : Phil Walter/Getty Images

Depuis les années 1970, la Nouvelle-Zélande a mis en place de nombreuses mesures de lutte antitabac, telles qu'une interdiction d'intérieur, des restrictions de publicité et des taxes d'accise, parmi tant d'autres pour lutter contre le tabagisme. Le prix des cigarettes en Nouvelle-Zélande est parmi les plus élevés au monde. Malgré la chute du taux de tabagisme à un rythme sans précédent, la Nouvelle-Zélande estime qu'il n'est pas nécessaire de s'arrêter là, et une interdiction générationnelle du tabac est désormais sur la table. 

La génération d'interdiction du tabac interdirait essentiellement aux personnes nées après une année donnée d'acheter des cigarettes. La loi devrait être promulguée en Nouvelle-Zélande en juin de cette année, et toute personne née après 2008 ne sera pas autorisée à acheter des cigarettes de son vivant. 

La première question que soulève la proposition est : pourquoi 2008, et pas 2009 ou 2007 ? En fixant une date limite déterminée subjectivement, le gouvernement néo-zélandais divisera la société en deux groupes d'adultes (ou futurs adultes) qui peuvent acheter des cigarettes et ceux qui ne le peuvent pas. Le caractère discriminatoire de l'interdiction est assez frappant. Du point de vue de la santé publique, les personnes nées avant 2008 et qui fument peuvent être considérées comme un fardeau pour le système. Alors pourquoi punir l'autre groupe qui, compte tenu de la baisse du taux de tabagisme, ne choisirait probablement pas de fumer de toute façon ?

Les preuves de l'efficacité des interdictions générationnelles de fumer sont faibles. Au lieu de faire baisser les taux de tabagisme, l'interdiction de la vente de tabac non seulement n'aide pas la cause sans fumée, mais elle peut également augmenter l'incidence du tabagisme chez les jeunes. Le Bhoutan, où les importations de produits du tabac ont été interdites pendant le covid, démontre que de telles interdictions sont truffées de conséquences imprévues et atteignent rarement leurs objectifs initiaux. Après tout, la Grande Prohibition aux États-Unis a démontré de manière étonnante que, indépendamment de ce que les gouvernements imaginaient lors de la mise en œuvre des interdictions, les gens trouvent toujours des moyens créatifs de satisfaire leurs désirs. 

C'est là que le marché noir en plein essor, encouragé par les interdictions, comble le vide. Au Bhoutan, le seul impact de l'interdiction d'importer et de vendre des produits du tabac était de les rendre nettement plus chers, rendant les ventes illégales au comptoir et la contrebande de ces produits encore plus attrayantes. C'était aussi le cas en Afrique du Sud, où l'interdiction des ventes de tabac et d'alcool pendant le covid boosté le commerce illicite de ces produits.

Compte tenu de l'ampleur des mesures antitabac des 50 dernières années, je me demande s'il y a une fin de partie. La Nouvelle-Zélande a tout essayé. Interdictions à l'intérieur, emballages neutres, taxes d'accise et maintenant l'interdiction générationnelle. Que se passe-t-il si l'objectif ambitieux de devenir non-fumeur ne fonctionne pas pour la Nouvelle-Zélande (ce qui est inévitable) ? Où allons-nous à partir de là ? Interdisons-nous de penser à fumer ou d'utiliser le mot « tabac » ? Cette folie doit cesser. 

proche
fr_FRFR