fbpx

L'Allemagne retarde l'adoption de la taxe Google et c'est une bonne chose

Alors que la France et l'Espagne militent fortement pour l'adoption d'une taxe « GAFA » (Google, Amazon, Facebook et Apple), également appelée « taxe Google », l'Allemagne a choisi une approche plus prudente. À juste titre.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a commencé son mouvement vers ce qui était alors connu sous le nom de "taxe numérique" (maintenant également appelée "taxe sur la présence numérique", pour plus de précision) à l'automne dernier. Le Maire avait mené une campagne primaire de centre-droit pour le parti républicain français en tant que conservateur fiscal, mais semble avoir trouvé le social-démocrate en lui depuis qu'il a rejoint le gouvernement de Macron.

Le qualifiant d'« équité », le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a appelé à l'unité européenne sur cette question. Pendant la présidence estonienne de l'Union européenne, Le Maire a réuni les ministres des finances pour obtenir le soutien de la proposition.

Cependant, des ministres danois, suédois, maltais, irlandais ou luxembourgeois se sont rapidement opposés, suggérant qu'une telle idée soit reprise au niveau de l'OCDE. Les critiques affirment que cette décision pourrait être considérée comme une punition supplémentaire pour les entreprises américaines, car la plupart des entreprises concernées seraient américaines.

En septembre 2017, le ministre danois des Finances, Kristian Jensen, a déclaré : "Je suis toujours sceptique quant aux nouvelles taxes et je pense que l'Europe est suffisamment taxée." Le ministre maltais des Finances, Edward Scicluna, a exprimé l'espoir qu'« il ne s'agisse pas d'une nouvelle taxe sur les transactions financières », sachant qu'il s'opposait publiquement et avec véhémence à cette dernière en tant que membre du Parlement européen.

Le Luxembourgeois Pierre Gramegna a montré plus d'opposition initiale, qui s'est depuis étouffée : une décision qui pourrait être liée à l'ambition du Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel d'accéder à un poste de haut niveau dans l'UE après les élections du Grand-Duché le mois prochain.

Dans des décisions de justice administrative de juillet 2017, la success story technologique de Google avait échappé à une facture d'un milliard d'euros du fisc français. Le tribunal avait jugé que la société américaine ne pouvait être taxée sur les activités de son service AdWords, puisqu'elle n'a pas d'"établissement stable" en France. C'est ce qui a déclenché la réaction originale à Paris, qui est désormais, compte tenu de la proximité des élections européennes de mai, encore plus pressante pour le gouvernement.

Dans une tentative de se porter garant de la taxe qui semblait plutôt désespérée, le ministre français Bruno Le Maire a évoqué la victoire d'Emmanuel Macron contre l'extrême droite en France, comme une raison d'accepter la réforme.

De toute façon, cette tactique de négociation pourrait faire grimper une facture, et c'est celle du consommateur européen. Très souvent, l'augmentation des dépenses des entreprises en impôts indirects, que cela impliquerait inévitablement, augmenterait les prix pour les consommateurs sur tout le continent. La TVA est reconnue depuis longtemps comme l'impôt qui frappe le plus durement les pauvres, mais de nombreux pays de l'UE préfèrent désormais introduire des niveaux plus élevés de fiscalité indirecte.

A l'heure même où les personnes aux revenus particulièrement modestes peuvent accéder plus simplement à de nombreux produits grâce à internet, il paraît cruel de restreindre leur pouvoir d'achat. Si des gens comme Bruno Le Maire veulent parler d'équité, alors ils devraient d'abord situation injuste de ceux qui ne peuvent pas supporter des augmentations d'impôts indirects. Si nous nous soucions de ceux qui ont de bas salaires, nous avons besoin d'un marché plus compétitif dans lequel les entreprises sont engagées dans une course aux prix, et non dans une course à l'optimisation des fardeaux fiscaux astronomiques.

Pendant ce temps, le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, est désormais connu pour retarder délibérément la progression de la taxe. Un document confidentiel du ministère fédéral allemand des Finances, cité par le journal allemand BILD, dénonce la "diabolisation des grandes entreprises de l'internet". Cela a soulevé les partisans de la taxe, car bien sûr, s'opposer à une idée qu'ils viennent d'avoir il y a un an doit signifier qu'une personne appartient à un grand numérique.

Scholz ne le retarde même pas pour l'éviter parce qu'il n'est pas d'accord avec lui par principe, comme son affiliation au parti social-démocrate le suggérerait probablement, mais plutôt par des considérations pragmatiques. Les constructeurs automobiles allemands pourraient souffrir de tarifs de rétorsion de la part des États-Unis, si le président Trump devait voir la taxe comme une tentative d'augmenter le niveau de protectionnisme européen. Après tout, les dirigeants de l'UE utilisent constamment le fait qu'il n'y a pas de Google, Apple ou Facebook européens, en permanence dans leurs déclarations.

Il est peu probable à ce stade qu'un accord puisse être trouvé avant les élections européennes de mai, et c'est également grâce aux retards du ministre Scholz. L'avenir de l'économie de marché européenne réside indéniablement dans le secteur numérique. L'idée de tenter de taxer massivement les commerces en ligne n'est pas un objectif prometteur, ni pour les États ni pour leurs consommateurs. Il appartient à la poubelle de l'intégration politique créative de l'UE.

Publié à l'origine ici 

proche