fbpx

La réforme du zonage devrait être une priorité électorale

Le Canada se classe bon dernier pour le nombre d'unités de logement pour 1 000 habitants dans le G7, et l'Ontario est la principale cause, écrivent David Clement et Yael Ossowski.

Le chef du NPD de l'Ontario, Andrew Horwath, a dévoilé la plate-forme du NPD à l'approche des prochaines élections, avec une politique mettant fin au zonage d'exclusion. Pour plusieurs, il s'agit d'un geste audacieux de la part de l'opposition officielle. Il se trouve également qu'il s'agit d'un changement de politique dont l'Ontario a désespérément besoin.

Le zonage d'exclusion est interdictions sur les logements multifamiliaux limitant à terme le nombre de logements disponibles dans une ville. En termes simples, la suppression du zonage d'exclusion donne aux propriétaires plus de liberté pour construire différents types de logements, augmentant ainsi le parc de logements, ce dont l'Ontario avait besoin hier.

À l'échelle nationale, le Canada se classe bon dernier pour le nombre d'unités de logement par 1 000 habitants dans le G7, et l'Ontario est la principale cause. L'Ontario ne compte que 398 logements pour 1 000 habitants et doit construire 650 000 autres unités juste pour arriver à la moyenne nationale.

À Hamilton, les acheteurs et les locataires ressentent la douleur causée par le manque chronique de logements. Les prix moyens des maisons sont maintenant plus de $1 million, gonflant de 25 % d'une année sur l'autre. Et la douleur n'est pas seulement ressentie par ceux qui cherchent à acheter une maison. La sous-offre exerce également une pression à la hausse sur les prix de location. Le loyer moyen d'un appartement de deux chambres est de $1 841. Ce loyer nécessite un revenu d'au moins $82 000, mais la famille moyenne à Hamilton a un revenu avant impôt le revenu de seulement $66 460. À mesure que la crise du logement s'aggrave, la maison moyenne, qu'elle soit achetée ou louée, est hors de portée de la famille moyenne.

En plus de rendre la vie plus abordable, l'augmentation du parc de logements fait également croître l'économie. Rechercher sur les règles de zonage aux États-Unis, qui reflètent ce que nous voyons dans les villes canadiennes, ont montré que les contraintes de logement ont réduit la croissance globale des États-Unis de 36 % de 1964 à 2009.

Mais, certains qui s'opposent à la densité ressasseront probablement l'argument selon lequel une densité accrue, malgré la croissance de l'économie, est mauvaise pour l'environnement. Maintes et maintes fois, les voix de NIMBY s'opposent à une densité accrue en raison de la perception qu'une densité accrue est un net négatif pour l'environnement. Ce n'est pas vrai.

En réalité, selon Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), des villes plus compactes pourraient réduire les émissions urbaines de plus de 25 %. Cela devrait être intuitif pour les décideurs politiques. Si les gens peuvent vivre plus près de leur lieu de travail, des magasins où ils font leurs courses, des restaurants où ils dînent ou de l'endroit où ils cherchent à se divertir, ils conduisent finalement moins. Que ce soit à pied, en transport en commun ou à vélo, les villes compactes permettent en fait aux gens de réduire leur empreinte carbone, pas de l'augmenter.

Et ce ne sont pas seulement les émissions qui sont réduites par la réforme du zonage. Il en va de même pour la consommation d'eau. Selon la revue à comité de lecture Paysage et Urbanisme, les taux d'irrigation des maisons unifamiliales sont de 48 % supérieurs à ceux des logements multifamiliaux.

Alors que le NPD fait des pas dans la bonne direction avec la réforme du zonage, il fait un pas de géant en arrière avec sa proposition de donner aux municipalités plus de pouvoir décisionnel en réformant le Tribunal foncier de l'Ontario. Donner plus de pouvoir aux conseillers locaux est exactement ce qui a plongé l'Ontario et Hamilton dans ce gâchis. Une réforme du zonage est nécessaire, mais donner aux gouvernements locaux plus de pouvoir décisionnel est une mauvaise politique, qui pourrait saper la valeur de la réforme du zonage.

Hamilton a besoin de plus de maisons. Mettre fin au zonage d'exclusion est un grand pas dans la bonne direction. Qu'ils soient bleus, oranges ou rouges, tous les partis politiques, tant au fédéral qu'au provincial, doivent faire de la réforme du zonage une priorité. 

Publié à l'origine ici

1 commentaire sur "Zoning reform should be an election priority"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche