fbpx

"L'interdiction du plastique" de Trudeau n'aidera pas l'environnement. Cela pourrait en fait lui faire du mal à la place

Opinion: Les alternatives ont un impact total nettement plus élevé sur l'environnement, tout en gonflant les coûts pour les consommateurs

Par David Clément

Cette semaine, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que son gouvernement chercherait à interdire de nombreux plastiques à usage unique à partir de 2021. Bien que la liste finale des articles interdits soit encore indéterminée, elle comprendra probablement des sacs en plastique, des contenants à emporter, des couverts et des pailles. Pour justifier davantage l'interdiction, la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, a cité des images d'animaux marins blessés ou tués à cause du plastique dans nos océans.

C'est un terrain difficile à résister. Personne ne veut contribuer aux décès marins à cause du plastique, et la plupart d'entre nous n'aiment pas l'idée que des objets en plastique mettent plus de 1 000 ans à se décomposer dans les décharges. Ces préoccupations découlent en fin de compte des inquiétudes concernant le changement climatique et les problèmes environnementaux qui pourraient en résulter.

Malheureusement pour ceux qui sont soucieux de l'environnement parmi nous, une interdiction des plastiques à usage unique ne fait presque rien pour le problème des plastiques ayant un impact sur la vie marine des océans, et fait très peu en termes d'impact environnemental. Les Canadiens ne sont pas des pollueurs importants en ce qui concerne les déchets marins. Jusqu'à 95% de tout le plastique trouvé dans les océans du monde provient de seulement 10 rivières sources, qui se trouvent toutes dans le monde en développement.

William Watson: Après avoir interdit les plastiques jetables, Trudeau pourrait être un premier ministre jetable
Le contrecoup croissant du plastique inquiète les compagnies pétrolières
Terence Corcoran : Comment les activistes verts nous ont manipulés dans une guerre inutile contre le plastique
Le Canada contribue en moyenne à moins de 0,01 MT (millions de tonnes métriques) de déchets plastiques mal gérés. En revanche, des pays comme l'Indonésie et les Philippines contribuent à 10,1 % et 5,9 % du plastique mal géré dans le monde, ce qui représente plus de 300 fois la contribution du Canada. La Chine, le plus grand pollueur de plastique au monde, représente 27,7 % du plastique mal géré dans le monde. Le Canada, lorsqu'on le compare à des pays européens comme l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la France, contribue en fait quatre fois moins au plastique mal géré. Les seuls pays européens à égalité avec le Canada sont la Suède, la Norvège et la Finlande, beaucoup plus petits. Une interdiction des plastiques peut sembler productive en termes de pollution par les plastiques, mais les preuves ne suggèrent pas que le Canada est en fait un contributeur important pour le plastique mal géré, ce qui signifie qu'une interdiction canadienne ne fera pas grand-chose pour aider la vie marine touchée de manière dévastatrice par la pollution plastique.

Cependant, les partisans diront que nous devrions toujours soutenir l'interdiction sur la base d'essayer de freiner le changement climatique. Bien que noble, l'interdiction des plastiques n'est pas nécessairement synonyme de meilleurs résultats environnementaux. En fait, certains produits alternatifs, bien que qualifiés d'alternatives vertes, ont un impact environnemental total nettement plus élevé une fois le processus de production pris en compte.

Prenez par exemple les sacs en plastique, qui sont l'ennemi public numéro un. La pensée conventionnelle suggère que l'interdiction des sacs en plastique à usage unique incitera les gens à utiliser des sacs réutilisables, et que cette réduction de l'utilisation du plastique aura un impact positif sur l'environnement. Les recherches du ministère danois de l'Environnement ont en fait remis en question cette sagesse conventionnelle lorsqu'elle a cherché à comparer l'impact total des sacs en plastique à leurs homologues réutilisables. Les Danois ont constaté que les alternatives aux sacs en plastique s'accompagnaient d'externalités négatives importantes. Par exemple, les remplacements de sacs en papier courants devaient être réutilisés 43 fois pour avoir le même impact total qu'un sac en plastique. En ce qui concerne les alternatives au coton, les chiffres étaient encore plus élevés. Une alternative au sac en coton conventionnel devait être utilisée plus de 7 100 fois pour égaler un sac en plastique, tandis qu'un sac en coton biologique devait être réutilisé plus de 20 000 fois. Nous savons d'après les habitudes d'utilisation des consommateurs que la probabilité que des alternatives au papier ou au coton soient utilisées de cette manière est incroyablement improbable. Ces résultats ont également été largement confirmés par la propre évaluation du cycle de vie du gouvernement britannique, qui a conclu que ces alternatives ont un impact total nettement plus élevé sur l'environnement.

Bien que les Canadiens puissent appuyer l'idée d'une interdiction des plastiques, ils ne veulent pas payer pour cela. Une étude de l'Université Dalhousie nous a montré que 89 % des Canadiens sont en faveur d'une législation visant à limiter les plastiques. Cependant, cette même étude a également montré que 83 % des Canadiens n'étaient pas disposés à payer des prix plus élevés de plus de 2,5 % pour les biens en raison de la réglementation sur le plastique. Cela crée un problème important pour l'interdiction de Trudeau, car des prix plus élevés sont exactement ce que nous verrions.

Il existe des solutions simples à notre disposition qui n'impliquent pas d'interdictions lourdes. Premièrement, nous pourrions nous concentrer plus strictement sur la limitation de la façon dont les plastiques se retrouvent dans nos rivières, lacs et ruisseaux. De meilleurs programmes de recyclage et des interdictions plus strictes de jeter des ordures pourraient grandement contribuer à réduire la consommation de plastique au Canada. Pour les produits à usage unique qui finissent autrement dans les décharges, nous pourrions suivre l'exemple de la Suède et incinérer ces déchets. Cela crée une source d'énergie pour les communautés locales, tout en capturant les toxines en suspension dans l'air, en limitant le ruissellement toxique et en réduisant considérablement le volume de déchets.

Une bonne politique publique doit s'attaquer à un problème réel et avoir un impact significatif sur ledit problème. Malheureusement, l'interdiction des plastiques à usage unique proposée par Trudeau aurait peu ou pas d'impact sur l'ensemble des déchets océaniques, tout en promouvant des alternatives à fort impact et en gonflant les coûts pour les consommateurs. Tous les trois pris en compte ensemble créent un policy mix assez toxique.

David Clement est le directeur des affaires nord-américaines du Consumer Choice Center.

En savoir plus ici

1 commentaire sur "Trudeau’s ‘plastic ban’ won’t help the environment. It could actually harm it instead"

  1. Mirko Macalik dit :

    David, your article is well written and supported by facts.
    The political frenzy of banning single-use plastics somehow ignores the advances in recycling plastics of different chemistry even when soiled. Plastics recycling and re-processing into pellets and new products has become economically and environmental viable, profitable and beneficial.
    The EU’s sudden resistance to innovation is surprising.
    Mirko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche