fbpx

Il est temps d'arrêter la taxe d'indexation

Si vous êtes comme moi, cette dernière saison des fêtes a été une période de soulagement avec un sentiment de normalité. Contrairement aux années précédentes, l'Ontario n'était pas en confinement, ou sur le point de le devenir, ce qui signifiait que nous pouvions enfin célébrer avec notre famille et nos amis comme nous le faisions avant la pandémie. Pour beaucoup, une partie de ces célébrations consiste à savourer la boisson alcoolisée de leur choix (de manière responsable bien sûr) et à profiter d'un temps de repos bien mérité.

Cela dit, pour ceux qui faisaient leurs achats de vacances, que ce soit pour des cadeaux ou de la nourriture, les prix plus élevés étaient prédominants dans tous les domaines. Les factures d'épicerie étaient approximativement 11% plus chers en 2022 qu'ils ne l'étaient en 2021, tandis que l'inflation alimentaire globale s'élevait à 10,1%. Ce sont des chiffres ahurissants, et surtout régressifs pour ceux qui ont des revenus modestes ou fixes.

Ces pressions inflationnistes sont la principale raison pour laquelle la Banque du Canada a augmenté ses taux de manière agressive, ce qui a considérablement augmenté le coût d'emprunt pour les entreprises et a durement frappé quiconque tente de se qualifier pour un prêt hypothécaire ou un prêt hypothécaire à taux variable.

Malheureusement, la douleur inflationniste ne s'arrête pas là. En raison de la taxe d'indexation fédérale sur l'alcool, le prix de votre boisson préférée augmentera de 6,2 % le 1er avril, car le gouvernement indexe les taxes sur l'alcool en fonction de l'inflation. Ajoutez cette hausse des taxes au fait que les taxes représentent à elles seules environ 50 % du prix de la bière, 65 % du prix du vin et 75 % du prix des spiritueux. Il s'agit d'une punition cruelle pour le crime de vouloir boire une boisson alcoolisée et socialiser ou se détendre.

La taxe d'indexation supprime cette discussion du processus démocratique et élimine tous les consommateurs de la discussion. Et en indexant la fiscalité sur l'inflation, cela punit inconfortablement les consommateurs pour les pressions inflationnistes qui ne sont pas causées par les consommateurs eux-mêmes.

Maintenant, il y a des points de vue opposés sur la cause profonde de l'inflation. Du côté conservateur, ils ont fait valoir que l'inflation est le résultat d'une mauvaise politique monétaire, principalement la Banque du Canada injectant dans l'économie beaucoup trop longtemps que la pandémie ne l'exigeait. De l'autre côté de l'allée, il y a l'argument selon lequel l'inflation globale est élevée en raison des problèmes persistants de la chaîne d'approvisionnement, et exacerbée par la perturbation de l'invasion dégoûtante de l'Ukraine par Poutine. Quel que soit votre point de vue, il semble incroyablement injuste que le gouvernement punisse les consommateurs d'alcool parce que la BOC a gardé le doigt sur l'imprimeur d'argent pendant trop longtemps, ou parce que la pandémie a gâché l'économie mondiale avec Poutine qui l'a aggravée. 

Et ironiquement, le fait que la fiscalité augmente automatiquement les prix exerce une pression à la hausse continue sur l'inflation globale, et plus ces temps d'inflation persistent, plus la BOC devra être agressive pour éviter un scénario de fuite. Il s'agit d'un cercle vicieux où l'imposition indexée sur l'inflation alimente le problème de l'inflation, faisant grimper les taux, rendant les hypothèques plus chères et laissant tout le monde plus pauvre à long terme, sauf le gouvernement fédéral.

Et quand nous comparer comment l'alcool est taxé aux États-Unis par rapport au Canada, on a l'impression de remuer du sel dans les plaies des consommateurs canadiens. Pour l'Américain moyen, l'achat d'une caisse de bière est associé à $4,12 de taxes. Pour le Canadien moyen, la taxe payée sur cette même caisse de bière est plus de cinq fois plus élevée, à $20.31. Le taux de taxe fédérale sur la bière au Canada est 2,8 fois plus élevé qu'aux États-Unis, tandis que le taux de taxe provincial moyen est plus de six fois plus élevé que le taux de taxe moyen des États américains. Bien sûr, il faut qu'il y ait des taxes sur l'alcool, mais faut-il vraiment que les taxes soient aussi élevées ?

Le gouvernement doit cesser de marteler le revenu disponible des Canadiens et accorder aux consommateurs d'alcool des allégements fiscaux dont ils ont tant besoin. Il est temps de dire non à la taxe d'indexation.

Publié à l'origine ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche