fbpx

Le Contrefactuel : Les e-cigarettes sont-elles plus ou moins dangereuses que les cigarettes de tabac conventionnelles ?

Republié de Clivebates.com avec le consentement de l'auteur

L'OMS passe par de grandes contorsions pour éviter de dire à vrai dire moins dangereux. La caractéristique la plus importante de cette section est que l'OMS ne répond pas à cette question par une réponse véridique comme "beaucoup moins dangereux". C'est la bonne réponse sans ambiguïté basée sur les connaissances scientifiques actuelles. En fait, l'OMS ne répond pas du tout à la question qu'elle pose - je soupçonne que c'est pour ne pas avoir à y répondre honnêtement. 

La question est utilisée pour impliquer que les cigarettes électroniques peuvent être plus dangereuses. La question elle-même crée un biais d'ancrage : suggérant qu'il est même possible que les cigarettes électroniques soient aussi dangereuses ou plus dangereuses - comme s'il s'agissait en quelque sorte d'un appel finement équilibré. Il n'est pas finement équilibré. Même pas proche. La question raisonnable serait « dans quelle mesure les e-cigarettes sont-elles moins dangereuses que les cigarettes de tabac conventionnelles ? ». La réponse est beaucoup moins. 

L'OMS propose une diversion à la question. Oui, mais cette formulation est simpliste : elle évite la question « à quel point est-elle dangereuse ? questions et évite la vraie question posée dans les questions et réponses - quel est le risque relatif de fumer et de vapoter ? Que se passe-t-il s'ils diffèrent en termes de risque par un facteur d'environ vingt fois ce que pensent de nombreux experts ? N'utiliser ni l'un ni l'autre peut être une bonne option - mais qu'en est-il des personnes qui veulent utiliser de la nicotine ou qui auraient du mal à arrêter ? 

Tout en ignorant la différence la plus fondamentale (combustion), l'OMS introduit des différences distrayantes mais relativement triviales. L'OMS aborde cette question sur la base que parce que nous ne savons pas tout, nous ne devons rien savoir, ajoutant l'apparence de complexité pour masquer des différences plus fondamentales entre les cigarettes électroniques et les cigarettes - à savoir qu'il n'y a pas de produits ou de combustion et d'inhalation de fumée.

Pour éviter de répondre à la vraie question, l'OMS évoque un effet passerelle. Ici, l'OMS évoque simplement des voies imaginaires par lesquelles l'utilisation du produit beaucoup plus sûr conduit à l'utilisation du produit beaucoup plus dangereux - une sorte de tour de passe-passe pour laisser entendre que vapoter et fumer présentent des risques équivalents. Le problème est que ces voies sont basées sur une théorie de passerelle qui ne tient pas la route. 

L'OMS déploie un dispositif pour introduire le doute et dissiper la confiance que l'on peut se fier aux conseils généraux sur la sécurité des cigarettes électroniques. C'est une tactique de marchands de doute. Il existe bien sûr des différences entre les différents produits de vapotage - et les différences découlent du mode d'utilisation entre les utilisateurs. C'est également le cas des produits de combustion. Cependant, cela ne devrait pas occulter l'énorme différence entre les produits à base de nicotine à combustion et ceux à base de nicotine au niveau de l'ensemble de la catégorie. La différence entre l'inhalation de fumée et l'absence de fumée est la différence qui compte vraiment. 

L'affirmation selon laquelle fumer et vapoter présentent un risque équivalent est le grand mensonge de la lutte antitabac. Il est inconcevable que ce soit le cas, mais c'est une déclaration facile et paresseuse (ou cynique) à faire. Lorsque le professeur Stanton Glantz a présenté cette affaire, il a utilisé 700 mots, ma réfutation en a pris 13 000 - voir : Risque de vapoter par rapport au tabagisme : contester une affirmation fausse et dangereuse du professeur Stanton Glantz

Comme je l'ai mentionné ci-dessus, Public Health England suggère que "affirmer que le vapotage est au moins 95% moins nocif que le tabagisme reste un bon moyen de communiquer la grande différence de risque relatif.” Le Collège royal des médecins est d'accord

"Bien qu'il ne soit pas possible de quantifier avec précision les risques pour la santé à long terme associés aux cigarettes électroniques, les données disponibles suggèrent qu'il est peu probable qu'ils dépassent 5% de ceux associés aux produits du tabac fumé, et pourraient bien être nettement inférieurs à ce chiffre. ”

Ce sont de bien meilleures façons de répondre à la question posée par l'OMS que les réponses fournies par l'OMS, qui ne disent essentiellement rien d'utile du tout, juste de la distraction et de l'obscurcissement.

Écrit par Clive Bates

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche