fbpx

Taxer le vapotage favorise le tabagisme. Alors pourquoi Ottawa fait-il cela?

Les réglementations et les taxes sur le vapotage ne font que créer plus de fumeurs

Santé Canada a annoncé la semaine dernière que des étiquettes de mise en garde seront désormais requises sur chaque cigarette dans un paquet. Cette première mondiale fait partie de l'objectif du Canada de faire en sorte que moins de 5 % des Canadiens fument d'ici 2035. Il est difficile de dire quel effet des mesures similaires ont eu dans le passé, mais pour quelque raison que ce soit, la consommation de tabac au Canada a considérablement diminué au cours des 15 dernières années. Dans 2007, 31 % des Canadiens se sont identifiés comme des fumeurs réguliers. En 2020, ce nombre était tombé à seulement 11 %. C'est certainement une bonne nouvelle. Nous connaissons tous l'impact dévastateur que peut avoir le tabagisme. Environ 48 000 Canadiens meurent chaque année de maladies liées au tabac.

Mais alors que la baisse du tabagisme est un motif de célébration, la nouvelle réglementation sur le vapotage d'Ottawa pourrait en fait aller à l'encontre de l'objectif sans fumée de Santé Canada en 2035 en poussant certains anciens fumeurs à recommencer à fumer.

Le vapotage, qui est la consommation de nicotine sans combustion de cigarettes, est considérablement moins nocif que le tabagisme et est donc largement considéré comme un outil utile de réduction des méfaits pour les fumeurs qui essaient d'arrêter de fumer. Un 2017 étude Des chercheurs de l'Université de Californie ont découvert que les données du recensement américain montraient que le vapotage avait contribué à une augmentation significative de l'arrêt du tabac. Il a donc recommandé des communications de santé publique positives soutenant le vapotage. C'est l'approche adoptée en Angleterre, avec des résultats positifs. Après que Public Health England ait jugé que le vapotage était 95% moins nocif que le tabagisme, le UK Office of Health décidé pour promouvoir le vapotage auprès des fumeurs adultes dans le cadre du propre plan du pays pour être sans fumée d'ici 2035. Il a même créé un programme "swap to stop" dans lequel les fumeurs peuvent échanger leurs cigarettes contre des appareils de vapotage gratuits.

Malheureusement, l'approche du Canada en matière de vapotage n'englobe pas la réduction des méfaits de la même manière que celle du Royaume-Uni. En ce qui concerne les stupéfiants et autres drogues, la réduction des méfaits est à l'ordre du jour à Ottawa. Mais en ce qui concerne les produits du tabac, pour une raison quelconque, l'éradication reste l'objectif. Ainsi, Ottawa a déjà cherché à interdire toutes les saveurs de vapotage, à l'exception du tabac et de la menthe/menthol, même si près de la moitié des vapoteurs canadiens utilisent les saveurs comme méthode préférée pour arrêter de fumer, et pour une bonne raison. Une étude longitudinale représentative au niveau national étude de plus de 17 000 Américains ont montré que les adultes qui utilisaient des produits de vapotage aromatisés étaient 2,3 fois plus susceptibles d'arrêter de fumer que les vapoteurs qui consommaient des produits de vapotage aromatisés au tabac. Pourquoi n'est pas difficile à comprendre. Si vous essayez d'arrêter de fumer, il n'est pas très utile de se limiter à des produits de vapotage qui ont le goût du tabac.

Mais Ottawa ne cible pas seulement les saveurs de vapotage. Maintenant, il augmente également la fiscalité. La nouvelle taxe proposé dans le budget d'avril ajouterait $7 au prix d'une bouteille de liquide de vape de 30 ml, $10 pour une bouteille de 60 ml et $14 pour une bouteille de 100 ml. Pour ceux qui vapotent avec des dispositifs à cartouche, un pack de quatre cartouches d'un millilitre, qui se vend généralement entre $24 et $26, aurait un $4 supplémentaire ajouté.

Quel sera l'effet de ces hausses d'impôts ?

Les prix de la vape sont très susceptibles d'augmenter. Un 2020 document de travail publié par le National Bureau of Economic Research qui a analysé les données de 35 000 détaillants américains a révélé que pour chaque dollar d'augmentation de la taxation, les prix des vapoteurs augmentaient entre $0.91 et $1.16, ce qui signifie que la taxe est presque entièrement répercutée sur les consommateurs. Pour un pack de quatre cartouches d'un millilitre, les prix peuvent augmenter entre $3.64 et $4.64.

Et comment les vapoteurs réagiront-ils à ces hausses de prix ? Beaucoup recommenceront à fumer. Cette même étude du NBER a montré qu'une augmentation $1 des taxes sur la vape augmentait les ventes de cigarettes de 10 %.

Du point de vue de la santé publique, c'est exactement la mauvaise approche. Nous savons que le vapotage est un outil de réduction des méfaits très utile. Cibler le vapotage avec des interdictions d'arômes et une taxation élevée découragera certainement les gens de vapoter, mais cela encouragera également certains anciens fumeurs à revenir à la cigarette et empêchera certains fumeurs actuels de passer au vapotage. Si le Canada veut avoir une chance d'atteindre son objectif sans fumée en 2035, nous devrions suivre l'exemple du Royaume-Uni et incorporer le vapotage comme moyen d'y parvenir. Les réglementations et les taxes sévères sur le vapotage ne font que créer plus de fumeurs, et personne n'y gagne si cela se produit.

Publié à l'origine ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche