fbpx

Il est peu probable que la taxation des boissons sucrées réduise les taux d'obésité à Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve se dirige vers un précipice fiscal.

L'endettement de la province est supérieur à $12 milliards, soit environ $23 000 par habitant. Le COVID-19 a évidemment aggravé cette tendance troublante, le déficit budgétaire de cette année devant atteindre $826 millions.

Pas plus tard que cette semaine, les législateurs ont proposé une poignée de hausses d'impôts pour aider à combler l'écart, allant de l'augmentation des taux d'imposition sur le revenu des particuliers pour les tranches les plus riches, à l'augmentation des taxes sur les cigarettes et au concept carrément idiot d'une «taxe Pepsi».

Dans un an, la province mettra en place une taxe sur les boissons sucrées au taux de 20 cents le litre, générant des revenus estimés à près de $9 millions par an.

Le ministre des Finances, Siobhan Coady, a justifié la taxe, au-delà du besoin de revenus, déclarant que la taxe « positionnera Terre-Neuve-et-Labrador comme un chef de file au Canada et aidera à éviter les demandes futures sur le système de santé ».

Lorsqu'elle est décrite comme ça, une taxe Pepsi semble harmonieuse. Qui ne souhaite pas lutter contre l'obésité et générer des revenus ?

Malheureusement pour les partisans de la taxe, les preuves ne sont pas vraiment là.

Dans un an, la province mettra en place une taxe sur les boissons sucrées au taux de 20 cents le litre, générant des revenus estimés à près de $9 millions par an.

Malheureusement pour les partisans de la taxe, les preuves ne sont pas vraiment là. Dans un an, la province mettra en place une taxe sur les boissons sucrées au taux de 20 cents le litre, générant des revenus estimés à près de $9 millions par an.

Impôts régressifs

Les taxes à la consommation comme celle-ci sont souvent très régressives, ce qui signifie que les résidents à faible revenu supportent la majeure partie du fardeau et sont finalement inefficaces pour atteindre leurs objectifs de santé publique.

Regarder le Mexique fournit une bonne étude de cas sur l'efficacité des taxes sur les boissons gazeuses. Avec l'un des taux d'obésité les plus élevés au monde, le Mexique a adopté une taxe sur les boissons gazeuses, augmentant les prix de près de 13 %, dans le but de réduire l'apport calorique. Une analyse chronologique de l'impact de la taxe a montré qu'elle ne réduisait la consommation de ces boissons que de 3,8 %, ce qui représente moins de sept calories par jour. Les estimations du Canada montrent également la même chose. Lorsque le Parti vert de l'Î.-P.-É. a proposé une taxe sur les boissons gazeuses de 20 % par litre, on estimait qu'elle ne réduirait l'apport calorique des boissons gazeuses que de 2 %, soit environ 2,5 calories par jour.

Bien que ces taxes réduisent en fait la consommation dans une certaine mesure, les réductions sont si faibles qu'elles n'ont pratiquement aucun impact sur les taux d'obésité. Pour aggraver les choses, des taxes comme celle-ci ne sont pas seulement inefficaces dans la lutte contre l'obésité, elles sont fortement régressives. En regardant à nouveau les données du Mexique, la taxe qu'ils ont mise en place a été largement payée par les personnes ayant un statut socio-économique faible.

En fait, la majorité des revenus, plus de 63 %, provenaient de familles vivant au seuil de pauvreté ou en dessous. Si nous prenons l'estimation de la province de $9 millions de revenus par an, il est raisonnable de supposer que $5,67 millions de ces revenus proviendront des poches des Terre-Neuviens à faible revenu.

Dans d'autres juridictions au sud de la frontière, comme le comté de Cook dans l'Illinois, aucune taxe sur les sodas n'a évité la réalité inconfortable d'être incroyablement régressive, ce qui explique en partie pourquoi ils ont finalement complètement abandonné la taxe.

Avantages douteux

Les Terre-Neuviens doivent se demander s'il vaut la peine de mettre en place une taxe fortement régressive sur les familles à faible revenu pour faire reculer l'obésité de quelques calories par jour. Je dirais que les inconvénients de la taxe l'emportent de loin sur les avantages, et c'est avant que les répercussions sur les entreprises n'entrent dans l'équation. Il se trouve que c'est également la même conclusion trouvée en Nouvelle-Zélande.

L'Institut néo-zélandais de recherche économique, dans un rapport au ministère de la Santé, a déclaré que "nous n'avons pas encore vu de preuves claires que l'imposition d'une taxe sur le sucre répondrait à un test coût-bénéfice complet".

Alors que les déficits budgétaires et l'obésité sont des problèmes sérieux, une « taxe Pepsi » n'est pas une solution sérieuse.

Publié à l'origine ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche