fbpx

trustbusters

Facebook Trustbusters Are Motivated by Partisan Politics, Not Concern for the Consumer

Par Yaël Ossowski

Canalisant l'esprit de Theodore Roosevelt et la nostalgie de l'ère progressiste du début du XXe siècle, la dernière mauvaise idée qui circule dans les cercles d'élite est d'utiliser le pouvoir anti-confiance du gouvernement fédéral pour démanteler le réseau social Facebook.

The idea has been promoted by the likes of Democratic politicians like senators Elizabeth Warren and Amy Klobuchar and also Republicans like Sen. Ted Cruz. Even Chris Hughes, an original Facebook co-founder, has hitched his wagon to the idea, as expressed in his now infamous New York Times op-ed.

Mais ne nous leurrons pas. Nous n'avons pas affaire à un monopole d'entreprise semblable à Standard Oil, US Steel ou même Microsoft. Nous parlons de sites Web de médias sociaux et de services disponibles sur le Web ouvert.

Personne n'est obligé d'utiliser ces plates-formes et est très libre et à moindre coût capable de créer la sienne. Il ne s'agit pas d'un monopole au sens littéral, ni même au sens figuré.

There are already plenty of competing social networks that people use for a host of different services. Whether it’s Snapchat, Reddit, Pinterest or Twitter, there are plenty of services where people connect with friends and share information. Facebook just happens to have “clued in” to the needs of the greatest numbers of consumers. Does that warrant government intervention? No.

Let’s be clear: the internet is the ultimate playground for consumer choice. Government attempts to intervene and regulate based on political considerations, however, will only restrict consumer choice and deprive us of what we’ve thus far enjoyed.

Il ne fait aucun doute que certaines actions de l'entreprise ont été flagrantes et qu'elles seront à juste titre punies. L'amende de $5 milliards prévue par la Federal Trade Commission pour Facebook en raison de sa mauvaise gestion des données et de la vie privée des consommateurs est un bon premier pas.

Mais le mouvement appelant les régulateurs fédéraux à utiliser leur pouvoir pour démanteler l'entreprise pue la politique partisane.

Les démocrates sont furieux que les utilisateurs de la plate-forme aient pu être persuadés de voter pour Donald Trump lors des élections de 2016 en raison d'un impressionnant effort de sensibilisation de la campagne Trump (sans parler des prétendus groupes de façade russes). Les républicains, quant à eux, dénoncent la modération très libérale de Facebook qui a spécifiquement ciblé les pages et les publications conservatrices. Sa censure d'un message citant la Déclaration d'indépendance parce qu'il était considéré comme un « discours de haine » n'est qu'un exemple.

Mais d'après ce que nous avons appris du PDG de Twitter, Jack Dorsey, et d'autres élites technologiques, l'interdiction d'individus ou de pages est une décision très complexe prise par des milliers de modérateurs qui suivent un ensemble de directives internes, que ce soit sur YouTube, Twitter ou Facebook. L'article d'investigation publié sur The Verge sur la charge de travail et le stress des modérateurs de Facebook lors de la suppression des mauvais contenus de la plateforme en parle.

Malgré ces folies, l'écrasante majorité des utilisateurs sont satisfaits de leurs profils. Ils peuvent se connecter avec leurs amis et leur famille dans le monde entier et partager des images et des publications qui suscitent des conversations. Des millions de petites entreprises, d'artistes et même de sites d'information dépendent de ces plateformes pour gagner leur vie.

Utiliser la force du gouvernement pour séparer les entreprises en raison de positions ou d'actions particulières qu'elles ont prises, toutes légales en vertu de la loi actuelle, est très vindicatif et limitera la capacité des gens ordinaires comme moi ou des millions d'autres consommateurs à profiter des plateformes pour lesquelles nous nous sommes volontairement inscrits.

Nous devrions tenir ces plateformes responsables lorsqu'elles commettent des erreurs, mais ne pas incliner la main pour inviter le gouvernement fédéral à déterminer sur quels sites ou plateformes nous pouvons cliquer.

Le rôle du gouvernement n'est pas de choisir des gagnants et des perdants. C'est pour garantir nos droits à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur, comme le stipule la Déclaration d'Indépendance. N'utilisons pas de politiques partisanes temporaires pour déterminer le sort des services et plateformes en ligne dont nous profitons et bénéficions tous.

proche