fbpx

Australie

Boom and Bust | Australia vs. Facebook

Tony looks at who won the Australia vs. Facebook saga and why it matters. He is joined by David Clement and Dr. Sinclair Davidson.

Watch the video ici.

Facebook, l'Australie et les écueils de la régulation en ligne

"Facebook est devenu ami avec l'Australie." Ce sont les mots du trésorier australien Josh Frydenberg à un groupe de journalistes à Canberra cette semaine, dans une déclaration de victoire toujours aussi légèrement suffisante dans la bataille réglementaire entre son gouvernement et le géant des médias sociaux assiégé.

Sa déclaration est intervenue après Facebook, après avoir déclenché une tempête toute-puissante – et généré beaucoup de mauvaise presse pour lui-même dans le processus – finalement a cédé et a renoncé à son interdiction soudaine de tout contenu d'actualités pour les utilisateurs australiens. Il a suivi l'exemple de Google et a entamé des négociations avec News Corp de Rupert Murdoch, entre autres, acceptant à contrecœur de payer pour héberger leur contenu sur sa plate-forme, comme l'exige la nouvelle loi australienne.

Cette situation est profondément troublante. Le cœur du différend est la nouvelle loi précisant comment les géants de la technologie comme Facebook et Google, qui hébergent des liens d'actualités externes sur leurs plateformes, doivent négocier avec les fournisseurs de ce contenu.

N'importe qui peut voir que l'idée d'une négociation mandatée par le gouvernement n'a pas beaucoup de sens logique. Si deux parties consentantes ont un accord mutuellement avantageux où l'une facilite le partage du contenu de l'autre, où est le rôle du gouvernement d'intervenir et d'exiger que l'argent change de mains ?

On ne sait pas quel problème le gouvernement australien pense être résolu ici. Il est intervenu arbitrairement sur le marché, rendant les uns très heureux et les autres très malheureux. Mais à quelle fin ? Fait inquiétant, cela semble n'être que le dernier front d'une nouvelle tendance troublante des gouvernements à s'immiscer arbitrairement dans une industrie où l'innovation et la productivité sont en plein essor. Malheureusement, les gouvernements sont souvent enclins à le faire.

La Californie, par exemple, a récemment a gagné le droit devant les tribunaux de mettre en œuvre ses règles strictes de neutralité du net, le premier État à être sur le point de reproduire la loi malheureuse et de grande envergure de l'ère Obama. Pendant ce temps, l'Union européenne a déclaré son intention de garder un œil sur les grandes technologies avec une série de nouvelles idées politiques, y compris des vérifications annuelles avec la Commission européenne sur les mesures que les entreprises prennent pour « lutter contre les contenus illégaux et préjudiciables ».

Il n'y a pas de réponse facile à la question de savoir comment nous devrait s'occuper de réglementer le marché en ligne. Le gouvernement britannique est à la croisée des chemins dans ce domaine. C'est actuellement consultant sur les paramètres de sa nouvelle Digital Markets Unit (DMU) avec l'actuelle Autorité de la concurrence et des marchés (CMA).

Lors de l'examen du rôle du DMU, le gouvernement britannique ferait bien d'apprendre des erreurs des autres dans le monde et de chercher à donner la priorité aux intérêts des consommateurs, plutôt que de se tenir rigidement d'un côté de la clôture et de se plier aux exigences. d'une énorme opération de lobbying ou d'une autre, comme semble l'avoir fait le gouvernement australien.

Le DMU, selon les mots de ses architectes et partisans, sera « un régime favorable à la concurrence », ce qui signifie que « les consommateurs auront plus de choix et de contrôle sur la façon dont leurs données sont utilisées et les petites entreprises pourront mieux promouvoir leurs produits en ligne ». Ces objectifs affichés – faciliter la vie des utilisateurs et ouvrir la voie au Steve Jobs de demain – semblent tout à fait positifs.

Mais le briefing du gouvernement a également dit que le DMU mettra en place "un nouveau code de conduite statutaire" afin de "contribuer à rééquilibrer la relation entre les éditeurs et les plateformes en ligne". Il est trop tôt pour dire si notre gouvernement envisage de suivre la même voie que l'Australie, mais cette rhétorique semble pour le moins inquiétante.

Il y a certainement un poste vacant à combler pour le DMU, mais l'outsider qu'il devrait soutenir n'est pas Rupert Murdoch. Il y a un équilibre difficile à trouver entre le maintien d'un environnement dans lequel les géants de la technologie existants sont capables de continuer à innover et à élever notre niveau de vie, tout en favorisant un environnement véritablement concurrentiel en supprimant les obstacles pour leurs concurrents plus petits - mais en croissance -, ainsi que nouvelles start-up. C'est la ligne de démarcation que le gouvernement doit suivre.

Publié à l'origine ici.

La dernière mission de Dowden ? Réguler Internet. Voici ce que l'Australie peut nous apprendre sur ce défi.

Le secrétaire à la Culture, Oliver Dowden, se retrouve chargé d'une tâche toute-puissante : réguler Internet. Son nouveau 'Unité des marchés numériques', appelé à faire partie de l'actuelle Autorité de la concurrence et des marchés, sera le quango en charge de la régulation des géants des médias sociaux. Dowden, comme le reste d'entre nous, essaie maintenant de discerner ce qui peut être appris en fouillant dans les décombres laissés par le coup de poing réglementaire entre Facebook et le gouvernement australien au sujet d'une nouvelle loi obligeant les plateformes en ligne à payer les entreprises de presse afin de héberger des liens vers leur contenu.

Google a immédiatement acquiescé, acceptant les négociations mandatées par le gouvernement avec les producteurs de nouvelles. Mais Facebook semblait prêt à se battre, donnant suite à sa menace de supprimer tout contenu d'actualité de ses services australiens. Cependant, il ne fallut pas longtemps avant que Mark Zuckerberg ne recule, débloque les pages Facebook des journaux australiens et, les dents serrées, accepte de mettre en place un prélèvement automatique sur Rupert Murdoch.

Le drame vers le bas a rencontré une réponse mitigée dans le monde entier, mais il est globalement conforme à la tendance des gouvernements à s'orienter vers une ingérence de plus en plus nuisible et intrusive dans le secteur de la technologie, sapant directement les intérêts des consommateurs et remplissant les poches de Murdoch. L'UE, pour sa part, tient à s'enliser, sans tenir compte du statu quo et en dévoilant ses ambitions planifier pour garder un œil sur les géants de la technologie.

Aux États-Unis, la situation est assez différente. Certains théoriciens du complot – ceux qui continuent de croire que Donald Trump est le président légitime des États-Unis – aiment alléguer que la tristement célèbre section 230, l'élément de la législation américaine qui réglemente efficacement les médias sociaux là-bas, a été élaborée de mèche avec les lobbyistes des grandes technologies en faveur des gros bonnets de Facebook, Google, Twitter, etc. En réalité, l'article 230 était passé dans le cadre de la Communications Decency Act en 1996, bien avant que l'une de ces sociétés n'existe.

Surmédiatisée par beaucoup comme une grande conspiration DC-Silicon Valley pour fermer la présence en ligne de la droite, la section 230 est en fait très courte et très simple. Il ne contient en fait que 26 mots : "Aucun fournisseur ou utilisateur d'un service informatique interactif ne doit être considéré comme l'éditeur ou le locuteur d'informations fournies par un autre fournisseur de contenu d'informations."

Non seulement c'est un bon point de départ pour réglementer Internet, mais c'est seulement point de départ exploitable. Si le contraire était vrai – si les plateformes étaient traitées comme des éditeurs et tenues responsables du contenu publié par leurs utilisateurs – la concurrence en souffrirait énormément. Les géants en place comme Facebook n'auraient aucun problème à employer une petite armée de modérateurs de contenu pour s'isoler, solidifiant ainsi leur position au sommet de la chaîne alimentaire. Pendant ce temps, les petites entreprises - les Zuckerberg de demain - seraient incapables de suivre le rythme, ce qui entraînerait un arrêt brutal de l'innovation et de la concurrence.

Une autre conséquence involontaire - un thème clair en ce qui concerne l'ingérence indue du gouvernement dans des questions complexes - serait que les espaces en ligne dynamiques deviendraient rapidement inutilisables alors que les entreprises se bousculent pour modérer les plates-formes à un pouce de leur vie afin de se protéger contre le péril juridique.

Même avec les protections actuellement en place, il est clair à quel point les plates-formes sont horribles à modérer le contenu. Il y a des milliers de exemples de la modération bien intentionnée a mal tourné. En janvier, Sam Dumitriu du Entrepreneurs Network trouvé lui-même jeté dans la prison de Twitter pour un tweet contenant les mots «vaccin» et «micropuce» dans une tentative d'appeler la logique défectueuse d'un NIMBY. Abandonner la disposition fondamentale de l'article 230 ne ferait qu'aggraver ce problème en forçant les plates-formes à modérer beaucoup plus agressivement qu'elles ne le font déjà.

La centralisation de la politique dans ce domaine échoue systématiquement, qu'elle émane des gouvernements ou du secteur privé, car elle est nécessairement arbitraire et sujette à l'erreur humaine. Lorsque Facebook a tenté de bloquer les médias australiens, il a aussi accidentellement barré la sortie basée au Royaume-Uni de Sky News et du Telegraph, qui ont tous deux des homonymes australiens. Cependant, la centralisation de la politique sanctionnée par l'État est d'autant plus dangereuse, surtout maintenant que les gouvernements semblent se contenter de déchirer le règlement et de se déchaîner presque au hasard contre les normes de l'industrie, ce qui entraîne des interventions à la fois inefficaces et nuisibles.

L'intervention australienne sur le marché est si arbitraire qu'elle aurait facilement pu être l'inverse : forcer News Corp à payer Facebook pour le privilège de voir son contenu partagé librement par des personnes du monde entier. Peut-être que la politique aurait même plus de sens de cette façon. Si quelqu'un offrait aux organes de presse un package promotionnel avec une portée comparable à l'utilisation de Facebook, la valeur de ce package sur le marché publicitaire serait énorme.

Faire payer les gens pour que leurs liens soient partagés n'a aucun sens. Jamais dans l'histoire d'Internet quelqu'un n'a eu à payer pour partager un lien. En fait, le fonctionnement d'Internet est exactement le contraire : les particuliers et les entreprises déboursent régulièrement de grosses sommes d'argent pour mettre leurs liens sur les écrans du plus grand nombre.

Si vous aviez dit à un rédacteur en chef il y a vingt ans qu'il aurait bientôt accès gratuitement à des réseaux virtuels où la promotion mondiale de son contenu serait alimentée par le partage organique, il aurait bondi de joie. Un organisme de réglementation qui décrète que le fournisseur de ce service gratuit doit maintenant de l'argent à l'éditeur du journal est manifestement ridicule.

Cela ne veut pas dire, toutefois, qu'un organisme de réglementation n'a aucun rôle à jouer. Mais il reste à voir si l'unité des marchés numériques parviendra ou non à éviter le champ de mines de la surréglementation. Dans l'état actuel des choses, il existe un danger très réel que nous glissions dans cette voie. Matt Hancock avec enthousiasme approuvé l'approche du gouvernement australien, et Oliver Dowden a aurait bavardé avec ses homologues d'en bas à ce sujet.

La monotonie des discours sur ce domaine politique grandissait déjà, mais la débâcle Australie-Facebook l'a déclenchée. Les étoiles se sont alignées de telle sorte que 2021 est le moment tant attendu où les gouvernements du monde tentent enfin de compter avec les géants de la technologie. À partir de les Etats Unis à Bruxelles, de Australie au Pays baltes, l'attention portée à cette question est en plein essor.

Alors que la politique du gouvernement britannique commence à prendre forme, attendez-vous à voir des fronts se former entre différentes factions au sein du Parti conservateur sur cette question. En ce qui concerne les conséquences matérielles en Grande-Bretagne, on ne sait pas encore ce que tout cela signifiera. L'unité des marchés numériques pourrait encore être un héros ou un méchant.

Publié à l'origine ici.

L'emballage du tabac ordinaire "échoue" en Australie

TALKING RETAIL : L'introduction en Australie des emballages de tabac neutres a été qualifiée d'échec, cinq ans après sa mise en œuvre.

VIDÉO : 5 ans d'échec : la politique d'emballage neutre de l'Australie

YOUTUBE : Dr. Sinclair Davidson de l'Université RMIT : L'interdiction de la marque australienne sur les produits du tabac a échoué. Quelles politiques pouvons-nous suivre pour réduire le tabagisme ?

proche