fbpx

Pouvoir aux jeunes Verts.

"Nous, les Verts du Bundestag, défendons une agriculture rurale écologique", déclare-t-on sur le site Internet du groupe parlementaire des Verts. Ils prônent une alimentation sans OGM, une agriculture à faible taux de pesticides, une agriculture plus biologique et un marketing régional. Les Verts prennent le « stand for » au sérieux, car le parti ne demande désormais rien de moins qu'une interdiction complète de l'agriculture industrielle. Après des années où le magasin bio constituait une niche pour les consommateurs qui souhaitaient faire leurs courses différemment, les produits bio devraient désormais devenir obligatoires.

Cela fait aussi des vagues à l'étranger. Le télégraphe quotidien écrit que l'image des Verts en tant que « parti de la prohibition » revient. Pourquoi cela fait des vagues est clair. Les Verts connaissent un afflux constant d'électeurs en Allemagne, et donc eux et leurs politiques doivent être pris aussi au sérieux que lors de leur dernière participation au gouvernement fédéral.

Les Verts veulent également interdire l'édition de gènes, qui est connue grâce à des techniques telles que CRISPR (regroupements de courtes répétitions palindromiques régulièrement espacées). Grâce à ces systèmes, les chercheurs peuvent modifier de façon permanente des gènes dans des cellules et des organismes vivants et, à l'avenir, corriger des mutations à des emplacements exacts dans le génome humain et ainsi traiter les causes génétiques de la maladie. La même technologie peut également être utilisée dans l'agriculture. Pour les Verts, «l'édition du génome» est identique à la question des organismes génétiquement modifiés (OGM), qui sont également interdits.

Ici, la position des Verts n'est plus en phase avec celle de sa propre jeunesse. Déjà l'année dernière, la jeunesse verte de Basse-Saxe réclamait « un nouveau départ pour le débat sur le génie génétique vert sans dogmes et une argumentation politique sur une base scientifique ».

Cette année aussi, il y a eu de nouvelles critiques. Dans la résolution du parti de la Jeunesse verte de Saxe-Anhalt, il est écrit fin mars :

"Aujourd'hui, il est d'une importance fondamentale de repenser cette position historique [une interdiction complète des OGM] afin de relever les défis mondiaux à venir."

L'éloignement scientifique des Verts est surprenant, puisque les écologistes argumentent généralement très scientifiquement sur le changement climatique. Même si les propositions politiques qui en résultent sont radicales et audacieuses, ils citent rigoureusement des études scientifiques comme fondement de leurs revendications. Dans l'agriculture, en revanche, le parti se comporte de manière dogmatique.

Ceux qui défendent les OGM et les pesticides dans la science et la politique ont dû être achetés par de grandes sociétés internationales. Les sceptiques du changement climatique fonctionnent de la même manière ici : les scientifiques qui prouvent le changement climatique doivent avoir été achetés par certains cercles influents.

La méthode scientifique et la politique basée sur les faits manquent d'attention.

Où tout cela va-t-il ? L'édition du génome est importante pour la poursuite des progrès scientifiques, mais les récentes décisions de la Cour de justice de l'UE à Luxembourg et la résistance de divers militants écologistes en Allemagne ont rapidement mis fin à son potentiel.

Pour les agriculteurs, cela signifie moins de progrès et donc l'utilisation continue de pesticides tout aussi impopulaires, ou du cuivre comme fongicide dans l'agriculture biologique. Parallèlement, la recherche à l'étranger s'accélère. Un nouveau cloisonnement de la politique commerciale serait alors à nouveau nécessaire pour « protéger » les agriculteurs européens paralysés des produits étrangers.

Les consommateurs n'auraient pas le choix après de telles interdictions. Le bio ou le non bio reste un débat public majeur. Cependant, il ne doit pas être résolu en abolissant l'agriculture conventionnelle, mais par l'éducation et l'innovation.

Les Jeunes Verts de Saxe-Anhalt écrivent dans une de leurs revendications :

"Nous rejetons par principe l'attisation de peurs irrationnelles pour atteindre un objectif politique, cela s'applique également au génie génétique."

C'est un bon début.

Publié à l'origine ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche