fbpx

L'UE proposant de nouvelles mesures pour réduire l'utilisation de pesticides de 50%, cela pourrait entraîner une augmentation du commerce illicite, prévient Maria Chaplia.

La commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire Stella Kyriakides a récemment proposé une importante loi sur l'utilisation durable des pesticides (SUR), appelant à l'utilisation des pesticides comme mesure de « dernier recours ». Le projet de loi vise à fixer de nouveaux objectifs contraignants en matière de pesticides pour que les États membres réduisent leur utilisation au sein de l'UE d'ici 50%. 

Limiter les outils des agriculteurs européens à un moment où les systèmes alimentaires mondiaux peinent à faire face aux conséquences de la guerre russe contre l'Ukraine, est pour le moins inhumain. Nous ne tarderons pas à assister à un autre pic du commerce illicite de pesticides.

Interdire ou surréglementer les produits dont les consommateurs ou les agriculteurs (dans le cas des pesticides) ont besoin et veulent utiliser, en particulier en cette période difficile de l'histoire mondiale, fait plus de mal que de bien

Les pesticides comptent parmi les produits les plus réglementés, tant dans l'UE que dans le monde. Si les producteurs illégaux de pesticides étaient une seule entreprise, ils seraient les 4ème plus grand dans le monde en termes de valeur. En 2018, l'Office de la propriété intellectuelle de l'UE déclaré que 1,3 milliard d'euros sont perdus chaque année à cause des faux pesticides. Cela se traduit par 299 millions d'euros et 500 emplois perdus par an en Allemagne, 240 millions d'euros et 500 emplois perdus chaque année en France, et 185 millions d'euros et 270 emplois perdus par an en Italie. 

La pandémie de COVID-19 a également exacerbé cette tendance dans l'agriculture aussi, entre autres domaines, comme l'alcool. Plus le produit est réglementé, plus il y a de chances que les réseaux criminels exploitent la réglementation à leur profit. Pour les consommateurs européens, le commerce illicite signifie troquer la sécurité des produits contre un meilleur accès aux marchandises soumises à des restrictions. Alors que la demande de produits illicites tels que l'alcool, les pesticides et le tabac, pour n'en nommer que quelques-uns, se déplace vers le marché noir, il semble que l'accès soit plus important que la sécurité.

Sur la période 2011- 2018, les ventes de pesticides stable à environ 360 millions de kilogrammes par an dans l'UE. En France, par exemple, malgré l'ambition du gouvernement de réduire l'utilisation des pesticides, la demande de pesticides a ressuscité considérablement ces dernières années. En Pologne, le vendre de pesticides en 2016 a augmenté de 12,31 TP2T par rapport à 2011. Ce que cela montre, c'est qu'une réglementation excessive des pesticides ne fait que stimuler le commerce illicite.

Un rapide coup d'œil sur le rôle des pesticides dans l'agriculture explique pourquoi leur demande persiste. Les pesticides sont essentiels pour aider les agriculteurs à prévenir et/ou à gérer les ravageurs tels que les mauvaises herbes, les insectes et les agents pathogènes des plantes. Les augmentations substantielles des rendements enregistrées au cours des 80 dernières années peuvent être principalement attribuées à l'utilisation de pesticides. 

Lorsqu'il s'agit du commerce illicite de n'importe quel produit, pas seulement des pesticides, l'augmentation du contrôle douanier et des sanctions pour les activités de contrefaçon semble être une solution simple. Ni l'un ni l'autre ne peuvent résoudre complètement le problème, ce qui n'enlève rien à leur importance en tant qu'outil de lutte contre le commerce illicite. Très peu de délits commerciaux illicites sont portés devant les tribunaux. Par exemple, en Slovénie, 27,1 tonnes de pesticides illégaux ont été détecté et saisis depuis 2003, et pourtant pas une seule action en justice n'a été engagée. En Belgique et en Italie, la situation n'est pas meilleure. Le système judiciaire devrait prendre le commerce illicite plus au sérieux.

Parallèlement à l'augmentation de la peine pour le commerce illicite, il est également nécessaire de réévaluer les vices de la prohibition en tant que politique. Interdire ou surréglementer les produits dont les consommateurs ou les agriculteurs (dans le cas des pesticides) ont besoin et veulent utiliser, en particulier en cette période difficile de l'histoire mondiale, fait plus de mal que de bien. L'approche de l'UE en matière de pesticides devrait être moins précipitée et plus tournée vers l'avenir.

Publié à l'origine ici

Partager

Suivre:

Plus de messages

Abonnez-vous à notre newsletter

proche