fbpx

Pour ne pas froisser les États et les banques, Facebook va changer la stratégie du Libra et proposer une solution de paiement global à l'image de PayPal. Le réseau social ne compte pas pour autant abandonner les principes fondamentaux de sa cryptomonnaie.

Lors de la présentation de sa cryptomonnaie Libra en juin dernier, tout s'annonçait pourtant bien pour Facebook. Gérée par une fondation suisse et épaulée par de grands noms de la finance, tels PayPal, Visa et Mastercard, le développement de la monnaie a été très rapidement freiné par des tirs de barrage provenant des États. La France, en premier lieu, considère illégale la création d'une telle monnaie par une société privée. La crainte de l'utilisation de la conception universelle pour réaliser du blanchiment d'argent a aussi pesé beaucoup sur la remise en question du Balance. Au final, les partenaires qui pesaient le plus lourd ont quitté le projet.

Le côté réglementaire a donc eu raison des premières intentions de la cryptomonnaie de Facebook. Pour le coup, le réseaux sociaux est actuellement en train de revoir sa copie. Selon les sources du site La conversation, Facebook et les partenaires qui n'ont pas quitté le navire, doivent refonder totalement le projet.

Pour adoucir le courroux des États, plutôt que de créer une monnaie indépendante, la firme devrait plutôt proposer des déclinaisons numériques des devises, comme l'Euro, ou le dollar. Au final, pour se conformer à la législation, Balance pourrait tout simplement être assimilé à une plateforme de paiement de type PayPal.

Mais attention, Facebook ne compte pas pour autant mettre au rebut les principes de base de la Balance. Il se donne juste du temps pour imaginer comment introduire cette cryptomonnaie. C'est pourquoi, la sortie de l'application Calibra, le portefeuille numérique du Libra, est décalée en octobre. De même, Facebook va limiter cette application aux seuls États ayant émis des cryptomonnaies.

Pourquoi Libra est-elle modifiée avant même son lancement ?

Comme prévu, Facebook a supprimé sa monnaie virtuelle qui pourra être utilisée passant par Messenger et WhatsApp. Mais déjà, des voix s'élèvent contre cette cryptomonnaie accusée de faire le jeu du blanchiment d'argent ou de concurrencer les monnaies d'État.

Visa, Mastercard, Paypal, Vodafone, Free ou encore Uber et Lyft… Des dizaines de géants de la high-tech et du système bancaire, mais aussi des ONG, épaulent Facebook pour le lancement de Balance, une cryptomonnaie destiné aux utilisateurs de Facebook et de Whatsapp, soit plus de deux milliards d'internautes !

L'idée est simple : bénéficier d'un porte-monnaie virtuel pour acheter et vendre des biens, passant par la messagerie instantanée, sans passer par une banque. Le tout avec une devise équilibrée dont la valeur est indexée sur plusieurs monnaies en vigueur pour éviter toute spéculation. Date de lancement ? Début 2020.

La France et les États-Unis y sont opposés

Le projet est très ambitieux mais il s'attire déjà les foudres des administrations. En France, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a rappelé qu'une entreprise privée ne pouvait pas créer une monnaie, concurrente des devises d'État. Du côté des États-Unis, où Facebook est sous le coup d'une enquête judiciaire pour la collecte et l'exploitation des données personnelles de ses membres, un parlementaire, qui dirige la Commission des Services financiers, exige que Facebook se présente devant le Congrès pour répondre aux inquiétudes et aux questions des représentants.

D'autres craignent que ce ne soit le moyen idéal pour blanchir de l'argent. Réponse de David Marcus, qui dirige cette nouvelle entité, au micro de Infos France : « Si un réseau tel que celui-ci émerge avec beaucoup plus de transactions numériques, beaucoup plus de traçabilité, je pense qu'on va grandement améliorer l'efficacité des programmes anti-blanchiment et notamment à travers les porte-monnaie numériques qui seront régulés sur ce nouveau réseau. »

Au consommateur de décider si c'est un bon système ou pas ?

Du côté des consommateurs, Centre de choix des consommateurs, équivalent de Que-Choisir à travers le monde, regrette que les récompensés réclament la suspension du projet : « Contrôler la réglementation sur l'Internet et les sociétés financières sont importantes, mais la mentalité de "légiférer d'abord, d'innover plus tard", qui est apparue en réponse à Libra, devrait mettre tous les internautes en pause. Si chaque nouvelle innovation Internet est désormais soumise à l'approbation du Congrès, ce serait un dangereux précédent pour l'avenir du choix du consommateur en ligne », a déclaré Yaël Ossowski, dirigeante de cette association de défense du consommateur. Les consommateurs ont le droit de choisir s'ils souhaitent utiliser des crypto-monnaies ou des réseaux sociaux, et sont conscients des risques et des avantages considérables qui en nécessitent. Les utilisateurs recherchent une alternative et s'intéressent aux nouveaux outils numériques en ligne. C'est pourquoi, il y a un tel intérêt. »

La cryptomonnaie de Facebook arrive le 18 juin

Une dirigeante de Facebook a confirmé l'arrivée prochaine de la monnaie virtuelle de Facebook. Elle sera indexée sur plusieurs monnaies pour éviter les fluctuations et parmi les différents objectifs du réseau social, il y a l'idée de mettre en place un authentique réseau de distribution semblable à celui des distributeurs de billets actuels. 

Différentes sources s'accordent sur la date de lancement officielle de la nouvelle cryptomonnaie de Facebook, qui porte le nom de code Libra, et ce serait pour le 18 juin. L'information a notamment été confirmée par Laura McCracken, à la tête des services financiers et des partenariats pour les paiements de Facebook pour l'Europe du Nord, dans une interview accordée au journal allemand WirtschaftsWoche.

Pensant l'information déjà publique, Laura McCracken a indiqué que Facebook publiera à cette date un livre blanc détaillé du fonctionnement de la cryptomonnaie, et a confirmé qu'elle serait liée à plusieurs appareils différents, plutôt que le dollar seul, afin d'éviter moins de fluctuations.

Des transferts d'argent sans frais

La cryptomonnaie est prévue pour passer outre les frontières géopolitiques et pourra être dégradée sans frais via ses applications Messenger et Whatsapp partout dans le monde. La firme compte notamment en faire la promotion dans les pays en voie de développement, où elle pourrait constituer une alternative stable aux monnaies locales volatiles.

Selon L'information, la firme compte aussi encourager son utilisation dans le monde physique, en installant notamment des machines similaires aux distributeurs de billets, qui permettent d'échanger des appareils contre des jetons de sa cryptomonnaie. Facebook compte également proposant des bonus à l'inscription, en partenariat avec des marchands qui acceptent cette nouvelle monnaie.

Publié à l'origine ici.


L’agence pour le choix du consommateur est le groupe de défense des consommateurs qui soutient la liberté de style de vie, l'innovation, la confidentialité, la science et le choix des consommateurs. Les principaux domaines politiques sur lesquels nous nous concentrons sont le numérique, la mobilité, le style de vie et les biens de consommation, ainsi que la santé et la science.

Le CCC représente les consommateurs dans plus de 100 pays à travers le monde. Nous surveillons de près les tendances réglementaires à Ottawa, Washington, Bruxelles, Genève et d'autres points chauds de la réglementation et informons et incitons les consommateurs à se battre pour #ConsumerChoice. En savoir plus sur consumerchoicecenter.org

Partager

Suivre:

Plus de messages

Abonnez-vous à notre newsletter

proche
fr_FRFR