fbpx
Logo de la maison conservatrice

Le secrétaire à la Culture, Oliver Dowden, se retrouve chargé d'une tâche toute-puissante : réguler Internet. Son nouveau 'Unité des marchés numériques', appelé à faire partie de l'actuelle Autorité de la concurrence et des marchés, sera le quango en charge de la régulation des géants des médias sociaux. Dowden, comme le reste d'entre nous, essaie maintenant de discerner ce qui peut être appris en fouillant dans les décombres laissés par le coup de poing réglementaire entre Facebook et le gouvernement australien au sujet d'une nouvelle loi obligeant les plateformes en ligne à payer les entreprises de presse afin de héberger des liens vers leur contenu.

Google a immédiatement acquiescé, acceptant les négociations mandatées par le gouvernement avec les producteurs de nouvelles. Mais Facebook semblait prêt à se battre, donnant suite à sa menace de supprimer tout contenu d'actualité de ses services australiens. Cependant, il ne fallut pas longtemps avant que Mark Zuckerberg ne recule, débloque les pages Facebook des journaux australiens et, les dents serrées, accepte de mettre en place un prélèvement automatique sur Rupert Murdoch.

Le drame vers le bas a rencontré une réponse mitigée dans le monde entier, mais il est globalement conforme à la tendance des gouvernements à s'orienter vers une ingérence de plus en plus nuisible et intrusive dans le secteur de la technologie, sapant directement les intérêts des consommateurs et remplissant les poches de Murdoch. L'UE, pour sa part, tient à s'enliser, sans tenir compte du statu quo et en dévoilant ses ambitions planifier pour garder un œil sur les géants de la technologie.

Aux États-Unis, la situation est assez différente. Certains théoriciens du complot – ceux qui continuent de croire que Donald Trump est le président légitime des États-Unis – aiment alléguer que la tristement célèbre section 230, l'élément de la législation américaine qui réglemente efficacement les médias sociaux là-bas, a été élaborée de mèche avec les lobbyistes des grandes technologies en faveur des gros bonnets de Facebook, Google, Twitter, etc. En réalité, l'article 230 était passé dans le cadre de la Communications Decency Act en 1996, bien avant que l'une de ces sociétés n'existe.

Surmédiatisée par beaucoup comme une grande conspiration DC-Silicon Valley pour fermer la présence en ligne de la droite, la section 230 est en fait très courte et très simple. Il ne contient en fait que 26 mots : "Aucun fournisseur ou utilisateur d'un service informatique interactif ne doit être considéré comme l'éditeur ou le locuteur d'informations fournies par un autre fournisseur de contenu d'informations."

Non seulement c'est un bon point de départ pour réglementer Internet, mais c'est seulement point de départ exploitable. Si le contraire était vrai – si les plateformes étaient traitées comme des éditeurs et tenues responsables du contenu publié par leurs utilisateurs – la concurrence en souffrirait énormément. Les géants en place comme Facebook n'auraient aucun problème à employer une petite armée de modérateurs de contenu pour s'isoler, solidifiant ainsi leur position au sommet de la chaîne alimentaire. Pendant ce temps, les petites entreprises - les Zuckerberg de demain - seraient incapables de suivre le rythme, ce qui entraînerait un arrêt brutal de l'innovation et de la concurrence.

Une autre conséquence involontaire - un thème clair en ce qui concerne l'ingérence indue du gouvernement dans des questions complexes - serait que les espaces en ligne dynamiques deviendraient rapidement inutilisables alors que les entreprises se bousculent pour modérer les plates-formes à un pouce de leur vie afin de se protéger contre le péril juridique.

Même avec les protections actuellement en place, il est clair à quel point les plates-formes sont horribles à modérer le contenu. Il y a des milliers de exemples de la modération bien intentionnée a mal tourné. En janvier, Sam Dumitriu du Entrepreneurs Network trouvé lui-même jeté dans la prison de Twitter pour un tweet contenant les mots «vaccin» et «micropuce» dans une tentative d'appeler la logique défectueuse d'un NIMBY. Abandonner la disposition fondamentale de l'article 230 ne ferait qu'aggraver ce problème en forçant les plates-formes à modérer beaucoup plus agressivement qu'elles ne le font déjà.

La centralisation de la politique dans ce domaine échoue systématiquement, qu'elle émane des gouvernements ou du secteur privé, car elle est nécessairement arbitraire et sujette à l'erreur humaine. Lorsque Facebook a tenté de bloquer les médias australiens, il a aussi accidentellement barré la sortie basée au Royaume-Uni de Sky News et du Telegraph, qui ont tous deux des homonymes australiens. Cependant, la centralisation de la politique sanctionnée par l'État est d'autant plus dangereuse, surtout maintenant que les gouvernements semblent se contenter de déchirer le règlement et de se déchaîner presque au hasard contre les normes de l'industrie, ce qui entraîne des interventions à la fois inefficaces et nuisibles.

L'intervention australienne sur le marché est si arbitraire qu'elle aurait facilement pu être l'inverse : forcer News Corp à payer Facebook pour le privilège de voir son contenu partagé librement par des personnes du monde entier. Peut-être que la politique aurait même plus de sens de cette façon. Si quelqu'un offrait aux organes de presse un package promotionnel avec une portée comparable à l'utilisation de Facebook, la valeur de ce package sur le marché publicitaire serait énorme.

Faire payer les gens pour que leurs liens soient partagés n'a aucun sens. Jamais dans l'histoire d'Internet quelqu'un n'a eu à payer pour partager un lien. En fait, le fonctionnement d'Internet est exactement le contraire : les particuliers et les entreprises déboursent régulièrement de grosses sommes d'argent pour mettre leurs liens sur les écrans du plus grand nombre.

Si vous aviez dit à un rédacteur en chef il y a vingt ans qu'il aurait bientôt accès gratuitement à des réseaux virtuels où la promotion mondiale de son contenu serait alimentée par le partage organique, il aurait bondi de joie. Un organisme de réglementation qui décrète que le fournisseur de ce service gratuit doit maintenant de l'argent à l'éditeur du journal est manifestement ridicule.

Cela ne veut pas dire, toutefois, qu'un organisme de réglementation n'a aucun rôle à jouer. Mais il reste à voir si l'unité des marchés numériques parviendra ou non à éviter le champ de mines de la surréglementation. Dans l'état actuel des choses, il existe un danger très réel que nous glissions dans cette voie. Matt Hancock avec enthousiasme approuvé l'approche du gouvernement australien, et Oliver Dowden a aurait bavardé avec ses homologues d'en bas à ce sujet.

La monotonie des discours sur ce domaine politique grandissait déjà, mais la débâcle Australie-Facebook l'a déclenchée. Les étoiles se sont alignées de telle sorte que 2021 est le moment tant attendu où les gouvernements du monde tentent enfin de compter avec les géants de la technologie. À partir de les Etats Unis à Bruxelles, de Australie au Pays baltes, l'attention portée à cette question est en plein essor.

Alors que la politique du gouvernement britannique commence à prendre forme, attendez-vous à voir des fronts se former entre différentes factions au sein du Parti conservateur sur cette question. En ce qui concerne les conséquences matérielles en Grande-Bretagne, on ne sait pas encore ce que tout cela signifiera. L'unité des marchés numériques pourrait encore être un héros ou un méchant.

Publié à l'origine ici.

Partager

Suivre:

Plus de messages

Abonnez-vous à notre newsletter

proche
fr_FRFR