fbpx
Le spectateur

Dans cette colonne (26 septembre), j'ai souligné que le nouveau "Gazetteer" du National Trust de ses 93 propriétés liées à l'esclavage et au "colonialisme" n'était pas tant une documentation savante qu'une "feuille d'accusation et une liste de résultats". Une fois que l'organisation chargée de la garde d'un immeuble dénigre les occupants les plus célèbres de cet immeuble, la logique veut qu'elle s'occupe moins bien de l'immeuble que de celui d'un occupant qu'elle admire. Cette logique commence déjà à se concrétiser. Le National Trust est propriétaire de la maison de Thomas Carlyle à Chelsea, mais il l'a maintenant fermée "jusqu'à nouvel ordre", alors que toutes les autres petites maisons du Trust à Londres rouvriront en mars. Pour la première fois depuis son ouverture au public en 1895, le lieu n'aura pas de gouvernante à domicile. Bien que cela ne soit pas indiqué, la raison de ce déclassement semble être les opinions raciales de Carlyle. Lorsqu'il rouvrira, les membres se verront promettre "une expérience de visiteur différente". Si vous cliquez sur l'entrée du site Web du Trust pour la maison, vous pouvez écouter un podcast intitulé "Think a Likkle: Lineage of Thought" par Ellie Ikiebe, qui est stagiaire à la New Museum School du National Trust. Elle semble ne pas avoir visité 24 Cheyne Row avant de faire le podcast, mais elle sait ce qu'elle veut faire avec Carlyle. "Si nous reconnaissions vraiment la lignée de la pensée, la société populaire verrait les liens entre le colonialisme, la suprématie blanche, l'injustice de la mort de Breonna Taylor et le mouvement Black Lives Matter", dit-elle. Elle « déplace le récit vers des histoires sous-représentées ». "L'histoire cachée" ici est que Carlyle était un raciste. Sa « lignée de pensée », dont elle souhaite que les gens « rompent », est que les hommes blancs dictent ce que nous pensons. Deux pensées me frappent. La première est que l'histoire des opinions de Carlyle n'a jamais été cachée : il a toujours été extrêmement controversé et les critiques ont allégué que certaines de ses opinions ont aidé, longtemps après sa mort, le développement de la pensée fasciste. La seconde est qu'un organisme de bienfaisance qui publie un article aussi hostile par quelqu'un qui semble ne pas savoir grand-chose sur le sujet n'est pas un organisme apte à s'occuper de son héritage.

Lorsque Peregrine Worsthorne est décédé la semaine dernière, mon esprit est revenu à février 1986. Il y avait alors une grande excitation au sujet de l'état des journaux britanniques. Rupert Murdoch battait les syndicats de l'imprimerie à Wapping et on parlait d'un tout nouveau journal indépendant. (Il l'a fait : il s'appelait, convenablement, le Indépendant.) Au même moment, Conrad Black avait enfin pris le contrôle total du groupe Telegraph et s'apprêtait à nommer ses propres éditeurs. Possédé par des Australiens et donc observant depuis la ligne de touche, Le spectateur (que j'étais alors en train d'éditer) a essayé d'analyser la situation avec malice. Qui de mieux pour le faire, pensai-je, que Perry Worsthorne ? Il était de loin le Télégraphe du dimancheest l'écrivain le plus célèbre de l'époque, et on pouvait compter sur lui pour semer le trouble. Quand je lui ai demandé d'écrire l'article, Perry a souri d'une manière légèrement furtive et a accepté. Le jour suivant — entièrement à mon insu ou à mon insu — il a été annoncé comme le prochain rédacteur en chef du Télégraphe du dimanche.

Ainsi, l'article de couverture produit par Perry ("The Battle for Good Journalism", 1er mars 1986) est devenu son manifeste. "Je n'aurais jamais pensé qu'un propriétaire me ferait éditeur", écrivait-il, car l'édition à l'ère de la tyrannie des syndicats de l'imprimerie avait signifié une bataille sans fin pour la survie, avec peu de chance de réfléchir. Mais peut-être que le climat commercial plus heureux laisserait place à « un éditeur écrivant et pensant ». Il imagina « un Dr Johnson des derniers jours » : l'article serait « très intelligent mais aussi de bon sens, faisant autorité et lisible ; avec des principes élevés, sans être le moins du monde moraliste… Il y aurait beaucoup d'opinions idiosyncrasiques et des traits d'une originalité éblouissante. À un degré remarquable, Perry, l'éditeur, a atteint son objectif, bien que je retire le mot "sens commun", qu'il était rarement, et que j'ajoute le mot "intrépide", qu'il était tout le temps. Son expérience s'est terminée prématurément, en raison d'inquiétudes managériales, mais elle a été splendide et galante tant qu'elle a duré. Dans ses dernières années (il est mort à l'âge de 96 ans), cloué au lit et presque complètement perdu pour le monde, magnifiquement soigné par sa femme Lucy, qui n'arrêtait pas de lui dire (c'était la vérité) à quel point il était beau, Perry a conservé son courage dandiné.

La semaine dernière, ce mois de septembre a été déclaré le plus chaud jamais enregistré dans le monde. Cherchant, comme toujours, à dramatiser l'histoire, le journaliste de la BBC, Roger Harrabin, a terminé ainsi sur Radio 4 News : "Les scientifiques avertissent que ces extrêmes se produisent avec un seul degré de réchauffement à l'échelle mondiale, alors qu'avec le taux actuel d'émissions de carbone projeté, nous sommes se dirigeant vers trois degrés. Sa phrase a soulevé plus de questions qu'elle n'a répondu. Quels scientifiques ? Un degré de chauffage sur quelle période ? Qui est responsable du taux d'émissions de carbone actuellement projeté qu'il cite ? Quand leur élévation projetée de trois degrés sera-t-elle atteinte ? Et comment savons-nous que les "extrêmes" de septembre qu'il a décrits - des incendies de forêt en Californie, un demi-mètre de pluie tombant en une journée en France - ont été causés par le réchauffement d'un degré qu'il a mentionné ? Cette seule phrase résumait parfaitement la méthode Harrabin – passant habilement d'un fait probable (le chiffre mondial de septembre) à une tendance imaginaire, à une catastrophe à grande échelle et non datée. Le révérend M. Harrabin prêche toujours que la fin est proche, mais c'est plus que son travail de dire quand.

Sentant à ses débuts que le Covid-19 priverait les gens de bien des petits plaisirs et libertés, j'ai gardé une ou deux choses qui me les rappelleraient, sur un multum en parvo principe. J'ai un communiqué de presse de l'analyste principal des politiques au Consumer Choice Center, un «groupe de défense», publié à la mi-mars. Son titre est "La Grèce interdisant le tabac à priser en cas d'urgence est antidémocratique et cruelle". Entendre! Entendre! Malheureusement, des choses encore plus antidémocratiques et cruelles se sont produites depuis lors.

Publié à l'origine ici.

Partager

Suivre:

Plus de messages

Abonnez-vous à notre newsletter

proche
fr_FRFR