fbpx

Santé Canada dénonce une politique de vape contre-intuitive

Interdiction des jus de vapotage aromatisés, les limites de nicotine repousseront les fumeurs vers la cigarette

Juste au moment où l'on pensait qu'il était sans danger de vapoter plutôt que de fumer des cigarettes, les libéraux de Trudeau conspirent involontairement pour ressusciter le péché séculaire de la cigarette.

Ils ne pensent pas que cela arrivera bien sûr, mais cela arrivera

Le 19 juillet, conformément à la loi fédérale Gazette, les libéraux du premier ministre Justin Trudeau annonceront de nouvelles réglementations non seulement pour réduire le niveau de nicotine dans les produits de vapotage des cigarettes électroniques, mais aussi pour interdire les liquides de vapotage aromatisés au-delà du tabac et du menthol/menthe.

« Santé Canada pousse les fumeurs à recommencer à fumer des cigarettes et dans les bras de « Big Tabac » », a déclaré Shai Bekman, président de DashVapes Inc., la plus grande entreprise indépendante de cigarettes électroniques au Canada.

La décision préventive de l'Ontario d'interdire les arômes de vapotage affectera les grandes marques de cigarettes électroniques qui se vendent principalement dans les dépanneurs, comme Juul et Vype.

Les deux sociétés vendent des dosettes de cigarettes électroniques qui se déclinent en saveurs telles que le concombre, la mangue, la fraise et la vanille.

Mais qu'en pense Santé Canada?

Selon divers experts en comportement sociologique, et confirmé dans de nombreux articles évalués par des pairs, plutôt que de réduire le tabagisme, cela finira par ramener les vapoteurs à de vraies cigarettes et, en raison de la lourde taxe de plus de 70 % sur les cigarettes, entraînera également une augmentation demande de cigarettes de contrebande.

Après tout, si vous allez fumer, pourquoi payer un paquet de $20 lourdement taxé alors qu'un voyage à la cabane à tabac amicale de n'importe quelle réserve Mohawk en Ontario et au Québec vous rapportera un paquet détaxé pour aussi peu que $4 ?

Comme David Clement, directeur des affaires nord-américaines du Consumer Choice Center, l'a récemment écrit dans le Poste financier, « notre gouvernement fédéral ignore ce qui fonctionne à l'étranger et rejette son principe directeur habituel de réduction des méfaits.

"Il est très important de limiter l'accès des jeunes aux produits de vapotage, mais interdire les saveurs aux fumeurs adultes qui essaient d'arrêter de fumer est une énorme erreur, qui pourrait avoir des conséquences mortelles", a déclaré Clément.

« Environ 1,5 million de Canadiens utilisent des produits de vapotage, la plupart étant des fumeurs essayant d'arrêter. Des recherches sur les habitudes d'achat des consommateurs montrent que 650 000 de ces utilisateurs de vapotage comptent actuellement sur des saveurs qui seraient interdites si l'interdiction était adoptée.

En mai, également dans le poste financière, Fred O'Riordan, un ancien directeur général de Revenu Canada, a déclaré que « le budget fédéral avait quelque chose pour tout le monde, y compris les commerçants de contrebande.

"Leur cadeau inattendu a pris la forme d'une augmentation de $4 par cartouche des droits d'accise sur les cigarettes fabriquées légalement, une forte augmentation qui pourrait marquer la fin d'une époque - au cours de laquelle la politique fiscale était un outil efficace pour contrôler l'usage du tabac - et le début d'un autre.

"Plus de fumeurs se tourneront vers des produits de contrebande facilement disponibles et beaucoup moins chers", a-t-il écrit.

"(Cela) sera mauvais pour le côté santé de la politique, en particulier pour les jeunes, car les vendeurs illégaux ne demandent pas de pièce d'identité avec preuve d'âge."

Le but des taxes sur le tabac, bien sûr, est d'augmenter les revenus, mais les projections sont en baisse depuis des années.

En novembre dernier, l'Agence du revenu du Canada a estimé à environ $483 millions la perte de recettes provenant des droits d'accise fédéraux provenant des cigarettes illégales en 2014 — ce que l'on appelle « l'écart fiscal ».

La perte de recettes fiscales provinciales ferait plus que doubler cette estimation. Et ces « derniers » chiffres datent de sept ans.

Ce qu'il faut, c'est la décision audacieuse de réduire suffisamment les taxes sur le tabac pour que l'achat de produits de contrebande devienne une non-pensée. Le premier ministre de l'Ontario, Mike Harris, l'a fait et les revenus du tabac provenant de la taxe sur le péché ont augmenté de manière prévisible.

Et gardez les vapes aromatisées – la mangue, la vanille et même le bubble-gum, qui sont toutes également vendues en réserve.

Santé Canada doit cesser d'être aussi contre-intuitif.

Ça ne fonctionne pas.

Publié à l'origine ici.

1 commentaire sur "Health Canada coughs up counterintuitive vape policy"

  1. Steven B dit :

    Qu'en est-il de l'interdiction des sachets de nicotine sans tabac ? C'est un produit qui m'a éloigné de toute forme de consommation de nicotine inhalée. De toute évidence, les dernières politiques de Santé Canada ont été façonnées par l'intérêt considérable des « gros fumeurs ». Très triste, très très triste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche