fbpx

Greenpeace et « la terrible réalité de l'activisme anti-science »

Le portail de recherche autrichien "Addendum" a lancé une bombe vidéo concernant les faits, les chiffres et les positions concernant les aliments OGM. Dans ce rapport qui tentait d'expliquer la réalité à la fois de la technologie, des implications économiques et du discours public, le site s'est assis avec des militants actuels et anciens de Greenpeace, les amenant à révéler la terrible réalité de l'activisme anti-science.

Quiconque avait l'illusion que des organisations comme Greenpeace sont de véritables écologistes qui poursuivent l'amélioration de la santé humaine et de la biodiversité, subira un choc sévère de l'échange inclus dans la vidéo Addendum. Sebastian Theissing-Matei, porte-parole de Greenpeace en Autriche a donné ces réponses :

Interviewer : Dans les magasins bio, je peux acheter des produits qui ont été produits avec des radiations de produits chimiques (sic). Est-il logique de permettre une chose, tout en diabolisant l'autre [les aliments OGM] ?

Theissing-Matei : C'est effectivement un certain manque de netteté qui est né historiquement – il faut être honnête là-dessus.

Interviewer : Greenpeace ne devrait-il pas aussi lutter contre certains types de pommes qui sont vendues dans les magasins bio et qui ont été produites grâce aux radiations ?

Theissing-Matei : Comme je l'ai dit, ce sont des types qui existent historiquement depuis bien plus longtemps. Il y a un flou dans la loi, sans aucun doute. Nous nous concentrons toujours sur les choses qui font actuellement l'objet de débats politiques.

Interviewer : Les arguments de Greenpeace ne devraient-ils pas être fondés sur la réalité, c'est-à-dire sur le danger ou le non-danger et l'éventuelle utilité [du progrès technologique], et pas seulement sur ce qui se dit dans les médias ?

Theissing-Matei : Nous sommes une organisation politique. Bien sûr, nous essayons d'agir dans le meilleur intérêt de l'environnement, mais pour le moment, le débat politique est de savoir si les nouvelles méthodes de modification génétique doivent ou non être soumises à la législation actuelle sur la modification génétique.

Greenpeace a plus ou moins systématiquement refusé d'accepter des subventions des gouvernements (y compris l'Union européenne), ce qui ne met en danger aucun de leurs financements pour autant. Il faut souligner que l'ONG au milliard de dollars a, en Europe notamment, bénéficié du soutien financier de partis politiques écologistes, eux-mêmes entièrement financés par l'État.

Quant au débat politique auquel s'adresse le porte-parole autrichien de Greenpeace, il est intéressant d'entendre une telle chose de la part de cette organisation particulière. Dès 1996, Greenpeace a été vu en train de protester l'arrivée d'un navire de transport dans le port de Hambourg, en Allemagne, contenant « le premier ensemble de graines de soja génétiquement modifiées en Allemagne ». La protestation avait montré ses effets : le ministre allemand de la recherche de l'époque exigeait que les producteurs étiquettent tous leurs aliments s'ils ont été génétiquement modifiés. Donc, les gens parlent d'un problème soulevé par Greenpeace, et maintenant c'est le seul sujet qu'il peut aborder. Greenpeace est, d'une belle façon, en train d'accomplir ses propres prophéties.

Quoi qu'il en soit, c'est une chose de s'opposer aux aliments génétiquement modifiés en 1996 que ce ne l'est plus de 20 ans plus tard. La récente publication de Nature méta-analyse sur le maïs génétiquement modifié sur les caractéristiques agronomiques, environnementales et toxicologiques montre clairement que les insectes qui ne se nourrissent pas du maïs ne sont pas affectés et que le maïs génétiquement modifié présente des concentrations considérablement plus faibles de mycotoxines cancérigènes. Mais pour Greenpeace, ce ne sont pas les preuves scientifiques qui comptent, mais la peur qu'elles peuvent propager en tant que modèle économique efficace. Ceci est confirmé dans le même rapport autrichien, par l'ancien militant de Greenpeace Ludger Wess, qui est maintenant un écrivain scientifique qui a été l'un des premiers journalistes en Europe à couvrir les industries émergentes de la biotechnologie et de la haute technologie :

« Greenpeace était en fait ouvert d'esprit à l'idée d'aliments génétiquement modifiés. Ils ont dit : « S'il est vrai que les plantes deviennent résistantes aux insectes, c'est tant mieux car nous utiliserons moins d'insecticides. Alors nous sommes pour. »

Après être revenu d'une conférence scientifique sur le maïs génétiquement modifié en 1989, Wess est revenu à Greenpeace :

Je suis revenu, armé de toute une valise de papiers, et après avoir eu pas mal de conversations avec des scientifiques, et ils ont tous su désamorcer mes inquiétudes. Je n'étais plus convaincu que ce serait un danger pour la santé humaine. Je leur ai dit [à Greenpeace] : nous ne pouvons pas continuer à prétendre que les aliments génétiquement modifiés sont mauvais pour la santé humaine, c'est tout simplement faux. On m'a dit que Greenpeace continuerait à faire cette affirmation, car ce n'est que si les gens craignent pour leur santé ou celle de leurs enfants qu'ils ouvriront leur porte-monnaie aux dons. Tout le reste, disaient-ils, ne convient pas aux campagnes.

Greenpeace a l'habitude d'être plus intéressée par la publicité que par un véritable débat constructif et des discussions éclairées. Que ce soit violemment bloquer les stations-service au Luxembourg, perturber agressivement le travail d'une plate-forme pétrolière, ou même peindre un rond-point massif en jaune berlinois, avec de la peinture polluante pour l'eau, et causant des dommages aux voitures et des milliers d'euros de frais de nettoyage : Greenpeace est un groupe d'activistes anti-science qui cherche à attirer l'attention, qui utilise l'environnement comme excuse pour propager ses préjugés analphabètes contre tout ce qui fait avancer la santé humaine et nutrition.

Les donateurs actuels de cette organisation doivent se poser la question s'ils veulent soutenir cette organisation politique auto-avouée, qui n'a aucun respect pour la vérité.

proche