fbpx

Le CCC rejoint la coalition opposée à la nomination de Sohn à la commission fédérale des communications

Une coalition de 18 organisations de centre-droit a envoyé un lettre au Sénat s'opposant à la nomination de Gigi Sohn au poste de commissaire à la Commission fédérale des communications.

Sohn a passé des décennies en tant que militante hyper partisane, lançant des attaques contre les régulateurs et les élus qui ne partagent pas ses opinions. Tout cela a été bien documenté sur les réseaux sociaux. La lettre décrit ses positions passées et comment, si elles sont confirmées, Sohn s'efforcerait d'inculquer des politiques qui écraseraient l'innovation, feraient taire le discours conservateur et éviscéreraient les protections de la propriété intellectuelle.  

1 décembre 2021  

Chers Sénateurs :  

Nous, soussignés, représentons une large coalition d'organisations qui s'opposent à la nomination de Gigi Sohn au poste de commissaire à la Commission fédérale des communications. S'il était confirmé, Sohn s'efforcerait d'inculquer des politiques qui écraseraient l'innovation, feraient taire le discours conservateur et éviscéreraient les protections de la propriété intellectuelle.  

La FCC a été créée par le Congrès pour être un régulateur indépendant et elle a un large pouvoir sur les secteurs des télécommunications, des médias et de la technologie. L'agence s'est caractérisée par une coopération bipartite et une responsabilité devant le Congrès.  

Sohn a passé des décennies en tant que militante hyper partisane, lançant des attaques contre les régulateurs et les élus qui ne partagent pas ses opinions. Elle a laissé entendre que le membre de rang du Comité sénatorial du commerce est une marionnette de l'industrie. Elle a suggéré que les sénateurs républicains sont une menace pour le pays. Elle attribue aux médias de centre-droit le mérite de "détruire la démocratie" et "d'élire des autocrates". Et elle a rejoint le conseil d'administration d'une organisation après que celle-ci ait été poursuivie par les principaux radiodiffuseurs pour avoir enfreint la Loi sur le droit d'auteur, une affaire qui a récemment abouti à un jugement de $32 millions contre son organisation. Compte tenu de ces points de vue, il est difficile de croire que Sohn donnerait une juste secousse aux entités réglementées ou opérerait de manière bipartite à la FCC.  

La FCC joue un rôle essentiel dans la protection et le respect de la liberté d'expression et des droits du premier amendement des entités réglementées. La volonté de Sohn d'utiliser le pouvoir de la FCC pour faire taire ses adversaires est disqualifiante en soi. Sohn a exprimé son intérêt à ce que la FCC révoque des centaines de licences de diffusion d'un diffuseur particulier en partie en raison des décisions éditoriales prises par cette société. Elle a soutenu une campagne menée par des élus pour faire pression sur les services de câble et de streaming pour qu'ils abandonnent les médias conservateurs. Et elle s'aligne étroitement sur une organisation qui a demandé à la FCC d'enquêter sur les radiodiffuseurs dont ils n'étaient pas d'accord avec la couverture du COVID-19.

Ses opinions sur le Titre II sont emblématiques de sa tendance de longue date à promouvoir des politiques qui sur-réglementent les industries relevant de la compétence de la FCC. Sohn était l'un des principaux architectes des règles de courte durée du titre II sur le transport en commun qui, selon elle, étaient nécessaires pour faire respecter la neutralité du net. Les règles ont entraîné une baisse des investissements dans le haut débit, une augmentation des prix et une diminution de l'adoption du service Internet à domicile. Sohn a clairement indiqué qu'elle souhaitait non seulement rétablir ces règles, mais aussi les pousser plus loin, y compris en interdisant le "zero-rating", les services de données sans fil gratuits qui sont particulièrement populaires parmi les utilisateurs à faible revenu. Elle a également signalé le souhait que la FCC fixe le prix du service à large bande, une pratique qui serait plus appropriée pour l'Union soviétique que pour les États-Unis.

Lorsque les règles ont été abrogées par la FCC de l'administration précédente, Sohn a encouragé les campagnes militantes d'extrême gauche qui ont alimenté les prédictions hyperboliques et apocalyptiques sur la destruction d'Internet. Les commissaires de la FCC ont reçu des menaces de mort et une alerte à la bombe a été appelée à la FCC quelques instants avant le vote pour abroger les règles. Sohn travaille avec et soutient les organisations qui se sont engagées dans les tactiques et la rhétorique qui ont conduit à ces affichages laids.

Tout au long de sa carrière, Sohn a favorisé les politiques qui compromettent la protection des droits de propriété intellectuelle. Elle a dirigé une procédure de la FCC qui aurait permis aux plates-formes technologiques de voler et de monétiser efficacement le contenu télévisuel sans payer les droits d'utilisation. Sohn a également siégé au conseil d'administration de Locast, une « organisation à but non lucratif » dont il a été déterminé qu'elle retransmettait illégalement le contenu des radiodiffuseurs sans leur consentement, en violation de la Loi sur le droit d'auteur. L'affaire a abouti à une injonction permanente qui a obligé Locast à payer $32 millions de dommages et intérêts. Sohn ne peut pas être un régulateur impartial de l'industrie de la radiodiffusion après avoir rejoint le conseil d'administration d'une organisation qui a ouvertement violé les droits d'auteur de cette industrie. 

En tant que vote décisif sur les questions controversées à l'agence, Sohn aurait le pouvoir et l'incitation de pousser la FCC vers le contrôle gouvernemental des communications. De plus, l'administration Biden a montré une volonté d'induire en erreur les sénateurs en ce qui concerne la direction de l'agence, comme en témoigne l'appât et l'interrupteur que la Maison Blanche a lancés avec la Federal Trade Commission, lorsque le président Khan a été élevé après avoir été confirmé sous de faux prétextes. La possibilité pour Sohn de devenir présidente de la FCC rend sa nomination d'autant plus préoccupante. 

La confirmation de Sohn mettrait en péril les investissements et l'innovation, menacerait la liberté d'expression et apporterait la partisanerie à la FCC. Pour ces raisons et d'autres, nous exhortons les sénateurs à rejeter la confirmation de Sohn. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

proche