fbpx

Médias récents

Pourquoi Ottawa rationne-t-il toujours les débarquements étrangers dans nos aéroports?

L'ouverture du ciel canadien favoriserait le commerce transfrontalier, le tourisme, les investissements et les flux de connaissances

La qualification de l'équipe nationale masculine de soccer du Canada pour la prochaine Coupe du monde au Qatar a été une grande réussite, étant donné que nous ne nous sommes pas qualifiés pour une Coupe du monde depuis 1986. Bien que ce soit un grand moment dans l'histoire du sport canadien, ce ne sera pas facile pour les fans de se rendre au Qatar pour soutenir leur équipe en personne, principalement en raison de réglementations obsolètes qui ferment notre ciel à la concurrence aérienne internationale.

N'est-il pas étrange au 21e siècle que le nombre de vols arrivant au Canada en provenance de la plupart des pays étrangers soit encore entièrement déterminé par le gouvernement fédéral. Ce nombre, qui semble être choisi arbitrairement selon le pays en question, n'est pas basé sur la demande des consommateurs. En fait, les compagnies aériennes et les aéroports jouent un rôle dans l'attribution du nombre de vols pouvant arriver d'un pays particulier uniquement si le Canada a conclu un accord de « ciel ouvert » avec ce pays. Pour le moment, le Qatar n'est que permis atterrir quatre vols au Canada par semaine. Ce n'est évidemment pas idéal compte tenu de l'augmentation (bien que temporaire) de la demande de vols à destination et en provenance du Qatar.

Cette même répartition arbitraire des vols s'applique à de nombreux autres pays, parmi lesquels de nombreuses destinations populaires pour le tourisme et le commerce. Par exemple, Dubaï aux Émirats arabes unis est également difficile d'accès. Les EAU n'ont droit qu'à sept Arrivées par semaine au Canada pour Emirates et Etihad Airlines.

Si le Canada ouvrait nos cieux et acceptait tous les vols entrants que le marché canadien pourrait supporter, Air Canada ne serait pas la seule option de vol pour les voyageurs canadiens et l'augmentation de la concurrence qui en résulterait ferait très probablement baisser le prix des billets.

L'ouverture du ciel canadien aiderait également à diversifier les destinations des vols étrangers. Les Émirats arabes unis font voler leurs transporteurs nationaux principalement vers Toronto, car avec seulement sept atterrissages canadiens autorisés par semaine, il est logique de donner la priorité à Pearson par rapport aux alternatives. Mais si cette limite arbitraire était supprimée, les vols pourraient à la fois arriver et partir d'autres villes canadiennes où la demande du marché est suffisamment forte, mais pas aussi forte qu'à Toronto.

Ces limites expliquent en grande partie pourquoi le Canada ne se classe pas très bien en matière de connectivité aérienne ajustée en fonction de l'économie. Selon l'Association du transport aérien international (IATA), nous nous classons au 32e rang mondial, sur la base des chiffres d'avant la pandémie de 2019. En fait, malgré des villes de classe mondiale comme Toronto, Montréal et Vancouver, nous n'avons aucune ville dans la connectivité aérienne top 20.

Changer notre approche des transporteurs internationaux devrait être une évidence étant donné l'immense avantage que cela apporterait aux consommateurs. Et le ciel ouvert n'est même pas une proposition aussi radicale : cela signifierait traiter tous les pays et leurs transporteurs nationaux de la même manière que nous traitons déjà 23 pays (bientôt 24 avec l'ajout de Inde) et les États membres de la Union européenne. Pour ces pays, dont 10 dans les Caraïbes, l'accord de ciel ouvert permet à n'importe quel nombre de transporteurs d'exploiter des services directs et indirects entre le Canada et un autre pays, les compagnies aériennes choisissant les itinéraires qu'elles desservent, la fréquence de leur service et les prix de vols, sans aucune restriction. En termes simples, pour ces pays, nous laissons le marché et la demande des consommateurs décider de la fréquence des vols, et non le gouvernement fédéral. Mais si une approche basée sur le marché est suffisante pour 24 pays plus l'Europe, pourquoi ne l'est-elle pas pour tout des pays? Nous devrions laisser le marché décider où les Canadiens veulent voyager à, à quelle fréquence et avec quel opérateur.

Mais ouvrir notre ciel ne serait pas seulement une victoire pour les consommateurs canadiens. La connectivité aérienne croissante avec le monde présente également des avantages économiques. Selon l'IATA, la corrélation historique est qu'une augmentation de 10 % de la connectivité par rapport au PIB d'un pays est associée à une augmentation de la productivité du travail de 0,07 %. Pas une grande poussée mais ça vaut certainement la peine d'avoir.

L'ouverture de nos cieux favoriserait le commerce transfrontalier, le tourisme, les investissements et les flux de connaissances. Alors que nous recommençons tous à voyager dans un monde post-pandémique, ce serait le bon moment pour le Canada de moderniser ses règles et d'ouvrir son ciel pour de bon.

Publié à l'origine ici

LE PROTECTIONNISME N'AIDERA PAS LE SECTEUR AUTOMOBILE

Les guerres commerciales induites par Trump ont montré que le protectionnisme n'entraîne aucun avantage économique palpable. Il ne sera pas plus utile pour le secteur de l'automobile européen. 

Dans un article précédent, en janvier, je vous avais parlé de la « souveraineté numérique » telle qu'expliquée par Emmanuel Macron. En lisant cet article, vous auriez pu penser que je n'avais que très peu relié son concept de souveraineté stratégique au protectionnisme (même si d'autres exemples protéger que Macron est effectivement protectionniste). Si vous soumettez encore des doutes, le président français vient de les dissiper.

Dans ses récentes déclarations, M. Macron appelle à la « souveraineté » européenne dans le secteur automobile. Son problème : les sociétés de location de voitures en Europe n'achètent pas suffisamment (à son goût) de modèles européens. Les constructeurs automobiles américains et les fabricants chinois sont plus performants que le marché européen, ce qui chagrine le dirigeant français.

Qui est protégé ?

Il a expliqué sa position sur le plateau de France 2 :

« Il nous faut un Buy European Act comme les Américains ; il faut réserver [aucune subvention] à nos industriels européens. […] Vous avez la Chine qui protège son industrie, les États-Unis qui autorisent leur industrie et l'Europe qui est une maison ouverte. »

En 2017, Macron avait fait pression pour mettre en place ce qu'il a appelé le « Acheter Acte Européen » (loi pour acheter européen) pour les marchés publics, qui s'appliquerait aux entreprises ayant plus de la moitié de leur production au sein du bloc européen. Mais il a été contraint d'abandonner l'idée face à l'opposition de Bruxelles.

Je viens d'un pays, le Luxembourg, qui ne produit pas et n'a jamais produit de voitures ; alors peut-être suis-je incapable de comprendre l'attachement nationaliste à une marque de voiture locale. Mais, ce qui est le plus affligeant, c'est de considérer que l'Europe devrait s'engager dans une autre guerre commerciale avec le reste du monde pour des voitures.

Si des pays comme les États-Unis ou la Chine sont soupçonnés de favoriser injustement leurs industries, alors la France doit s'en saisir au niveau de l'OMC, et non essayer d'imiter leurs politiques au sein de l'Union européenne.

Le protectionnisme nous est souvent vendu comme un devoir de protéger nos industries, mais, en pratique, il nuit fortement aux consommateurs. Nous avons besoin de choix sur le marché pour prendre des décisions éclairées pour notre confort et notre porte-monnaie. Réduire le nombre de concurrents ne fera qu'empirer les choses. La notion de souveraineté européenne d'Emmanuel Macron devrait viser à créer un environnement commercial favorable à l'innovation, et non à servir de tremplin à une nouvelle guerre commerciale.

L'Europe a connu celui de nombreux problèmes ces dernières années, mais l'un des moins visibles, et pourtant important, est de la pénurie de puces. Lorsque les chaînes d'approvisionnement sont perturbées, l'industrie est désorganisée. Cela a été le cas en Europe et aux Etats-Unis.

Le problème de l'électrique

L'Union européenne ayant l'intention d'interdire la vente de nouvelles voitures à essence d'ici 2030, d'énormes opportunités de marché vont se présenter pour les vendeurs du monde entier ; car l'Europe est à peine capable de répondre à la demande de ses propres marchés. Certains prétendront également que l'Europe sous-estime la valeur des véhicules à hydrogène dans cette équation.

En outre, l'infrastructure de recharge nécessaire pour faire fonctionner les voitures électriques n'existe tout simplement pas. Si des pays comme les Pays-Bas fournissent de nombreuses stations de recharge électrique, d'autres sont à la traîne, ce qui risque de rendre le marché de l'occasion pour les voitures à essence plus important dans les prochaines années qu'il ne l'a jamais été auparavant.

Schmidt Automotive Research prévoit que les ventes de véhicules électriques à batterie bondiront cette année dans l'Europe de l'Ouest, pour atteindre 1 575 000 unités, soit une partie du marché de 14%, contre 11% l'an dernier. Selon ces mêmes estimations, cette proportion atteindrait 14,5% en 2023 et 15% en 2024, soit 1 950 000 véhicules.

Bernstein Research prévoit de son côté que toutes les ventes électriques en Europe représenteront 14% du marché cette année, 27% en 2025 et 50,5 % en 2030.

L'accélération actuelle des ventes de véhicules électriques à faible consommation est le fait d'adeptes précoces et aisés, convaincus de l'importance de l'énergie électrique et de tout ce qu'elle peut apporter à la planète. Ils achèteront probablement une Tesla, une Volkswagen, une Hyundai ou une Kia électrique sans trop y penser, malgré des prix élevés. Cela ne sera pas le cas lorsque des acheteurs réguliers, aux revenus moyens, voudront acheter une nouvelle voiture.

Le protectionnisme ne résoudra peut-être ce problème ; il ne fait que s'ajouter à la grande ironie de la situation. D'un côté, le gouvernement interdit votre véhicule à essence et, de l'autre, il rend l'achat d'une voiture électrique plus réservé pour vous, puisqu'il a l'intention d'appliquer des tarifs douaniers.

Les politiques de Donald Trump ont montré qu'une guerre commerciale mondiale n'entraîne aucun avantage économique palpable pour l'un ou l'autre camp. En fait, elle a rendu le monde occidental plus vulnérable à l'influence des intérêts économiques chinois. Faciliter la création de l'industrie manufacturière en Europe devrait être le facteur clé pour les décideurs à Bruxelles et à Paris, mais ils sont occupés à marquer des points politiques à bas prix par une réflexion économique à court terme.

Publié à l'origine ici

Économie collaborative : il faut repenser le travail

Le Consumer Choice Center a lancé une nouvelle version améliorée de son indice de l'économie du partage, classant 60 villes du monde selon leur ouverture à l'innovation dans le secteur.

La indice est avant tout un guide pour les consommateurs, les orientant vers les villes les plus (et les moins) favorables à l'innovation. De cette façon, ils peuvent profiter du meilleur de l'économie du partage.

En même temps, cela enseigne aux régulateurs une leçon importante sur l'économie du partage. Le secteur est une merveille du XXIe siècle, de la manière dont l'entreprise est organisée aux horaires personnels des travailleurs. En revanche, les efforts visant à imposer une législation unique à l'industrie sont bloqués dans le passé et ne feront que nuire à tout le monde.

Depuis des siècles, le lieu de travail habituel était organisé autour d'une hiérarchie claire, où certains exécutaient un nombre défini de tâches connues et d'autres les surveillaient pour s'assurer que le travail était fait.

L'usine traditionnelle, avec ses ouvriers et ses surveillants, correspond à la même description. Au fur et à mesure que les tâches dans l'économie se multipliaient et que le monde devenait plus riche, les usines cédaient souvent la place aux bureaux et les combinaisons ouvrières devenaient des chemises et des cravates. La structure sous-jacente du lieu de travail, néanmoins, est restée la même.

L'économie du partage fait sauter ce vieux modèle hors de l'eau. Finie la hiérarchie de la chaîne de montage de l'usine ou de l'agencement des bureaux, remplacée par un réseau conçu pour faire correspondre les acheteurs et les vendeurs indépendants d'une manière qui profite aux deux parties. Des entreprises comme Airbnb, Uber et Fiverr sont des plateformes permettant aux particuliers de fournir des biens ou des services à ceux qui en ont besoin, sans qu'aucun gestionnaire de contrôle ou système bureaucratique n'entrave les échanges.

Une telle décentralisation ne s'arrête pas à la structure que prennent les entreprises. Cela s'étend jusqu'aux tâches quotidiennes de ceux qui travaillent dans l'économie des concerts. Comme indiqué dans le rapport du Consumer Choice Center, environ 79% de travailleurs indépendants aux États-Unis et 80% de ceux de l'UE ont cité la capacité de produire leur propre horaire comme la principale raison pour laquelle ils ont choisi le poste en premier lieu.

Grâce à son caractère évolutif, l'économie du partage est capable de rebondir après de sérieux défis. Si une partie du réseau est perturbée, une autre peut prendre sa place, le plus grand réseau survivant toujours. Par exemple, Uber a pu rester actif en Ukraine pendant l'invasion russe, devant déménager 60 tonnes de fournitures de la Roumanie vers l'Ukraine.

Les régulateurs ne partagent pas la même image positive de l'industrie des concerts. Au lieu de cela, ils veulent que les travailleurs bénéficient de la protection juridique et des avantages d'être un travailleur salarié régulier dans une entreprise standard. Les mêmes décideurs estiment qu'un employé doit pouvoir exiger la syndicalisation, des prestations de soins de santé ou une indemnisation pour négligence et que les propriétaires de plateformes devraient être contraints de se conformer à ces demandes.

Si les régulateurs réussissaient avec l'économie du partage, cependant, la décentralisation ne serait plus. La législation suggérée marque le retour à l'ancien modèle d'usine et de bureau. Les Etats Unis Loi sur la protection du droit d'organisation et le rapport 2021 de la Commission européenne proposition de travail de plate-forme relègue les travailleurs à la demande au statut d'employés permanents et de cadres standards sur la base d'un certain nombre de critères familiers : travail et sécurité, négociation collective et nombre d'heures de travail par semaine requis.

Les conséquences seraient terribles partout. Loin de la sécurité juridique, certains travailleurs de chantier se retrouveraient complètement sans emploi, car ils ne peuvent pas travailler selon un horaire de 9 à 5. Cela frappe vulnérable groupes les plus difficiles car ils dépendent le plus des environnements de travail flexibles.

Les consommateurs souffriront aussi. Avec de plus en plus de réglementations, les services deviennent plus coûteux et plus difficiles à acquérir. Une fois que les licenciements s'intensifient et que les entreprises font faillite, les biens et services sur lesquels les clients comptent de plus en plus peuvent ne plus être disponibles.

Il est conseillé aux décideurs politiques de se tourner vers l'avenir plutôt que vers le passé. Reconnaître et favoriser les forces de l'économie du partage en s'écartant du chemin et en laissant les travailleurs, les consommateurs et les entreprises elles-mêmes décider du sort de l'économie du partage.

Publié à l'origine ici

Ce que l'effondrement de FTX signifie pour la crypto en Europe

Il y a quelques jours à peine, FTX était le deuxième plus grand échange cryptographique au monde avec une base d'utilisateurs importante dans toute l'Union européenne. Maintenant, après les révélations sur les finances de l'entreprise et les transactions opaques du PDG Sam Bankman-Fried, l'entreprise fait face à un effondrement provoquant une contagion dans l'économie de la crypto-monnaie. Cela aura probablement un impact important sur la façon dont la cryptographie est à la fois perçue et réglementée ici en Europe.

Bankman-Fried, l'entrepreneur milliardaire américain basé aux Bahamas, a été l'un des principaux protagonistes du pliage de plates-formes cryptographiques et de fonds spéculatifs comme Celsius Network, Voyager et Three Arrows Capital plus tôt cette année, offrant près de $1 milliard pour acheter ou renflouer des entreprises, soutenir celles qui sont confrontées à l'insolvabilité et acquisitions oculaires vaut des centaines de millions.

Une grande partie de cela a été réalisée par FTX, mais aussi son fonds spéculatif sœur Alameda Research, détenu par Bankman-Fried et également basé dans les Caraïbes, dont les bilans étaient probable soutenu par les fonds des clients FTX.

En septembre, le bureau européen de FTX, appelé FTX EU et dont le siège est en Suisse, a obtenu l'approbation de l'État membre de l'UE Crypus pour opérer en tant qu'entreprise d'investissement suite à une acquisition locale.

Dans un communiqué de presse, Bankman-Fried a déclaré que la licence était "une étape importante dans la réalisation de notre objectif de devenir l'une des bourses les plus réglementées au monde", et était la dernière étape pour offrir ses services de cryptographie à tous les citoyens de l'Espace économique européen.

Au moins aux États-Unis, Bankman-Fried a utilisé à la fois son argent et son influence pour avoir son mot à dire sur la réglementation de la crypto-monnaie. Il a révélé qu'il était prêt à dépenser jusqu'à $1 milliardpour financer le Parti démocrate lors des élections de 2024. Ce plan s'est maintenant évaporé.

Reste à savoir si son influence a été aussi puissante ou significative dans l'UE, mais la leçon plus large dépend de ce que l'effondrement signifie pour les consommateurs et de l'avenir de la réglementation de la cryptographie en Europe, qui est actuellement en cours d'élaboration.

L'eurodéputé allemand Stefan Berger, négociateur en chef sur le Marchés des crypto-actifs cadre que de nombreux responsables européens espèrent devenir une norme mondiale sur la réglementation des crypto-monnaies, tweeté que ce scénario aurait effectivement été traité par le MiCA. "MiCA est le rempart contre les moments de Lehman Brothers tels que l'affaire FTX", il a dit le site d'actualités cryptographiques The Block.

Et bien que cette affirmation soit importante, il convient de noter que les règles de la MiCA, telles qu'elles sont, ont les exigences les plus strictes pour les jetons tels que les pièces stables et leurs réserves – les crypto-monnaies indexées sur l'euro ou le dollar américain – plutôt que sur les échanges. Il contient également plus de dispositions sur la surveillance financière et l'arrêt du "blanchiment d'argent" (qui apparaît 16 fois dans le document) que sur la ségrégation des fonds des clients.

La dernier texte disponible sur MiCA exige que "Fournisseurs de services de crypto-actifs" (échanges) ont « une capacité suffisante pour assurer une négociation ordonnée » et « doivent séparer les avoirs au nom de leurs clients de leurs propres avoirs »

Cela reste la partie la plus pointue du texte accessible au public en ce qui concerne les réserves de change et la ségrégation des fonds, mais les événements de la semaine dernière pourraient continuer à modifier le texte avant son introduction officielle l'année prochaine.

Pour ceux d'entre nous qui ont un intérêt significatif pour le Bitcoin et d'autres crypto-monnaies - des protocoles conçus pour être décentralisés - il a toujours été entendu que l'avenir des actifs numériques cryptographiques repose sur l'apprentissage de l'auto-garde, en détenant leurs propres crypto-monnaies dans un portefeuille protégé avec privé clés. C'est ce qui distingue les crypto-monnaies comme Bitcoin du système bancaire traditionnel. C'est cela, au-dessus de toute législation européenne ou incitation bon enfant, qui protégera les consommateurs.

Avec tant de valeur crypto ligoté sur les échanges et les plateformes de prêt plutôt que les propres portefeuilles des gens, il y a des centaines de milliards d'euros en danger pour les consommateurs. Comme nous le voyons maintenant avec l'effondrement de FTX, il suffit d'un événement de liquidité pour envoyer des ondes de choc.

Il serait avantageux pour nous tous que des règles contribuent à clarifier la réglementation, à tenir à distance les acteurs louches et à assurer la transparence financière. Si nous voulons façonner l'avenir de la monnaie numérique décentralisée, cela signifiera des règles plus intelligentes qui punissent les mauvais acteurs tout en promouvant la souveraineté financière. C'est ce que les consommateurs méritent.

Publié à l'origine ici

Améliorer les dents de l'Amérique

À quand remonte la dernière fois que vous êtes allé chez le dentiste? Si vous ouvrez maintenant votre calendrier pour vérifier votre dernier rendez-vous, il y a de fortes chances qu'il ait été trop long. Il n'y a pas de règle générale sur la régularité qui s'appliquera à tous les patients, notamment parce que nous avons tous des modes de vie différents. Cela dit, si vous êtes quelqu'un qui consomme du tabac, boit de l'alcool régulièrement ou si vous avez des doutes quant à la conformité de votre hygiène bucco-dentaire quotidienne, une bonne règle de base consiste à prendre rendez-vous chez le dentiste tous les six mois.

Pour de nombreux Américains, les coûts rudimentaires de voir un dentiste pour un examen de routine sont gérables. En dépit du fait que la plupart des régimes dentaires couvrent 100% des coûts des visites préventives, de nombreux Américains semblent ne pas être conscients de leurs avantages. Même si 80% d'Américains ont accès à des prestations dentaires, près de 35% d'adultes n'ont pas consulté de dentiste en 2019, selon la National Association of Dental Plans. Pour les 20% d'Américains qui ne sont pas employés ou dont le régime d'assurance choisi par l'employeur ne couvre pas les soins dentaires, et les patients assurés existants, il serait important d'accroître la concurrence par le biais de modèles d'abonnement. Ma collègue Yaël Ossowski a expliqué les avantages de tels abonnements dans le Boston Herald.

L'amélioration de l'hygiène bucco-dentaire aux États-Unis ne passe pas uniquement par le niveau politique d'une concurrence accrue ou, comme certains le prétendent, en impliquant davantage le gouvernement dans le domaine des soins de santé. D'abord et avant tout, l'hygiène bucco-dentaire se fait à la maison par le brossage et la soie dentaire. Malheureusement, c'est là que les habitudes de certains Américains ne sont pas à la hauteur.

Une étude commandée en 2021 par l'Association américaine des endodontistes a montré que 21% des répondants ne se sont pas brossés les dents le matin, 23% n'ont jamais utilisé de fil dentaire et 28% n'ont pas pris de rendez-vous chez le dentiste toute l'année. Une analyse de 2016 portant sur 5 000 hommes et femmes avait révélé que 32 pour cent des Américains n'utilisent jamais la soie dentaire. Tout cela est associé à des titres d'enquêtes moins représentatives montrant que les Américains ne se brossent la plupart du temps qu'une fois par jour, voire pas du tout.

Un facteur sous-estimé par beaucoup est l'efficacité de la gomme à mâcher sans sucre. L'American Dental Association affirme que bien que mâcher de la gomme sans sucre ne remplace pas le brossage des dents, ces gommes édulcorées par des édulcorants non carieux tels que l'aspartame, le xylitol, le sorbitol ou le mannitol peuvent aider à prévenir la carie dentaire. La salive produite par la mastication élimine les débris alimentaires et neutralise les acides, et transporte également plus de calcium et de phosphate pour aider à renforcer l'émail des dents.

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), connue pour ses évaluations prudentes des allégations de produits, détaché l'évaluation selon laquelle la gomme sans sucre améliore la minéralisation des dents et présente donc des avantages globaux pour la santé bucco-dentaire. Il reste important de rappeler que la gomme sans sucre ne se substitue en aucun cas à une hygiène bucco-dentaire régulière ; cependant, c'est un complément à l'hygiène bucco-dentaire cela en fait plus qu'un simple mode de vie mais en fait, un produit de bien-être.

L'hygiène bucco-dentaire est un facteur important dans notre vie quotidienne. La carie dentaire et les problèmes dentaires persistants affligent de nombreux Américains, les accablant de frais dentaires élevés. Tant au niveau politique qu'au niveau individuel, il reste beaucoup à faire pour améliorer la santé bucco-dentaire de tous les citoyens.

Publié à l'origine ici

Apa yang Bisa Kita Pelajari de Kebijakan Vape di Filipina?

Vape atau rokok elektrik saat ini merupakan salah satu produk konsumen yang digunakan oleh jutaan orang di seluruh dunia, termasuk juga di Indonesia. Saat ini, dengan sangat mudah kita bisa menemukan berbagai orang yang menggunakan rokok elektrik di berbagai tempat, terlebih lagi bila kita tinggal di wilayah urban dan kota-kota besar.

DI negara kita sendiri, konsumsi vape atau rokok kelektrik oleh para konsumen merupakan fenomena yang kian meningkat dari tahun ke tahun. Pada tahun 2018 misalnya, diperkirakan ada sekitar 2,1 juta penduduk Indonésie yang menjadi pengguna vape. Angka tersebut meningkat di tahun 2020 menjadi 2,2 juta orang yang menjadi konsumen rokok elektrik (vapemagz.co.id, 24/1/2021).

Semakin meningkatnya pengguna vape di Indonesia tentunya memberikan dampak yang signifikan terhadap industri di sektor tersebut. Industri rokok eleektrik, atau produk-produk tembakau alternatif secara keseluruhan, yang meningkat, tentu akan memberikan lapangan kerja yang besar bagi banyak tenaga kerja di Indonesia. Saat ini, industri rokok elektrik di Indonesia setidaknya sudah berhasil menyerap 100.000 tenaga kerja di Indonesia (liputan6.com, 13/6/2022).

Akan tetapi, tidak semua pihak mengapresiasi adanya fenomena tersebut. Tidak sedikit yang berpandangan bahwa fenomena semakin meningkatnya industri vape di Indonesia merupakan hal yang sangat négatif, dan berbahaya bagi kesehatan publik. Hal ini dikarenakan, mereka menyandingkan rokok elektrik dengan rokok konvensional yang dibakar, dan memiliki dampak yang sama atau bahkan lebih berbahaya dari rokok konvensional yang dibakar.

Hal ini tentu merupakan pandangan yang kurang tepat. Berbagai lembaga kesehatan dunia telah mengeluarkan laporan yang menyatakan bahwa vape atau rokok elektrik merupakan produk yang jauh lebih tidak berbahaya bila dibandingkan dengan rokok konvensional yang dibakar. Lembaga kesehatan asal Britania Raya, Public Health England (PHE) misalnya, beberapa waktu lalu mengeluarkan laporan yang menyatakan bahwa rokok elektrik 95% lebih tidak berbahaya bila dibandingkan dengan rokok konvensional yang dibakar (theguardian.com, 28/12/2018).

Sangat penting ditekankan bahwa, menyatakan bahwa vape atau rokok elektrik 95% lebih aman bila dibandingkan dengan rokok konvensional bukan berarti bahwa vape merupakan produk yang 100% aman tanpa resiko. Hal ini berarti, tetap ada resiko kesehatan bagi konsumsi vape atau rokok elektrik, namun resiko tersebut jauh lebih kecil bila dibandingkan dengan rokok konvensional yang dibakar.

Oleh karena itu, beberapa negara di dunia telah secara resmi mengeluarkan kebijakan yang ditujukan untuk memberi insentif bagi para perokok untuk berpindah ke rokok elektrik, atau yang dikenal dengan kebijakan réduction des dommages. Inggris misalnya, melalui lembaga kesehatan nasional National Health Service (NHS), mendorong warga Inggris yang perokok aktif untuk berpindah ke produk rokok elektrik yang jauh lebih tidak berbahaya (nhs.uk, 29/3/2019).

Inggris tentunya bukan satu-satunya negara yang mengambil langkah tersebut. Tidak perlu jauh-jauh ke negeri tempat kelahiran Ratu Elizabeth II tersebut, negara kita sesama anggota ASEAN, Philippines, baru-baru ini juga mengeluarkan peraturan yang kurang lebih serupa. Pada bulan Januari tahun ini, lembaga legislasi FIlipina berhasil meloloskan undang-undang yang dikenal dengan nama The Vaporized Nicotine Products Regulation Act.

Salah satu aspek yang paling penting dari undang-undang tersebut adalah regulasi ini memberi jalan untuk menyusun strategi kebijakan harm reduction untuk menawarkan rokok elektrik sebagai pengganti rokok konvensional kepada para perokok. Philippine sendiri saat ini memiliki sekitar 16 juta perokok aktif yang tinggal di negara tersebut (vaping360.com, 27/7/2022).

Selain itu, undang-undang ini juga melakukan beberapa perubahan yang menerapkan regulasi yang tidak jauh berbeda antara rokok konvensional yang dibakar dan rokok elektrik. Misalnya, penyetaraan batas usia konsumsi rokok konvensional dengan rokok elektrik. Dengan demikian, akan semakin banyak orang yang memiliki opsi legal untuk mengkonsumsi produk yang jauh lebih tidak berbahaya. Akan ada pula sanksi yang diberlakukan kepada penjual yang menjual produk-produk hasil olahan tembakau kepada anak-anak di bawah usia.

Peraturan yang diberlakukan di Filipina ini merupakan hal yang cukup berbeda dengan beberapa negara ASEAN lainnya, seperti Thailand dan Singapura misalnya. Di Thailand dan Singapura, vape atau roko elektrik merupakan produk ilegal, di mana mereka yang melanggar dapat dikenakan sanksi pidana baik berupa denda maupun penjara, meskipun rokok elektrik merupakan salah satu produk yang telah digunakan oleh jutaan perokok untuk membantu mereka berhenti merokok.

Sebagai penutup, langkah kebijakan yang dilakukan oleh Filipina yang meloloskan regulasi agar para perokok bisa berpindah ke rokok elektrik yang jauh lebih tidak berbahaya merupakan hal yang bisa dipelajari oleh para pembuat kebijakan di Indonesia. Bila semakin banyak perokok yang bisa berpindah ke produk yang jauh lebih tidak berbahaya, maka dengan demikian diharapkan berbagai penyakit kronis yang melanda masyarakat juga dapat ditekan, dan akan membawa dampak yang positif terhadap kesehatan publik.

Publié à l'origine ici

Memperkasa hak pengguna syarikat penerbangan

Setiap hari lebih daripada 100 000 penerbangan berlaku di seluruh dunia.

Dalam kesibukan itu, sudah tentu akan ada risiko gangguan seperti penerbangan ditunda atau dibatalkan, kehilangan atau kerosakan bagasi, dinafikan menaiki pesawat kerana lebihan tempahan, kehilangan tempahan atau masalah yang lain.

Semakin kerap penerbangan, semakin tinggi kebarangkalian masalah seperti itu timbul.

Oleh sebab itu, Kod Perlindungan Pengguna Penerbangan Malaysia (MACPC) diwujudkan pada 2016. Ia bertujuan untuk melindungi hak dan kepentingan pengguna dalam usaha untuk mewujudkan industri penerbangan yang berorientasikan pengguna.

Setelah enam tahun dilaksanakan Suruhanjaya Penerbangan Malaysia (Mavcom) menerima lebih daripada 22 000 aduan, dengan separuh pertama 2022 sahaja sebanyak 1 251 aduan direkodkan.

Sebanyak 99.1 peratus daripadanya melibatkan syarikat penerbangan.

Daripada jumlah itu 577 (46.1 peratus) aduan adalah mengenai pembatalan penerbangan, penjadualan semula dan tempahan dalam talian secara kolektif.

Lire le texte complet ici

La guerre contre les plastiques malavisée

Vous sentez-vous mal lorsque vous voyez des images de déchets plastiques dans les océans du monde ? Très certainement, et tout être humain décent le ferait. En fait, les gouvernements ne font pas assez pour arrêter le déversement de déchets plastiques dans l'environnement et sont toujours inefficaces pour tenir les entreprises responsables de ces catastrophes écologiques.

Cela dit, la solution de nombreux militants écologistes – interdire tous les articles et emballages en plastique – est erronée.

Un nouveau rapport par Greenpeace souligne qu'une grande partie des déchets plastiques aux États-Unis n'est pas recyclée et associe cela à son plaidoyer pour l'interdiction des articles en plastique à usage unique. En fait, les militants ont plaidé pour que la General Services Administration (GSA) cesse toute acquisition d'articles en plastique à usage unique.

Cela ne tient pas compte du fait que nous avons besoin de plastique pour de nombreuses choses : du matériel médical au matériel de nettoyage, des emballages pour prolonger la durée de conservation aux conteneurs pour garder nos aliments intacts pour la livraison. Ni le gouvernement fédéral ni les consommateurs individuels ne peuvent se permettre d'éliminer progressivement le plastique.

Cela dit, il ne faut pas conserver le plastique pour le plastique (même s'il est associé à d'innombrables emplois). En fait, trop souvent, les plastiques surpassent leurs produits de substitution en termes d'efficacité et d'impact environnemental - comme peut en témoigner quiconque a essayé d'utiliser un sac en papier à usage unique sous la pluie.

Comme je l'ai déjà expliqué pour Newsmax, les sacs de courses en plastique à usage unique surpassent toutes ses alternatives en matière d'environnement, notamment parce que les sacs en coton ou en papier ne sont pas réutilisés aussi souvent qu'ils le devraient, mais aussi parce que les consommateurs réutilisent les sacs en plastique comme alternative aux sacs poubelles.

Si nous devions abandonner les emballages en plastique, nous réduirions la durée de conservation des produits d'épicerie et éliminerions les plats cuisinés que les consommateurs veulent. Cela augmenterait le gaspillage alimentaire. Depuis la production alimentaire a une empreinte carbone bien supérieure à celle des emballages plastiques, cette décision serait contre-productive.

N'oublions pas non plus que 11% de pollution plastique des océans résulte des microplastiques, et 75%-86% de plastique dans la poubelle de l'océan Pacifique proviennent directement de pêche au large, pas des produits de consommation. Tous les déchets ne sont pas jetés, et il en va de même pour les déchets plastiques ; il est donc trompeur pour les militants de fusionner injustement les deux aspects de l'élimination des déchets plastiques.

Des Américains vivant dans des villes de plus de 125 000 habitants, 90% ont déjà accès à des installations de recyclage pour les articles en plastique à usage unique. Ce dont les États-Unis ont besoin, c'est d'un accès encore plus large à ces installations et du renforcement du recyclage avancé, qui non seulement lave et compose les polymères, mais dissout les plastiques dans leurs composés d'origine.

Cet aspect de l'économie circulaire fera du plastique un bien de consommation plus durable. En plus du taux de recyclage existant, l'Environmental Protection Agency (EPA) a pour but précis d'augmenter le taux de recyclage à 50% d'ici 2030.

Toute règle ou réglementation qui limite les choix des consommateurs est mauvaise. Cependant, c'est encore pire lorsque la règle suggérée n'atteint même pas les résultats escomptés. Interdire le plastique ne nous priverait pas seulement des produits dont nous avons besoin, mais augmenterait également notre empreinte carbone dans de nombreux secteurs.

Publié à l'origine ici

Economía colaborativa y tres ciudades de la región

Le Consumer Choice Center a présenté sur tercer índice anual de economía colaborativa, en el que clasifica algunas de las ciudades más dinámicas del mundo en función de su apertura a la economía colaborativa.

Este índice único en el mundo es la herramienta para que los consumidores tomen decisiones informadas sobre su próximo destino urbano.

El índice clasifica 60 ciudades de todo el mundo, 6 de ellas de América Latina. Las dos ciudades con mejor puntuación en el Índice de Economía Colaborativa de América Latina de 2021 (otro índice del Consumer Choice Center) fueron Bogotá y Santiago du Chili. Sin embargo, en la escena internacional, las dos ciudades tienen problemas para competir con destinos mundiales más abiertos (y por tanto más atractivos), por lo que han terminado en la mitad lower del índice.

Par ailleurs, tres ciudades latinoamericanas -São Paulo, Buenos Aires et Ciudad de Mexico- figuran en el TOP 10 mundial de las ciudades más favorables a la economía colaborativa. Estas ciudades demuestran una extraordinaria apertura a todos los servicios de economía colaborativa considerados en el estudio. En particulier, todas ellas ofrecen aplicaciones de entrega ultrarrápida, una categoría totalmente nueva añadida al índice de este año.

« Para sacar el máximo partido al índice, puedes utilizarlo como un menú de opciones que te ayude a elegir la ciudad que mejor se adapte a tu estilo de vida. Si te gusta el transporte compacto y respetuoso con el medio ambiente, en nuestro índice puedes ver que los patinetes eléctricos ya no se pueden alquilar en la capital de Colombia, pero que sí puedes disfrutar de ellos en las concurridas calles de Ciudad de México », señala Anna Arunashvili, Associé à la gestion des connaissances du Consumer Choice Center.

Lisez entièrement l'article ici

Le «plus récent mégadonateur» des démocrates s'effondre le jour du scrutin, contraint de vendre une société de cryptographie à son plus grand rival

Sam Bankman-Fried, PDG de échange cryptographique FTX et considéré comme le «plus récent mégadonateur» des démocrates avant les élections de mi-mandat de 2022, aurait vu environ $6 milliards de retraits dans les 72 heures avant mardi matin, l'obligeant à vendre l'entreprise à son plus grand rival le jour du scrutin. 

Reuters a rapporté que Changpeng Zhao, le leader du concurrent Binance, a déclaré que la société avait signé mardi un accord non contraignant pour acheter l'unité non américaine de FTX afin d'aider à couvrir une "crise de liquidité" sur la bourse rivale. Le renflouement stupéfiant a eu lieu alors que les électeurs américains se rendaient simultanément aux urnes. 

"C'est un événement vraiment fou dans le monde des startups. Événement de niveau point-com bust », a tweeté le journaliste technologique Eric Newcomer à propos de la vente. 

Bankman-Fried, 30 ans, était le deuxième plus grand donateur démocrate individuel de ce cycle électoral derrière le premier contributeur milliardaire libéral George Soros. Il classé sixième sur la liste générale des donateurs individuels pour les mi-parcours de 2022 concernant les contributions fédérales. 

Lisez entièrement l'article ici

Faites défiler vers le haut