fbpx

Auteur : Consumer Choice Center

Das ist der schlechteste Bahnhof Europas

Achtung, eine Durchsage: Die Rangliste der kundenfreundlichsten europäischen Bahnhöfe fährt in diesem Jahr in umgekehrter Wagenreihung. L'Allemagne appartient au letzten sechs Plätze.

Sinnvoll beschilderte Bahnsteige, saubere Toiletten oder der bestens sortierte Buchladen: Was Reisende an Bahnhöfen am meisten schätzen, variiert nach persönlichen Vorlieben. Était aber alle hassen : unpünktliche Züge, schlechte Verbindungen – et mangelnden Komfort.

Im Ranking der passagierfreundlichsten Bahnhöfe Europas wurde nun deutlich, wo die Reisenden sich besonders wohlfühlen – et wo sie vermutlich from sind, wenn der Zoug sich in Bewegung setzt. Au Spitze des Index européen des gares ferroviaires 2023  steht der Hauptbahnhof von Zürich. Il erreichte 102 Punkte in der Gesamtwertung, die sich aus diversen Aspekten zusammensetzt.

Les critères sont pris en charge par d'autres services, les possibilités de loisirs, les normes sanitaires et les salons ainsi que les avis de vente des billets. Au-delà de l'Anschluss et d'autres gares, vous pourrez jouer à un rouleau de l'Ausmaß an »Scherereien, euh dans d'autres Länder zu reisen «. Analysiert wurden 50 der nach Passagiervolumen größten Bahnhöfe Europas.

Lire le texte complet ici

Drei Berliner Bahnhöfe sous l'europäischen Schlusslichtern

Während ein Berliner Bahnhof überzeugt, landen trois andere under den Schlusslichtern: Der aktuelle « Index des gares européennes » kommt für die großen Stationen in der Hauptstadt zu ganz unterschiedlichen Ergebnissen. Pour l'index du Consumer Choice Center, une organisation internationale de protection des consommateurs, vous avez accès à 50 gares européennes avec mes meilleurs voyages. Wie schon im letzten Ranking landet der Gare centrale de Berlinunter den am besten bewerteten Stationen.

Dans les services d'entretien et les facteurs comme l'élimination des barrières, l'utilisation du réseau sans fil gratuit, les magasins d'usine et les restaurants dans la gare, la mobilité, sur les chemins directs de l'Australie pour les voyages, ou les options alternatives auf et aux autres magasins comme la rue et Métro. Obwohl unter den 50 betrachteten Bahnhöfen 21 aus Deutschland stammen, hat es allein Berlins Hauptbahnhof sous le Top 5 Geschafft: Nur die Hauptbahnhöfe in Zürich et Wien wurden noch besser bewertet. Il existe également une autre gare allemande située sous la meilleure Zehn, à la gare centrale de Francfort.

Lire le texte complet ici

Réaffirmer la neutralité suisse: le cas de l'énergie

À l'étranger, on caricature souvent la Suisse par sa seule neutralité. Cette description devrait nous interroger, car elle reflète sans doute plus qu'une simple philosophie des relations internationales.

Cette neutralité transparente dans notre relation à la politique. La population suisse voit ses hommes politiques comme les garants d'un cadre général et non comme des sauveurs qui permettront de réorienter la nation dans la bonne direction. Vue de l'extérieur, la politique suisse est moins conflictuelle, plus tournée vers la discussion et la recherche de solutions. 

Cependant, il y a des sujets qui semblent échapper à ce principe. C'est notamment le cas de la politique énergétique, qui est devenu un sujet passionnel. Il ya des pro et des antinucléaires, des pro et des antisolaires, sans parler des éoliennes, qui détruisent le paysage ou sauvent la planète. Choisis ton camp, camarade !

La neutralité énergétique devrait être la solution que nous devrions défendre collectivement au niveau politique. Ce principe repose sur la flexibilité et l'acceptation des différentes solutions possibles, afin de maintenir un approvisionnement en énergie fiable et durable tout en préservant l'environnement. La diversification des sources d'énergie est capitale pour garantir notre prospérité.

Cependant, ces dernières années, la politique énergétique suisse a pris un tournant controversé avec la mise en œuvre de la politique énergétique 2050, qui est en rupture avec l'histoire de notre pays.

Lire le texte complet ici

Les questions d’équité en santé et de diversité des essais restent sans réponse dans le secteur pharmaceutique

Même si les acteurs mondiaux sont plus conscients des problèmes d’équité en matière de santé dans le monde, des problèmes persistent, selon Jayasree Iyer, PDG de l’Access to Medicine Foundation.

S'exprimant lors de la table ronde « Équité en santé – Comment l'industrie pharmaceutique peut-elle faire la différence ? » le dernier jour du FT Global Pharma and Biotech Summit à Londres, au Royaume-Uni, Iyer a souligné que des incitations commerciales et d'accès doivent être mises en place pour améliorer l'équité en santé.

Seyda Atadan Memis, directrice générale du Royaume-Uni et de l'Irlande chez Takeda, a noté que s'il est crucial de se concentrer sur les patients et d'instaurer la confiance, il est également important d'aborder les questions d'accessibilité financière dans chaque pays.

Memis a également déclaré que l'équité en matière de santé va de pair avec des considérations éthiques dans les essais cliniques. Takeda a traduit ses directives d'essais cliniques dans plusieurs langues pour les participants potentiels et les soignants afin d'améliorer la diversité et la représentation.

Arène des essais cliniques a déjà signalé l'importance d'inclure des patients de origines raciales diverses, améliorant représentation féminine dans les études préliminaires et l'inclusion du population enceinte et les patients avec troubles cognitifs.

Même si les données jouent un rôle crucial dans le processus de développement de médicaments, elles peuvent également affecter la diversité. Liz Hampson, directrice exécutive pour l'Europe au Deloitte Health Equity Institute, a expliqué que les données biaisées utilisées pour sélectionner les produits qui devraient faire l'objet d'essais cliniques influenceront les cohortes inscrites aux essais.

Lire le texte complet ici

Le plan de Biden pour « l'équité numérique » conduira bientôt le gouvernement à microgérer « presque tous les aspects » d'Internet, prévient le commissaire de la FCC

"Sous couvert d'"équité numérique", le président Biden a appelé la FCC à exercer un degré de contrôle sur les services et les infrastructures Internet que nous n'avons jamais vu auparavant", a déclaré un commissaire de la FCC au Sun.

L'administration Biden pourrait bientôt mettre en œuvre des réglementations radicales qui lui donneraient le contrôle d'Internet, préviennent les analystes avant le vote de la Commission fédérale des communications le 15 novembre sur les règles proposées. 

"Sous couvert d'"équité numérique", le président Biden a appelé la FCC à exercer un degré de contrôle sur les services et les infrastructures Internet que nous n'avons jamais vu auparavant", a déclaré un commissaire de la FCC, Brendan Carr, au Sun dans un courrier électronique. 

"Cela donnera à l'État administratif le pouvoir de microgérer presque tous les aspects du fonctionnement d'Internet", ajoute-t-il. "Ces types de réglementations de commandement et de contrôle ne feront que rendre plus difficile la construction de l'infrastructure et des services Internet et pourraient faire ressembler davantage nos réseaux aux réseaux lents auxquels les consommateurs européens doivent faire face."

La FCC, contrôlée par les démocrates, affirme que les nouvelles règles « empêcheraient la discrimination dans l’accès aux services à large bande basée sur le niveau de revenu, la race, l’origine ethnique, la couleur, la religion et l’origine nationale ».

"Nous reconnaissons que le but ultime de cette procédure est de faciliter l'égalité d'accès au haut débit, comme le prévoit la loi", a déclaré la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel. dit

Lire le texte complet ici

Biden appelé par les groupes pro-croissance à retirer la règle des frais de retard du CFPB

Une coalition de groupes appelle l’administration Biden à retirer la nouvelle règle proposée par le Bureau de la protection financière des consommateurs (CFPB) d'imposer un plafond plus strict sur les frais de retard sur les cartes de crédit, arguant que la réglementation nuirait aux consommateurs et à la croissance économique.

Dans une lettre envoyée à Président Biden et le directeur du CFPB, Rohit Chopra, ainsi que les comités des banques, des services financiers et des petites entreprises du Congrès, les 30 groupes signataires ont souligné leur « forte opposition » à la règle des frais de retard. La règle de l’administration Biden réduirait le montant de la sphère de sécurité que les émetteurs de cartes de crédit peuvent facturer en frais de retard jusqu’à $41 à $8. La règle éliminerait également l'ajustement automatique de ce montant en fonction de l'inflation et interdirait les frais de retard s'élevant à plus de 25% du paiement par carte de crédit requis par le consommateur.

« À la Maison Blanche ce mois-ci, le président Biden a vanté cette règle, alléguant qu’elle donnerait aux Américains les plus vulnérables d’entre nous une pause bien méritée », ont écrit les groupes. « Ce n'est pas vrai. Un plafonnement des prix plus strict nuirait non seulement aux petites entreprises et à l’économie dans son ensemble, mais aussi aux travailleurs à faible revenu que le gouvernement entend aider. L'histoire indique que ce sont les consommateurs qui supportent le plus gros des réglementations comme celle-ci car, pour compenser les coûts qui en résultent, les institutions financières finissent par imposer de nouveaux frais et des taux d'intérêt plus élevés tout en réduisant l'accès au crédit dans la rue principale.

Les groupes ont également exprimé leurs inquiétudes quant à l'impact de la règle sur petites institutions financièresqui s'appuient davantage sur les frais pour couvrir les coûts liés à l'octroi de crédits aux consommateurs.

Dans son annonce de la règle proposée, le CFPB a déclaré qu'il « avait constaté à titre préliminaire que les revenus des frais de retard dépassaient d'un facteur cinq les coûts de recouvrement associés » et que, parce que carte de crédit les émetteurs peuvent actuellement facturer jusqu'à $41 pour les frais de retard, des « frais de retard de $8 seraient suffisants pour la plupart des émetteurs pour couvrir les frais de recouvrement encourus en raison de retards de paiement ».

Lire le texte complet ici

La CCC se joint à la lettre de la coalition du 31e groupe contre la nouvelle attaque réglementaire du CFPB

Washington DC: En réponse à la promotion par le président Biden à la Maison Blanche la semaine dernière du nouveau plafond de prix des frais de retard pour les cartes de crédit du Bureau de protection financière des consommateurs, le Consumer Choice Center a signé un lettre de coalition au président et au CFPB les exhortant à reconsidérer la règle. La lettre est signée par 31 groupes et organisations de défense qui se consacrent à la promotion de politiques favorables à la croissance et aux consommateurs.

 
« L'histoire indique que les consommateurs sont ceux qui supportent le plus gros des réglementations comme celle-ci car, pour compenser les coûts qui en résultent, les institutions financières imposent finalement de nouveaux frais et des taux d'intérêt plus élevés tout en réduisant l'accès au crédit de Main Street », indique la lettre : « Par exemple , l'amendement Durbin à la loi Dodd-Frank plafonnant les frais d'interchange sur les cartes de débit a conduit à l'élimination des comptes chèques gratuits, à une augmentation des exigences de solde minimum et à une augmentation des frais de maintenance. Votre nouveau plafond de frais de retard augmentera également les coûts opérationnels des institutions financières, que les consommateurs américains supporteront inévitablement à nouveau.»

La lettre souligne également comment le Bureau de défense des intérêts de la Small Business Administration a noté que le CFPB refusait de « considérer correctement l'impact que cette règle aura sur les petites entités » malgré les tribunaux estimant que les agences doivent le faire avant de certifier une réglementation. 

Les sénateurs Sherrod Brown et Tim Scott (président/membre de premier plan du comité sénatorial américain sur les banques, le logement et les affaires urbaines) ont reçu en copie de la lettre ; Les représentants Patrick McHenry et Maxine Waters (président/membre de premier plan du comité des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis) et les représentants Roger Williams/Nydia Velázquez (président/membre de premier plan du comité des petites entreprises de la Chambre des États-Unis).
 
Les signataires de la lettre incluent Ed Martin, Phyllis Schlafly Eagles ; Grover Norquist, Américains pour la réforme fiscale ; John Berlau, Institut de l'entreprise compétitive ; Cameron Shelby, Heartland Impact; Brent M. Gardner, Américains pour la prospérité ; Karen Kerrigan, Conseil des petites entreprises et de l'entrepreneuriat ; Tom Schatz, Citoyens contre le gaspillage gouvernemental ; Gérard Scimeca, Action des consommateurs pour une économie forte ; Brian Garst, Centre pour la liberté et la prospérité ; Isaac Schick, Institut américain de la consommation ; Stephen Kent, Centre du choix du consommateur; Patrick Brennen, Institut politique du Sud-Ouest ; Hadley Heath Manning, Voix des femmes indépendantes ; Terry Schilling, Projet des principes américains ; George Landrith, Frontières de la liberté ; Saul Anuzis, Association des 60 ans et plus ; David Williams, Alliance pour la protection des contribuables ; Paul Gessig, Fondation Rio Grande ; Jeff Mazzella, Centre pour la liberté individuelle ; Ryan Ellis, Centre pour une économie libre ; Phil Kerpen, Engagement américain ; Seton Motley, Moins de gouvernement ; Dan Perrin, Coalition HSA ; Chuck Muth, sensibilisation des citoyens ; Wendy Darmon, Institut Palmetto Promise ; Judson Phillips, Tea Party Nation; Richard Manning, Américains pour un gouvernement limité ; Carol Platt Liebau, Yankee Institute ; Marcos Lopez, Institut politique du Nevada ; Mike Stenhouse, Centre de Rhode Island pour la liberté et la prospérité ; et Sal Nuzzo, Institut James Madison. 


Vous pouvez consulter la lettre ICI.


Le dépôt du projet de loi GEG encore reporté ?

Les questions abondent concernant le dépôt du projet de loi 2023 sur le contrôle des produits du tabac pour la santé publique pour sa deuxième lecture au Dewan Rakyat demain.

Cela intervient après qu'un briefing du ministère de la Santé destiné aux députés, prévu aujourd'hui à 17 heures, ait été reporté sine die.

Le ministère de la Santé a également reporté une conférence de presse sur le projet de loi prévue cet après-midi au Parlement. Aucune raison n'a été donnée pour ce report.

Une source proche du dossier a indiqué à FMT que le dépôt du projet de loi a été reporté.

Au moment de la publication, la ministre de la Santé, le Dr Zaliha Mustafa, et l'équipe de communication du ministère n'ont pas encore répondu aux questions visant à savoir si le dépôt du projet de loi, également connu sous le nom de projet de loi sur la fin du jeu générationnel (GEG), avait été reporté.

La semaine dernière, Zaliha a annoncé que le Cabinet avait décidé que le projet de loi serait déposé en deuxième lecture le 10 octobre.

Le projet de loi GEG vise à interdire l’utilisation, l’achat et la vente de cigarettes et de produits de vapotage aux personnes nées après 2007.

Lire le texte complet ici

Le Royaume-Uni ne devrait pas copier les politiques de l'État nounou de la Nouvelle-Zélande

Fred Roeder, directeur général du Consumer Choice Center, condamne fermement la récente proposition du Premier ministre britannique Rishi Sunak d'introduire une interdiction générationnelle de fumer, comme le rapporte The Guardian.

L'interdiction, associée à une interdiction générale des vapes jetables, est une mesure régressive qui menace d'alimenter le marché noir et de porter atteinte aux droits des fumeurs adultes de faire leurs propres choix en connaissance de cause. Le Royaume-Uni est depuis longtemps un champion des politiques fondées sur des preuves. , en particulier dans le domaine de la réduction des méfaits du tabac.

Cependant, le modèle générationnel proposé interdiction de fumer, combinée à l’interdiction des vapes jetables, marque une rupture avec cette approche pragmatique. En privant les adultes de leur droit de choisir leur manière de consommer de la nicotine, ces mesures risquent conduire des millions des consommateurs vers des alternatives non réglementées et dangereuses, compromettant ainsi les objectifs de santé publique.

M. Roeder souligne que les taux de tabagisme au Royaume-Uni ont régulièrement diminué grâce à une stratégie globale qui englobe des politiques de réduction des risques. Par promouvoir des alternatives telles que les cigarettes électroniques et d’autres produits à risque réduit, le Royaume-Uni a réussi à encourager les fumeurs à abandonner les cigarettes combustibles traditionnelles.

Lire le texte complet ici

Le Royaume-Uni ne devrait pas copier les politiques de l'État nounou de la Nouvelle-Zélande

Londres, le 3 octobre 2023 — Fred Roeder, directeur général du Consumer Choice Center, condamne fermement la récente proposition du Premier ministre britannique Rishi Sunak d'introduire une interdiction générationnelle de fumer, comme le rapporte The Guardian. L'interdiction, associée à une interdiction générale des vapes jetables, constitue une mesure régressive qui menace d'alimenter le marché noir et de porter atteinte au droit des fumeurs adultes de faire leurs propres choix éclairés.

Le Royaume-Uni est depuis longtemps un champion des politiques fondées sur des données probantes, en particulier dans le domaine de la réduction des méfaits du tabac. Cependant, la proposition d’interdiction générationnelle des cigarettes, combinée à l’interdiction des vapes jetables, marque une rupture avec cette approche pragmatique. En privant les adultes de leur droit de choisir la manière dont ils consomment de la nicotine, ces mesures risquent de pousser des millions de consommateurs vers des alternatives non réglementées et dangereuses, compromettant ainsi les objectifs de santé publique.

M. Roeder souligne que les taux de tabagisme au Royaume-Uni ont régulièrement diminué grâce à une stratégie globale qui englobe des politiques de réduction des risques. En promouvant des alternatives telles que les cigarettes électroniques et d’autres produits à risque réduit, le Royaume-Uni a réussi à encourager les fumeurs à abandonner les cigarettes combustibles traditionnelles. Cette approche a non seulement réduit les méfaits associés au tabagisme, mais a également respecté l'autonomie et la responsabilité personnelle des consommateurs adultes.

L’interdiction générationnelle proposée de fumer et l’interdiction des vapes jetables sont non seulement une politique peu judicieuse, mais aussi une aubaine potentielle pour le marché noir. La prohibition a historiquement montré qu’elle favorise la création de marchés illégaux, conduisant à des produits non réglementés et dangereux. Cette décision risque d’anéantir les progrès réalisés dans la réduction des taux de tabagisme et pourrait même exacerber les problèmes mêmes qu’elle cherche à résoudre.

M. Roeder exhorte le gouvernement britannique à reconsidérer son approche et à se concentrer plutôt sur des politiques fondées sur des preuves qui respectent la liberté individuelle et soutiennent les initiatives de réduction des risques. Le Consumer Choice Center appelle le Premier ministre Rishi Sunak et le gouvernement à engager un dialogue significatif avec les experts, les parties prenantes et le public afin d'élaborer des politiques qui équilibrent les objectifs de santé publique et les libertés individuelles.

proche
fr_FRFR