fbpx

Un défenseur fait pression pour une approche du secteur privé en matière de vente de cannabis

Un gestionnaire du Consumer Choice Centre demande des changements au modèle néo-écossais du cannabis.

David Clement dit que notre province devrait s'orienter vers une approche du secteur privé, plutôt qu'un contrôle entièrement gouvernemental.

« Le modèle de vente au détail dans la province est défectueux dès le départ, principalement parce qu'il essaie, il oblige le gouvernement à essayer de faire des choses que nous savons déjà que le secteur privé sait mieux faire », dit Clement. "C'est mieux pour allouer les ressources, et ils ne courent pas le risque de puiser dans les deniers publics."

Cela survient après que la NSLC a publié ses résultats du troisième trimestre la semaine dernière, montrant qu'elle n'a pas réalisé de bénéfices, même avec $17,4 millions de ventes.

Clement est le directeur des affaires nord-américaines du Consumer Choice Center, et il dit que le gouvernement McNeil devrait se pencher sur le modèle du Manitoba et emboîter le pas.

"C'est un excellent exemple d'un modèle qui peut contribuer à répondre aux besoins des consommateurs via des vitrines physiques et des options de livraison privées, tout en réalisant des bénéfices, et la meilleure partie de cette équation est que si une entreprise échoue, les contribuables ne sont pas responsables. pour cet échec », dit Clément.

Il exhorte les gouvernements canadiens à opter pour une approche privée, car il croit que cela augmente l'accès des consommateurs, tout en déplaçant le fardeau financier de l'échec des contribuables.

Lire la suite ici

proche