fbpx

Jour : 27 janvier 2021

Est-ce que ce membre du Congrès de Caroline du Nord vend du Bitcoin ?

La semaine dernière, Neeraj K. Agrawal, le directeur des communications du groupe de réflexion sur les crypto-monnaies basé à DC, Coin Center, a tweeté un lien vers un site Web vide : whitehouse.gov/bitcoin.pdf.

L'idée qu'il essayait de transmettre, en langage Internet, est qu'avec un peu de chance, nous pourrons un jour attendre avec impatience le jour où le livre blanc Bitcoin sera hébergé sur le site Web de la Maison Blanche.

Cela signalerait que la branche exécutive a approuvé des éléments de la crypto-monnaie et a hébergé le document fondateur fondamental pour renforcer la confiance dans le gouvernement en utilisant Bitcoin comme unité monétaire.

C'est un optimisme futuriste alimenté par la cryptographie qui n'était rien d'autre qu'un tweet effronté à ce moment-là.

Passant au niveau supérieur, l'investisseur technologique et entrepreneur Balaji Srinivasan a lancé un défi : quel pays ou État américain avant-gardiste hébergerait le livre blanc Bitcoin sur son domaine principal ?

Entrez membre du Congrès de la Caroline du Nord Patrick McHenry.

Représentant américain Patrick McHenry (R-NC)

Originaire de Gastonia, une ville dans laquelle j'ai travaillé en tant que journaliste, McHenry représente le 10e district dans la partie nord-ouest de l'État, qui abrite les pilotes NASCAR, la puissante rivière Catawba et s'étend jusqu'aux superbes montagnes Blue Ridge.

Il a déjà représenté une partie du comté de Gaston à la State House et a ensuite été élu au Congrès comme l'un des plus jeunes membres du Congrès en 2004.

Comme le membre de classement au comité des services financiers, McHenry a souvent été impliqué dans des débats réglementaires et des discussions sur les crypto-monnaies et les projets financiers, y compris le projet Libra de Facebook.

Au moins dans les déclarations et lettres précédentes, McHenry se joignait généralement à ses collègues démocrates pour s'opposer à toute concurrence au dollar américain, comme nous l'avons noté dans communiqués de presse passés.

Cependant, il semble que McHenry change d'avis sur l'avenir de l'innovation dans l'espace des crypto-monnaies.

Mercredi, il ont pris sur le défi initialement publié par Agrawal et suivi par Srinivasan : il a publié le livre blanc Bitcoin sur son propre site Web.

Non seulement cela, mais il a déclaré que «les décideurs politiques devraient être du côté de l'innovation et de l'ingéniosité, qui sont vitales pour la compétitivité américaine», et a exhorté ses collègues à le rejoindre.

Est-ce que ce membre du Congrès républicain de Caroline du Nord vend du Bitcoin ? Il semble que la réponse soit oui.

En y regardant de plus près, il est devenu plus optimiste sur le Bitcoin et les services financiers liés à la technologie au cours des deux dernières années et a même clarifié sa position sur les raisons pour lesquelles des projets comme Libra ne représentent pas une véritable crypto-monnaie.

Apparaissant sur une série de podcasts, y compris un avec son collègue républicain du Congrès Dan Crenshaw, McHenry a expliqué plus clairement pourquoi la technologie de Bitcoin ne ressemble à rien auparavant, et en fait, représente l'avenir des services financiers et numériques.

Et pour couronner le tout, il a publié le livre blanc Bitcoin sur le serveur Web du Congrès !

Si les déclarations de McHenry sont vraies, et s'il utilise sa position de membre du comité des services financiers pour faire avancer ces idées, je pense que nous pourrions avoir un champion du consommateur au Congrès à suivre dans les deux prochaines années.

En tant que compatriote de Caroline du Nord et défenseur des politiques favorables aux consommateurs, j'ai été critique envers les diverses positions de McHenry dans le passé, en particulier sur la légitimation des services financiers pour les entreprises liées au cannabis.

Je crois que le slogan exact que j'ai utilisé était "Le républicain de Caroline du Nord bloque à lui seul les progrès de la banque de cannabis“.

De toute évidence, les idées et les politiques de McHenry sont plus nuancées et méritent d'être examinées de plus près. J'attends avec impatience qu'il en dise beaucoup plus. Ainsi, bien que nous ne soyons peut-être pas d'accord sur les banques de cannabis, il pourrait encore y avoir beaucoup de choses sur lesquelles nous mettre d'accord avec le membre du Congrès.

Si davantage de politiciens à DC et dans diverses maisons d'État abordaient cette question comme McHenry, nos gouvernements seraient peut-être de meilleurs véhicules pour favoriser l'innovation et aider à accroître le choix des consommateurs.

Félicitations à vous, représentant McHenry.

Yaël Ossowski est directeur adjoint du Consumer Choice Center

Un véritable marché numérique unique

Pourquoi l'Europe peine-t-elle à créer ses propres géants du numérique ?

Pourquoi l'Europe peine-t-elle à créer ses propres géants du numérique ? C'est la question à un million d'euros qui obsède la Commission européenne. Dans une tribune publiée en juillet dernier dans Le Figaro, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a averti de l'urgence d'« assurer la souveraineté numérique de l'Europe » dans un contexte où la rivalité entre les grandes puissances s'intensifie.  

Le budget accordé à la politique de souveraineté par l'Union européenne a augmenté de "20% par rapport au budget précédent, et même 30% après le départ du Royaume-Uni", s'est réjoui Thierry Breton. dans Les Échos. Le nouveau DigitalEurope programme, poursuit-il, "permettra des investissements supplémentaires de plus de 20 milliards". L'initiative vise à "encourager" et "soutenir" les industries du numérique, comme on peut le lire sur le site officiel.  

Dans le même temps, la Commission européenne poursuit sa guerre contre les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) et envisage de taxer les géants américains du numérique pour financer son plan de relance. Pour justifier cette nouvelle taxe, qui réduira inévitablement le pouvoir d'achat des consommateurs, l'UE soutient que les GAFA paient « deux fois moins » d'impôts en Europe que les autres entreprises. Cependant, comme l'a montré l'Institut Economique Molinari dans une étude récente, les GAFA paient autant d'impôts que les grandes entreprises européennes. Au regard de ce constat, la taxe GAFA apparaît des plus injustes. 

Subventionner les entreprises nationales d'un côté et taxer les concurrents internationaux de l'autre : l'approche de la Commission européenne semble s'inspirer de la doctrine des industries naissantes prônée par l'économiste du XIXe siècle Friedrich List. Cependant, cette stratégie ne résout pas le problème fondamental du marché numérique européen, en plus d'être extrêmement coûteuse. 

Comme Luca Bertoletti et Ryan Khurana, auteurs de une note de politique sur le sujet pour le Consumer Choice Center (CCC), rappellent que si l'Union européenne est désavantagée par rapport aux États-Unis ou à la Chine, c'est parce qu'elle ne dispose pas d'un véritable marché unique du numérique. Seuls 15% des Européens, par exemple, achètent en ligne sur un site basé dans un autre pays de l'UE. 63% de sites Web ne permettent même pas aux consommateurs d'acheter un produit d'un autre pays de l'UE.

Le marché numérique européen est donc loin d'être un marché unique comme c'est le cas aux États-Unis et en Chine. Cette situation est problématique car elle limite la concurrence à l'échelle nationale et empêche les entreprises européennes les plus performantes de gagner des parts de marché et de réaliser d'importantes économies d'échelle. Les auteurs de la note du Consumer Choice Center recommandent donc de supprimer les derniers obstacles à la concurrence sur le marché numérique européen.

La fragmentation du secteur des télécommunications est particulièrement frappante. Alors que les opérateurs roumains et finlandais sont parmi les meilleurs au monde, tant en termes de qualité que de compétitivité des prix, les services de télécommunications en Espagne et en Irlande sont souvent de mauvaise qualité et excessivement chers. 

Les consommateurs espagnols et irlandais bénéficieraient grandement d'une concurrence accrue dans ce secteur. Afin de permettre aux meilleurs services de gagner des parts de marché, l'Union européenne devrait encourager la fourniture transfrontalière de services de télécommunications et supprimer les protections pour les opérateurs historiques. Le droit de la concurrence devrait également être adapté pour permettre la fusion de différents opérateurs téléphoniques nationaux et pour garantir que les petits pays ne soient pas désavantagés. Les États actionnaires devraient se retirer partiellement de la fusion pour encourager l'investissement privé et ainsi favoriser la concurrence. 

Dans un véritable marché unique numérique, les utilisateurs ne devraient pas non plus faire l'objet de discrimination sur la base de leur adresse IP ou de l'emplacement de leur compte bancaire. Nous devrions donc introduire des licences transfrontalières pour les médias numériques et libérer l'achat de contenu numérique des contraintes géographiques. De telles mesures permettraient aux consommateurs d'avoir accès à un choix plus large et donc d'intensifier la concurrence entre les fournisseurs.

Notons également que l'environnement réglementaire est encore trop défavorable à l'expérimentation et à l'innovation en Europe. C'est l'une des raisons pour lesquelles les technologies les plus disruptives sont souvent importées de l'étranger et rarement développées en Europe. Pour y remédier, il faudrait multiplier les « bacs à sable réglementaires » qui permettent aux entreprises de déroger à la réglementation pour tester de nouveaux produits dans un environnement contrôlé.

Il convient également d'attirer l'attention sur la décision de la Commission européenne d'utiliser le Wifi comme infrastructure pour accueillir les voitures autonomes. S'il est vrai que le Wifi est plus rapide à mettre en place et moins cher, la technologie 5G est bien plus prometteuse. Les constructeurs automobiles ont déjà exprimé leur inquiétude à propos de ce sujet. Choisir la 5G plutôt que le Wifi, c'est prendre du retard sur une technologie qui sera sûrement à la base de le quatrième industriel révolution à venir.

Le défi pour l'Europe aujourd'hui est d'éviter de refaire les mêmes erreurs que par le passé. Si l'Europe veut jouer dans la même ligue que les États-Unis et la Chine, elle devra certes faire les investissements nécessaires dans les infrastructures du futur, mais aussi – et surtout – harmoniser et libéraliser son marché numérique. 

Publié à l'origine ici.

La valeur des marques

Les marques sont flashy, mais elles ne sont pas malveillantes.

Avez-vous déjà acheté quelque chose à cause de l'image de marque ? Vous l'avez sûrement fait, surtout lorsque l'emballage est très flashy et attrayant. Si nous devions nier que nous répondons aux bonnes publicités, autant condamner des millions de départements marketing à l'obscurité, car quelle valeur a le marketing dans un monde d'engourdis ?

Nous considérons les marques comme un facteur guidant nos décisions d'achat, mais fidéliser la clientèle nécessite plus qu'un bon emballage. Les consommateurs modernes regardent au-delà même de la qualité d'un produit - ils s'intéressent aux méthodes de production, au traitement éthique des travailleurs et aux chaînes d'approvisionnement durables. Ce que nous avons tendance à appeler parfois cyniquement « greenwashing » est un véritable phénomène de pression des consommateurs sur les entreprises pour qu'elles modifient leurs politiques.

À quoi servirait cette pression si nous devions nous débarrasser complètement du marketing ou de la notoriété de la marque ? La raison pour laquelle je fais pression sur mon fabricant d'ordinateurs portables préféré pour qu'il évite à tout prix le travail d'esclave est que je peux consciemment rester fidèle… non pas aux ordinateurs portables eux-mêmes, mais à cette marque en particulier. Si ce producteur de logiciels s'engage également à respecter des normes de confidentialité strictes, je suis même heureux d'être un ambassadeur de marque non rémunéré pour cette entreprise, par le bouche à oreille. 

Certains défenseurs de la santé publique ont affirmé que l'image de marque et le marketing incitent essentiellement les consommateurs à acheter des produits malsains pour eux ou à les guider vers des achats qu'ils ne veulent pas vraiment faire. Les termes « marketing » et « lavage de cerveau » apparaissent parfois comme synonymes, surtout lorsqu'il s'agit d'enfants. Certains produits sont confrontés à des interdictions flagrantes de publicité dans certains États membres de l'UE en raison de leur publicité destinée aux enfants - ou plutôt de la publicité destinée aux parents effectuant l'achat plus tard. Ces interdictions suggérées réduisent la responsabilité des parents.

Si le choix est entre éduquer les enfants sur les conséquences de leur comportement et une interdiction flagrante de la publicité pour les produits, la plupart des gens préféreraient éduquer les enfants. Les enfants ne peuvent apprendre à devenir des consommateurs responsables que s'ils sont éduqués, au lieu d'être réprimandés. L'approche restrictive et punitive de la confrontation au monde est celle que l'on appliquait aux enfants et jeunes adultes jusqu'à la révolution culturelle de 1968, et elle n'a donné aucun résultat positif. Oui, les radiodiffuseurs doivent être conscients que l'affichage de publicités pour l'alcool pendant les émissions pour enfants est (en plus de ne pas être économique pour la société de publicité) irresponsable. Ceci, cependant, ne signifie pas que nous devrions cacher l'existence de l'alcool aux enfants. Oui, l'alcool existe et sa consommation à l'âge approprié et en quantité appropriée peut être agréable et sans danger.  

Nous devons traiter les enfants comme des enfants, mais nous ne devons pas oublier qu'ils sont en train de grandir et qu'ils sont capables de comprendre les nuances à mesure qu'ils grandissent. Être trop protecteur n'est pas seulement improductif, c'est condescendant envers les consommateurs adultes. Sous couvert de la croyance mal informée que tout marketing est malveillant et sous l'affirmation précise mais hors contexte que toutes les publicités PEUVENT être vues par les enfants, certains plaident pour des interdictions complètes. Ce n'est pas la bonne façon de procéder. De nombreuses plateformes vidéo et services de streaming proposent déjà des options de contrôle parental, qui aident à réguler ce que les enfants voient. Les principaux navigateurs Internet font de même.

Les restrictions de commercialisation ne sont pas seulement un coup dur pour l'information des consommateurs du point de vue de la disponibilité des produits, c'est aussi un message clair aux parents qui dit « nous ne vous faisons pas confiance pour faire les bons choix pour vos propres enfants. Les publicités sont essentielles à la liberté de marque. Les marques sont importantes pour les consommateurs, non seulement parce qu'elles fidélisent les consommateurs, mais aussi parce qu'elles aident à distinguer les produits sur le marché. Dans les situations où les entreprises donnent des informations inexactes sur leurs produits, les concurrents devraient pouvoir commercialiser des produits plus sûrs et plus sains. C'est l'essence même du choix du consommateur.

Publié à l'origine ici.

Interdire les plastiques à usage unique ne résoudra pas le problème de pollution de la Floride. Le recyclage chimique va

Début janvier, les législateurs démocrates de Floride Linda Stewart et Mike Grieco a présenté un projet de loi pour donner le feu vert aux interdictions locales de plastique, auparavant interdit par statut d'état. Bien que le désir de garder les déchets plastiques hors de l'environnement soit compréhensible, le fait est que les interdictions de plastique font souvent plus de mal que de bien à l'environnement.

Interdire les produits en plastique à usage unique peut être plus dommageable pour l'environnement, car les alternatives sont encore plus coûteuses.

Lorsque le Danemark a envisagé d'interdire les sacs d'épicerie en plastique à usage unique, leurs études ont révélé qu'ils étaient bien supérieurs par rapport aux alternatives. Les Danois sont arrivés à cette conclusion sur la base de 15 référentiels environnementaux, y compris le changement climatique, la toxicité, l'appauvrissement de la couche d'ozone, l'épuisement des ressources et l'impact sur les écosystèmes. Ils ont calculé que les sacs en papier devraient être réutilisés 43 fois pour avoir le même impact total qu'un sac en plastique. Pour le coton, les chiffres étaient encore pires. Un sac en coton doit être réutilisé 7 000 fois, tandis qu'une version bio devrait être utilisée 20 000 fois pour être à égalité avec un sac plastique à usage unique.

De toute évidence, les consommateurs ne réutilisent pas les alternatives en plastique près du nombre de fois nécessaire pour faire une différence positive. Compte tenu de l'énergie dépensée pour fabriquer ces alternatives, obliger les consommateurs à les utiliser en raison de l'interdiction du plastique est un net négatif si nous nous soucions de l'environnement.

Au-delà de cela, les interdictions locales potentielles manquent la cible sur la façon dont nous pouvons réellement traiter les déchets plastiques. Lorsque nous parlons de déchets plastiques dans notre environnement, nous parlons en réalité de déchets mal gérés. Si les plastiques se retrouvent dans les parcs de la Floride ou sur ses plages, c'est un problème sérieux qui doit être traité. Heureusement, il existe une variété de façons innovantes de manipuler le plastique de manière responsable, sans interdire des catégories entières de produits.

Plutôt que d'ouvrir la voie à de futures interdictions, les législateurs devraient se concentrer sur de meilleurs processus de récupération des déchets plastiques et investir dans le recyclage par dépolymérisation chimique. Grâce à la dépolymérisation, pratiquement tous les produits en plastique peuvent être décomposés en leurs blocs de construction d'origine et réutilisés dans d'autres produits. Cela signifie que les produits en plastique traditionnellement à usage unique peuvent voir leur durée de vie prolongée indéfiniment. Ce n'est pas hypothétique - il existe d'innombrables exemples à travers l'Amérique du Nord où des innovateurs prennent des déchets plastiques, en particulier des produits à usage unique, et les transforment en tout, de pastilles de résinecarreaux pour votre maison et même route asphalte.

Bien sûr, le moment des interdictions potentielles ne doit pas non plus être ignoré. La pandémie a été dévastatrice pour les bars et les restaurants. Les interdictions locales sur les articles à usage unique les obligeraient à passer à des alternatives plus coûteuses au moment le plus inopportun. L'interdiction des sacs en plastique, des couverts, des contenants à emporter ou même des bouteilles donnerait un coup de pied à ces propriétaires d'entreprise alors qu'ils essaient de se remettre sur pied. Les interdictions ont également un impact sur les consommateurs, non seulement en limitant le choix des consommateurs, mais aussi en gonflant les coûts des entreprises, qui sont le plus souvent répercutés sur les consommateurs via des prix plus élevés.

En dehors des restaurants, la perspective d'un patchwork d'interdictions locales pourrait être incroyablement perturbatrice pour les chaînes d'approvisionnement en Floride. Différentes villes avec des règles très différentes pourraient signifier que les fabricants doivent réorienter les lignes de production basées sur le code postal, ce qui, bien sûr, est incroyablement coûteux et prend du temps. Encore une fois, ces coûts sont souvent répercutés sur les consommateurs.

Les communautés de Floride ne peuvent pas se permettre de mener une guerre contre le plastique avec des interdictions locales. Au lieu de cela, le gouvernement de l'État devrait faire preuve de leadership en matière de gestion appropriée des déchets. S'appuyer sur des processus innovants pour traiter les déchets plastiques garantit que les plastiques restent dans l'économie plutôt que de se retrouver dans l'environnement et évite le piège consistant à pousser les consommateurs vers des produits alternatifs à coût élevé et à fort impact.

David Clement est le directeur des affaires nord-américaines du Centre de choix du consommateur.

Publié à l'origine ici.

La fuite du plan européen de lutte contre le cancer menace le choix des consommateurs

Une fuite du prochain « Plan européen de lutte contre le cancer » signale la détermination de la Commission européenne à créer une « génération sans tabac » en fermant les yeux sur la science. En particulier, selon la proposition divulguée (ci-jointe ci-dessous), la Commission ne reconnaît pas le vapotage comme un moyen innovant de réduire les dommages associés au tabagisme et comme une méthode pour aider les fumeurs à arrêter.

La proposition divulguée révèle la volonté d'étendre la taxation aux «nouveaux produits du tabac», y compris le vapotage; étendre la couverture des interdictions de fumer à l'intérieur et à l'extérieur aux cigarettes électroniques, et une large interdiction des saveurs.

« Le plan européen de lutte contre le cancer est une opportunité capitale d'adopter des moyens innovants de lutter contre le cancer. Les enjeux sont extrêmement importants et l'Union européenne ne peut tout simplement pas se permettre de se tromper. Le vapotage a été inventé pour aider les fumeurs à arrêter en leur offrant une alternative plus sûre. À ce jour, l'approbation du vapotage est le moyen le plus connu d'équilibrer un besoin urgent de réduire les taux de cancer et la nécessité de protéger le choix des consommateurs des générations actuelles et futures dans l'UE », a déclaré Luca Bertoletti, responsable principal des affaires européennes chez Consumer Centre de choix.

« Le vapotage a gagné en popularité parmi les fumeurs européens précisément parce qu'il réduit les dommages. L'approche restrictive proposée ne fera pas baisser la demande. Au contraire, cela entraînera une augmentation du commerce illicite qui, à son tour, mettra en danger les consommateurs européens et augmentera les pertes budgétaires dues aux impôts non perçus.

« Si la Commission européenne va de l'avant avec cette version du plan, non seulement elle échouera dans la lutte contre le cancer, mais elle ratera également une chance de mettre l'Europe sur la voie d'un choix pro-innovation, pro-consommateur et pro- avenir scientifique. Au Consumer Choice Center, nous appelons la Commission à reconsidérer son approche désuète pour vaincre le cancer et à reconnaître le potentiel de sauvetage du vapotage. Tirons le meilleur parti d'une occasion unique pour une génération de mettre en place une politique qui sauve des vies », a conclu Bertoletti.

proche
fr_FRFR