fbpx

Mois : octobre

Gene-editing innovations can save us (if we let it)

2020 marked a first in the history of the Nobel Prize. For the first since its creation, a science Nobel Prize has been awarded to two women. Jenifer Doudna from the University of California, and Emmanuelle Charpentier from the Max Planck Institute for Infection Biology in Berlin were awarded the 2020 Nobel Prize in Chemistry, for the development of CRISPR-Cas9. The gene-editing method revolutionises the scientific understanding and practice of working with genetics, and has widespread applications in the fields of medicine and agriculture.

Together with the Genetic Literacy Project, the CCC released the first Gene-editing Regulation Index, that shows how the world compares in its regulation on gene-editing. Unfortunately, we see that regions such as Europe have, through outdated legislation, limited their ability to innovate.

Let’s take a look at three recent innovations in the realm of gene-editing.

Gene-edited trees

Researchers at the VIB-UGent Center for Plant Systems Biology in Belgium, together with researchers at the University of Wisconsin have discovered, through CRISPR-Cas9, a method of reducing the amount of lignin in trees, which eases the process of making paper. This would reduce the carbon footprint of the paper industry, as well as for the production of bio-fuels and bio-based materials. 

The communication from the entrepreneurial non-profit research institute VIB, which works in close partnership with five universities in Flanders, Belgium — Ghent University, KU Leuven, University of Antwerp, Vrije Universiteit Brussel and Hasselt University — also dit: “The applications of this method are not only restricted to lignin but might also be useful to engineer other traits in crops, providing a versatile new breeding tool to improve agricultural productivity.”

Gene-edited salmon

Researchers at the Norwegian institute Nofima are investigating whether CRISPR-Cas9 can help reduce or completely squash the prevalence of sea lice in Atlantic salmon. It is known that North American salmon does not deal with sea lice, thus the scientists are trying to replicate the phenomenon through genetic engineering.

If successful, this does not imply that gene-edited fish will be available immediately, as there are still a lot of procedural and regulatory hurdles to overcome. That said, making Atlantic salmon immune to lice would mean more efficient fishing in European waters, and more affordable salmon for European consumers.

Gene-editing against opioid overdoses

With tens of thousands of people dying each year of opioid overdoses, Professor of Pharmacology at Oklahoma State University Craig Stevens écrit that it doesn’t have to be that way. Using CRISPR-Cas9, he claims that gene-editing a patient’s brain would prevent opioids bind opioid receptors on respiratory neurons — in plain English: during an opioid overdose, the patient dies because he or she stops breathing. Through gene-editing the brains of 10% of opioid patients, Stevens claims that the United States could save thousands of lives and save $43 billion.

[UE] Consultation SCHEER : rétablir les faits

Le mois dernier, un comité de l'UE appelé le SCHEER a lancé un "avis préliminaire sur les cigarettes électroniques" qui regorge d'arguments biaisés contre le vapotage, manque de faits cruciaux sur le vapotage et évite toute forme de comparaison avec les cigarettes.

Comme il lui est obligé, le SCHEER a sollicité les commentaires de la communauté scientifique et des parties prenantes sur son avis préliminaire. En tant que porte-parole de 19 associations dans le monde, représentant des dizaines de milliers de vapoteurs, nous pensons que notre voix est importante dans le débat - en particulier, parce que la consultation est structurée de manière à ce qu'il soit difficile pour les individus de soumettre leurs expériences ou témoignages 

Par conséquent, nous - en tant qu'organisation représentant les consommateurs - pensons qu'il est de notre responsabilité et de notre devoir envers tous les vapoteurs qui comptent sur nous pour protéger leurs droits, de nous assurer que nous remettons les pendules à l'heure. Notre réponse à la consultation a été officiellement soumise le 21 octobre et vous pouvez la lire ici.

Nous voulions nous assurer que les faits sont là, devant le comité SCHEER. 

  • Fait: "Les e-cigarettes sont 95% moins nocives que la cigarette."
  • Fait: "Le vapotage est une passerelle pour SORTIR du tabagisme, et non l'inverse."
  • Fait: "Le vapotage est deux fois plus efficace que les autres méthodes de sevrage tabagique."

Nous suivrons de près les développements autour de cet avis et espérons voir le comité prendre en considération une grande partie de la science sur le vapotage qui a apparemment été ignorée dans leur premier projet. 

En attendant, nous sommes ici pour soutenir et amplifier la voix des millions de vapoteurs dans le monde dont la vie a changé pour le mieux.

La ferme à la fourchette est une utopie politique démasiado grande.

Para 2030, la Unión Europea tiene como objetivo lograr una amplia gama de objectivos, de acuerdo con la estrategia "De la granja a la mesa" de la Comisión Europea. Desde un punto de vista político, el documento es la confirmación de una tendencia: las ideas verdes están ganando importancia en la política del día a día de Bruselas y están logrando muchos de sus objetivos con esta hoja de ruta.

De acuerdo con la Estrategia de Biodiversidad, que se presentó al mismo tiempo que la Estrategia "De la granja a la mesa", la Comisión Von der Leyen parece ser más ecológica que sus predecesoras. ¿Pero esto también es bueno para los agricultores y los consumeridores ?

En el corazón de "De la granja a la mesa" está la reducción a la mitad de los pesticidas para 2030, incluidos los que la Autoridad Europea de Seguridad Alimentaria (EFSA) ha considerado seguros. Esto debería plantar preguntas a primera vista : si estos productos han sido seguros hasta ahora, ¿por qué deben reducirse ? Si no se ha comprobado que sean seguros hasta ahora, ¿por qué no se han prohibido antes ?

El objetivo de reducir a la mitad es incomprensible en este sentido. Si los productos fitosanitarios son fondamentalmente perjudiciales para la salud humana, el 50% restante es tan maligno como los que se eliminarán gradualmente.

La verdad es engañosa. Existe una discrepancia entre la retórica científica y política. La mayoría de los productos fitosanitarios establecidos han sido clasificados como seguros durante mucho tiempo, tanto por estudios independientes como por varias instituciones nacionales e internacionales.

Esto no ha impedido que muchos los cuestionen de todos modos, y con razón. Cambios en el conocimiento científico : quienes tienen nueva evidencia están obligados a presentarla en interés de la seguridad alimentaria. La ciencia no es una construcción estática grabada en piedra como una verdad única y absoluta.

Para los que se oponen a estos medios, no se trata de un débat scientifique, sino de una cuestión ideológica de principio. Las intervenciones en la naturaleza sept con escepticismo, independientemente de su importancia para la seguridad alimentaria.

Estos activistas deben saber que no todo lo natural tiene que ser saludable : por ejemplo, los mohos naturales transportan aflatoxinas, que son responsables de una gran proporción de los casos de cáncer de hígado en el mundo. En Afrique, el 40% de todos los casos de cáncer de hígado se atribuyen a las aflatoxinas.

Estos se han combatido con fongicides durante muchos años, pero ahora se prohibirán cada vez más de estos productos.

A menudo es suficiente tener una conversación con un agricultor. Por el momento, la mayoría de la gente se queja de la falta de lluvia, pero a largo plazo, el catálogo cada vez más reducido de pesticidas permitidos es un problema real. Los insectos se comen las existancias, independientemente de lo que diga o regule la Comisión Europea.

Esto conduce a precios más altos en el supermercado, lo que es desastroso para muchas personas de bajos ingresos, especialmente en vista del desequilibrio económico actual. Este no es un problema principal para el comisario holandés de Cambio Verde, Frans Timmermans.

En un discurso ante la Comisión de Agricultura y Desarrollo Rural del Parlamento Europeo el 7 de mayo, dijo que estamos acostumbrados a la comida barata durante demasiado tiempo y que necesitamos un cambio de paradigma en términos de agricultura sostenible.

Si los consommeurs soportan las consecuencias de tales experimentos y los agricultores no tienen otra alternativa qu'enfrentar los obstáculos de los problemas naturales, ¿no es hora de repensar nuestra política agrícola ?

Publié à l'origine ici.

Το «De la ferme à la fourchette»

Το νέο σχέδιο της ΕΕ για βιώσιμα συστήματα τροφίμων κινδυνεύει να βλάψει τόσο τους καταναλωτές όσο και τους αγρότες, γράφει ο Bill Wirtz.

Μέχρι το 2030, η ευρωπαϊκή ένωση επιδιώκει να επιτύχει ένα ευρύ φάσμα στόχων, σύμφωνα με τη στρmuni εϊκήκή κή «Farm». Από πολιτική άποψη, το έγγραφο αποτελεί την επιβεβαίωση μιας τάσης: οι πράσινες ιδέες αποκτούν σημασία στην καθημερινή πολιτική των Βρυξελλών και επιτυγχάνουν πολλούς από τους στόχους τους με αυτόν τον χάρτη πορείας.

Σύμφωνα με τη στρατηγική για τη βιοποικιλότητα, η οποία παρουσιάστηκε ταυτόχρονα με τη στρατηγική «Farm to Fork», η Επιτροπή Von der Leyen φαίνεται να είναι πιο πράσινη από τους προκατόχους της. Αλλά αυτό είναι επίσης καλό για τους αγρότες και τους καταναλωτές;

Στην καρδιά του «Farm to Fork» βρίσκεται το μισό των φυτοφαρμάκων έως το 2030, συμπεριλαμβανομένων εκείνων που έχουν βρεθεί ασφαλή από την Ευρωπαϊκή Αρχή για την Ασφάλεια των Τροφίμων (EFSA). Αυτό θα πρέπει να θέσει ερωτήσεις εκ πρώτης όcise ψεως: εάν αυτά τα προϊόντα ήταν ασφαλή μέχρι τώραθ γιατί ίέρέε μôύραύύ; Αν δεν έχουν βρεθεί ασφαλείς μέχρι τώρα, γιατί δεν έχουν απαγορευτεί τττττττευτεί;

Ο στόχος της διχοτόμησης είναι ακατανόητος υπό αυτήν την έννοια. Εάν τα φυτοπροστατευτικά προϊόντα είναι θεμελιωδώς επιβλαβή για την ανθρώπινη υγεία, τότε το υπόλοιπο 50% είναι εξίσου κακοήθη με αυτά που θα καταργηθούν.

Η αλήθεια είναι δύσκολη. Υπάρχει μια διαφορά μεταξύ της επιστημονικής και της πολιτικής. Τα περισσότερα καθιερωμένα προϊόντα προστασίας των φυτών έχουν από καιρό χαρακτηριστεί ως ασφαλή, τόσο από ανεξάρτητες μελέτες όσο και από διάφορους εθνικούς και διεθνείς οργανισμούς.

. Οι επιστημονικές γνώσεις αλλάζουν: όσοι έχουν νέα στοιχεία υποχρεούνται να το παρουσιάσουν προς το συμφέρον της ασφάλειας των τροφίμων. Η επιστήμη Δεν είναι ένα στατικό κατασκεύασμα που τίθεται σε πέτρα ως μοναδική και απόλυτη αλήθεια.

Για τους αντιπάλους αυτών των μέσων, Δεν πρόκειται για επιστημονική συζήτηση, αλλά για ιΔεολοteshόκό ζήτημ ρind. Οι παρεμβάσεις στη φύση αντιμετωπίζονται με σκεπτικισμό, ανεξάρτητα από το πόσο σημαντικές είνα αιι α α α α α ENT την επ.

Αυτοί οι ακτιβιστές θα πρέπει να γνωρίζουν ότι δεν είναι όλα τα φυσικά που πρέπει να είναι υγιή: για παράδειγμα, τα φυσικά καλούπια φέρουν αφλατοξίνες, οι οποίες είναι υπεύθυνες για ένα μεγάλο μέρος των περιπτώσεων καρκίνου του ήπατος στον κόσμο. Στην αφρική, το 40% όλων των περιπτώσεων καρκίνου του ήπατος αποδίδεται σε αφλατοξίνες.

Αυτά έχουν καταπολεμηθεί με μυκ j'étais

Συχνά αρκεί να συνομιλείς με έναν αγρότη. Προς το παρόν, οι περισσότεροι παραπονούνται για έλλειψη βροχής, αλλά μακροπρόθεσμα, ο συρρικνωμένος κατάλογος των επιτρεπόμενων φυτοφαρμάκων είναι ένα πραγματικό πρόβλημα. Τα έντομα καταναλώνουν αποθέματα, ανεξάρτητα από το τι λέει ή ρυθμίζει η ευρωπαϊκή επιτροπή.

Αυτό οδηγεί σε υψηλότερες τιμές στο σούπερ μάρκετ, το οποίο είναι καταστροφικό για πολλούς χαμηλού εισοδήματος άτομα, ιδίως ενόψει της τρέχουσας οικονομικής ανισορροπίας. Αυτό Δεν αποτελεί πρωταρχικό πρόβλημα για τον ολλανδό επίτροπο για την πράσινη αλαγή frans timmerans.

Σε ομιλία του στην Επιτροπή Γεωργίας και Ανάπτυξης της Υπαίθρου του Ευρωπαϊκού Κοινοβουλίου στις 7 Μαΐου, είπε ότι έχουμε συνηθίσει για φτηνά τρόφιμα για πολύ καιρό και ότι χρειαζόμαστε μια αλλαγή παραδείγματος όσον αφορά τη βιώσιμη γεωργία.

Εάν οι καταναλωτές φέρουν τις συνέπειες τέτοιων πειραμάτων, και οι αγρότες δεν έχουν άλλη εναλλακτική λύση αλλά να αντιμετωπίσουν τα εμπόδια των φυσικών προβλημάτων, δεν είναι καιρός να επανεξετάσουμε τη γεωργική μας πολιτική;

Publié à l'origine ici.

$143 Million Cannabis Bust Confirme Le Détournement Du Programme Médical Vers Le Marché Illégal

Le 22 octobre, la Police provinciale de l'Ontario a annoncé avoir saisi $143 millions de cannabis illégal au cours des 4 derniers mois. De plus, la police a confirmé que le cannabis saisi était le résultat de réseaux criminels exploitant le régime de production personnelle et désignée de cannabis médical de Santé Canada.

David Clement, directeur des affaires nord-américaines du Consumer Choice Center, basé à Toronto, répond : « Le rapport de la Police provinciale de l'Ontario confirme ce que nous avons supposé en avril, à savoir que le crime organisé s'est frayé un chemin dans le processus de délivrance des permis », a déclaré Clement.

"En avril, via les demandes d'accès à l'information, nous avons pu montrer que le programme des particuliers et des personnes désignées produit de 2,5 à 4,5 fois plus de cannabis que le marché légal. Malheureusement, cet excès de cannabis est détourné vers le marché illégal. Santé Canada devrait revoir le processus de délivrance des permis pour s'assurer que les réseaux criminels ne l'utilisent pas pour alimenter leurs activités néfastes.

« Cela dit, le gouvernement ne devrait pas cibler les titulaires de permis légitimes. Cela violerait leurs droits constitutionnels et serait exceptionnellement cruel compte tenu de la marginalisation historique de ce groupe. Plutôt que d'essayer de les empêcher de sortir du problème, le gouvernement devrait se concentrer sur la transition des producteurs titulaires de permis vers le marché légal. Faciliter l'arrivée de l'excès de cannabis sur le marché légal, couplé à un examen de Santé Canada pour les activités criminelles, contribuerait grandement à éradiquer le marché noir », a déclaré Clement.

Publié à l'origine ici.

Les meilleurs et les pires états pour vapoter, classés

Le Consumer Choice Center, un groupe de défense des consommateurs basé aux États-Unis, a récemment publié un rapport sur les lois sur la vape aux États-Unis. Le groupe a cherché à évaluer différents États sur leurs lois actuelles sur la vape. L'US Vaping Index, comme le rapport s'appelle, a examiné plusieurs facteurs pour déterminer quels États étaient favorables au vapotage et lesquels ne l'étaient pas.

Le rapport a regroupé les États en trois catégories différentes. Ils ont également attribué une note à chaque état. L'Index est un outil utile pour les vapoteurs. C'est un moyen pratique de comprendre les réglementations dans leur état. Il offre également aux vapoteurs un moyen de lancer des campagnes pour faire annuler les lois et réglementations anti-vapotage.

L'Index est un rapport complet car chaque État, y compris Washington DC, a été examiné. L'Index n'a pas examiné la législation en instance, comme Interdiction potentielle des saveurs du Michigan. Il n'a pas non plus examiné les lois des comtés individuels de chaque État. Au lieu de cela, il s'est concentré sur les lois qui ont été adoptées (ou non adoptées) par les maisons d'État aux États-Unis.

Lire la suite ici

La ferme à la fourchette est trop une utopie politique

Le nouveau projet de l'UE pour des systèmes alimentaires durables risque de nuire à la fois aux consommateurs et aux agriculteurs, écrit Bill Wirtz.

D'ici 2030, l'Union européenne vise à atteindre un large éventail d'objectifs, selon la Commission européenne "De la ferme à la fourchette" stratégie. D'un point de vue politique, le document est la confirmation d'une tendance : les idées vertes gagnent en importance dans la vie politique bruxelloise et atteignent bon nombre de leurs objectifs avec cette feuille de route.

Dans la lignée de la Stratégie Biodiversité présentée en même temps que la Stratégie « De la ferme à la table », la Commission Von der Leyen semble plus verte que ses prédécesseurs. Mais est-ce aussi bon pour les agriculteurs et les consommateurs ?

Au cœur de « de la ferme à la fourchette » se trouve la réduction de moitié des pesticides d'ici 2030, y compris ceux qui ont été jugés sûrs par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Cela devrait soulever des questions à première vue : si ces produits étaient sûrs jusqu'à présent, pourquoi doivent-ils être réduits ? S'ils n'ont pas été jugés sûrs jusqu'à présent, pourquoi n'ont-ils pas été interdits plus tôt ?

L'objectif de réduction de moitié est incompréhensible en ce sens. Si les produits phytosanitaires sont fondamentalement nocifs pour la santé humaine, alors le 50% restant est tout aussi malin que ceux qui seront éliminés.

La vérité est délicate. Il y a un décalage entre la rhétorique scientifique et la rhétorique politique. La plupart des produits de protection des cultures établis sont depuis longtemps classés comme sûrs, à la fois par des études indépendantes et par plusieurs institutions nationales et internationales.

Cela n'a pas empêché beaucoup de les remettre en question malgré tout, et à juste titre. Les connaissances scientifiques évoluent : ceux qui disposent de nouvelles preuves sont obligés de les présenter dans l'intérêt de la sécurité alimentaire. La science n'est pas une construction statique gravée dans le marbre comme une vérité unique et absolue.

Pour les opposants à ces moyens, il ne s'agit pas d'un débat scientifique, mais plutôt d'une question de principe idéologique. Les interventions dans la nature sont considérées avec scepticisme, quelle que soit leur importance pour la sécurité alimentaire.

Ces activistes doivent savoir que tout ce qui est naturel ne doit pas nécessairement être sain : par exemple, les moisissures naturelles sont porteuses d'aflatoxines, qui sont responsables d'une grande partie des cas de cancer du foie dans le monde. En Afrique, 40% de tous les cas de cancer du foie sont attribués aux aflatoxines.

Celles-ci sont combattues avec des fongicides depuis de nombreuses années, mais de plus en plus de ces produits sont désormais à bannir.

Il suffit souvent d'avoir une conversation avec un agriculteur. Actuellement, la plupart des gens se plaignent d'un manque de pluie, mais à long terme, la réduction du catalogue des pesticides autorisés est un vrai problème. Les insectes dévorent les stocks, indépendamment de ce que dit ou réglemente la Commission européenne.

Cela conduit à des prix plus élevés dans les supermarchés, ce qui est désastreux pour de nombreux salariés à faible revenu, en particulier compte tenu du déséquilibre économique actuel. Ce n'est pas un problème majeur pour le commissaire néerlandais au changement vert, Frans Timmermans.

Dans un discours devant la commission de l'agriculture et du développement rural du Parlement européen le 7 mai, il a déclaré que nous étions habitués depuis trop longtemps à des aliments bon marché et que nous avions besoin d'un changement de paradigme en termes d'agriculture durable.

Si les consommateurs subissent les conséquences de telles expérimentations et que les agriculteurs n'ont d'autre alternative que de faire face aux obstacles des problèmes naturels, n'est-il pas temps de repenser notre politique agricole ?

Publié à l'origine ici.

Étude : Le vapotage ressemble à une porte d'entrée hors du tabagisme et non vers celui-ci

Aux États-Unis, des agences fédérales et des organisations privées ont poussé le discours selon lequel l'utilisation des cigarettes électroniques menace de rendre plus de personnes « accros » aux produits combustibles, ce qui conduit à lois qui ont réduit la disponibilité des alternatives sans fumée.

Une nouvelle étude du Royaume-Uni, un pays qui reconnaît et promeut le vapotage comme intervention de réduction des méfaits du tabagisme, a constaté que la plupart des vapoteurs adultes inversent la trajectoire comportementale alléguée outre-Atlantique.

En 2020, plus de la moitié (58 pour cent) des vapoteurs adultes britanniques sont d'anciens fumeurs - une proportion qui a tendance à augmenter depuis 2014. Pendant ce temps, la proportion de vapoteurs adultes qui sont également des fumeurs actuels a diminué - cette année atteignant 38 pour cent , contre 65 % il y a six ans, selon une enquête YouGov commandée par Action sur le tabagisme et la santé, une organisation basée aux États-Unis visant à mettre fin aux méfaits du tabac dans le monde. Seuls 2% des vapoteurs n'avaient jamais fumé.

Dans l'ensemble, 60 % des vapoteurs adultes ont identifié leur santé comme leur « première raison d'adopter les cigarettes électroniques ». Cela correspond aux conclusions selon lesquelles les trois principales raisons spécifiques du vapotage sont d'aider à arrêter de fumer (30%), d'empêcher la rechute (20%) et de réduire le nombre de cigarettes fumées (11%).

Pour Michael Landl, directeur de la Vapers' World Alliance, les résultats de YouGov suggèrent que "le vapotage est une porte d'entrée loin du tabagisme". Après tout, "les cigarettes électroniques ciblent les consommateurs de tabac", a déclaré Maria Chaplia, associée aux affaires européennes au Consumer Choice Center, ce qu'elle a noté que "[m] la plupart des arguments anti-vapotage ne tiennent pas compte".

"Tout comme les substituts de sucre aident les gens à réduire leur consommation de sucre, les cigarettes électroniques aident les gens à arrêter de fumer", a poursuivi Chaplia. "Nous ne blâmons pas les substituts du sucre pour l'augmentation de la consommation de sucre, mais le faire pour les cigarettes électroniques semble être acceptable."

Pour être clair, le vapotage ne fonctionne pas pour tout le monde comme une soi-disant passerelle hors du tabagisme. Près de la moitié des fumeurs ont essayé mais n'utilisent plus la cigarette électronique. Le plus souvent, 22 % d'entre eux ont déclaré qu'ils "n'avaient pas envie de fumer une cigarette". Deux autres raisons étaient qu'ils n'avaient pas apaisé les fringales (16 %) et qu'ils avaient juste voulu essayer (12 %).

Mais lorsque 8 millions de personnes dans le monde meurent chaque année de causes liées au tabagisme, toute voie de sortie généralisée est extrêmement importante.

Publié à l'origine ici.

Le pape devrait renoncer à l'anticapitalisme

L'idée que le capitalisme mondial nous a échoué est objectivement fausse, tout comme la mise en garde que les gains économiques ont été partagés de manière inégale

Selon le pape François, le capitalisme mondial a échoué dans le monde. Dans son dernier encyclique, "Fratelli Tutti» (Brothers All), il écrit que « le néo-libéralisme se reproduit tout simplement en recourant aux théories magiques du « débordement » ou du « ruissellement ». » Selon Sa Sainteté, le capitalisme est un système économique mondial « pervers » qui maintient constamment les pauvres en marge tout en enrichissant quelques-uns. Le pape est peut-être le vicaire du Christ sur terre pour les catholiques, mais il ne pourrait pas se tromper davantage en matière d'économie.

Au cours des 40 dernières années, le capitalisme mondial a réduit la pauvreté à un rythme jamais vu auparavant. En 1980, plus de 40 pour cent des personnes alors en vie vivaient dans la pauvreté absolue - définie comme un revenu inférieur à $2 par jour après ajustement pour l'inflation. Avance rapide jusqu'à aujourd'hui, après un demi-siècle de mondialisation et de « néolibéralisme », moins de 10 pour cent de personnes vivent dans la pauvreté.

La Chine et l'Inde, qui figuraient autrefois parmi les pays les plus défavorisés, ont énormément profité d'un monde plus globalisé. Depuis 1980, la Chine a vu l'espérance de vie augmenter de 13 %, la survie infantile de 80 %, le revenu corrigé de l'inflation par personne de 230 %, l'approvisionnement alimentaire par personne de 44 % et le nombre moyen d'années d'éducation de 49 %. . Les progrès de l'Inde ont suivi la même voie, puisque l'espérance de vie a augmenté de 23 %, la survie infantile de 66 %, le revenu par personne de 487 %, l'approvisionnement alimentaire de 23 % et le nombre moyen d'années d'études de 166 %.

Dire que ces schémas de croissance sont stupéfiants serait un euphémisme. En fait, cette réduction massive de la pauvreté est si importante qu'elle éclipse les gains réalisés pendant la révolution industrielle, peut-être même pendant la domestication de l'agriculture par notre espèce il y a plus de 10 000 ans. Si le pape pense que c'est un échec, il est difficile d'imaginer à quoi ressemblerait le succès.

Les critiques du capitalisme mondial pourraient soutenir que la réduction de la pauvreté est belle et bonne, mais que les progrès ont été inégalement partagés. Dans une certaine mesure, c'est vrai, mais cet écart est beaucoup plus petit que la plupart des gens ne le pensent.

La croissance importante dans le monde en développement s'est-elle faite au détriment des travailleurs au Canada et aux États-Unis? À peine. Le commerce n'est pas un jeu à somme nulle, comme le confirment les données. Depuis 1980, le Canada a connu d'importantes, bien que des gains plus modestes sur la plupart des mesures mentionnées. Depuis 1980, l'espérance de vie a augmenté de 9 % dans ce pays, la survie infantile de 58 %, le revenu corrigé de l'inflation par personne de 64 %, l'approvisionnement alimentaire de 18 % et le nombre moyen d'années d'études de 21 %. Tout cela représente des améliorations substantielles.

Mais qu'en est-il de l'inégalité des revenus au Canada? Les populistes de gauche et de droite diront que le pape a raison et que la mondialisation a exacerbé les inégalités ici chez nous. C'est le récit qui prévaut ces jours-ci. Chaque semaine, nous voyons titres décriant la richesse massive d'innovateurs comme Jeff Bezos ou Bill Gates. Mais l'idée que le Canada est devenu moins égalitaire en conséquence n'est pas vraie non plus.

Le coefficient de Gini d'un pays (une mesure de l'inégalité des revenus) montre à quel point la répartition des revenus ou de la richesse d'un pays est égale ou inégale. Sa valeur est nulle si tout le monde a le même revenu ou la même richesse et un si une seule personne reçoit tous les revenus du pays ou possède toutes ses richesses. Bien que le coefficient de Gini du Canada pour le revenu après impôt ait fluctué, il est aujourd'hui à peu près le même qu'il l'était en 1976, la première année pour laquelle Statistique Canada dispose de données. En 1976, le Canada coefficient de Gini après impôt était de .300. En 2018, il était de 0,303 - pratiquement inchangé. L'engagement du Canada envers l'ouverture des marchés et le libre-échange, jumelé à notre solide filet de sécurité sociale, a permis à notre pays de connaître une croissance économique sans inégalité galopante. Les gens qui suggèrent le contraire n'ont tout simplement pas les faits de leur côté.

L'idée que le capitalisme mondial nous a fait défaut est objectivement fausse, tout comme la mise en garde selon laquelle les gains économiques ont été partagés de manière inégale. Que nous l'appelions capitalisme mondial ou néolibéralisme, le monde est meilleur grâce à cela. Nous avons tous bénéficié d'un monde plus interconnecté. La marée montante a soulevé tous les bateaux.

Publié à l'origine ici.

Can things invent things? Do algorithms dream of owning patents?

In a new world of AI, and in light of AI policy being developed in a myriad of areas, we must not forget to determine how to reward and encourage innovation that derives from AI sources….

The first patent in human history was awarded in England in 1331, and in the 15th Century, many European nations began to use them, such as Florence who granted a patent for a marble carrying barge. The inventor of this vehicle was the first owner of an idea. In the 18th Century led by the United Kingdom and soon others such as the United States what we now understand as the patent system formed, and gave inventors incentives to disclose to the world their inventions in return for a monopoly period.

The ever-evolving legal framework governing the protection of inventions has played a crucial role in developing medicines and novel technologies across sectors. Modern patent law permits software to be patented. This has led to a revolution in innovation and catapulted humanity into the age of the knowledge society. The next frontier is to determine whether the owner of software or author of an algorithm can own the inventions by those electronic products.

Machine learning and the broader term artificial intelligence (AI) are the hopefuls of tech companies striving for more automation, tailored solutions, and faster research. While companies invest nearly 50 billion US Dollars on AI, there’s still a lack of clarity on how to protect the fruits of their inventions. Current patent law states fairly straightforward that inventions can only be made by humans. Bruce Love of the Financial Times describes this as ‘Things cannot invent things.’

Current patent law does not allow corporations to be the inventors of things but allows them to own patents. The challenge of AI inventing new ideas, technologies, and even drugs is that international patent law did not foresee that anyone but humans would have the actual cognitive capacity to create something inventive, and only humans would need recognition in a system designed to reward such ingenuity.

Recently, this focus on the human inventor has been tested: In 2018, several patent applications were filed in the name of Dr. Stephen Thaler for inventions purportedly invented by an artificial intelligence (AI) named DABUS (Device for the Autonomous Bootstrapping of Unified Sentience). On the grounds that DABUS independently conceived of the inventions, and that no human inventor could be identified, the applications list DABUS as the sole inventor.

Formal inventorship requirements vary across different jurisdictions, but the USPTO, the EPO and the UK IPO have all rejected the possibility that DABUS can be named as an inventor on the patent applications, reaching the common consensus that, under current legislation, an inventor must be a ‘natural person’ for the purposes of a patent application.

The question of whether an AI can be an inventor is not merely academic, but part of a broader point about AI inventions and their commercial reality. Being an inventor conveys certain legal rights, and is integral to the concept of patent ownership.  Under the UK Patents Act 1977, the right to grant of a patent belongs first to the inventor.  An AI has no legal personality and if it invents then no one has a right to the invention as a patent.

Whether the law requires an update is a question that has garnered increasing attention in with the UK government opening a consultation on the matter in September 2020, and a third WIPO session on Intellectual Property and AI scheduled for November 2020.  The level of interest is understandable when we consider the history of patents, the public policy rationale and the ‘patent bargain,’ which grants a 20-year patent monopoly to an inventor for two reasons: (i) To have inventors share what they learn, so others coming after them can build on their ideas; and (ii) to reward investment in research.  As we have seen, the starting place for the grant of a patent has so far been the human inventor, the ‘natural person,’ albeit a company can then own and exploit the patent.  However, as the DABUS cases show, the questions we need to be asking now are: Does it matter if there is no human inventor?  What does it mean for investment and transparent sharing of learning, if a company cannot obtain a patent because the inventor was an AI? 

These questions may not seem that pressing at the moment, so far there has been no outcry that businesses are failing to obtain patents because of arguments concerning AI inventors.  However, an inability for a company to see a return on its investment in research is likely to change the business interest in these questions quickly. If this happens, policy makers will have to consider the patent bargain, and grapple with questions such as: If patents for AI inventions generated by AI are not available, will businesses stop publicly sharing their knowledge and/or struggle to obtain investment, and is that a problem? Does the cost of development of using AI warrant patent protection, or are inventions generated by is AI based on a comparatively cheap form of research that shouldn’t be afforded the same protection as other inventions? Is financial investment in research worthy of policy protection at all, or is it the human endeavour which we seek to reward? In particular, policy makers will have to decide what the purpose of the patent system is and whether, on balance, there is a sufficient policy reason to change it.

With humanity being at the brink of a new age and about to unleash a massive acceleration in our innovative potential thanks to artificial intelligence development, we must ask if it is time to update our patent laws. Without reflecting the fact that machines and algorithms have inventive capabilities we might miss out on investments and innovations that can elevate all of mankind. Think of algorithms that might only need days to find a vaccine for a new virus, smarter law enforcement methods, or programs that help us understand interstellar travel better than we could have ever imagined.  

In a new world of AI, and in light of AI policy being developed in a myriad of areas, we must not forget to determine how to reward and encourage innovation that derives from AI sources.

Publié à l'origine ici.

proche