fbpx

Month: November 2019

Embracing GM is a great way to tackle climate change

Labour’s pledge to ban private jets over their environmental impact may be pure electoral politics, but it’s also a timely reminder to think about the best approach to tackling climate change and environmental breakdown.

There are two main ways to respond to an emergency situation: set off alarm bells in an effort to neutralise the danger quickly, or take a step back to properly assess the issue without giving in to emotional pressure.

In the case of climate change, the former approach has clearly taken over. The likes of Extinction Rebellion warn of imminent doom, and Alexandrio Ocasio-Cortez predicts the end of the world in little over a decade. Their ‘solutions’, such as trying to decarbonise the entire British economy in a little over five years, also reek of alarmism.

Climate change alarmism has been immensely successful in promoting all sorts of bans, dietary restrictions, and taxes. These measures are far from being a panacea, especially in the long run. Moreover, in order to achieve the desired outcomes, they need to be applied consistently and at all levels of government. It is for this reason that they’re doomed to fail: there will always be free-riders, those who would find a way to stick to their meat-full diet or avoid paying taxes.

Beyond this kind of alarmism, one of the most effective ways to fight climate change is through innovation in agriculture.

Organic farming is appealing because it’s “natural” and therefore, associated with higher food safety, but it can potentially do more harm than good if we choose to stick to it. In 2017, researchers at the Research Institute of Organic Agriculture in Switzerland estimated that if the world chose to fully convert to organic agriculture, we would need between 16 and 81% more land to feed the planet.

Over-reliance on limited natural resources, as in the case of organic farming, is significantly more dangerous than taxes. The world’s population is growing, and we need food. Promoting organic promises to provide less of it just at the time we need it most.

The good news is that unleashing the potential of genetic engineering, far from a ‘Frankenstein’ technology, is a powerful weapon in the fight against environmental breakdown. With the help of genome editing, we would be able to decrease our dependence on natural resources and minimise the use of both fertilisers and pesticides. Creating drought and heat-tolerant crops would reduce the need to deforest wild areas to free up more land for agricultural purposes. And we could help tackle overfishing by replacing fish oil with EPA/DHA canola (omega-3 fatty acids).

The benefits of genetic engineering are astounding, but they are very often dismissed because of unproven food safety claims and risks associated with altering the face of agriculture. Scientists have repeatedly rejected the idea that gene-edited foods are less safe than those grown conventionally. The real issue, it seems, is human resistance to change, coupled with ill-informed, unscientific scare stories.

The human cost of this resistance to change can be staggering. Take golden rice: a new book estimates that millions of people have died or gone blind unnecessarily because they were denied access to this miraculous food by a combination of over-zealous regulation and misguided anti-GM campaigning.

This is nothing new, of course. Throughout history, people have been sceptical, or even fearful, of innovation. And yet, it has persisted against all odds and improved our lives in once unimaginable ways. We should stand up to the alarmists and give genetic engineering a chance to feed the world – and help save the planet.


For more facts on Health and Science, check our other articles here.


The Consumer Choice Center is the consumer advocacy group supporting lifestyle freedom, innovation, privacy, science, and consumer choice. The main policy areas we focus on are digital, mobility, lifestyle & consumer goods, and health & science.

The CCC represents consumers in over 100 countries across the globe. We closely monitor regulatory trends in Ottawa, Washington, Brussels, Geneva and other hotspots of regulation and inform and activate consumers to fight for #ConsumerChoice. Learn more at 
consumerchoicecenter.org

PHE: E-Dampfen sicherer als Rauchen

Bremerhaven: Jugendliche panschen Liquids // Medienhysterie: mehr Menschen rauchen

Aufgrund der Medienhysterie zu den Atemwegserkrankung durch gepanschte, illegale Liquids in den USA ist die Sorge groß, dass so etwas u. U. auch in Deutschland passieren könnte. In Bremerhaven sind nun tatsächlich mehrer Jugendliche in ein Krankenhaus eingeliefert worden aufgrund des Konsums von gepanschten Liquids. In den Liquids wurden verbotene Zusatzstoffe gefunden wie Schmerzmittel und syntethische Cannabioide. Es sind auch zwei Tatverdächtige ermittelt worden, welche die Liquids illegalerweise gepanscht haben sollen.

Als Verbraucherverein weisen wir wiederholt darauf hin, keinerlei Zusatzstoffe oder dubiose Substanzen in Liquids zu mischen welche nicht dafür gedacht sind! Dies kann gesundheitsgefährdende Auswirkungen haben! Zitat: “Dumm ist der, der Dummes tut!”. Der Consumer Choice Center spricht sich dagegen aus, dass dieser Fall des Drogen-/Substanzmissbrauch nicht der E-Dampfe zugeschoben werden kann.

Die mittlerweile monatelang anherrschende Hysterie in den Medien, sowie einiger Anti-Raucher-Anti-Dampfer-NGOs haben ihre Wirkung nicht verfehlt: der Händlerverband BfTG spricht von erheblichen Umsatzeinbussen. Grund: die Kunden sind durch die irreführende Berichterstattung verunsichert und viele greifen daraufhin wieder zur schädlichen Tabakzigarette. Somit haben die Medien eine Mitschuld daran, dass viele Raucher den Umstieg auf die E-Dampfe nicht schaffen bzw. viele Dampfer wieder zur alten Gewohnheit zurückkehren.

Die englische Gesundheitsbehörde, Public Health England, stellt nochmals ganz deutlich klar, dass es keinerlei Zusammenhang zwischen Atemwegserkrankungen in den USA und des Dampfens regulierter Liquids gibt. Die Rückkehr vom Dampfen zum Rauchen ist die schlechteste Entscheidung.

Originally published here.


For more facts on vaping, read our research on the Myths and Facts on Vaping: What Policymakers Should Know


The Consumer Choice Center is the consumer advocacy group supporting lifestyle freedom, innovation, privacy, science, and consumer choice. The main policy areas we focus on are digital, mobility, lifestyle & consumer goods, and health & science.

The CCC represents consumers in over 100 countries across the globe. We closely monitor regulatory trends in Ottawa, Washington, Brussels, Geneva and other hotspots of regulation and inform and activate consumers to fight for #ConsumerChoice. Learn more at 
consumerchoicecenter.org

MERCOSUR : Le Temps des Plates Excuses

L’accord entre l’Union européenne et le Mercosur est remis en question – sous de faux prétextes. Il est temps de réaliser les vrais enjeux qu’il recouvre.

L’accord commercial entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur (une communauté économique regroupant plusieurs pays d’Amérique du Sud) est critiqué – voire pratiquement mort selon plusieurs déclarations politiques. C’était l’intention de la France dès le début : plus de protectionnisme, moins de libre-échange.

Tout a commencé avec les feux dans l’Amazonie, au Brésil. D’après l’expert forestier et spécialiste environnemental Emmanuel Macron :

“Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence. #ActForTheAmazon”

Avec de tels appels, la chose pertinente à faire est de mettre les choses en perspective. Nous savons que le nombre d’incendies au Brésil cette année est supérieur à celui de l’an dernier, mais il est aussi à peu près le même qu’en 2016 et inférieur à 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2010 et 2012.

Les données de l’Institut national de recherche spatiale du Brésil, qui collabore avec la NASA, montrent que 2019 n’est pas en décalage. Ces données sont obtenues grâce à l’analyse de l’imagerie satellitaire.

Bien que le nombre d’incendies en 2019 soit en effet 80% plus élevé qu’en 2018 – un chiffre largement rapporté ces derniers temps – il n’est supérieur que de 7% à la moyenne des dix dernières années. De plus, la plupart des incendies se produisent actuellement sur des terres déjà déboisées en Amazonie.

Un mythe populaire

Le mythe populaire veut que l’Amazonie soit « le poumon de la Terre », produisant « 20% de l’oxygène du monde ». C’est en tout cas ce que dit le tweet d’Emmanuel Macron. En réalité, ces deux éléments sont inexacts… et pas seulement parce que vos poumons ne produisent pas d’oxygène.

Pourtant, ce chiffre continuera de circuler tant qu’il y aura des reportages à produire ; l’agence Associated Press elle-même l’a propagé – elle a dû le retirer ensuite.

Selon le site de fact-checking Snopes :

« En fait, presque tout l’oxygène respirable de la Terre provient des océans, et il y en a assez pour durer des millions d’années. Il y a de nombreuses raisons d’être consterné par les incendies d’Amazonie de cette année, mais l’épuisement de l’approvisionnement en oxygène de la Terre n’en fait pas partie. »

Donc non, vous n’étoufferez pas à cause des incendies de l’Amazonie.

Les vraies raisons…

L’Irlande et la France proposent malgré tout de mettre fin à l’accord avec le Mercosur, pour des raisons environnementales.

Malheureusement pour elles, aucun prétexte écologiste ne pourra cacher leurs vraies motivations : défendre les intérêts protectionnistes des agriculteurs irlandais et français, qui se sont plaint d’une concurrence accrue de la part de pays comme l’Argentine.

Il faut savoir que cet accord a une grande importance géopolitique ; il constitue un signe fort contre le protectionnisme. S’il est ratifié, cet accord avec le Mercosur établirait la plus grande zone de libre-échange que l’UE ait jamais créée, couvrant une population de plus de 780 millions d’habitants, et consoliderait les liens politiques, économiques et culturels étroits entre ces deux zones.

L’accord élimine les droits de douane sur 93% des exportations vers l’UE et accorde un « traitement préférentiel » aux 7% restants. De plus, il supprimera à terme les droits de douane sur 91% des marchandises que les entreprises de l’UE exportent vers le Mercosur.

Le nombre de plaintes officielles présentées à l’OMC en 2018 était de 122% supérieur à celui de 2009. En 2018, l’UE était le deuxième plus gros défenseur des plaintes à l’OMC, soit près de deux fois plus que la Chine.

L’importance de la Chine

Ce pays n’est pas cité au hasard. Il est crucial de comprendre l’influence chinoise sur le terrain sud-américain.

Depuis 2005, la China Development Bank et la China Export-Import Bank ont consenti plus de 141 Mds$ en prêts à des pays et à des entreprises appartenant aux Etats d’Amérique latine et des Caraïbes.

En Amérique latine et ailleurs dans le monde, les prêts chinois sont considérés à la fois comme une recherche de profit et comme une forme de diplomatie.

La Banque de développement se concentre sur huit domaines : électricité, construction de routes, chemins de fer, pétrole, charbon, télécommunications, agriculture et services publics.

Avec cet accord, il devient possible de contrer l’influence chinoise. La France et l’Irlande doivent cesser de s’y opposer et travailler sur un accord commun en Europe.

Donner plus de choix aux consommateurs, garantir plus de libre-échange pour les producteurs des deux côtés et défendre les intérêts géopolitiques par le biais de la politique commerciale : tout cela devrait être évident. Il semble malheureusement que ne plus rien n’est évident, pour la classe politique actuelle…

Originally published here.


Pour en savoir plus sur l’accord MERCOSUR, consultez notre infographie ici.


The Consumer Choice Center is the consumer advocacy group supporting lifestyle freedom, innovation, privacy, science, and consumer choice. The main policy areas we focus on are digital, mobility, lifestyle & consumer goods, and health & science.

The CCC represents consumers in over 100 countries across the globe. We closely monitor regulatory trends in Ottawa, Washington, Brussels, Geneva and other hotspots of regulation and inform and activate consumers to fight for #ConsumerChoice. Learn more at consumerchoicecenter.org.

Scroll to top